jeudi 27 avril 2017

RESTE TRANQUILLE

Fais-tu face à une situation de crise particulièrement sévère en ce moment ? Tu te demandes peut-être : “Que suis-je sensé faire alors que je me retrouve dans une situation aussi désespérée ? Que dois-je faire quand tout semble sans espoir – quand il n’y a aucun endroit où se tourner et aucune issue visible ? Que se passe-t-il quand je suis vaincu par la peur parce que tout s’effondre autour de moi et que je n’ai aucune réponse à mes problèmes, personne pour me dire comment me sortir de mes problèmes ?”
Notre Seigneur n’est pas un maître dur et quand Il nous voit dans une situation effrayante et difficile, Il désire nous entendre crier à Lui. Il se réjouit lorsqu’Il entend une prière telle que celle-ci : “Seigneur, j’ai peur ! Tu as toujours été fidèle pour me délivrer et je sais que Tu as la puissance de me délivrer maintenant. Père, je remets ma vie entre Tes mains.”
Voilà comment Dieu a répondu à Israël quand il a fait face à une crise majeure : “Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l’Éternel va vous accorder en ce jour… L’Éternel combattra pour vous ; et vous, gardez le silence” (Exode 14:13-14).
Le Seigneur leur disait : “La première chose que vous devez affronter, c’est votre peur ! Je combattrai pour vous, Je vous sauverai et vous délivrerai. Maintenant, Je veux que vous laissiez cette promesse être votre force. Laissez-la chasser toutes vos peurs !”
Et Il te dit la même chose aujourd’hui.

mercredi 26 avril 2017

QUAND IL N’Y A PAS D’ÉCHAPPATOIRE

Nous lisons dans Exode 14 que Dieu dit aux enfants d’Israël de camper devant “Pi-Hahiroth, entre Migdol et la mer” (14:2). Cette endroit était situé entre deux montagnes, avec la mer sur un troisième côté. La seule échappatoire, s’était une route ramenant dans le désert – et cette route était bloquée par l’armée de pharaon.
Les israélites étaient horrifiés par leur situation et étaient également horrifiés que Dieu Lui-même les y ait conduit ! Il existait tellement de moyens par lesquels Dieu aurait pu sauver Son peuple. Il aurait pu faire en sorte que les chars des égyptiens perdent une roue, les laissant sans moyen de transport dans le désert et mourir lentement de faim.
Ou Il aurait pu envoyer la nuée sur le campement des égyptiens pour les plonger dans la confusion, poussant les soldats à courir en tous sens dans le chaos et le désordre pendant des jours. Au lieu de cela, Il a choisi d’envoyer la nuée derrière les israélites en protection.
Ou Il aurait pu envoyer un ange pour détruire toute l’armée égyptienne en un clin d’œil. Dieu aurait pu choisir de nombreuses façons de les détruire, à n’importe quel moment.
Mais le Seigneur n’a pas décidé de choisir de telles actions. Au lieu de cela, Il a choisi de mettre Israël dans une situation alarmante et désespérée dont le peuple ne pouvait se sortir pas un moyen humain. Comment pouvons-nous savoir que Dieu a Lui-même mis en place cette situation effrayante pour tester Son peuple ? Sa propre Parole le dit : “Souviens-toi de tout le chemin que l’Éternel, ton Dieu, t’a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de t’humilier et de t’éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements” (Deutéronome 8:2).
Le Seigneur a conduit Ses enfants dans des situations difficiles pour leur donner l’opportunité de remettre leur vie entre Ses mains – pour se tenir tranquille et Lui faire confiance pour qu’Il leur apporte délivrance et direction.

mardi 25 avril 2017

“SEIGNEUR, OU ES-TU?”

