jeudi 17 avril 2014

LE VISAGE DECOUVERT

L'apôtre Paul a écrit : “Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur” (21 Corinthiens 3:18). La racine de l'expression utilisée ici pour “le visage découvert” a une signification étonnante. Elle signifie : être entièrement décidé à permettre à Dieu d'exposer toutes les choses cachées de notre cœur, dans le but d'en être complètement délivré.

Ce genre de “visage découvert” crie : “Éprouve-moi, Seigneur, regarde si je suis sur une mauvaise voie. Montre-moi les aspects de ma vie qui sont contraires à Ta Parole. Je veux être délivré de tout ce qui n'est pas de toi. Débarrassé de ma fierté, de mes ambitions, de mon intelligence égoïste, de mes raisonnements. Je sais que je ne peux pas par ma propre intelligence trouver une issue à ma situation. Saint-Esprit, j'ai besoin de Ta puissance et de Ta sagesse. J'abandonne tout espoir de résoudre les choses par moi-même.”

Pour beaucoup de croyants, c'est une chose très difficile à faire. Ils ont survécu toute leur vie chrétienne, grâce à leur intelligence et à leur sagesse. Mais devoir à présent admettre qu'on a tout gâché et qu'on a besoin de laisser le contrôle à quelqu'un d'autre, c'est tout simplement trop difficile.

Le Seigneur a dû m'arracher ce type de fierté il y a des années. A présent, grâce à Dieu, j'admets volontiers quand je gâche quelque chose. Ma prière constante est : “Dieu, je fais des choses si stupides. Je fais des erreurs si terribles, je me fourre dans des situations impossibles. S'il-te-plaît Seigneur, déblaie-les pour moi. Je ne peux pas le faire. Il n'y a que Toi qui peux.” Heureusement, Dieu prend plaisir à arranger le bazar que nous avons pu semer quand nous cherchons à faire Sa volonté.

Le miroir dont Paul parle dans ce passage, c'est la Parole de Dieu. Il n'y a qu'elle qui puisse refléter avec exactitude notre condition. Paul nous dit : “Va regarder le miroir de la vérité de Dieu et regarde ta vie. Dis au Seigneur que tu es sur la mauvaise voie et que tu veux être changé. Demande à Son Esprit te t'humilier et de te révéler Sa Parole. Rejette les autres conseils, tes propres idées, tes propres stratagèmes. Mais tourne-toi vers le Saint-Esprit avec une pleine confiance. Crois ce qu'Il te dit.”

Si tu t'appuies uniquement sur le Saint-Esprit, te détournant de toutes les autres sources d'aide, Il va lever le voile de tes yeux. Il va aussi envoyer dans ta vie des aides conduites par le Saint-Esprit et tu commenceras à ce moment-là à changer.

mercredi 16 avril 2014

LE MINISTERE DU SAINT-ESPRIT

La transformation est entièrement l’œuvre du Saint-Esprit. “combien le ministère de l'esprit ne sera-t-il pas plus glorieux”(2 Corinthiens 3:8). Nous ne pouvons tout simplement pas changer par nous-même. Il n'y a que l'Esprit de Dieu qui puisse nous transformer en la glorieuse image de Christ. Nous avons tous entendu dire : “Quand une personne se tourne vers le Seigneur, Dieu enlève le voile de devant ses yeux.” C'est uniquement l’œuvre du Saint-Esprit.

Nous lisons également : “Or, le Seigneur c'est l'Esprit ; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté” (verset 17). Le mot “liberté” utilisé ici signifie : “plus un esclave, exempt de dettes, libéré des chaînes.” Cela décrit la liberté qui vient lorsque nos yeux s'ouvrent. Soudain, nous voyons les choses avec un nouvel éclairage. Seul le Saint-Esprit est capable de briser la façon dont nous avons vu les choses toute notre vie, de nous faire faire demi-tour et de nous envoyer sur le bon chemin.

Pour faire court, le changement de direction dont Paul parle ici, c'est de se confier pleinement dans le Saint-Esprit de Dieu. Ce qui implique également de se détourner de tous les conseils qui ne sont pas bibliques, de toutes les idées et de tous les plans que nous avons nous-même établi et de s'en remettre uniquement au Saint-Esprit pour nous conduire et nous guider.

Paul a expérimenté ce genre de changement. Dans Actes 9, alors qu'il était encore connu sous le nom de Saul, il était sur le mauvais chemin, se rendant à Damas pour y persécuter les chrétiens. Quand on parle d'avoir un voile devant les yeux ! Saul croyait vraiment qu'il faisait une faveur à Dieu en arrêtant les croyants et en les jetant en prison.

Mais le Seigneur l'a intercepté et a créé une situation de crise dans sa vie. Quand Jésus a rencontré Saul sur la route de Damas, Il l'a frappé d'une lumière qui était si puissante qu'elle l'a littéralement aveuglé. Saul a dû être conduit aveugle dans une maison de Damas où il a dû rester jusqu'à ce que l'homme de Dieu nommé Ananias arrive. Ananias lui a dit : “Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint Esprit. Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue.” (Actes 9:17-18).

Saul a abandonné son passé, son futur et toutes choses au Saint-Esprit. Et le voile a immédiatement été ôté de ses yeux.

mardi 15 avril 2014

NOUS SOMMES CONTINUELLEMENT TRANSFORMES

Que cela te plaise ou non, nous sommes tous en constante transformation, d'une façon ou d'une autre. Dans le royaume spirituel, il n'y a pas de chose comme simplement exister : nous sommes transformés, que ce soit en bien ou en mal. Nous devenons soit d'avantage semblable à Dieu ou d'avantage semblable au monde. Nous grandissons en Christ ou nous rétrogradons.

Alors, est-ce que tu deviens plus doux et humble d'esprit, comme Jésus ? Est-ce que tu te regardes sobrement dans le miroir chaque jour en priant : “Seigneur, je veux être d'avantage à Ton image pour chaque aspect de ma vie ?”

Ou bien ton amertume a-t-elle pris racine, se transformant en rébellion et dureté de cœur ? As-tu appris à t'endurcir contre la voix du Saint-Esprit qui convainc de péché ? Est-ce que tu prononces des choses que tu pensais autrefois ne jamais devoir entendre d'un chrétien ? T'endurcis-tu au delà de tout espoir de changement ?

Si cela te décrit, laisse-moi te dire franchement : tu ne recevras jamais la délivrance à moins de changer. Ta vie va être de plus en plus chaotique et ta situation va empirer. Arrête de construire une argumentation pour te défendre, de montrer les autres du doigt et de chercher à te justifier. Dieu ne te rencontrera pas tant que tu ne te réveilleras pas en admettant : “Rien ne changera pour moi à moins que je ne sois changé.”

Crie à Dieu honnêtement dans la prière : “Change moi, Ô Dieu. Sonde-moi, montre-moi où j'ai échoué et où j'ai pris le mauvais chemin. Mets à nu ma fierté, ma colère, mon entêtement et mon péché. Aide-moi à déposer tout cela.”

Combien d'experts, de conseillers, de nuits solitaires et de combats inutiles dois-tu endurer avant de t'éveiller à la vérité ? Si une guérison ou une restauration doit avoir lieu, tu dois en assumer tes responsabilités. Ton miracle est dépendant de ta transformation.

“Quand les justes crient, l'Éternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses ; L'Éternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, Et il sauve ceux qui ont l'esprit dans l'abattement.. Le malheur atteint souvent le juste, Mais l'Éternel l'en délivre toujours” (Psaumes 34:17-19).

lundi 14 avril 2014

REGARDE CE QUE DIEU A FAIT AUJOURD'HUI by Gary Wilkerson

Le livre des Hébreux mentionne deux types de témoignages. Nous préférons tous le premier, où les saints conquièrent des royaumes, détruisent les ennemis, abattent des géants. Le second type de témoignage est complètement différent : des chrétiens coupés en deux, affamés, frigorifiés, obligés de se cacher dans des cavernes.

Il est trop facile pour les chrétiens d'aujourd'hui de vivre au travers des témoignages des autres. Combien de fois nous surprenons-nous à dire : “As-tu entendu parler de ce réveil spirituel en Afrique ?”, “L'église en Amérique fait du bon travail parmi les pauvres”, “Notre église a ouvert ses portes pour travailler parmi les drogués.” Nous devons nous réjouir de la fidélité de ceux qui font la différence au nom de Christ, bien-sûr, mais Paul a refusé de vivre par procuration, au travers du travail d'une autre personne : “ce n'est pas des travaux d'autrui, que nous nous glorifions ; mais c'est avec l'espérance, si votre foi augmente, de grandir encore d'avantage parmi vous” (2 Corinthiens 10:15).

Tu penses peut être que ta vie n'est pas à la hauteur, que tu ne mérites pas un témoignage dont tu pourrais être fier, mais ce n'est pas la question. Tout peut changer avec une seule prière de foi. Récemment, juste avant que je ne prêche, une femme de l'église m'a raconté ce qui lui était arrivé cette semaine là : après trente-huit ans d'addiction à la marijuana, Dieu l'avait libérée ! C'est arrivé lors d'une simple visite de deux frères de l'église. Alors qu'ils étaient assis à prier avec elle, elle a été convaincue de péché concernant le pot qu'elle avait dans son appartement et elle l'a immédiatement jeté.

La délivrance de cette femme est réelle et durable. Elle a obtenu un témoignage dont elle peut être fière, concernant la puissance de Dieu pour délivrer. Et les deux frères ont un témoignage également. Dieu les a utilisé d'une façon qu'ils n'auraient pas pu prévoir. Tous les trois peuvent dire : “Regarde ce que Dieu a fait au milieu de nous aujourd'hui.”

