jeudi 27 avril 2017

RESTE TRANQUILLE

Fais-tu face à une situation de crise particulièrement sévère en ce moment ? Tu te demandes peut-être : “Que suis-je sensé faire alors que je me retrouve dans une situation aussi désespérée ? Que dois-je faire quand tout semble sans espoir – quand il n’y a aucun endroit où se tourner et aucune issue visible ? Que se passe-t-il quand je suis vaincu par la peur parce que tout s’effondre autour de moi et que je n’ai aucune réponse à mes problèmes, personne pour me dire comment me sortir de mes problèmes ?”
Notre Seigneur n’est pas un maître dur et quand Il nous voit dans une situation effrayante et difficile, Il désire nous entendre crier à Lui. Il se réjouit lorsqu’Il entend une prière telle que celle-ci : “Seigneur, j’ai peur ! Tu as toujours été fidèle pour me délivrer et je sais que Tu as la puissance de me délivrer maintenant. Père, je remets ma vie entre Tes mains.”
Voilà comment Dieu a répondu à Israël quand il a fait face à une crise majeure : “Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l’Éternel va vous accorder en ce jour… L’Éternel combattra pour vous ; et vous, gardez le silence” (Exode 14:13-14).
Le Seigneur leur disait : “La première chose que vous devez affronter, c’est votre peur ! Je combattrai pour vous, Je vous sauverai et vous délivrerai. Maintenant, Je veux que vous laissiez cette promesse être votre force. Laissez-la chasser toutes vos peurs !”
Et Il te dit la même chose aujourd’hui.

mercredi 26 avril 2017

QUAND IL N’Y A PAS D’ÉCHAPPATOIRE

Nous lisons dans Exode 14 que Dieu dit aux enfants d’Israël de camper devant “Pi-Hahiroth, entre Migdol et la mer” (14:2). Cette endroit était situé entre deux montagnes, avec la mer sur un troisième côté. La seule échappatoire, s’était une route ramenant dans le désert – et cette route était bloquée par l’armée de pharaon.
Les israélites étaient horrifiés par leur situation et étaient également horrifiés que Dieu Lui-même les y ait conduit ! Il existait tellement de moyens par lesquels Dieu aurait pu sauver Son peuple. Il aurait pu faire en sorte que les chars des égyptiens perdent une roue, les laissant sans moyen de transport dans le désert et mourir lentement de faim.
Ou Il aurait pu envoyer la nuée sur le campement des égyptiens pour les plonger dans la confusion, poussant les soldats à courir en tous sens dans le chaos et le désordre pendant des jours. Au lieu de cela, Il a choisi d’envoyer la nuée derrière les israélites en protection.
Ou Il aurait pu envoyer un ange pour détruire toute l’armée égyptienne en un clin d’œil. Dieu aurait pu choisir de nombreuses façons de les détruire, à n’importe quel moment.
Mais le Seigneur n’a pas décidé de choisir de telles actions. Au lieu de cela, Il a choisi de mettre Israël dans une situation alarmante et désespérée dont le peuple ne pouvait se sortir pas un moyen humain. Comment pouvons-nous savoir que Dieu a Lui-même mis en place cette situation effrayante pour tester Son peuple ? Sa propre Parole le dit : “Souviens-toi de tout le chemin que l’Éternel, ton Dieu, t’a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de t’humilier et de t’éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements” (Deutéronome 8:2).
Le Seigneur a conduit Ses enfants dans des situations difficiles pour leur donner l’opportunité de remettre leur vie entre Ses mains – pour se tenir tranquille et Lui faire confiance pour qu’Il leur apporte délivrance et direction.

mardi 25 avril 2017

“SEIGNEUR, OU ES-TU?”

Dans des moments de crise, nous voulons agir pour régler la situation. C’est contre notre nature de nous tenir tranquille et d’attendre. En fait, attendre patiemment que Dieu agisse est peut-être la chose la plus difficile de la marche chrétienne. Même des croyants dévoués paniquent parfois quand le Seigneur n’agit pas rapidement et ils crient souvent désespérément : “Seigneur, fais quelque chose !”
Dieu cherche un peuple qui se confie en Lui dans chaque moment de crise, dans chaque épreuve et dans chaque situation désespérée. En effet, aussi difficile à comprendre que cela puisse paraître, Dieu nous conduit souvent dans des situations qui sont alarmantes et difficiles dans le but de nous tester. Il veut voir si nous acceptons de nous tenir tranquille et d’attendre qu’Il apporte une délivrance surnaturelle. Il produit de bons fruits en nous et nous façonne en exemples de foi pour être des témoins dans cette époque sans foi et impie.
“L’Éternel affermit les pas de l’homme, Et il prend plaisir à sa voie” (Psaumes 37:23). “Affermit” signifie ici : “pré-arrangé, fixé, ordonné par Dieu.” Cela signifie que c’est Dieu et non le diable qui nous conduit dans des endroits difficiles. Non seulement Il permet nos épreuves, mais Il les dispose délibérément – et c’est difficile pour nous d’accepter cela !
Je ne crois pas que Dieu puisse nous conduire dans une situation difficile pour ensuite nous abandonner. Il est toujours fidèle envers ses enfants, dans chaque épreuve. Son intervention ne sera peut-être pas conforme à notre programme mais Il agit toujours et c’est notre devoir autant que notre privilège d’attendre en silence et de Lui faire confiance pour nous amener à remporter la victoire.

