vendredi 11 novembre 2016

JÉSUS, NOTRE SÉCURITÉ

Quelques mois après le 11 septembre, un journal de New York affichait en gros titre : “LA CITE DE LA PEUR.” Le ministère de la Sécurité Intérieure avait été prévenue qu’une attaque terroriste avait été démantelée et que l’alerte était passée au code orange.
LES PEURS CACHÉES
Ce même jour, un officier de la police de New York m’a parlé de l’incertitude et de l’alerte maintenue au sein de la police et des pompiers. Leur apparence dure dissimulait des craintes parce que la plupart d’entre eux avait perdu des amis durant les attaques du 11 septembre.
Même aujourd’hui, des années plus tard, à chaque fois qu’un new-yorkais passe dans un tunnel ou sur un pont, il retient son souffle et prie pour être protégé. Une voiture en panne peut causer une grande panique. La plus grande peur qui hante cette cité, c’est une bombe dans une sacoche, qui porterait une arme nucléaire ou une attaque biologique. De nombreuses personnes ont commencé à porter de petits masques à gaz. Les citoyens semblaient s’être résignés à l’inévitable, croyant qu’une attaque à grande échelle finirait par frapper. Personne ne sait quand, mais cette pensée pèse lourdement sur la population.
UNE SOURCE D’AIDE
Mais il n’y a pas de crainte parmi les vrais croyants. Nous voulons être disponible si une attaque survient, pour aider les gens dans les temps de crise. C’est de cette façon que notre église a préparé ses membres. Au milieu de ces temps remplis d’appréhension, l’Esprit de Dieu œuvre d’une façon merveilleuse. De nombreuses personnes viennent à Christ dans tout New York et il y a une faim croissante pour Dieu chez les jeunes.
Que cela puisse être l’attitude de cœur de tous les serviteurs de Dieu dans ces temps d’appréhension et de crainte. Que le Seigneur ôte toute crainte du milieu de Son peuple et qu’il puisse être une source d’aide pour le monde dans des temps de troubles.