Même avec le plus petit commencement, la foi commence à grandir dans notre cœur. Nous réalisons : “Dieu a fait cela la semaine dernière et Il peut recommencer cette semaine.” Je veux me vanter de ce que mon église a des ministères efficaces et pleins de puissance, qui ont commencé exactement de cette façon : parce qu'une personne aidait fidèlement d'autres personnes. Dans chaque cas, c'est la prière persévérante d'un croyant qui a conduit à un ministère de conseil, de pardon, d'enseignement, et bien plus encore. La même chose peut être vraie pour chaque croyant. Quand nous construisons une histoire pleine de témoignages, notre foi grandit et nous incite à rechercher Dieu pour des choses plus grandes encore.

samedi 12 avril 2014

UNE SOURCE DE FORCE by Carter Conlon

Pense un instant à toute l'opposition à laquelle tu fais face aujourd’hui pour te priver de ton héritage en Christ. Cela peut être les mots qui ont été prononcés contre toi quand tu étais petit : « Tu es stupide ! Tu n’arriveras jamais à rien. Je m'en vais car tu ne vaux pas la peine que je reste. » Peu importe ce qui a été dit, ou la nature de l’opposition à laquelle tu es confronté aujourd’hui, garde juste en mémoire que tout cela cherche à t’arrêter à la frontière de la vie incroyable que donne le Christ.

Josué a dit au peuple : « Ne craignez point les gens de ce pays, car ils nous serviront de pâture » (Nombres 14 : 9). En d’autres termes, l’opposition va nous soutenir, elle va nous entretenir et nous nourrir. Bien sûr, c’est contraire à la façon de penser des hommes. Nous considérons l’opposition comme une chose affreuse qui est plus grande que nous. On se sent comme des sauterelles dès qu’elle apparaît ; elle nous menace et nous intimide. Alors, comment nous nourrit-elle exactement ?

Souviens-toi du ministère de Jésus en Samarie et de l’épisode où Ses disciples sont allés chercher de la nourriture pour Lui. Ils sont revenus à Jésus et L’ont encouragé à manger mais Il a répondu : « J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas » (Jean 4 : 32). Jésus disait en fait: « Vous ne connaissez pas encore la source de ma force. Vous n’y avez pas encore goûté ; vous ne savez pas ce que c’est, ni comment elle peut vous nourrir. » Les disciples se sont alors tournés les uns vers les autres et ont demandé : « bon, qui Lui a amené quelque chose à manger ? » Mais Jésus a expliqué : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre » (Jean 4 : 34). En d’autres termes, « Ceci est ma nourriture, c’est ce qui nourrit ma vie : faire face à tout ce qui s'élève en opposition directe à la volonté de Dieu et le conquérir par la puissance de Dieu. »

Jésus a continué : « Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson » (Jean 4 : 35). Je ne sais pas combien de fois j’ai pu entendre des Chrétiens dire que la moisson allait venir - un grand jour où beaucoup viendraient à Christ. Mais ici Jésus disait à Ses disciples, « Écoutez, ouvrez vos yeux, la moisson est déjà là, prête à être récoltée ! »

« Celui qui moissonne reçoit un salaire et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble » (Jean 4 : 36). Celui qui sortira pour moissonner recevra un salaire et ce salaire est la force et l'abondance du Dieu qui pourvoit. Elles seront données à celui qui dit : « Seigneur, je te donne les rênes de ma vie. Je désire accomplir l’œuvre de Dieu, quelle que soit l’opposition que je rencontrerai, car c'est là que se trouveras ma nourriture »


__________
Carter Conlon a rejoint l’équipe pastorale de l’église de Times Square en 1994, sur l’invitation de son pasteur fondateur David Wilkerson, et il a été nommé pasteur senior en 2001. En tant que dirigeant fort et passionné, c’est un orateur régulier des conférences pour dirigeants d’églises réalisées par World Challenge à travers le monde.

vendredi 11 avril 2014

LA VOIX DU CHRIST VICTORIEUX

Quand Dieu a dit : “Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel”(Hébreux 12:26), Il disait en fait : “J'ai fait trembler la terre au Mont Sinaï. Mais quand je parlerai dans ces derniers temps, Ma voix ébranlera à la fois le monde visible et le monde spirituel. Le statu quo va cesser : rien ne sera plus comme avant. Tout ce qui est appelé religieux, tout ce qui concerne Christ et l’Église, sera ébranlé par la voix de mon Fils parlant depuis le Ciel.”

Dieu avait prévenu Israël que tous ceux qui refuseraient d'écouter Son prophète auraient à rendre des comptes : “Et si quelqu'un n'écoute pas mes paroles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte” (Deutéronome 18:19). Il disait en fait : “Je vais pourchasser toutes désobéissances et vous me rendrez compte pour chacune d'elles.”

L’Écriture révèle que ceux qui ont ignoré les paroles des prophètes de Dieu ont connu la ruine. Il se sont recroquevillés et sont devenus amers, mourant sans aucune joie ni aucune paix. “Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux” (Hébreux 12:25).

Bien-aimé, nous non plus nous n'échapperons pas à la colère de Dieu, que ce soit en tant que nation ou en tant qu'individu. Et maintenant, la voix de Jésus fait trembler chaque nation, ébranlant les institutions, les dirigeants et l'économie. Il dit au vent et aux éléments : “Soufflez sur la terre.” Il dit aux nuages : “Retenez la pluie.” Il dit aux systèmes économiques du monde : “Avarices, soyez jugés !”

Dieu ordonne également : “Prisons, tremblez. Gouvernements, tremblez. Systèmes financiers, tremblez. Écoles, tremblez. Forces militaires, tremblez. Tribunaux et magistrats, tremblez. Que tout sur Terre tremble jusqu'à ce qu'il ne reste plus aucune autre fondation que le Seigneur.”

Ce n'est pas le diable qui ébranle tout. Le monde entier est ébranlé par la voix du Christ victorieux. L'Homme dans la gloire est monté sur Son trône avec puissance et Il prononce des paroles qui vont tout ébranler.

jeudi 10 avril 2014

DIEU PARLE CLAIREMENT

Dieu nous parle encore clairement aujourd'hui. Sa voix céleste résonne puissamment sur la Terre entière et cette voix vient au travers d'un Homme, Jésus, qui est assis à la droite du Père. Considère ces mots de l'épître aux Hébreux :

“Vous ne vous êtes pas approchés d'une montagne qu'on pouvait toucher et qui était embrasée par le feu, ni de la nuée, ni des ténèbres, ni de la tempête, ni du retentissement de la trompette, ni du bruit des paroles, tel que ceux qui l'entendirent demandèrent qu'il ne leur en fût adressé aucune de plus, car ils ne supportaient pas cette déclaration : Si même une bête touche la montagne, elle sera lapidée. Et ce spectacle était si terrible que Moïse dit : Je suis épouvanté et tout tremblant !

Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l'assemblé des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel.

Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle ; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux, lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse : Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. Ces mots : Une fois encore, indiquent le changement des choses ébranlées, comme étant faites pour un temps, afin que les choses inébranlables subsistent. (Hébreux 12:18:27)

Tu saisis le sens de ce passage ? Quand Dieu a parlé la première fois, le peuple a répondu : “Ne nous parle plus directement du Ciel. Parle-nous au travers d'un homme.” Et Moïse a prophétisé : “Comme vous l'avez demandé, Dieu va faire se lever un prophète. Il sera pleinement humain et Il vous parlera de la part de Dieu.”

Jésus était ce prophète annoncé. Il était Dieu incarné, le Seigneur fait homme. Il a eu un ministère sur Terre en tant qu'homme et une multitude de témoins L'ont vu monter au Ciel en homme. Maintenant, Il a un corps mystique, qui est Son Église. Mais Jésus est encore un homme fait de chair, il ressent encore ces sentiments humains que nous expérimentons tous.

Aujourd'hui, dans ces derniers temps, Dieu nous parle une fois de plus directement du Ciel et Il nous dit qu'Il va faire trembler sur ses bases tout ce qui nous entoure.

mercredi 9 avril 2014

DIS NOUS DES CHOSES FACILES A ENTENDRE

Un homme nous a récemment écrit : “Je ne sais pas qui m'a inscrit sur votre liste de contact, mais s'il-vous-plaît, rayez mon nom immédiatement. Je ne peux pas supporter votre sombre évangile et votre martelage contre le péché. Personne n'est parfait, même pas vous. J'en ai assez de votre évangile de malheur.”

Esaïe parle de ce genre de réponse : “c'est un peuple rebelle, Ce sont des enfants menteurs, Des enfants qui ne veulent point écouter la loi de l'Éternel, Qui disent aux voyants : Ne voyez pas ! Et aux prophètes : Ne nous prophétisez pas des vérités, Dites-nous des choses flatteuses, Prophétisez des chimères ! Détournez-vous du chemin” (Esaïe 30:9-11).

Le terme “flatteuse” utilisé ici signifie : “gentille, facile à entendre.” Le peuple d'Israël disait pour faire court : “Ne nous dites plus de mauvaises choses. Décrivez-nous que nous allons prospérer, que de grandes choses nous attendent. Sinon, qu'on ne vous voie plus !”

Aucun croyant qui cache un péché dans son cœur ne souhaite entendre une parole sainte et révélatrice. Cette personne fuira toujours la voix de vérité du Saint Esprit. Et il se tournera vers un prédicateur laxiste au niveau du péché, offrant des paroles faciles à entendre et des prophéties flatteuses.

Alors, te demandes-tu, quel message si dur à entendre la voix de Dieu a-t-elle donné à Son peuple sur le Mont Sinaï ? Il a simplement dit ceci : “Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude. Tu n'auras point d'autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d'image taillée...Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point” (Deutéronome 5:6-9).

Voilà la parole inaltérable et pure du Seigneur, venant directement de Sa bouche. Elle aurait dû envoyer les gens vers leur tente en courant pour détruire leurs images taillées. Elle aurait dû toucher leur cœur et les faire tomber à genoux. Mais ils ont pleuré : “Plus de tonnerre, de feux, de tremblements de terre. Plus de voix audible par tous. Donnez-nous un porte-parole qui sera comme nous et laissez-le nous parler. Ensuite, nous entendrons et obéirons.”

mardi 8 avril 2014

NOUS AVONS BESOIN D'UN MESSAGE MOINS PUISSANT

“Moïse dit au peuple : Ne vous effrayez pas ; car c'est pour vous mettre à l'épreuve que Dieu est venu, et c'est pour que vous ayez sa crainte devant les yeux, afin que vous ne péchiez point” (Exode 20:20).

“Vous suivrez entièrement la voie que l'Éternel, votre Dieu, vous a prescrite, afin que vous viviez et que vous soyez heureux, afin que vous prolongiez vos jours dans le pays dont vous aurez la possession” (Deutéronome 5:33).