lundi 24 avril 2017

TIENS BON ENCORE UN PEU - Gary Wilkerson

As-tu déjà fait un long voyage en voiture où, après avoir conduit pendant des centaines de kilomètres, tu vois enfin un panneau qui dit que ta destination finale n’est plus qu’à trente kilomètres ? Tu pourrais croire que ces derniers petits kilomètres passeraient rapidement, mais ils semblent s’étirer en longueur. La dernière partie du voyage peut être la plus dure.
La même chose peut être dite de notre foi dans les circonstances difficiles. Mon père m’a dit une fois : “Fils, quand tu sens que tu es sur le point d’abandonner, quand tu sens que ta vie n’est plus sur les rails et que tu n’entends plus ma voix de Dieu, tiens bon ! Cette dernière partie est la plus difficile.”
“Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis” (Hébreux 10:36).
Je veux t’encourager à tenir bon juste encore un peu de temps. Je sais que tu as peut-être l’impression que ton rêve ne deviendra jamais une réalité et que tu veux abandonner. Mais Dieu te dit ceci : “Tiens bon encore un peu, mon bien-aimé. Ta victoire est juste derrière le prochain virage.”
J’ai rencontré tellement de gens qui vivent une vie de médiocrité parce que les promesses de Dieu à leur encontre ont mis du temps à se matérialiser. S’ils avaient tenu bon juste un peu de temps encore, ils auraient atteint l’accomplissement après lequel ils soupiraient tant. Mais ils ont abandonné leur foi, se sont détournés de ce qui avait de la valeur, ont abandonné leur rêve et leur but. En faisant cela, ils ont commencé à vivre une vie de calme désespoir parce qu’ils n’avaient plus réellement confiance en Dieu.
Quand nous ne croyons plus que Dieu peut faire de grandes choses, nous nous confions en nos propres forces – complètement sans Sa puissance. Alors, tiens bon encore un peu parce que : “après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obtiendrez ce qui vous est promis.”

samedi 22 avril 2017

APPROCHE-TOI DE LUI AVEC CONFIANCE - Nicky Cruz

Pour être capable de suivre l’Esprit et d’être sensible à tous Ses détours, nous devons d’abord avoir un cœur ouvert, rempli de prières, qui reste connecté avec Dieu. Jésus est notre plus grand exemple à ce sujet.
Aucun aspect de la vie de Jésus ne brille davantage que Sa dépendance de la prière et de la communion avec Son Père Céleste. C’est la caractéristique qui définit Son ministère, la force qui se trouve derrière tout ce qu’Il a dit et fait. Jésus priait constamment, en toutes occasions. Il priait pour les pécheurs, pour Ses disciples, pour obtenir sagesse et direction, pour Sa nourriture et Son eau... pour tout. Et Il s’isolait souvent pour être seul et écouter la voix de l’Esprit sans distraction.
La prière est le portail par lequel le Saint-Esprit peut avoir accès à notre cœur et à nos pensées et toute demande sérieuse de direction doit commencer par ce simple moyen de communication.
Quand nous prions, nous pouvons être entièrement honnêtes. Jésus connaît notre cœur, nos motivations, nos pensées, nos péchés et nos luttes. Il comprend pleinement notre peine et nos tentations. “Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins” (Hébreux 4:15-16).
Jésus nous comprend bien mieux que nous ne nous comprenons nous-mêmes. Il nous a fait et Il a vécu parmi nous. Il sait ce que nous traversons. Pour être un instrument efficace entre les mains de Christ, nous devons entre autre accepter de Lui ouvrir notre cœur et notre âme – de Lui permettre de partager avec nous nos succès et nos échecs.
Nicky Cruz, évangéliste et auteur internationalement connu, s'est tourné vers Jésus Christ en se détournant d'une vie de violence et de crimes, après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L'histoire de sa conversion a d'abord été rapportée dans le livre La croix et le Poignard de David Wilkerson puis, plus tard, dans son propre best-seller, Du ghetto à la vie.

vendredi 21 avril 2017

NOUS CROYONS!

C’était la nuit précédant la crucifixion de Christ. Jésus avait rassemblé Ses disciples dans la chambre haute pour les préparer à Son départ de la Terre. Après qu’ils aient partagé un repas ensemble, le Seigneur a pris une serviette et a commencé à laver leurs pieds.
Ce soir-là, Jésus a dit à ces disciples dévoués qu’Il allait être élevé (c’est-à-dire crucifié) par la main d’hommes méchants. Quand Il leur a dit cela, Il les prévenait de ce qui allait arriver.
Jésus a terminé Son message pour eux en disant : “Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père” (Jean 16:28).
A cela, les disciples ont répondu : “Ses disciples lui dirent : Voici, maintenant tu parles ouvertement, et tu n’emploies aucune parabole. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses... c’est pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu” (16:29-30).
Les disciples faisaient savoir à Jésus qu’ils comprenaient clairement ce qu’Il leur avait dit. Pourtant, de façon plus importante, prends note de leurs derniers mots de ce dernier verset : “Maintenant… nous croyons.”
Il semble qu’une grande foi se soit emparée de leur âme. Ces hommes déclaraient à Jésus : “Maintenant, nous comprenons, Jésus. Maintenant, nous savons. Maintenant, nous croyons.”

