mercredi 29 mars 2017

UNE MOISSON DE FOI BIEN MÛRE

Jésus a dit à Ses disciples : “les champs... blanchissent pour la moisson.” La moisson est une récolte d’âmes dans les derniers temps, et la loi de la moisson est que plus les jours sont sombres, plus la moisson est blanche. En ce moment, de nombreuses âmes sont mûres pour la moisson dans le monde entier.
Mais il existe une autre moisson dans ces derniers temps. Le Seigneur parlait prophétiquement de ce qu’Il voyait se produire à notre époque : une moisson de foi bien mûre dans le cœur de Son peuple. Notre Seigneur veut un peuple éprouvé, un peuple qui souffre et qui va se lever au milieu des détresses et des problèmes pour proclamer : “J’ai confiance en mon Dieu !”
Jésus n’attend pas de la foi de la part de la foule du monde. Quand Il s’est demandé à voix haute : “Trouverai-je la foi sur Terre quand Je reviendrai ?” Il ne parlait pas des pécheurs. Mais à nous qui aimons le Seigneur, il nous est dit également : “Mais celui qui se confie en l’Éternel est environné de sa grâce” (Psaumes 32:10). Dieu a promis que Sa bonté était tenue “en réserve pour ceux… qui cherchent en toi leur refuge, à la vue des fils de l’homme !” (31:19).
Je peux dire avec le psalmiste David : “J’ai connu les problèmes, beaucoup de souffrance, des besoins financiers, la peine de la perte d’êtres chers, la calomnie de ceux que j’aime et qui se sont retournés contre moi. J’ai connu la souffrance personnelle. Il y a eu des moments où j’ai pensé que la situation était désespérée. Des temps de tentations. Des temps de pleurs jusqu’à ce qu’il ne reste plus une seule larme à verser.”
Quelques unes de ces souffrances ont été auto-infligées, causées par l’ignorance ou la bêtise. Mais maintenant, je peux attester avec assurance que Dieu ne m’a jamais déçu. A travers toutes les épreuves, la douleur et les souffrances, j’ai tout traversé avec joie et avec une confiance profonde dans la bonté et la fidélité du Seigneur. Voilà le témoignage qu’Il désire entendre de la part de Ses enfants qui passent par l’épreuve : “Réjouissez-vous en l’Éternel et soyez dans l’allégresse ! Poussez des cris de joie, vous tous qui êtes droits de cœur !” (32:11).
Nous nous réjouissons dans la fidélité de notre Seigneur.

mardi 28 mars 2017

DÉTRÔNÉ PAR DES ÉPINES

Un nombre croissant de chrétiens n’est plus pleinement satisfait par Christ. Le Seigneur est détrôné par ce qu’Il appelle Lui-même des épines – qu’Il définit comme étant les soucis du monde, la séduction des richesses, d’autres sortes de convoitises entrant dans le cœur. Christ dit qu’il s’agit d’épines qui étouffent la Parole et l’empêchent de porter du fruit (voir Marc 4:7).
Est-ce que le Seigneur occupe davantage tes pensées aujourd’hui qu’il y a un an ? Passes-tu plus de temps dans Sa présence aujourd’hui qu’il y a un an ? Est-ce que ta passion pour Lui grandit ou se flétrit ?
Nombre de ceux qui étaient à une époque remplis d’amour pour Christ courent maintenant à la poursuite de leurs propres intérêts. Ils sont chargés de stress et de problèmes, poursuivant les richesses et les choses de ce monde. Ils sont devenus froids ou tièdes et ils ont de moins en moins de temps pour Jésus. Le Seigneur et Son Église n’ont plus que deux heures de leur temps – les dimanches matin.
Jésus a dit : “Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche” (Jean 15:6). En d’autres termes, cette personne se dessèche, ne recevant plus la vie du vrai Cep. Il est trompé par ses pensées qui lui disent que tout va bien, parce qu’il parle encore le langage de l’intimité dont il a joui avec Christ à une époque.
Le Saint-Esprit appelle ces personnes à revenir à leur premier amour. A revenir à une faim et à une soif de plus de Christ. A revenir à un temps de qualité dans Sa présence, à aimer Sa parole, à placer tous ses soucis devant Lui, à dépendre de Lui pour obtenir une direction.
Christ se languit de voir Ses bien-aimés revenir à Lui avec amour et obéissance. Le Saint-Esprit touche notre cœur pour nous attirer plus près de Lui.