Moïse disait en fait : “Dieu n'est pas en colère contre toi. Ce n'est pas pour cela que tu as fait cette expérience grandiose. Non, Il veut te remplir de la puissance que donne le fait de Le craindre. Il est en train de construire en toi une arme puissante et Il le fait afin que tu puisses vivre victorieux tous les jours de ta vie.”

Ensuite, nous voyons une des plus étrange démonstration de logique de la Bible. Ces responsables ont dit à Moïse : “aujourd'hui, nous avons vu que Dieu a parlé à des hommes, et qu'ils sont demeurés vivants. Et maintenant pourquoi mourrions-nous ? car ce grand feu nous dévorera ; si nous continuons à entendre la voix de l'Éternel, notre Dieu, nous mourrons. Quel est l'homme, en effet, qui ait jamais entendu, comme nous, la voix du Dieu vivant parlant du milieu du feu, et qui soit demeuré vivant ?” (Deutéronome 5:24-26). Ils ont dit à Moïse : “Nous savons que nous pouvons entendre Dieu nous parler du milieu du feu et survivre. Pourtant, si nous devons entendre Sa voix pure et sainte de façon directe, nous serons consumés. Pourquoi devrions-nous mourir ? De tous les peuples de la Terre, nous sommes les seuls à avoir entendu la voix de Dieu et à être encore en vie.”

Dieu nous donne ensuite un indice sur ce qui se passait en réalité : “Oh ! s'ils avaient toujours ce même cœur pour me craindre et pour observer tous mes commandements, afin qu'ils fussent heureux à jamais, eux et leurs enfants !” (verset 29).

Ils honoraient Dieu des lèvres mais leurs cœurs étaient éloignés de Lui. Pour citer Esaïe, “Quand ce peuple s'approche de moi, Il m'honore de la bouche et des lèvres ; Mais son cœur est éloigné de moi, Et la crainte qu'il a de moi N'est qu'un précepte de tradition humaine” (Esaïe 29:13).

Les israélites étaient tellement dévots envers leurs petites images dorées que rien ne pouvaient les empêcher de se livrer à cette adoration idolâtre. Finalement, ils ont même ignoré la voix de Dieu, dans toute sa sainteté et sa majesté.

Quand les anciens d'Israël ont dit : “Nous avons besoin d'un message moins puissant, sinon nous allons mourir”, combien ils avaient raison ! A chaque fois que tu écoutes le Saint-Esprit t'enseigner, que tu entends la Parole de Dieu pleine d'onction qui te convainc de péché, tu vas très certainement mourir. C'est à dire que tu vas mourir à tes péchés.

lundi 7 avril 2014

FAIRE CONFIANCE A DIEU POUR MANIFESTER SA PUISSANCE by Gary Wilkerson

David n'a jamais dit : “Mon père m'a demandé d'être berger, alors je suis devenu un bon berger. J'ai combattu des lions et des ours et je n'ai jamais perdu un seul mouton.” Ça aurait été un bon témoignage, mais il n'aurait pas rendu gloire à Dieu. En fait, David se vantait plutôt ainsi : “L'Éternel, qui m'a délivré de la griffe du lion et de la patte de l'ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin” ( 1 Samuel 17:37).

En tant qu'échanson à Babylone, Néhémie risquait sa vie comme goûteur de vin du roi. Mais Néhémie se glorifiait ainsi en Dieu : “Je reconstruis une ville pour restaurer l'honneur du nom de Dieu.” En effet, en entendant le nom de Dieu être raillé dans les rues de Jérusalem, Néhémie a senti un feu lui brûler les entrailles et il a entrepris de reconstruire les murailles.

Le témoignage de Moïse n'était pas : “J'ai vécu dans le palais de Pharaon et j'avais une grande autorité.” Il se vantait plutôt : “Dieu m'a parlé depuis un buisson ardent et j'ai affronté Pharaon en disant : “laisse aller mon peuple”. On a alors pu l'entendre se vanter à la Mer Rouge : “les armées égyptiennes se sont noyées dans la mer !”

Les croyants de la Nouvelle Alliance se glorifiaient des mêmes choses. Étienne était un diacre qui distribuait de la nourriture aux veuves (un bon témoignage en lui-même, mais le témoignage dont il était fier a été rendu quand il a prêché à une assemblée incrédule. Son message plein d'onction a tellement provoqué ces gens qu'ils ont pris des pierres pour le tuer. Le témoignage d’Étienne a eu deux conséquences : il a été le premier martyre de l'église et son sacrifice plein de foi allait plus tard avoir un grand impact sur un juif zélé du nom de Saul.

Je n'ai pas encore rencontré un chrétien qui ne se soit jamais demandé : “N'y a-t-il rien de plus dans cette vie en Christ ? Quand allons nous voir la puissance de Dieu se manifester dans cette génération ?” Peut-être es-tu en train d'affronter quelque chose qui nécessiterait l'intervention de Dieu. Ce n'est pas le moment de dire : “J'irai davantage à l'église”. C'est le moment de dire : “ Je fais confiance à Dieu pour manifester Sa puissance dans ma vie. Il va agir dans mon mariage, sauver mes enfants, toucher mes collègues. Il va me donner un témoignage dont je puisse être fier.”

Ce message n'a pas pour but de te culpabiliser. Il a pour but de faire naître une passion dans notre cœur, une passion trop souvent réprimée par la peur et le doute. Certains ont mis leur foi de côté depuis si longtemps qu'ils ne croient plus qu'ils peuvent avoir un tel témoignage, mais la Parole de Dieu dit autrement.

samedi 5 avril 2014

LA FOI NE S'ENSEIGNE PAS SEULEMENT, ELLE SE TRANSMET by Claude Houde

Je veux te défier par la foi de recevoir une vision pour toi-même. Si tu es un adolescent, un parent, un étudiant, une femme au foyer ou un jeune en début de carrière, tu peux communiquer ta foi à quelqu’un. Tu peux inspirer quelqu’un, un ami, une maman ou un papa, un fils, une fille, un autre croyant, à aimer, à prier, à pardonner, à se repentir, à servir ou à faire quelque chose de beau et de noble ! Permet à ton esprit d’entendre que Dieu est à la recherche d’un homme ou d’une femme dont le cœur va battre avec la vision que sans la foi, il est impossible de générer un peuple victorieux.

La foi ne s'enseigne pas seulement, elle se transmet ! La vérité et la réalité spirituelle, c'est qu'en tant que père, mes enfants peuvent marcher dans les traces de pas que je vais laisser pour eux. Permets-moi d’illustrer ceci avec une histoire tout simple de mon enfance, alors que je grandissais dans les quartiers défavorisés de Montréal.

  • Par une froide nuit d’hiver, un père se dirigeait une fois de plus vers le bar du coin. C’était vendredi soir et il venait tout juste de toucher sa paye. L’argent brûlait dans sa poche et, comme toutes les semaines, il s’apprêtait à le boire. Tout disparaissait dans ce moment fou et incompréhensible. Il n’était plus capable de penser à l’argent dont il aurait besoin pour nourrir ses enfants, payer son loyer et s’acquitter de ses factures. Les promesses qu’il avait faites à sa femme encore et encore disparaissaient à chaque fois, étouffées par son habitude qui l'aveuglait et sa soif inextinguible pour oublier ce qui à la fois le dégoûtait et le rendait esclave. Cet homme se détestait, mais les voix qu’il entendait à l’intérieur de lui gagnaient toujours : « Ce sont mes affaires, je ne fais de mal à personne, c’est mon choix, ce sontr seulement quelques verres. » Soudain, il a entendu un bruissement dans le silence de la nuit froide, le bruit de pas étouffés dans la neige. Il s’est retourné et ce qu’il a vu l’a frappé comme un poing de fer dans son estomac, lui coupant le souffle. Son fils l’avait suivi et faisait tous ses efforts pour essayer de mettre ses petits pieds dans les empreintes que son papa avait, pas après pas, laissé dans la neige. Il marchait dans les pas de son père.

Cher lecteur, chacun d’entre nous, nous conduisons quelqu’un quelque part. Des garçons et des filles apprennent à mentir, à accuser les autres, à tricher, à critiquer, à être arrogants et à toujours chercher une façon de court-circuiter les autres. Mais nos fils et nos filles peuvent aussi nous regarder et apprendre à aimer, à prier, à travailler, à louer, à servir, à pardonner et à croire. Ils peuvent apprendre de nous à dire la vérité, à respecter les gens, à juger les gens sur leur caractère plutôt que sur la couleur de leur peau, à être honnêtes, respectueux de leurs aînés et amis du pauvre.


__________
Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, au Canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'églises protestantes en expansion.

vendredi 4 avril 2014

PECHE CACHE

Quand Israël a campé au mont Sinaï, ils ont soudain été entourés de profondes ténèbres et d'un incroyable feu ardent. Du milieu de ces éléments impressionnants, Dieu a parlé : “Telles sont les paroles que prononça l'Éternel à haute voix sur la montagne, du milieu du feu, des nuées et de l'obscurité” (Deutéronome 5:22).

Alors que tout cela se produisait, les israélites étaient pétrifiés de peur. Ils étaient convaincus qu'ils allaient mourir avant que la voix du Seigneur ne cesse de parler. Finalement, la voix s'est tue, les éclairs ont cessé, le tremblement de terre s'est arrêté et, rapidement, le soleil a recommencé à briller. Alors chacun a regardé autour de lui, et ils se sont rendus compte que tout le monde était encore en vie. Ils avaient entendus de façon audible la voix de Dieu et ils étaient toujours en vie !

Évidemment, dès que cette incroyable manifestation a pris fin, les anciens d'Israël et les chefs de tribu ont demandé une réunion. On s'attendrait à ce que cette réunion soit la plus grande réunion de louange de toute l'histoire de l'humanité. Mais cette réunion n'était pas une réunion de louange, pas du tout. Étonnamment, les anciens ont dit à Moïse : “Nous ne pouvons supporter ce genre d'expérience. Nous ne voulons plus entendre l'imposante voix de Dieu ? S'Il nous parle encore de cette façon, nous mourrons. A partir de maintenant, nous voulons entendre Ses mots à travers une voix humaine.”

Cette réponse est vraiment étonnante. Pourquoi quelqu'un réagirait-il de cette manière à un miracle aussi glorieux de la part de Dieu ? Je peux te dire pourquoi. C'est parce que les israélites avaient un péché caché dans leur cœur. Il étaient des idolâtres en secret.