jeudi 20 avril 2017

GRÂCE, PAIX ET JOIE

“Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point” (Jean 14:27).
A la croix, la grâce et la paix ont pris le visage de Jésus Christ. A travers toute l’Histoire, à chaque fois qu’un enfant de Dieu plaçait pleinement sa confiance dans la puissance de guérison et purificatrice du sang de Christ, la paix lui a été promise. C’est la propre paix de Christ, la paix même qui régit le paradis.
Les mots de l’apôtre Paul à ce sujet ont pour but d’aider tous les croyants à appliquer cette vérité à leur propre marche :
“Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants” (Colossiens 3:15).
Cher saint, c’est notre espoir dans toutes nos batailles : laisse la paix régner dans ton cœur en t’appuyant sur les promesses de Dieu. “Que le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps, de toute manière ! Que le Seigneur soit avec vous tous !” (2 Thessaloniciens 3:16).
Que la prière de Paul qui suit devienne nôtre également, dans ces temps d’incertitude :
“Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !” (Romains 15:13).
Merci à Dieu pour Sa joie et Sa paix !

mercredi 19 avril 2017

DIEU EST-IL EN COLÈRE CONTRE TOI?

“Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils. Supportez le châtiment : c’est comme des fils que Dieu vous traite ; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas ?” (Hébreux 12:6-7).
Tu n’es jamais plus aimé que lorsque tu es châtié ou corrigé par le Seigneur. En fait, le processus du châtiment dans son ensemble concerne le désir que Dieu a pour toi. Tout cela a pour but de t’amener à Sa connaissance et à Sa gloire. Et souviens-toi que Dieu ne châtie jamais Ses enfants par colère.
Mais ne te méprends pas. La Bible qualifie ces temps de châtiments de douloureux. Ils ne sont joyeux d’aucune manière. “ Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie” (12:11). Néanmoins, il nous est dit : “mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice” (même verset).
Au fil des années, j’ai dû éteindre de nombreuses flèches et de nombreux mensonges de Satan, pourtant je proclame aujourd’hui avec assurance : “Dieu n’est pas en colère contre moi. Et, cher disciple de Jésus, Il n’est pas en colère contre toi. Alors fais taire tout ce que le diable dit pour te convaincre qu’il en va autrement !”
C’est la victoire même de la croix : la paix avec Dieu et la paix de Dieu.

mardi 18 avril 2017

LA GRÂCE INCONCEVABLE DE DIEU

La scène qui s’est déroulée au Calvaire ne ressemblait pas à une victoire. Mais ce jour-là, quelque chose était à l’œuvre dont Satan ne savait rien. Il s’agissait d’une chose qu’il ne comprendra jamais au sujet de notre Sauveur bien-aimé. Je parle de la grâce inconcevable de Dieu en Christ !
Une chose incroyable se passe quand une personne reçoit Jésus en tant que Sauveur. Une fois qu’elle rejette le monde et Le suit, elle est liée pour toujours au Seigneur par des cordages d’amour que rien ni personne ne peut briser. Regarde la description de Paul de cette grâce profonde et insondable :
“Qui nous séparera de l’amour de Christ ?... Ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, (8-39) ni les puissances,  ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 8:35,38-39).
Malgré l’échec honteux des disciples, la grâce de Dieu était pleinement à l’œuvre en eux à travers le Saint-Esprit. Et cette grâce a été déterminante pour leur victoire après le jour sombre de la croix. Une graine de foi a été semée chez les disciples de Jésus et leur maison a été fondée sur le roc. Leur maison a été ébranlée, bien sûr, quand la tempête satanique a soufflé contre les murs et que les vagues puissantes ont martelé les fondations. Mais quand la tempête a été terminée, il est devenu évident que ces maisons avaient tenu le test.

lundi 17 avril 2017

LE BOUTON RAFRAÎCHIR DE DIEU - Gary Wilkerson

Nous avons tous des distractions dans notre vie, mais soyons honnêtes, les hommes sont les pires quand il s’agit du sport. Je ne parle pas de faire du sport – ce qui serait en réalité très profitable pour beaucoup d’adeptes du canapé – mais de suivre le sport. Les smartphones et les applications de sport en direct ont transformé des maris autrefois attentifs en admirateurs d’écran. Tout ce qu’un gars a à faire, c’est d’appuyer sur le bouton « rafraîchir » et une douzaine de scores de matchs sont automatiquement mis à jour. Tous les rendez-vous du soir sont mis en danger par de constants coups d’œil sous la table.
Maintenant, laisse-moi faire la louange du bouton « rafraîchir » dans le royaume de Dieu. Avec seulement un attouchement de Sa grâce merveilleuse, tout ce qui est ancien est effacé – et la vie est entièrement renouvelée. Il y a des moments dans chacune de nos vies où nous en avons besoin et, évidemment, le seul qui peut faire cela, c’est Jésus : “Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles” (2 Corinthiens 5:17).
Tout comme sur un écran, rien ne change dans notre vie – les choses restent figées – tant qu’on n’appuie pas sur le bouton « rafraîchir ». Es-tu coincé dans des schémas de ton ancien mode de vie, dans des chemins qui t’empêchent de goûter au rafraîchissement de la vie en Christ ?
Jésus a le pouvoir de tout changer ! Et, tout comme la femme qui a été guérie en touchant Son vêtement, tu peux être guéri et rafraîchi simplement en étant touché par Lui.