lundi 27 mars 2017

NOUS DEVONS AVOIR LA PRÉSENCE DE DIEU - Gary Wilkerson

Dieu a dit au prophète Amos : “Je hais, je méprise vos fêtes, Je ne puis sentir vos assemblées... Éloigne de moi le bruit de tes cantiques ; Je n’écoute pas le son de tes luths. Mais que la droiture soit comme un courant d’eau, Et la justice comme un torrent qui jamais ne tarit” (Amos 5:21,23-24). Dieu dit à toutes les générations : “Ce n’est pas le chant ni le son que Je cherche de votre part. C’est la justice qui coule de votre adoration et les œuvres que cela vous poussent à accomplir en Mon nom.”
Nous ne pouvons plus mesurer la puissance d’une chanson par sa valeur divertissante ni par aucun autre standard humain. Nous la mesurons en regardant si elle correspond à ce que le Saint-Esprit veut pour Son corps à ce moment précis. Notre adoration doit être un torrent qui coule constamment de Sa sainte présence. C’est pour cette raison que nous ne pouvons pas laisser sur scène ceux qui “extravaguent au son du luth,... s’oignent avec la meilleure huile” (Amos 6:5-6). Cela nous parle de responsables que nous oignons uniquement sur la base de leur talent, de leur don et de leur intelligence. Dieu nous appelle à débarrasser l’estrade de tous les standards autres que : “Sûrement, Tu es dans ce lieu, Ô Dieu !”
Je me parle à moi-même aussi bien qu’aux autres quand je dis à tous les pasteurs : “Plaçons nous notre confiance dans les stratégies, les structures et les programmes plutôt que dans la direction de Dieu ? Si c’est le cas, nous avons besoin de débarrasser l’estrade de ces choses.”
Les églises ont peut-être tout ce qui permet au corps d’être dynamique. Nous faisons peut-être en sorte que tous les messages soient bien articulés, que chaque chant soit parfaitement juste, que chaque machine à expresso remplisse correctement les tasses des gens – mais tout cela est sans valeur si la présence de Dieu n’est pas là.
Il est temps de mettre de côté les enquêtes qui demandent aux gens ce qu’ils attendent de l’église au lieu de demander ce que Dieu veut. Si les enquêtes dictent notre direction, nous pouvons aussi bien enlever la pancarte qui signale : ÉGLISE, parce que nous n’en sommes pas une. Nous sommes une organisation professionnelle qui cherche le succès basé sur une étude de marché. Et ça, ce n’est pas l’Evangile !