Étonnamment, ces gens s'accrochaient encore aux petites idoles dorées qu'ils avaient emportées hors d’Égypte. L'apôtre Étienne a dit que ces idoles étaient des “images que vous avez faites pour les adorer !” (Actes 7:43). Les israélites les avaient sculptées pour être semblables aux veaux d'or gigantesques que les égyptiens adoraient. Ils ont crié : “Tu nous as délivré de l’Égypte. Tu es notre Dieu.” Et maintenant, dans le désert, ils ne s'étaient toujours pas débarrassé de leur affreuse idolâtrie.

Étienne appelle ces gens “l'assemblée au désert” (verset 38). Il était étonné que, même après que le Seigneur leur ait parlé de façon audible, leur cœur était resté dans l’Égypte idolâtre. Il dit d'eux : “Nos pères ne voulurent pas lui obéir... et ils tournèrent leur cœur vers l'Égypte” (verset 39).

Tu peux voir pourquoi la voix de Dieu a fait trembler ces gens. La raison pour laquelle ils pensaient qu'ils allaient mourir, c'est qu'ils étaient en présence d'un Dieu saint et puissant, et pas d'une idole taillée et sans vie. Son Esprit s'était emparé de leur âme et leur conscience les condamnait.

jeudi 3 avril 2014

S'ENTRAIDER DANS LA PRIERE

Une femme de pasteur a laissé un message douloureux sur notre service de réponse. Elle disait d'une voix très empâtée : “Frère Dave, des milliers de femmes de prédicateurs boivent en secret pour camoufler leur peine. C'est ce que je fais. Je bois pour atténuer ma douleur.” D'autres femmes de serviteurs nous écrivent au sujet de leur mariage qui s'effondre ou de l'addiction de leur époux pour la pornographie.

Bien-aimé, ce sont ces gens que j'aide maintenant dans la prière : je prie pour les pasteurs et leurs familles parce que je sais qu'ils en ont besoin. J'ai été au premier rang pour voir que l'aide dans la prière fonctionne. L’Écriture dit que, quand l'apôtre Pierre a été emprisonné, “l'Église ne cessait d'adresser pour lui des prières à Dieu (Actes 12:5). Et Dieu a délivré Pierre avec un miracle !

Paul ne faisait pas que demander des aides dans la prière, mais il était une aide lui-même. Il savait que cela faisait partie de son appel en tant que prédicateur de l'évangile. Il a écrit aux Philippiens : “à tous les saints... aux évêques et aux diacres...Je rends grâces à mon Dieu de tout le souvenir que je garde de vous, ne cessant, dans toutes mes prières pour vous tous, de manifester ma joie ... parce que je vous porte dans mon cœur” (Philippiens 1:1,3,4,7).

Es-tu au courant que le mariage d'un frère ou d'une sœur est en péril ? Si c'est le cas, que fais-tu à ce sujet ? Dis-tu simplement autour de toi quelle honte c'est de les voir sur le point de se séparer ? Ou bien apportes-tu leurs noms au Seigneur en combattant pour eux dans la prière ?

Désires-tu travailler dans ce service d'aide dans la prière ? Si tu ne connais personne avec un besoin, commence par prier pour tous les couples chrétiens et tous les saints de Dieu. Tes prières n'ont pas besoin d'être longues. Expose simplement ta requête et fais confiance à Dieu pour qu'Il t'entende.

J'en ai eu la démonstration un jour que j'étais malade et au lit. Un de mes petits enfants est entré et m'a annoncé : “Papy, je vais prier pour toi.” Mon petit aide a posé sa main sur ma tête et a prié : “Jésus permets qu'il aille mieux.” je lui ai souri et l'ai remercié mais il a continué à me regarder. Finalement, il a dit : “Tu es guéri. Debout !” Alors je me suis levé, et j'étais guéri ! Sa prière pleine de foi m'avait remis sur pieds.

De puissantes délivrances se produisent quand les saints de Dieu Le cherchent instamment avec une foi d'enfant pour les besoins de leurs frères et de sœurs.

mercredi 2 avril 2014

AU MILIEU DES DIFFICULTES, PAUL A APPRIS DE GRANDES LECONS

La leçon la plus importante que Paul a appris dans son angoisse, c'est qu'il devait se tourner vers le Seigneur et les promesses de Son alliance. Il savait qu'il ne pouvait plus simplement se confier dans ses propres forces, dans ses capacités ou sa volonté. Il a écrit : “Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts” (2 Corinthiens 1:9).

L'épreuve de Paul l'a amené aux limites de ce qu'il pouvait endurer. Il savait qu'il n'avait plus de force pour combattre les puissances des ténèbres, alors il a condamné à mort sa propre chair. Et Dieu l'a merveilleusement délivré : “C'est lui qui nous a délivré et qui nous délivrera d'une telle mort, lui de qui nous espérons qu'il nous délivrera encore” (verset 10).

Comment Paul a-t-il été délivré ? Plusieurs choses sont à considérer. D'abord, il était un puissant homme de prière. Ensuite, il avait une grande confiance en Dieu. Paul savait que Dieu tiendrait Ses promesses. Il pouvait dire : “De la même manière que Dieu m'a délivré dans le passé, il est à l’œuvre pour me délivrer de cette épreuve. Dès à présent et jusqu'au jour de ma mort, je vais vivre sous Sa puissance libératrice.

Comme Paul, il nous est permis de vivre des temps difficiles, afin que nous mourions à notre confiance dans nos capacités humaines. Le Seigneur permet que nous soyons écrasés, rendus impuissants et faibles, dans le but de nous convaincre que nous ne pouvons pas vaincre l'ennemi par les efforts de notre chair.

Quand nous comparons notre vie à celle de Paul, nous pouvons être tenté de dire : “Je n'expérimenterai jamais le genre de délivrance dont cet homme a bénéficié. Il avait été éduqué dans la connaissance des Écritures et a reçu de grandes révélations de la part du Seigneur, concernant Jésus, l'évangile et la Nouvelle Alliance.”

“En plus, Paul a travaillé avec la manifestation et la puissance du Saint-Esprit. Il a à lui seul secoué des villes et des nations. Il ne pouvait pas être tué par le Malin, même après des lynchages, des émeutes, des naufrages. Dieu l'a même utilisé pour ressusciter des morts. Cet homme a été l'un des serviteurs de Dieu les plus remplis d'onction de toute l'Histoire. Il était fort spirituellement.”
Il n'en est pas ainsi selon Paul. L'apôtre dit clairement qu'il y avait un autre facteur important dans ses délivrances : la puissante intercession d'aides dans la prière : “vous-mêmes aussi nous assistant de vos prières” (verset 11). Paul disait : “Je sais que Dieu me délivrera. Et vous permettez que cela se produise par la prière.”

mardi 1 avril 2014

DELIVRE GRACE A DES AIDES DANS LA PRIERE

“Nous ne voulons pas, en effet, vous laisser ignorer, frères, au sujet de la tribulation qui nous est survenue en Asie, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie” (2 Corinthiens1:8). Le terme grec pour “accablé “ dans ce passage signifie “lourdement chargé, terriblement écrasé.” Paul disait à ces saints : “notre épreuve a été si sérieuse qu'elle m'a presque écrasé. J'ai cru que c'était la fin pour moi.”

Quand Paul dit qu'il était tellement chargé qu'il désespérait même de garder la vie, nous pouvons croire qu'il était vraiment dans une situation terrible. Dans d'autres passages, il nous relate quelques unes des épreuves qu'il a vécu. On peut se rappeler qu'il a simplement secoué la main pour se débarrasser d'un serpent venimeux qui s'était enroulé à son poignet. Il a fait naufrage trois fois, mais il le mentionne comme ça, en passant, pour faire valoir ses arguments. Paul a été battu, volé, lapidé, emprisonné et pourtant, au travers de tout cela, il ne s'est jamais plaint.

Pourtant, dans ce passage, l'apôtre en était arrivé à être totalement épuisé. Je crois que cette “tribulation” qu'il a enduré était une détresse mentale. Nous ne savons pas exactement ce qu'était cette épreuve qu'a vécue Paul, mais 2 Corinthiens 7:5 nous donne un indice : “Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n'eut aucun repos ; nous étions affligés de toute manière : luttes au dehors, craintes au dedans.”

Je crois que Paul se référait à une souffrance causée par les brebis auxquelles il avait prêché. De faux docteurs s'étaient levés à Corinthe et tentaient de retourner le peuple contre lui. A présent, Paul craignait que son troupeau ne rejette son message et ne suive des hommes qui n'avaient pas l'intérêt des brebis à cœur.

Il a été consolé quand Tite est arrivé, lui apportant de bonnes nouvelles au sujet de ses “enfants bien-aimés” de Corinthe. Paul écrit : “Mais Dieu... nous a consolés par l'arrivée de Tite, et non seulement par son arrivée, mais encore par la consolation que Tite lui-même ressentait à votre sujet : il nous a raconté votre ardent désir, vos larmes, votre zèle pour moi, en sorte que ma joie a été d'autant plus grande” (versets 6 et 7).

J'ai ressenti ce genre d'angoisse dans ma vie. A certains moments, les mots de gens que j'aimais et que j'avais aidé étaient comme des coups de couteaux dans le dos. Je peux dire avec David : “Sa bouche est plus douce que la crème, Mais la guerre est dans son cœur ; Ses paroles sont plus onctueuses que l'huile, Mais ce sont des épées nues” (Psaumes 55:21). Dans de tels moments, j'ai vraiment eu besoin des “aides dans la prière.”

lundi 31 mars 2014

UN TEMOIGNAGE DONT ON PEUT ETRE FIER by Gary Wilkerson

Nous vivons à une époque où les prédictions bibliques sont devenues des réalités bien visibles. Paul a écrit que, dans les derniers temps, des moments difficiles auraient lieu sur Terre (voir 2 Timothée 3:1). En ce moment même, des choses que nous n'aurions jamais imaginées il y a quelques années se produisent.

Jésus avait prédit que les hommes deviendraient égocentriques, amoureux de l'argent, plein de haine et d'arrogance. Aujourd'hui, les dirigeants de notre nation ne peuvent se mettre d'accord sur les principes communs les plus simples. Si quelqu'un a le courage de mentionner le péché, il est catalogué comme bigot et mis de côté. Alors que la Parole de Dieu est reléguée à la marge de notre culture, le péché prévaut de plus en plus.