Dans des moments de crise, nous voulons agir pour régler la situation. C’est contre notre nature de nous tenir tranquille et d’attendre. En fait, attendre patiemment que Dieu agisse est peut-être la chose la plus difficile de la marche chrétienne. Même des croyants dévoués paniquent parfois quand le Seigneur n’agit pas rapidement et ils crient souvent désespérément : “Seigneur, fais quelque chose !”
Dieu cherche un peuple qui se confie en Lui dans chaque moment de crise, dans chaque épreuve et dans chaque situation désespérée. En effet, aussi difficile à comprendre que cela puisse paraître, Dieu nous conduit souvent dans des situations qui sont alarmantes et difficiles dans le but de nous tester. Il veut voir si nous acceptons de nous tenir tranquille et d’attendre qu’Il apporte une délivrance surnaturelle. Il produit de bons fruits en nous et nous façonne en exemples de foi pour être des témoins dans cette époque sans foi et impie.
“L’Éternel affermit les pas de l’homme, Et il prend plaisir à sa voie” (Psaumes 37:23). “Affermit” signifie ici : “pré-arrangé, fixé, ordonné par Dieu.” Cela signifie que c’est Dieu et non le diable qui nous conduit dans des endroits difficiles. Non seulement Il permet nos épreuves, mais Il les dispose délibérément – et c’est difficile pour nous d’accepter cela !
Je ne crois pas que Dieu puisse nous conduire dans une situation difficile pour ensuite nous abandonner. Il est toujours fidèle envers ses enfants, dans chaque épreuve. Son intervention ne sera peut-être pas conforme à notre programme mais Il agit toujours et c’est notre devoir autant que notre privilège d’attendre en silence et de Lui faire confiance pour nous amener à remporter la victoire.

lundi 24 avril 2017

TIENS BON ENCORE UN PEU - Gary Wilkerson

As-tu déjà fait un long voyage en voiture où, après avoir conduit pendant des centaines de kilomètres, tu vois enfin un panneau qui dit que ta destination finale n’est plus qu’à trente kilomètres ? Tu pourrais croire que ces derniers petits kilomètres passeraient rapidement, mais ils semblent s’étirer en longueur. La dernière partie du voyage peut être la plus dure.
La même chose peut être dite de notre foi dans les circonstances difficiles. Mon père m’a dit une fois : “Fils, quand tu sens que tu es sur le point d’abandonner, quand tu sens que ta vie n’est plus sur les rails et que tu n’entends plus ma voix de Dieu, tiens bon ! Cette dernière partie est la plus difficile.”
“Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis” (Hébreux 10:36).
Je veux t’encourager à tenir bon juste encore un peu de temps. Je sais que tu as peut-être l’impression que ton rêve ne deviendra jamais une réalité et que tu veux abandonner. Mais Dieu te dit ceci : “Tiens bon encore un peu, mon bien-aimé. Ta victoire est juste derrière le prochain virage.”
J’ai rencontré tellement de gens qui vivent une vie de médiocrité parce que les promesses de Dieu à leur encontre ont mis du temps à se matérialiser. S’ils avaient tenu bon juste un peu de temps encore, ils auraient atteint l’accomplissement après lequel ils soupiraient tant. Mais ils ont abandonné leur foi, se sont détournés de ce qui avait de la valeur, ont abandonné leur rêve et leur but. En faisant cela, ils ont commencé à vivre une vie de calme désespoir parce qu’ils n’avaient plus réellement confiance en Dieu.
Quand nous ne croyons plus que Dieu peut faire de grandes choses, nous nous confions en nos propres forces – complètement sans Sa puissance. Alors, tiens bon encore un peu parce que : “après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obtiendrez ce qui vous est promis.”