dimanche 16 avril 2017

CHRIST, NOTRE SEIGNEUR RESSUSCITÉ ET NOTRE INTERCESSEUR

“C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur” (Hébreux 7:25).
Que veut dire l’Écriture quand elle dit que Jésus intercède pour nous ? Je crois que ce sujet est si profond, si majestueux et tellement au-delà de la compréhension humaine que je tremble d’en parler. Les spécialistes de la Bible ont différent point de vue sur sa signification. Mais aucun livre, aucun commentaire n’a satisfait mes recherches. En fait, plus je lisais d’enseignements sur le sujet, plus tout devenait confus.
Mais à travers la prière et la confiance dans la direction du Saint-Esprit, j’ai commencé à saisir quelques petites choses à propos de cet incroyable sujet. J’ai prié très simplement : “Seigneur, comment ton intercession dans le Ciel affecte-t-elle ma vie ? Ta Parole dit que Tu te tiens devant le Père en ma faveur. Qu’est-ce que cela signifie pour ma marche quotidienne avec toi ? Je n’ai pas besoin de savoir ce que les grands experts ont appris. Montre-moi une simple vérité dont je puisse m’emparer pour que je puisse me l’approprier pour ma vie.”
Le point de vue le plus répandu dans le milieu évangélique au sujet de l’intercession de Christ est que Jésus est retourné au Ciel pour agir en tant que Souverain Sacrificateur en notre faveur. Cela ne fait pas le moindre doute. La Bible dit clairement : “Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même” (Hébreux 9:24).
Je crois que Jésus intercède aujourd’hui pour préserver son peuple, pour nous garder du péché et nous maintenir dans l’amour de Dieu. Il ne permettra à rien – à aucune peur, aucun échec temporaire, aucune accusation de Satan – de nous écarter du Père. Pour faire court, Il prie pour nous de la même façon qu’Il a prié pour son disciple Pierre : “pour que ta foi ne chancelle pas” (Luc 22:32).
Notre Sauveur est vivant dans la gloire en cet instant. Et Il est à la fois pleinement Dieu et pleinement homme, avec des mains, des pieds, des yeux, des cheveux. Il a aussi les cicatrices des clous sur ses mains et ses pieds, la blessure à son côté. Il n’a jamais rejeté son humanité. Il est encore un homme dans la gloire. Et, en cet instant, notre homme dans l’éternité travaille pour s’assurer qu’on ne nous vole jamais la paix qu’Il nous a donné lorsqu’Il est parti. Il œuvre en tant que notre Souverain Sacrificateur, s’impliquant activement à maintenir son corps sur Terre rempli de Sa paix. Et quand Il reviendra, Il veut que nous soyons “trouvés par lui… dans la paix” (2 Pierre 3:14).
Que cette Pâques soit un jour que tu puisses célébrer comme étant celui où Il est ressuscité et où la paix a été déversée sur nous à cause de cela.

samedi 15 avril 2017

LA GÉNÉROSITÉ DE NOTRE PÈRE - Carter Conlon

Je me souviens d’une fois où j’ai ramené mon fils cadet d’un match de hockey. Deux jeunes joueurs de hockey extrêmement affamés l’accompagnait, alors nous nous sommes arrêtés au McDo. Je regardais les garçons sortir le petit peu d’argent qu’ils avaient. Soudain, j’ai vu mon fils se tourner vers ses deux amis et s’exclamer : “Ranger votre argent, les gars. Mon père va payer !”
A l’époque, j’étais pasteur dans une petite ville de campagne et je gagnais à peine assez pour payer la facture d’électricité de notre maison. J’ai regardé les garçons passer leur commande – c’était tout des “doubles-doubles, maxi-menu pour moi !” Pourtant, je ne me souciais pas de savoir si j’allais devoir faire les fonds de tiroir pour la semaine suivante – je ne pouvais tout simplement pas mettre mon fils dans l’embarras.
L’Écriture nous dit : “Si... vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il [de bonnes choses] à ceux qui le lui demandent ? (voir Luc 11:13).
Toi et moi, nous devons être désireux de nous vanter de la générosité de notre Père, tout comme l’a fait mon fils. Mais, pour pouvoir nous en vanter, nous devons la connaître et l’expérimenter personnellement. Nous devons non seulement Lui ouvrir notre cœur, mais aussi être désireux de marcher avec Lui.
La générosité du Père n’est pas donnée à ceux qui choisissent de s’asseoir dans le canapé pour regarder la télévision toute la journée. Tu dois te lever et marcher avec Lui. Quand tu le fais, les écluses des Cieux s’ouvrent et toutes les ressources que Christ a gagnées pour nous sont alors disponibles.
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994 suite à l'invitation du pasteur fondateur, David Wilkerson, et a été désigné Pasteur responsable en 2001.

vendredi 14 avril 2017

IL ÉTAIT FORT DANS LA FOI

“[Abraham] ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir” (Romains 4:20-21). Par la foi, Abraham a “donné gloire à Dieu.” Et, comme Abraham, nous donnons gloire à Dieu quand nous embrassons pleinement chacune de Ses promesses.
Quand tout va bien dans notre vie, il est facile pour nous de dire : “Dieu peut tout !” Nous pouvons assurer sans effort aux autres que Dieu répondra à leurs prières et déclarer avec confiance que le Seigneur garde toujours Sa Parole. Mais quand tout ce qui nous entoure semble aller contre l’accomplissement des promesses de Dieu – quand toutes les preuves tangibles ressemblent davantage à de la colère de Dieu qu’à Ses récompenses – le Saint-Esprit se lève en nous avec des paroles vraies de réconfort : “Tiens bon. Fais-Lui confiance ! Tu n’es pas séparé de l’amour de Dieu. Il est à l’œuvre dans ta situation, alors ne chancelle pas. Lève-toi et combats plutôt le bon combat de la foi.”
Je te laisse ce passage puissant qu’a écrit l’apôtre Paul. Il nous rappelle la fidélité éternelle de Dieu à travers chaque circonstance, à chaque moment de notre épreuve :
“Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 8:35-39).