Les pasteurs ressentent un bombardement spirituel. Semaine après semaine, j'apprends qu'un autre mariage est sur le point d'être brisé. Des enfants se scarifient parce qu'ils se haïssent eux-même. La drogue est plus répandue que jamais. Et il y a de moins en moins de voix qui se font entendre pour aider, puisque 1500 pasteurs abandonnent le ministère chaque mois.

En tant que corps de Christ, nous ne pouvons pas être oublieux de ces choses. L'Ancien Testament parle des fils d'Issacar, un groupe qui connaissait bien l'époque dans laquelle ils vivaient et qui étaient doués dans leurs rapports avec le monde (voir 1 Chronique 12:32). La même chose peut-elle être dite du corps de Christ aujourd'hui ? Si nous discernons l'époque dans laquelle nous vivons, nous savons que le temps n'est plus aux demi-mesures. La seule façon pour nous de “gérer le monde”, c'est de ne pas laisser l'église continuer comme d'habitude. Jésus dit de certains esprits démoniaques : “cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne” (Matthieu 17:21). dans une telle époque, nos prières doivent être ferventes, parce que s'il n'y a pas de changements sur le plan spirituel, les choses s'annoncent lugubres.

Au sein des ténèbres, Jésus nous appelle à être des lumières. Et voici notre message pour de tels moments : “Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde” (1 Jean 4:4). Dieu a fait de grandes choses dans les vies de Son peuple et chacun de nous est appelé à proclamer Sa gloire au travers un témoignage dont on peut être fier.

A quoi ressemble un témoignage dont on peut se vanter ? Voilà le genre de fierté dont je parle : Comme le dit l’Écriture : “Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.” (2 Corinthiens 10:17). Pour pouvoir nous vanter comme Paul le décrit, nous devons avoir un témoignage digne de la gloire de Dieu.

vendredi 28 mars 2014

DES AIDES DANS LA PRIERE

Paul était tellement conscient de son besoin de la prière des saints qu'il demandait partout des “aides dans la prière”. Il a supplié les Romains : “Je vous exhorte, frères, par notre Seigneur Jésus Christ et par l'amour de l'Esprit, à combattre avec moi, en adressant à Dieu des prières en ma faveur, afin que je sois délivré...” (Romains 15:30-31). Et il a demandé aux Thessaloniciens : “Frères, priez pour nous”( 1 Thessaloniciens 5:25).

En grec, le mot utilisé ici pour combattre signifie “lutter avec moi comme un partenaire de prière, combattre pour moi dans la prière.” Paul ne demandait pas une courte mention adressée au trône. Il demandait : “Combattez pour moi dans la prière. Menez cette bataille spirituelle, à la fois pour mon salut et pour celui de l'évangile.”

Quand Paul était en prison, prêt à abandonner sa vie, il a demandé instamment aux Philippiens de prier pour lui : “Car je sais que cela tournera à mon salut, grâce à vos prières et à l'assistance de l'Esprit de Jésus Christ” (Philippiens 1:19). Paul savait qu'il était un homme ciblé, que les hordes de Satan étaient concentrées sur sa destruction. Et il en est de même pour chaque véritable serviteur qui annonce l'évangile. Chaque pasteur, prédicateur et évangéliste a besoin d'aides dans la prière qui intercèdent pour lui continuellement.

Je peux t'assurer que je ne serais pas en train de t'écrire cela si des aides dans la prière ne s'étaient pas tenus à mes côtés au fil des ans. Cela m'a été rappelé récemment alors que j'étais en Europe pour conduire des conférences pour les pasteurs et des réunions d'évangélisation le soir. Pendant tout ce temps, l'Esprit de Dieu m'a montré que j'étais porté par les prières d'une multitude de personnes.

A Nice, en France, les américains ne sont pas très appréciés, et encore moins les évangélistes américains. Tout le monde s’inquiétait au sujet de cette réunion d'évangélisation, se demandant : “Peut-elle être faite ?” La France est envahie par le scepticisme, l'athéisme, l'agnosticisme, l'incrédulité. Et le genre de réunion que nous avions en projet n'avait jamais été essayée.

Quand le moment fut venu, cependant, des milliers de personnes se sont rassemblées. Et c'est à ce moment là que j'ai commencé à me sentir impuissant. Je ne savais pas ce que j'allais prêcher parce qu'aucun des messages que j'avais préparé ne semblait convenir. Mon interprète et moi-même avions revu certaines notes avant, mais je n'étais pas sûr qu'elles convenaient pour la réunion. Je l'ai prévenu : “Je ne suis pas sûr que c'est ce que je vais dire.”

Cependant, quand je suis monté sur le podium, l'Esprit s'est saisi de moi avec puissance. J'ai ressenti les prières de milliers de saints qui me supportaient et, alors que je commençais à parler, le Saint Esprit a rempli ma bouche. J'ai prêché pendant 40 minutes et pendant tout ce temps, on aurait pu entendre une mouche voler. Quand j'ai terminé, j'ai dit simplement : “Si vous avez besoin de Jésus, venez s'il-vous-plaît sur le devant” et des centaines de personnes se sont aussitôt levées.

jeudi 27 mars 2014

LA PERSEVERANCE DANS LA PRIERE

Certains enseignants clament que c'est un signe de manque de foi de demander encore et encore la même chose à Dieu. Non ! C'est faux, et ce faux enseignement a affaibli la foi d'une multitude. Dieu nous ordonne de demander, de rechercher sa face, de jeûner et de crier à Lui dans une supplication fervente et efficace (voir Matthieu 7:7).

Depuis le commencement, les véritables serviteurs ont transformé les promesses de Dieu en prières : 
  • Jésus savait que Son Père Lui avait promis toutes choses avant même la fondation du monde, mais Christ passait tout de même des heures en prière pour que la volonté de Dieu s'accomplisse sur la Terre. Il a même donné une parabole illustrant la persévérance dans la prière. Elle met en scène une “veuve importune” qui ne cessait de demander justice à un juge jusqu'à ce qu'elle l'obtienne (voir Luc 18:1-8). 
  • Dieu a donné à Ézéchiel de merveilleuses prophéties au sujet de la restauration d'Israël, promettant que la ruine de la nation disparaîtrait et qu'elle redeviendrait comme le jardin d’Éden. Mais le Seigneur a dit aussi que Sa Parole ne s'accomplirait pas sans la prière : “je me laisserai fléchir par la maison d'Israël, voici ce que je ferai pour eux...” (Ézéchiel 36:37). En d'autres termes : “Je vous ai fait une promesse mais Je veux que vous priiez pour qu'elle s'accomplisse. Recherchez-Moi de tout votre cœur, jusqu'à ce que vous la voyiez s'accomplir. Je vous délivrerai, mais d'abord vous devez le demander.” 
  • Daniel a lu la promesse que Dieu avait faite à Jérémie (Daniel 9:2), selon laquelle, après 70 ans, Israël serait restauré. Quand Daniel a vu l'année en question arriver, il aurait pu attendre dans la foi que Dieu accomplisse Sa promesse mais cet homme de Dieu est tombé face contre terre et il a prié pendant deux semaines, jusqu'à ce qu'il voit le Seigneur faire en sorte que tout cela se produise. 
Dans l'Ancien Testament, le souverain sacrificateur d'Israël portait les noms de toutes les tribus d'Israël sur son pectoral. Cela signifiait que les besoins de tout le peuple étaient constamment sur le cœur du sacrificateur lorsqu'il priait. Pour les chrétiens d'aujourd'hui, cela donne une merveilleuse image de Christ portant chacun de nous sur Son cœur et présentant nos besoins au Père. Bien plus, chaque chrétien d'aujourd'hui est un sacrificateur du Seigneur et nous devons constamment porter les besoins des autres dans nos cœurs (voir Jacques 5:14-16).

mercredi 26 mars 2014

NE PRIEZ PAS AVEC UN COEUR PARTAGÉ

En tant que serviteurs du Seigneur, nous sommes constamment en danger à cause de l'Ennemi. Notre amour pour Jésus est une menace pour tout l'enfer et nous ne pouvons pas entreprendre une œuvre pour Dieu sans rencontrer toutes sortes de pièges préparés pour nous par Satan.

Un conseiller conjugal m'a appelé récemment : “Partout où je me tourne dans notre église, les couples sont en train de se déchirer” m'a-t-elle dit. “C'est un véritable fléau qui sévit dans le corps de Christ en ce moment.”

J'entends toutes sortes de raisons pour les troubles qui sévissent dans les foyers chrétiens : l'incompatibilité, le manque de communication, la disparition de l'affection, l'infidélité. Mais en réalité, c'est bien plus profond que çà. Derrière tout cela, il y a une attaque de l'enfer contre les saints de Dieu.

Les causes des ménages brisés parmi les inconvertis ne sont pas mystérieuses. Mais parmi les justes, de tels troubles ont une cause. Réfléchis-y. Comment des chrétiens dévoués qui ont été au bénéfice de l'enseignement du Seigneur pendant des années peuvent-ils soudain ne plus avoir d'autorité à la maison ? Ils connaissent parfaitement la promesse de Dieu d'être leur force. Ils savent qu'Il a promis de détruire toute puissance satanique qui viendrait contre eux. Alors pourquoi le Malin gagne-t-il ? Pourquoi leur mariage est-il sous une menace constante ?

Je crois que c'est parce qu'au moins un des époux a ouvert la porte à un mensonge du diable. Peut-être se sont-ils tous les deux permis un quelconque compromis dans leur vie, ou ils sont devenus paresseux sur le plan spirituel. Et maintenant, le diable s'est emparé d'une forteresse dans leur cœur et dans leur foyer.

Si tu subis une telle attaque, tu devrais demander ce que les disciples eux-même ont demandé : “Pourquoi n'avons-nous pas pu chasser ce démon ?” Jésus a répondu que certains liens démoniaques ne pouvaient pas être brisés par l'imposition des mains ou par une prière faite une fois sans conviction. De telles forteresses ont des fondations si profondes que la seule façon de les faire tomber, c'est par une prière et un jeûne soutenus.