samedi 22 avril 2017

APPROCHE-TOI DE LUI AVEC CONFIANCE - Nicky Cruz

Pour être capable de suivre l’Esprit et d’être sensible à tous Ses détours, nous devons d’abord avoir un cœur ouvert, rempli de prières, qui reste connecté avec Dieu. Jésus est notre plus grand exemple à ce sujet.
Aucun aspect de la vie de Jésus ne brille davantage que Sa dépendance de la prière et de la communion avec Son Père Céleste. C’est la caractéristique qui définit Son ministère, la force qui se trouve derrière tout ce qu’Il a dit et fait. Jésus priait constamment, en toutes occasions. Il priait pour les pécheurs, pour Ses disciples, pour obtenir sagesse et direction, pour Sa nourriture et Son eau... pour tout. Et Il s’isolait souvent pour être seul et écouter la voix de l’Esprit sans distraction.
La prière est le portail par lequel le Saint-Esprit peut avoir accès à notre cœur et à nos pensées et toute demande sérieuse de direction doit commencer par ce simple moyen de communication.
Quand nous prions, nous pouvons être entièrement honnêtes. Jésus connaît notre cœur, nos motivations, nos pensées, nos péchés et nos luttes. Il comprend pleinement notre peine et nos tentations. “Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins” (Hébreux 4:15-16).
Jésus nous comprend bien mieux que nous ne nous comprenons nous-mêmes. Il nous a fait et Il a vécu parmi nous. Il sait ce que nous traversons. Pour être un instrument efficace entre les mains de Christ, nous devons entre autre accepter de Lui ouvrir notre cœur et notre âme – de Lui permettre de partager avec nous nos succès et nos échecs.
Nicky Cruz, évangéliste et auteur internationalement connu, s'est tourné vers Jésus Christ en se détournant d'une vie de violence et de crimes, après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L'histoire de sa conversion a d'abord été rapportée dans le livre La croix et le Poignard de David Wilkerson puis, plus tard, dans son propre best-seller, Du ghetto à la vie.

vendredi 21 avril 2017

NOUS CROYONS!

C’était la nuit précédant la crucifixion de Christ. Jésus avait rassemblé Ses disciples dans la chambre haute pour les préparer à Son départ de la Terre. Après qu’ils aient partagé un repas ensemble, le Seigneur a pris une serviette et a commencé à laver leurs pieds.
Ce soir-là, Jésus a dit à ces disciples dévoués qu’Il allait être élevé (c’est-à-dire crucifié) par la main d’hommes méchants. Quand Il leur a dit cela, Il les prévenait de ce qui allait arriver.
Jésus a terminé Son message pour eux en disant : “Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père” (Jean 16:28).
A cela, les disciples ont répondu : “Ses disciples lui dirent : Voici, maintenant tu parles ouvertement, et tu n’emploies aucune parabole. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses... c’est pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu” (16:29-30).
Les disciples faisaient savoir à Jésus qu’ils comprenaient clairement ce qu’Il leur avait dit. Pourtant, de façon plus importante, prends note de leurs derniers mots de ce dernier verset : “Maintenant… nous croyons.”
Il semble qu’une grande foi se soit emparée de leur âme. Ces hommes déclaraient à Jésus : “Maintenant, nous comprenons, Jésus. Maintenant, nous savons. Maintenant, nous croyons.”

jeudi 20 avril 2017

GRÂCE, PAIX ET JOIE

“Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point” (Jean 14:27).
A la croix, la grâce et la paix ont pris le visage de Jésus Christ. A travers toute l’Histoire, à chaque fois qu’un enfant de Dieu plaçait pleinement sa confiance dans la puissance de guérison et purificatrice du sang de Christ, la paix lui a été promise. C’est la propre paix de Christ, la paix même qui régit le paradis.
Les mots de l’apôtre Paul à ce sujet ont pour but d’aider tous les croyants à appliquer cette vérité à leur propre marche :
“Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants” (Colossiens 3:15).
Cher saint, c’est notre espoir dans toutes nos batailles : laisse la paix régner dans ton cœur en t’appuyant sur les promesses de Dieu. “Que le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps, de toute manière ! Que le Seigneur soit avec vous tous !” (2 Thessaloniciens 3:16).
Que la prière de Paul qui suit devienne nôtre également, dans ces temps d’incertitude :
“Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !” (Romains 15:13).
Merci à Dieu pour Sa joie et Sa paix !