jeudi 13 avril 2017

IL EST LE RÉMUNÉRATEUR

“Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent” (Hébreux 11:6).
Nous désirons tous nous emparer des promesses de Dieu, non seulement pour notre réconfort et notre bénédiction, mais aussi pour Lui être agréable. Nous désirons une foi qui Lui rende gloire, mais il y a des moments où beaucoup d’entre nous luttons pour saisir une telle foi.
Nous nous troublons souvent quand nos prières ne sont pas exaucées et nous commençons à remettre notre foi en question, nous demandant : “Ma confiance en Dieu est-elle trop faible ? Suis-je trop lent à croire ? Pourquoi le Ciel semble-t-il fermé à mes prières ? Ai-je chancelé d’une certaine façon ? Ne suis-je pas assez fervent ? Y a-t-il une racine d’incrédulité quelque part dans mon cœur ?”
Nous essayons tellement de croire, nous luttons tellement pour plaire au Seigneur avec une foi qui lui soit agréable que nous contrarions notre propre foi à cause de notre jugement. A présent, après de nombreuses années passées à servir Dieu, je veux te dire qu’est la bonne sorte de foi pour moi :
  • Elle implique de saisir fermement les promesses de Dieu quand il n’y a aucune preuve tangible du fait que Ses promesses sont en train de s’accomplir.
  • Elle implique d’avoir confiance en l’Esprit Saint pour garder mon âme en repos, convaincu que Dieu est à l’œuvre pour faire concourir toutes choses à mon bien.
  • Elle implique de se reposer sur cette déclaration faite par Paul : “Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein” (Romains 8:28).

mercredi 12 avril 2017

LES SOLDATS SPIRITUELS DE DIEU

A chaque époque, Dieu a placé des intercesseurs aux premières lignes de la bataille contre les dominations et les principautés de Satan. Aujourd’hui, on peut trouver ces soldats spirituels dans tous les pays – et il y a une raison pour laquelle on les appelle des “combattants dans la prière.” De nombreuses personnes qui nous écrivent décrivent la bataille spirituelle intense qui a lieu dans leur propre vie.
Un intercesseur de quatre-vingt-onze ans a écrit : “Je me sens vidé, j’ai servi le Seigneur pendant si longtemps, avec tout ce qui m’est arrivé. Je suis faible dans mon corps après des années de souffrances, mais j’ai encore les soucis et les épreuves des autres constamment devant moi… Depuis que j’ai eu quatre ans, j’ai aimé et prié pour les autres. J’ai été un intercesseur tout au long de ces années. Je reprends le terrain que Satan essaye de me prendre en priant par l’Esprit et je reçois de nouvelles forces.”
Pendant une vie entière, ce saint a pris au sérieux l’exhortation de Jude : “Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit,  maintenez-vous dans l’amour de Dieu” (Jude 20,21). Le message pour ceux qui se trouvent dans cette bataille spirituelle est très clair : “Édifiez-vous dans la foi. Maintenez-vous dans l’amour de Dieu.” Note que Jude accompagne ces mots d’un avertissement : il faut prier par le Saint-Esprit.
Il nous est absolument impossible de nous édifiez dans la foi grâce à des forces ou à des capacités humaines. Sans le Saint-Esprit, nous ne sommes pas capables de nous garder dans la connaissance et l’assurance de l’amour de Dieu pour nous. Nous ne sommes absolument pas des adversaires à la hauteur des puissances des ténèbres ! Nous ne pouvons pas soulever le bouclier de la foi pour éteindre les traits enflammés de l’ennemi simplement en décidant de le faire. Nous avons besoin de l’Esprit de Dieu pour qu’Il nous rende capable de toutes ces choses.

mardi 11 avril 2017

PLEINEMENT CONVAINCU DE L’AMOUR DE DIEU

“Je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là” (2 Timothée 1:12). Ce sont les mots d’un homme sur le point de mourir. L’apôtre Paul s’adresse à son élève, le jeune pasteur encore en formation, Timothée. Plus tard dans la même lettre, Paul confie à Timothée ces mots difficiles : “Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi” (4:6-7).
Même si Paul adressait ces mots à Timothée, ce message parle à chaque serviteur de Christ qui affronte une grande épreuve. Considérons le contexte : au point culminant de ses propres épreuves atroces – sur le point de mourir – Paul était pleinement persuadé de l’amour de Dieu pour lui. Plus encore, il était convaincu de la capacité du Seigneur “ de garder mon dépôt” malgré toutes les preuves du contraire.
Bien-aimé, le conseil que Paul donne ici s’adresse à tous ceux qui sont frappés quotidiennement par des forces sataniques, qui sont engagés dans une bataille spirituelle féroce, endurant de grandes difficultés en bons soldats. Comment Paul pouvait-il parler avec tant de confiance de la fidélité de Dieu dans chaque épreuve ? Que savait-il donc au sujet du Seigneur qui pouvait donner naissance à une telle foi ?
Paul ne décrit jamais les choses qu’il a laissées en “dépôt jusqu’à ce jour-là.” Nous ne pouvons faire que des suppositions. Pourtant, comme Paul, nous devons être pleinement persuadés que Dieu garde fidèlement ces choses que nous lui avons remises. En effet, pour affronter les épreuves de ces temps difficiles, nous devons être pleinement persuadés que Jésus est notre Seigneur et notre Sauveur.