Mais l'église d'aujourd'hui est dans une sorte de stupeur pour tout ce qui concerne la puissance de la prière. Un voile est tombé devant les yeux de millions de chrétiens.Et maintenant, quand ils affrontent un problème, la dernière personne vers laquelle ils se tournent, c'est Jésus. Ils abandonnent le lieu secret et se tournent à la place vers des psychologues, des conseillers, des livres, des amis... partout sauf vers le Seigneur.

Si tu dis que ton mariage est en plein naufrage et que tu veux le rétablir, je me demande combien de temps tu passes avec Dieu. Combien de fois as-tu éteint ta télévision pour une petite heure, simplement pour être assis aux pieds de Jésus et y déposer le fardeau de ton âme ? Combien de repas as-tu sauté pour jeûner pour ton mariage ?

“La prière fervente du juste a une grande efficacité” (Jacques 5:16).

mardi 25 mars 2014

LE SUJET DE NOS PRIERES

La prière est souvent une des zones les plus égocentriques de la vie du chrétien. Quand on y réfléchit, la majorité de nos prières se concentrent sur nos propres besoins. Les deux sujets principaux de notre intercession sont notre croissance spirituelle et les besoins de nos familles et amis.

De temps en temps, nous dépassons peut-être nos propres petites préoccupations et nous prions pour d'autres personnes. Mais le plus souvent, quand nous disons : “Je vais prier pour toi”, nous ne le faisons pas. Ou alors, nous prions rapidement une fois et nous oublions ensuite rapidement leur besoin.

Récemment, j'ai examiné ma propre vie de prière à la lumière des Écritures et j'ai été consterné devant l'étroitesse et devant les limites de mes propres prières. Comme la plupart des croyants, je passe la majorité de mon temps de prière à rechercher la volonté du Seigneur au sujet de ma marche quotidienne avec Lui. Je pleure pour être rendu saint, pour devenir comme Lui, pour recevoir une direction pour ma vie, pour obtenir Son onction sur mon ministère. Et je profite d'une douce communion avec Lui, en L'adorant tranquillement et en étant renouvelé dans Sa présence.

J'intercède aussi quotidiennement pour ma famille. Je demande au Seigneur de protéger mes enfants contre les plans du malin, de rendre mes fils semblables à des chênes plantés près de la rivière de Dieu, de rendre mes filles semblables à des pierres polies dans Son palais et de faire de tous mes petits-enfants des serviteurs de Jésus. Je prie pour les préoccupations du corps de notre église. Je prie aussi pour ceux qui vivent des difficultés et pour les nombreux missionnaires et ministères que nous supportons.

Tu pourrais dire : “Tout cela est louable, frère Dave. C'est réconfortant de savoir que vous êtes proche du Seigneur, en communion avec Lui et priant pour tous ces besoins.”

Mais d'après la Parole de Dieu, une douce communion n'est pas suffisante. Certes, c'est le secret de la croissance spirituelle et nous ne pouvons pas vivre de plus grande expérience sur Terre. Mais si nous allons au pied du trône uniquement pour notre édification personnelle et nos propres besoins, nous sommes égoïstes. Nous ne pouvons tout simplement pas négliger de prier sérieusement pour tous les terribles besoins qui nous entourent.

“Alors il dit à ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson” (Matthieu 9:37-38).

lundi 24 mars 2014

COMMENT COMMENCE LE RÉVEIL by Gary Wilkerson

Si tu étudies n’importe lequel des grands réveils du passé, tu trouveras toujours des hommes et des femmes qui ont aspiré à voir les statu quo changés, en eux-mêmes et dans leur église. Ils ont fait appel à Dieu avec insistance, et la prière a engendré le réveil, qui lui-même a engendré encore plus la prière. C’est comme dans le psaume 80, où le psalmiste Asaph déplore le triste état de son époque : les murailles brisées, les animaux déchaînés, les vignes brûlées. Alors au verset 19, il plaide : « Fais-nous revivre et nous invoquerons ton nom. »

Le Saint Esprit est l’Esprit de prière. C’est seulement lorsque nous sommes remplis de l’Esprit que nous ressentons notre besoin de Dieu où que nous allions. Nous pouvons conduire une voiture et spontanément, notre esprit commence à aller vers Dieu avec des besoins, des demandes et des intercessions en plein milieu du trafic.

Si notre église ne prie pas et si les gens n’ont pas faim de Dieu, quelle importance peut avoir le nombre de participants aux réunions de l’église ? Comment cela pourrait-il impressionner Dieu ? Imagine un peu les anges en train de dire : « Oh, vos bancs d’église ! Nous n’en revenons pas de leur beauté ! Ici dans le ciel, nous en parlons depuis des années. Et la façon dont vous avez arrangé les marches pour accéder au pupitre… C’est merveilleux ! »

Si nous ne voulons pas expérimenter l’intimité avec Dieu ici sur la Terre, pourquoi voudrions-nous aller au ciel ? Il est le centre de toute chose là-bas. Si nous ne nous réjouissons pas d’être ici et maintenant en Sa présence, alors le Ciel ne sera pas le paradis pour nous. Pourquoi y enverrait-Il quelqu’un qui n’aspire pas à Lui passionnément sur la Terre ?

Je ne suis pas en train de suggérer que nous sommes justifiés par l’œuvre de nos prières ou par n’importe quel autre acte de dévotion. Je ne suis pas légaliste. Mais ne nous fourvoyons pas sur ce que sera le Ciel : ce sera le fait de se réjouir de la présence de Dieu, prendre du temps pour L’aimer, L’écouter et Le louer.


__________
Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Étant né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent aux conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 21 mars 2014

POUR TOUJOURS A LUI !

Tu te demandes peut-être combien de fois le Seigneur va te pardonner pour avoir toléré le même péché encore et encore. Sois rassuré. Son pardon incroyable est illimité. A chaque fois que tu péches, tu peux aller à Jésus et y trouver la délivrance. Mais le pardon de Dieu n'est pas sans sagesse ou aveugle. Bien sûr, notre Père céleste nous pardonne mais, arrivé à un certain point, Il nous punit pour nous empêcher de continuer à pécher.

Quand mes quatre enfants étaient jeunes, j'ai dû les punir pour avoir fait des bêtises. Je les appelais dans mon bureau pour une fessée et ils éclataient en sanglot : “Non papa ! Je suis désolé. S'il-te-plaît, pardonne-moi !”

Je les pardonnais, mais cela ne me dispensait pas d'appliquer la fessée. Je savais que si je ne le faisais pas, cela perdrait tout son sens, une farce plutôt qu'une source de discipline. De la même façon, la loi de Dieu est toujours là pour nous rappeler Sa sainteté, nous rappeler Ses voies, et qu'Il pense vraiment ce qu'Il dit !

Laisse-moi te laisser un mot d'espoir. Si tu es au fond de l'abîme en ce moment, à cause de ton péché, sois encouragé. Il te châtie à cause de Son tendre amour. Il veut que tu saches ce que c'est que de Le craindre !

Que signifie exactement craindre Dieu ? Cela signifie être capable de dire : “Je sais que mon Père m'aime. Je suis en sécurité, pour toujours à Lui, et je sais qu'Il ne m'abandonnera jamais. Il ressent ma peine à chaque fois que je lutte et Il est patient envers moi lorsque je me bats contre le péché. Il est toujours prêt à me pardonner à chaque fois que je crie à Lui, mais je sais aussi qu'Il ne va pas me permettre de continuer à désobéir à Sa Parole. Mon Père céleste ne m'épargnera pas, parce qu'Il m'aime tendrement.”
C'est la clé. Dieu veut que nous acceptions Son pardon afin que nous Le craignions. “Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu'on te craigne.” (Psaumes 130:4). Une fois que nous craindrons le Seigneur, nous voudrons plus que simplement Lui obéir. Nous voudrons Lui plaire, Le faire sourire. C'est le résultat béni de la sainte crainte de Dieu.

jeudi 20 mars 2014

SEULEMENT PAR LA FOI

Une des promesses fondamentales de la Nouvelle Alliance se trouve dans Jérémie 31:34 : “Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché.” Paul ajoute dans le Nouveau Testament : “Vous qui étiez morts par vos offenses ..., il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses”(Colossiens 2:13). Dieu nous a promis Son pardon, pour chaque péché.

Cependant cette promesse de pardon est limitée à certaines personnes. Elle s'applique uniquement à ceux qui ont été écrasés et écœurés par leurs péchés, qui ont été dans les profondeurs de la culpabilité, qui ont enduré l'examen de l'âme par le Saint-Esprit et qui se sont repentis, se tournant vers Christ par la foi !

Jésus Lui-même a dit : “Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux” (Matthieu 7:21). Malheureusement, de très nombreux chrétiens ne sont pas du tout troublés par leur péché. Leur péché installé ne les trouble plus le moins du monde. Ils se sont persuadés que Dieu est tellement miséricordieux et plein de grâce qu'Il les pardonnera même s'ils continuent obstinément à pécher.

Non, jamais ! Ils se sont appropriés une fausse paix, étouffant la condamnation du Saint-Esprit, son œuvre de mise en lumière et de rétablissement. Ils ont recherché le pardon avant que leur culpabilité ne puisse éclore en chagrin selon Dieu.

En même temps, le pardon de Dieu ne peut être obtenu que par la foi. Nous ne pouvons pas le comprendre. Le don que Christ nous a fait de l'expiation par son sang est tellement profond, miséricordieux, mystérieux, qu'il est bien au-delà de la compréhension humaine. Nous pouvons ressentir la condamnation, la peur et la culpabilité pour nos offenses, mais notre Père céleste se tient constamment à nos côtés avec amour, prêt à nous pardonner. Le sang de Christ, l'amour du Père, le désir de Dieu de nous pardonner : toutes ces bénédictions ne peuvent être réalisées que par la foi : “Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit : Le juste vivra par la foi” (Galates 3:11).

mercredi 19 mars 2014

DIEU EST BON ET PRET A PARDONNER

Beaucoup de croyants sont tellement submergés par leurs échecs qu'avec le temps, ils se sentent pris au piège au-delà de toute possibilité d'aide. Esaïe écrit à propose de tels croyants : “Malheureuse, battue de la tempête, et que nul ne console” (Esaïe 54:11).