lundi 10 avril 2017

MARCHER SELON LA SAINE DOCTRINE - Gary Wilkerson

Paul dit que nous avons trois choses à faire pendant que nous sommes ici sut Terre, avant le retour de Christ.
Voici la première : “attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine” (Tite 1:9). Le mot “saine” signifie ici quelque chose d’inébranlable, d’incontestable, un roc solide. Dieu a conçu la doctrine de telle façon que nous ayons une chose fiable sur laquelle fonder nos vies. Mais elle ne peut pas être frivole ou simplement excitante pour nos oreilles. Ce genre de doctrine est présente un jour et soufflée au loin le lendemain aux vents des caprices de la chair. Pour certaines personnes dans l’église, acquérir une saine doctrine peut nécessiter de laisser de côté le dernier best-seller chrétien pour prendre la Parole de Dieu, qu’Il a donnée pour notre bien éternel.
Deuxièmement, nous devons vivre un saint témoignage : “Je veux que tu affirmes ces choses, afin que ceux qui ont cru en Dieu s’appliquent à pratiquer de bonnes œuvres. (3-9) Voilà ce qui est bon et utile aux hommes” (3:8).
Troisièmement, nous devons partager l’évangile en parole et en actes : “Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée” (2:11).
Je te le demande : en tant que lumières vivantes dans une culture qui s’assombrit – en tant que sel ayant pour but de préserver la vie – mettons-nous ces choses en pratique ? Ou bien avons-nous perdu notre sainte saveur ? Avons-nous réduit Sa Parole à des conseils sur comment mieux vivre ou croyons-nous toujours qu’elle possède la puissance de la résurrection ?
Si nous croyons réellement que l’évangile de Dieu est une Bonne Nouvelle – que Christ est mort pour des pécheurs – nous allons le dire autour de nous sans nous en excuser. Et ils connaîtront Sa puissance grâce au témoignage que nous vivons.

samedi 8 avril 2017

UN FEU DÉVORANT - Jim Cymbala

Jésus n’a jamais baptisé d’eau qui que ce soit. Pourquoi ? Parce que le baptême qu’Il allait donner était le baptême du Saint-Esprit et de feu (voir Luc 3:16). Ne te méprends pas sur mes paroles : je ne veux pas dire qu’il existe deux baptêmes, un de l’Esprit et l’autre de feu. En fait, Luc utilisait une image – le feu comme symbole représentant l’Esprit – pour décrire un seul baptême. Jésus baptise dans le feu dévorant du Saint-Esprit.
Si tu allumes une allumette et que tu mets le feu à un morceau de bois, le feu va pénétrer le bois. C’est ce que le Saint-Esprit fait dans nos vies. Il va au-delà des apparences, jusqu’à la racine de nos êtres. L’Esprit ne met pas du sparadrap en surface des choses – Il va au cœur de nos problèmes afin d’apporter Son aide. De la même façon, une prédication qui est ointe par le Saint-Esprit est une prédication pleine de feu. Cela ne signifie pas dévaloriser les gens ni les condamner, mais cela signifie pénétrer le cœur, révéler le péché et montrer distinctement le besoin que nous avons tous de Jésus Christ. Sans le feu du Saint-Esprit, la prédication s’abaisse au rang d’un simple divertissement, d’une démonstration de talents oratoires.
Quand Pierre a prêché le premier sermon de l’ère chrétienne, ces mots qui n’étaient pas éloquents mais pleins de feu ont produit une profonde conviction et cette réponse : “Que devons-nous faire ?” (Actes 2:37). Les aides à l’enseignement qui aident les prédicateurs à communiquer sont utiles, mais sans le feu de l’Esprit, les cœurs ne s’humilieront jamais et ne seront jamais brisés devant le Seigneur.
Dans Jérémie, Dieu demande : “ Ma parole n’est-elle pas comme un feu ?” (Jérémie 23:29). La Parole annoncée avec le feu de l’Esprit se fait entendre au-dessus du brouhaha et s’occupe de la condition troublée de notre cœur. De nombreuses personnes ont probablement peu d’intérêt à expérimenter la parole brûlante de Dieu, ils préfèrent des réunions divertissantes et des messages qui ne les bousculent pas. Mais le feu de l’Esprit poursuit toujours sa proie et s’occupe des choses qui nous empêchent de profiter de la bénédiction de Dieu.
Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.