Certains s'irritent finalement contre Dieu. Ils se fatiguent d'attendre qu'Il agisse et ils pleurent en accusant : “Seigneur, où étais-Tu quand j'ai eu besoin de Toi ? J'ai crié pour obtenir la délivrance, mais Tu n'as jamais répondu. J'ai fait tout ce que je pouvais faire, mais je ne suis toujours pas libre. Je suis fatigué de me repentir et de pleurer sans jamais rien voir changer.” Beaucoup de ces croyants finissent par arrêter leurs efforts et s'abandonnent à leurs convoitises.

D'autres tombent dans un brouillard d'apathie spirituelle. Ils sont convaincus que Dieu ne s'intéresse plus à eux. Ils se disent : “Ma destinée est cachée devant l'Éternel, Mon droit passe inaperçu devant mon Dieu” (Esaïe 40:27). “L'Éternel m'abandonne, Le Seigneur m'oublie” (Esaïe 49:14).

D'autres encore concentrent toute leur attention sur leur péché, essayant de se garder eux-mêmes dans un perpétuel état de condamnation. Ça ne fait que les amener à crier, perplexes : “ Nos transgressions et nos péchés sont sur nous, et c'est à cause d'eux que nous sommes frappés de langueur ; comment pourrions-nous vivre ?” (Ézéchiel 33:10). Le fait est qu'être convaincu de péché n'est pas une fin en soi. Quand nous sommes humiliés par la culpabilité et le chagrin à cause de notre péché, nous ne sommes pas sensés rester dans cette disposition d'esprit. Ces sentiments ont pour but de nous amener au bout de nous-mêmes, pour finalement atteindre la victoire à la croix.

Après tous ces temps passés à pleurer et à crier à Dieu, David finit par attester : “Mais le pardon se trouve auprès de toi” (Psaumes 130:4). Le Saint-Esprit a commencé à envahir son âme de souvenirs de la grâce de Dieu et il s'est rappelé tout ce qu'il avait appris au sujet de la nature du Père, pleinde grâce et de pardon. “Mais toi, tu es un Dieu prêt à pardonner, compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté” (Néhémie 9:17).

Très vite, David se réjouissait, se rappelant : “Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent” (Psaumes 86:5).

mardi 18 mars 2014

DIEU N'ETAIT PAS EN COLERE CONTRE JONAS

“Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ?”(Psaumes 130:3).

De nombreux chrétiens se débattent comme David l'a fait. Quand la juste et sainte crainte de Dieu est implantée dans leur âme, Sa terrible majesté plane constamment devant eux. Comme David, ils crient : “Seigneur, qui peut se tenir devant Toi ? Qui peut supporter Ta sainteté ?”

Jonas a posé exactement la même question. Il était au fond de l'océan, incapable d'échapper à sa situation quand il a crié : “Tu m'as jeté dans l'abîme, dans le cœur de la mer, Et les courants d'eau m'ont environné ; Toutes tes vagues et tous tes flots ont passé sur moi...L'abîme m'a enveloppé”(Jonas 2:3 et 6).

Qui a jeté Jonas dans cet abîme de ténèbres ? C'était Dieu ! Le Père céleste a jeté le prophète au plus profond de l'abîme et a envoyé une baleine pour l'avaler.

Dieu n'était pas en colère contre Jonas, alors pourquoi a-t-Il permis que cela lui arrive ? Parce qu'Il voulait empêcher son serviteur de courir loin de Sa volonté. Il voulait que Jonas suive Ses plans pour qu'il puisse être béni. En clair, Dieu a plongé Jonas au fond de l'abîme pour pouvoir le restaurer.

Jonas 2:2 nous dit exactement ce que Dieu recherchait : “Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, Et il m'a exaucé ; Du sein du séjour des morts j'ai crié, Et tu as entendu ma voix.” Le Seigneur attendait que Jonas se tourne vers Lui, qu'il crie à Lui et à Lui seul. “Je disais : Je suis chassé loin de ton regard ! Mais je verrai encore ton saint temple” (verset 4). “Quand mon âme était abattue au dedans de moi, Je me suis souvenu de l'Éternel” (verset 7)

Aujourd'hui, le Seigneur fait la même chose avec nous : Il nous permet de sombrer dans le désespoir au sujet de notre péché jusqu'à ce que nous n'ayons pas d'autre ressource que de nous tourner vers Lui. Et finalement, du sein de notre enfer, nous crions : “Ô Seigneur, s'il-te-plaît entends-moi ! Je n'ai pas d'espoir. Tu dois me délivrer !”

Peut-être as-tu touché le fond en ce qui concerne ton péché. Il semble que tu ne puisses tout simplement pas remporter la victoire sur ce péché installé et le Seigneur a permis que tu sombres dans l'abîme. Mais tout cela a un but précis. Il espère que, comme Jonas, tu vas à nouveau regarder vers Lui.

Sois rassuré : quand Jonas a crié au Seigneur, Dieu l'a délivré rapidement : “L'Éternel parla au poisson, et le poisson vomit Jonas sur la terre” (verset 10). Dieu a dit à la baleine : “Cela suffit ! A présent, recrache-le. Mon serviteur a crié à Moi et Je vais lui répondre.”

lundi 17 mars 2014

LE SOUFFLE DE VIE DE DIEU by Gary Wilkerson

“Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus ; mais il n'y avait point en eux d'esprit [le terme hébreux signifie « souffle »]” (Ézéchiel 37:8). Quelle scène tragique. Je connais des églises qui ont tous les programmes et toutes les stratégies bien en place, mais pas de vie. Tant d'églises ont des séminaires, des conférences, des livres, des sites internet, des podcasts et des rencontres pour tous les âges et pour tous les besoins. Toutes ces choses sont bonnes, mais à moins que l'Esprit de Dieu ne souffle en elles, elles ne sont rien. En fait, de telles choses ont le pouvoir subtil de nous dérober la vie que Dieu désire pour nous.

Pendant que nous participons à toutes ces activités de l'église, nous avons l'illusion d'être spirituels. Cela peut ressembler à des os desséchés qui se rassemblent, mais en réalité, il leur manque le souffle de vie de Dieu. J'échangerais 1 000 réunions d'adoration et 10 000 stratégies pour un seul souffle de Son Esprit. Seul Dieu peut insuffler la vie à ce que nous faisons, afin que ces os desséchés puissent vivre.

Il me dit : Prophétise, et parle à l'esprit !” (37:9). Le terme hébreux utilisé ici pour “esprit” est ruach, c'est à dire l'Esprit de Dieu. Une fois encore, Dieu commande à Ézéchiel de prophétiser. La première fois, il avait prophétisé aux os, c'est à dire aux gens, mais la deuxième fois, il s'agit de prophétiser à Dieu Lui-même, à ruach, c'est-à-dire le Saint-Esprit.

Que dit Dieu dans ce verset ? Il nous dit que prêcher les uns aux autres (exprimer une doctrine) n'est pas suffisant. Nous ne pouvons pas simplement parler des choses de Dieu aux hommes. Nous devons aussi parler des hommes à Dieu, en L'implorant d'agir. Dieu appelle les hommes et les femmes de foi à crier à Lui pour qu'Il s'implique dans leur situation et qu'Il change les choses. Seul le Saint Esprit de Dieu peut apporter la vie. Nos yeux ne peuvent pas voir, nos oreilles ne peuvent pas entendre, nos bouches ne peuvent pas parler de Lui à moins qu'Il ne nous ait d'abord vivifié.

Quand Il fait cela, les résultats nous émerveillent : “Je prophétisai, selon l'ordre qu'il m'avait donné. Et l'esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds” (37:10).

Le souffle de Dieu nous fait nous lever avec assurance. La même chose s'est produite dans Actes 2 : “Alors Pierre, se présentant avec les onze”(2:14). Le mot utilisé ici pour “se présentant” est le même que “se tinrent” dans le passage d’Ézéchiel. L'évangile que Pierre a proclamé lors de la Pentecôte n'était pas différent de l'évangile qu'il avait connu, mais maintenant, il s'est levé et l'a proclamé avec la puissance d'en haut.
La vie que Dieu est prêt à nous insuffler est de celle qui ramène la vie aux os desséchés, qui ramène la vie dans un environnement sombre et désespérant. Du chaos, Jésus produit la vie. Des cendres, Il produit la beauté. Et dans une situation terrible que l'ennemi destine à notre destruction, Jésus insuffle une nouvelle vie !

samedi 15 mars 2014

LA CLE by Carter Conlon

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes” (Matthieu 7:12). C'est comme si Jésus leur disait : “Si je souffrais, j'aimerais que quelqu'un me console. Si j'étais perdu, j'aimerais que quelqu'un donne tout ce qu'il a pour m'aider à m'en sortir.”

Quoi que tu veuilles que les autres fassent pour toi, fais-le pour eux. C'est réellement la clé pour ouvrir l'accès à toutes les ressources que Jésus nous dit de demander. C'est la clé pour supporter le mépris de ceux qui s'opposent à Lui et la clé pour être gentil avec tes ennemis. C'est le cœur de Dieu qui dit : “Je ne veux qu'aucun périsse” et c'est ce qui te permets d'être giflé sans riposter. C'est la clé pour la joie et l'amour sur le lieu de travail malgré la grossièreté de ceux qui t'entourent.

La promesse à la fin de cet évangile dit : “C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc” (Matthieu 7:24-25). La maison était fondée sur l’œuvre de Dieu sur la Terre. C'est pour cette raison que Paul pouvait être sur un bateau au cœur de la tempête, et cependant être toujours debout et rester dans la communion avec Dieu, à encourager ceux qui allaient devoir nager vers la sécurité (voir Actes 27). Il considérait en priorité la gloire de Dieu et les autres personnes présentes, avant de considérer sa propre sécurité. Paul pouvait voir ce que les hommes ordinaires ne pouvaient voir. Le capitaine du bateau et les matelots ne pouvaient pas voir ce que Paul voyait, mais les yeux de Paul étaient ouverts et il a reçu une incroyable vision, parce qu'il avait choisi de pouvoir être utilisé pour la gloire de Dieu et pour être en bénédiction aux hommes. Il est la préfiguration de ceux qui auront de l'huile pour leur lampe dans les derniers temps (voir Matthieu 25:1-13).

Je t'encourage à étudier les chapitres 5 à 7 de Matthieu. J'ai lu ces trois chapitres encore et encore et je crois qu'ils donnent une vision claire de ce que la vie chrétienne est supposée être. Plus tu étudies ces chapitres, plus tu es convaincu que tu ne peux pas vivre cette vie par toi-même. Tu as besoin de la puissance de Dieu. Alors le Seigneur te dit : “Demande maintenant !” (Matthieu 7:9).


__________
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994, sur l'invitation du pasteur fondateur David Wilkerson. Il a été nommé Pasteur Senior en 2001. C'est un responsable fort et plein de compassion qui est un intervenant régulier des Expect Church Leadership Conferences menées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 14 mars 2014

FAIT APPEL A SON NOM

“Je suis sans force, entièrement brisé ; Le trouble de mon cœur m'arrache des gémissements. Seigneur ! Tous mes désirs sont devant toi, Et mes soupirs ne te sont point cachés.” (Psaumes 38:8-9)

Es-tu devenu aussi désespéré que l'était David ? T'es-tu enfermé seul avec Dieu, tombant face contre terre et criant à Lui ? Des prières ternes, tranquilles, paresseuses n'accompliront rien. Si tu ne décharges pas les fardeaux de ton âme devant Dieu, tu ne désires pas réellement la guérison, tu veux simplement avoir accompli ton rituel !

Tu dois crier de tout cœur, comme David l'a fait : “Seigneur, entends ma supplication ! Je n'abandonnerai pas tant que Tu n'auras pas répondu !”

Laisse-moi te décrire le genre de désespoir dans lequel se trouvait David. Imagine que tu rentres à la maison et, alors que tu tournes au coin de ta rue, tu vois des camions de pompiers devant ta maison. Une fumée noire sort des fenêtres et tout le bâtiment est sur le point de disparaître dans les flammes. Et tu sais que ton conjoint et tes enfants sont à l'intérieur.

Dis-moi, à quel point serais-tu calme et tranquille dans un tel moment ? Combien de temps resterais-tu là à ne rien faire, espérant que les flammes meurent d'elles-mêmes ? T’assiérais-tu calmement en priant : “Jésus, j'espère que tu vas éteindre les flammes” ? Non ! Si tu as ne serait-ce qu'un peu d'amour dans ton cœur, tu vas courir à travers la fumée dans ta maison et essayer de faire quelque chose !

Si ton mariage a des problèmes, alors ta maison est en feu et ta relation est en train de partir en fumée. Si tu permets à ce feu de continuer, tu vas tout perdre.

Alors, as-tu la crainte de Dieu en toi pour ton mariage ? Es-tu abattu par la culpabilité et la condamnation au sujet de ton rôle dans sa désintégration ? Si c'est le cas, n'essaye pas de tranquilliser ta conscience. Dieu t'envoie cette parole forte parce qu'Il t'aime. Il te prévient avec miséricorde, essayant de te réveiller avant ton auto-destruction. Alors cours vers Lui et prie assidûment. Toutes les guérisons commencent par le fait de faire instamment appel à Son nom !

jeudi 13 mars 2014

Y A-T-IL SEULEMENT UN ESPOIR ?

Du sein du désespoir, David a crié : “Seigneur, écoute ma voix ! Que tes oreilles soient attentives A la voix de mes supplications ! (Psaumes 130:2). Cela sonne à mes oreilles comme la supplication d'un mourant. David, de toute évidence, n'était pas juste en train de prononcer quelques “prières-pensées”. Il était face contre terre, brisé, contrit, plaidant avec Dieu du plus profond de son cœur.

David savait que son âme avait besoin d'une délivrance et il s'est tourné vers Dieu seul pour trouver cette délivrance. Il avait conclu : “Je suis dans une condition si difficile que seul le Seigneur peut m'aider à présent. Je ne peux pas compter sur mes conseillers, mes amis ni même ma famille. Mon seul espoir est dans la prière. Alors je vais crier à Dieu nuit et jour jusqu'à ce qu'Il entende ma supplication !”

Beaucoup de mariages chrétiens ont désespérément besoin du type de délivrance que David recherchait. Dans tout le pays, je vois des couples sombrer dans les noirs abîmes du désespoir. Des époux disent s'aimer alors qu'ils ne sont même plus corrects dans leur façon de communiquer. Ils montrent plus de gentillesse envers des étrangers que l'un envers l'autre. Avec le temps, leur foyer est devenu un lieu glacé plein de basses mesquineries. Ils ne le savent pas, mais ils vont en chute libre vers la destruction, leur relation est en train de rapidement devenir hors de contrôle. Peut-être ton mariage est-il tombé aussi bas que possible. Toi et ton épouse avez touché le fond et tu te réveilles chaque matin en te demandant s'il reste un espoir.

Bien-aimé, tu dois te réveiller et prendre conscience de ta condition. Tu es tombé au fond d'un trou profond, plein d'attitudes qui ne sont pas de Dieu et cette condition ne va pas s'arranger simplement par elle-même. A moins que tu ne prennes des mesures, cela ne va faire que s'aggraver jusqu'à ce que l'un de vous deux ne tue finalement le mariage.

Réveille-toi maintenant au son de la voix de l'Esprit Saint ! Il y a du péché au sein de ton mariage et il est commis à la fois par toi et ton épouse. Tu dois t'en occuper ou tu vas rester au fond de la citerne sombre pour toujours.

Alors, à qui montres-tu ta peine ? Est-ce que tu vides ton sac devant ton meilleur ami ? Si c'est le cas, est-ce que tu es en train de monter un dossier contre ton épouse ? Si tu vois un conseiller, cherches-tu en réalité à te justifier pour tout arrêter ?
S'il-te-plaît, ne te méprends pas sur mes propos. Je crois au conseil conjugal. Mais si tu veux sérieusement t'attaquer à la source du problème, il n'y a qu'un seul endroit où te rendre. Tu n'as pas à regarder plus loin qu'à ton propre cœur ! Le péché est juste là, en toi et, tout comme David, tu as besoin de crier à Dieu pour obtenir Sa grâce.

mercredi 12 mars 2014

LA FLECHE DE LA VERITE

La plupart des Chrétiens sont soulagés de savoir qu'ils ne font pas partie de la liste des damnés citée par Paul : “Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu.” (1 Corinthiens6:9-10). De Nombreux chrétiens sincères font tous leurs efforts pour ne pas transformer la grâce de Dieu en excuse pour pécher, tout en réalisant que leur marche ne peut être conforme à Ses saints critères.

Quand ils lisent le verset suivant, ils sont transpercés par cette flèche de vérité : “Et c'est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ, et par l'Esprit de notre Dieu” (verste 11). Soudain, ils se rappellent un péché installé dont ils n'ont jamais été capables de se débarrasser. Ils pensent : “Attends une minute. J'ai été délivré et sanctifié. Alors pourquoi est-ce que je n'arrive pas à me débarrasser de cette habitude ? Je ne suis pas réellement libre !”

Peut-être es-tu retombé récemment dans une vieille habitude. Peut-être as-tu visité un site pornographique sur internet ou t'es-tu impliqué dans un péché d'adultère ou d'homosexualité. Ou peut-être as-tu volé ton employeur ou t'es-tu arrêté pour boire un coup sur le chemin entre le travail et la maison. Quelle que soit ton habitude, tu sais que tu n'es pas libéré sur ce plan là.

Ne sois pas surpris si tu commences à te sentir comme David : “Je me souviens de Dieu, et je gémis...et mon esprit est abattu” (Psaumes 77:3).

A chaque fois que le Seigneur voit un de Ses enfants aux prises avec une convoitise de la chair ou un lien, Il vient rapidement pour nous ramener sur le chemin de l'obéissance, de la paix et du repos. Comment fait-Il cela ? Il met dans nos vies des circonstances qui nous forcent à affronter notre péché !

Souvent, cela implique de nous amener au fond du gouffre, comme Dieu l'a fait avec Jonas. Il nous laisse ressentir Sa désapprobation et nous laisse être avalé par nos circonstances. Mais c'est des sombres profondeurs que Jonas a crié à Dieu. Et le Seigneur a répondu promptement aux cris de Son serviteur, restaurant en lui Ses bénédictions et Sa volonté !

mardi 11 mars 2014

SEIGNEUR, ENTENDS MA VOIX

“Du fond de l'abîme je t'invoque, ô Éternel ! Seigneur, écoute ma voix ! Que tes oreilles soient attentives A la voix de mes supplications ! Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ? Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu'on te craigne” (Psaumes 130:1-4).

David était dans l'angoisse à cause du scandale qu'il avait causé en Israël. Son péché avait été exposé et le monde entier le savait. Sa peine à cause de la honte qu'il avait causée était si forte qu'il a supplié Dieu : “ Ne me rends pas l'opprobre de l'insensé !” (Psaumes 39:8).

Je connais un certain nombre de chrétiens qui sont exactement comme David. Ils aiment Jésus mais ils ont péché gravement contre la lumière qui leur a été donnée. Ils ont entendu de nombreux messages sur la justice, ont lu la Bible quotidiennement pendant des années, ont passé des heures sans nombre dans la prière. Pourtant, ils ont péché contre toutes les bénédictions de Dieu. Comment ? Parce qu'ils ont un péché installé qu'ils n'ont jamais affronté !

Avec le temps, leur péché a étouffé leur communion avec Jésus et maintenant le Saint-Esprit a mis le doigt sur leur habitude, la leur exposant. Il les met en garde : “En voilà assez : ce péché doit partir ! Je ne fermerai pas les yeux sur la façon dont tu continues à l'excuser. A partir de maintenant, tu as un ultimatum. Je t'ai montré ton péché mais bientôt, il sera exposé au monde entier !”

Maintenant, à chaque fois qu'ils entrent dans la maison de Dieu, ils ne peuvent même pas lever la tête. Et ils pleurent comme David l'a fait : “Mes péchés sont trop nombreux pour être comptés ! Mon iniquité s'est emparée de moi. Je ne peux même pas lever ma face vers le Ciel !”

Ils ont perdu toute la joie, le bonheur et la liberté dont ils jouissaient auparavant. Ils ne sont plus capables de prier ou de chanter avec une quelconque vie ou une quelconque puissance. Et ils marchent avec un grand sentiment d'échec. Ils sont devenus faibles, malades dans leur âme, abattus, près de tomber. Et ils savent que tout cela résulte du fait que leur péché les a séparé de leur communion avec Dieu !

Est-ce que cela décrit l'état actuel de ton âme ? Si c'est le cas, remercie Dieu pour Sa miséricorde. Il est en train de mettre en toi une sainte crainte de Dieu !