vendredi 7 avril 2017

UN FLAMBEAU D’ESPOIR

Notre foi dans les moments difficiles nous permet d’obtenir un “témoignage favorable.”
“Pour l’avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable” (Hébreux 11:2). Le mot grec pour obtenir” signifie ici : “témoigner.” Nos ancêtres dans le Seigneur avaient une foi fermement ancrée. Et leur foi inébranlable est devenue un témoignage pour le monde de la fidélité de Dieu au milieu des temps difficiles.
Pense à ce que nos ancêtres ont enduré : le déluge, les moqueries, l’emprisonnement, le feu, la torture, la guerre, la fosse aux lions. Dans tout cela, leur confiance en Dieu n’a jamais vacillé. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient un témoin intérieur du fait que Dieu était content d’eux. Nos ancêtres savaient que Dieu leur souriait, disant : “Bien joué ! Vous avez cru et vous vous êtes confiés en Moi.”
“Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent” (Hébreux 11:6). A chaque fois que nous tenons ferme dans notre foi dans les moments difficiles, nous recevons la même affirmation de la part du Saint-Esprit : “Bien joué ! Tu es un témoignage bien-aimé de Dieu.”
Quand tu te reposes en Lui lors des tempêtes, en gardant fermement la foi, tu obtiens un “témoignage favorable.” Et tu sers de flambeau d’espoir pour ceux qui t’entourent. Ceux qui regardent ta vie – à la maison, au travail, dans ton voisinage – apprennent que cet espoir est disponible pour eux aussi. Tandis qu’ils t’observent dans ton moment d’épreuve, ils réalisent  “Voilà quelqu’un qui n’a pas perdu sa foi en Dieu. Il n’a pas peur. Qu’est-ce qui lui permet d’avoir confiance au travers d’un tel bouleversement ?”
Notre Dieu nous a donné tout ce dont nous pourrions avoir besoin pour soutenir notre foi, même quand les problèmes ne font que s’accentuer. Nous avons reçu le Saint-Esprit comme témoin, qui réside en nous, et la Parole de Dieu pleinement révélée dans les Écritures. Cela nous soutiendra, obtenant pour nous un témoignage favorable, alors même que le monde autour de nous tremble.

jeudi 6 avril 2017

NOTRE GRANDE PROTECTION

Quand tu es au milieu d’une bataille, Satan va lancer des accusations contre toi. Il va te rappeler chaque péché passé, chaque moment difficile, chaque pensée stupide que tu as pu avoir un jour. Il n’est pas étonnant d’entendre Paul appeler de telles accusations des flèches de feu ou “des traits enflammés” (voir Éphésiens 6:16). La traduction littérale est “colère enflammée.” De nombreux saints connaissent la souffrance due à des mots mesquins et blessants, venant de ceux qui les entourent. De telles accusations irréfléchies sont de véritables flèches de colère enflammée.
Par moment, tu peux penser que tu es le seul à subir une attaque aussi sévère. Dans de tels moments, tu te sens seul, isolé dans ta souffrance. Même ceux qui se soucient le plus de toi semblent ne pas pouvoir comprendre tout ce que tu traverses.
L’apôtre Pierre nous rappelle : “Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra” (1 Pierre 4:12-13).
Enfin, Paul nous enseigne : “prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin” (Éphésiens 6:16).
Qu’est-ce que le bouclier de la foi, exactement ? Il s’agit d’une armure impénétrable construite sur les promesses de Dieu et polie par notre foi. Ce bouclier est notre plus grande protection contre tous les mots diaboliques et blessants prononcés contre nous. Le tenir levé devant un assaut de l’adversaire, c’est éteindre toutes les voix d’incrédulité et de peur. C’est une défense qui affirme avec confiance : “Satan, je ne suis pas sans connaître tes stratagèmes. Rien – que ce soit une souffrance aveuglante, des finances chancelantes, ou le monde en plein chaos – ne peux me séparer de l’amour de Dieu.”

mercredi 5 avril 2017

DES TRAITS ENFLAMMES VENANT DE L’ENFER

Paul conseille : “Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin” (Éphésiens 6:16). Paul donne des détails sur la façon dont nous devons livrer bataille contre l’ennemi, qui nous envoie des pensées de crainte pour nous tourmenter.
“Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.  Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes” (Éphésiens 6:11-12).
Bien-aimé, le conflit dans lequel nous sommes n’est pas une lutte humaine qui peut être livrée dans la sphère terrestre. Cette bataille a lieu dans un royaume surnaturel. La vérité, c’est que, si tu es en Christ, alors tu affrontes la colère de Satan. Ne confond pas cette colère démoniaque avec le jugement de Dieu. La colère que tu affrontes est celle du diable devenu fou parce qu’il sait que son temps pour s’en prendre au peuple de Dieu est court.
Les attaques de Satan sont tout particulièrement dirigées vers ceux qui se sont dévoués à marcher fidèlement dans le Seigneur. Encore et encore, le psalmiste dit fièrement : “Je trouve mon refuge en l’Éternel.” Voilà un exemple d’un saint juste qui se confie pleinement en Dieu. Pourtant, à cause de ce témoignage de confiance, il est la cible de Satan. Sa foi qui ne chancelle pas est la raison pour la quelle ces traits enflammés sont envoyés contre lui depuis l’enfer. “Car voici, les méchants [Satan et ses serviteurs] bandent l’arc… pour tirer dans l’ombre sur ceux dont le cœur est droit” (Psaumes 11:2).
Mais que sont ces traits enflammés venant de l’enfer qui nous visent toi et moi ? Il s’agit de pensées effrayantes, perturbantes au sujet de notre avenir et du souci que Dieu nous porte. Le diable est un menteur et un accusateur. Chacun de ses assauts est directement dirigé contre ta foi.

mardi 4 avril 2017

LE LIEU TRANQUILLE DE DIEU

Quand tu es dans la détresse – quand tu te sens submergé par la crainte, abattu par une grande affliction, troublé par des craintes concernant ton avenir – Dieu dit qu’il existe un lieu secret où l’on peut se cacher. C’est un lieu de réconfort où nous pouvons trouver le calme pour notre âme.
Où se trouve ce lieu secret où l’on peut se cacher ? C’est une chambre dans ton esprit qu’Esaïe décrit de cette façon : “ A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, parce qu’il se confie en toi” (Esaïe 26:3).
Quand Dieu nous dit : “Ferme la porte,” voilà ce qu’Il veut dire. Il nous montre la nécessité de nous couper des nombreuses voix dans notre tête qui nous troublent. Nous devons fermer la porte à toutes les pensées concernant demain, concernant les événements dans le monde. Jésus nous dit : “Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même” (Matthieu 6:34). Le Seigneur, qui nous a fidèlement conduit si loin ne nous abandonnera pas dans les jours qui viennent.
Considère ces cris du psalmiste :
“Aie pitié de moi, ô Dieu... Car en toi mon âme cherche un refuge ; Je cherche un refuge à l’ombre de tes ailes, Jusqu’à ce que les calamités soient passées. Je crie au Dieu Très-Haut, Au Dieu qui agit en ma faveur. Il m’enverra du ciel le salut, Tandis que mon persécuteur se répand en outrages... Dieu enverra sa bonté et sa fidélité” (Psaumes 57:2-3).
“Lorsque je pense à toi sur ma couche, Je médite sur toi pendant les veilles de la nuit. Car tu es mon secours, Et je suis dans l’allégresse à l’ombre de tes ailes. Mon âme est attachée à toi ; Ta droite me soutient” (63:6-8).

lundi 3 avril 2017

LE PLEIN MINISTERE DE L’EGLISE DE CHRIST - Gary Wilkerson

Voici la définition du ministère de l’évangile d’après l’apôtre Paul : “Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère” (2 Timothée 4:1-5).
Paul est très clair avec Timothée : “En tant que serviteur de Dieu, je te charge de reprendre, de censurer, d’exhorter. Voilà ce qui accomplit ton ministère !”
Je te le demande en toute honnêteté : est-ce que le ministère de l’église de Christ est entièrement rempli aujourd’hui ? Ou avons nous opté  pour une église de confort et de plaisir ? Je peux te promettre que si les pasteurs se conduisaient réellement comme des pasteurs, si les conducteurs de chants passaient autant de temps dans la prière qu’en répétition et en contrôle de la sono, si les gens qui viennent à l’église venaient chercher des vérités bibliques au lieu d’un simple confort de la chair – alors notre joie reviendrait. Notre but reviendrait. Et notre mission serait claire.
Quand cela se produira, nous témoignerons avec le prophète Jérémie : “J’ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées ; Tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon cœur” (Jérémie 15:16). Ensuite, quand un étranger passera la porte de notre église, il tombera à genoux dans une sainte crainte révérencielle. Il réalisera qu’il a trouvé la réponse qu’il a cherchée avec avidité sa vie entière. Et il criera : “Assurément, Dieu est dans ce lieu !” Amen ! Qu’il en soit ainsi, Seigneur Jésus !

samedi 1 avril 2017

LE FORMIDABLE POUVOIR DU NOM DE JÉSUS - Nicky Cruz

Jésus voyageait en bateau avec Ses disciples ( Marc 5:1-18), quand Il leur a fait traverser la Mer de Galilée pour gagner le pays des gadaréniens, qui étaient païens. Lorsque Jésus est sorti du bateau, un homme possédé a couru vers lui et est tombé à genoux. Les démons ont crié à Jésus : “Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ?” et les démons L’ont supplié de faire preuve de miséricorde envers eux.
Jésus a demandé à l’homme : “Quel est ton nom?” Mais une fois encore, la réponse est venue de la part des démons : “Légion est mon nom… car nous sommes plusieurs.”
Un troupeau de cochons paissait non loin et les démons ont supplié Jésus de leur permettre d’entrer dans les animaux. Les démons savaient qu’ils n’avaient aucune autorité ni aucun pouvoir en présence de la gloire de Dieu. Satan aime se moquer et ridiculiser des personnes sans défense, mais quand Jésus se montre, le diable redevient rapidement le perdant faible et pathétique qu’il est en réalité.
C’est un autre aspect de la vie qui n’a pas changé. Mais aujourd’hui, Satan est obligé de se recroqueviller et de se cacher, non seulement en la présence de Jésus, mais aussi devant n’importe quel disciple de Christ. Le nom de Jésus dans la bouche d’un croyant a un pouvoir formidable !
Donner aux démons la permission d’entrer dans le corps d’un tas de sales cochons était le comble de l’ironie et Jésus les a laissé faire. Aussitôt, les cochons se sont précipités du haut d’une falaise et sont morts. Pour moi, cela m’a toujours semblé être une parfaite préfiguration de ce qui attend Satan et ses démons au Jour du Jugement.
Nicky Cruz, évangéliste et auteur internationalement connu, s'est tourné vers Jésus Christ en se détournant d'une vie de violence et de crimes, après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L'histoire de sa conversion a d'abord été rapportée dans le livre La croix et le Poignard de David Wilkerson puis, plus tard, dans son propre best-seller, Du ghetto à la vie.