samedi 25 mars 2017

PARLER AUX RENARDS - Carter Conlon

Une fois que tu décides de mettre les choses en ordre dans ta vie, ne sois pas surpris si l’Ennemi vient et te dis que tu n’y arriveras pas. Même Jésus a dû affronter ces mensonges, mais Il savait qu’il ne s’agissait que d’un renard essayant de détruire le fruit de la vigne que Dieu Lui avait donnée.
L’Écriture nous parle d’une fois où “quelques pharisiens vinrent lui dire : Va-t’en, pars d’ici, car Hérode veut te tuer” Il leur répondit : Allez, et dites à ce renard : Voici, je chasse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour j’aurai fini” (Luc 13:31-32).
“J’aurai fini” signifie ici qu’Il aura atteint Son but. Le diable essayera sans le moindre doute de te détourner de ta course, en disant : “Ce chemin est trop dur pour toi. Prends-en un qui soit plus facile. Tu n’as pas à faire les choses à la manière de Dieu !” Mais note bien la réponse de Jésus : “Non, je chasse des démons et la guérison coule à flot. Et le troisième jour, j’atteindrai mon but par la puissance de Dieu !”
Tu as aussi le pouvoir de parler aux renards dans ta vie : “Je ne vais plus te tolérer dans ma vie ! Par la grâce de Dieu, je me débarrasse de toi. La puissance de confronter le mal m’a été donnée et la guérison coule dans ma vie. Je ne veux pas emmener sur mon lieu de travail une chose qui se désignerait elle-même sous le nom de christianisme, mais qui exhalerait une mauvaise odeur à chaque fois que je passe. Non, je veux apporter la douce présence de Dieu avec moi, partout où je vais ! Je vais terminer mon voyage et je vais atteindre le plein potentiel de ce que ma vie est appelée à être ! Aucun petit renard ne me détournera du plan que Dieu a pour ma vie !”
Parle aux renards et fais ensuite confiance au Seigneur pour obtenir Sa grâce et Sa provision !
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994 suite à l'invitation du pasteur fondateur, David Wilkerson, et a été désigné Pasteur responsable en 2001.

vendredi 24 mars 2017

AS-TU ÉTÉ BLESSÉ?

Pendant mon temps de prière, le Saint-Esprit m’a conduit vers le Psaume 56. Cette parole s’adresse à ceux qui ont été blessés – que ce soit par la famille, des amis ou par les paroles et actions d’inconvertis.
C’est aussi une parole pour ceux qui aiment le Seigneur mais qui versent des larmes et qui portent des fardeaux qui semblent devenir chaque jour un peu plus lourds. Certains croyants se lèvent chaque matin sous un nuage de crainte et de désespoir. Des problèmes financiers peuvent écraser et effrayer. D’autres affrontent des batailles sérieuses contre la maladie et une souffrance difficile à supporter. Certains pleurent pour des membres de leur famille qui ont de graves problèmes, qui sont peut-être en rébellion contre le Seigneur.
Écoute la Parole bénie de Dieu qui s’adresse à toi dans cette heure de besoin :
Psaumes 56:3 “Quand je suis dans la crainte, En toi je me confie.”
Psaumes 56:4 : “Je me glorifierai en Dieu, en sa parole ; Je me confie en Dieu, je ne crains rien : Que peuvent me faire des hommes ?”
Psaumes 56:8 : “Tu comptes les pas de ma vie errante ; Recueille mes larmes dans ton outre : Ne sont-elles pas inscrites dans ton livre ?”
Psaumes 56:9 : “Mes ennemis reculent, au jour où je crie ; Je sais que Dieu est pour moi.”
Psaumes 56:13 : “Car tu as délivré mon âme de la mort, Tu as garanti mes pieds de la chute, Afin que je marche devant Dieu, à la lumière des vivants.”
Ce sont des paroles ointes par l’Esprit de Dieu. Je t’encourage à prier au sujet de chaque verset qui est listé ici et à t’en emparer par la foi. Le Seigneur sait tout de tes luttes et de tes souffrances. Il connaît chaque détail de ta situation et Il entend même les cris silencieux de ton cœur brisé.

jeudi 23 mars 2017

LE VRAI RAFRAÎCHISSEMENT

Dans Actes 3:19, Pierre parle de “temps de rafraîchissement” qui viennent lorsqu’on se trouve dans la présence du Seigneur. Je suis convaincu qu’en cet instant même, au milieu de ces temps de troubles généralisés, l’Église expérimente un tel moment de rafraîchissement. C’est un événement à travers lequel Jésus manifeste Sa présence dans le monde entier.
Oui, il y a de la mort spirituelle et de la sécheresse, dans de nombreuses églises. Des multitudes de croyants ont compromis leur marche avec Jésus, pendant que d’autres sont devenus fous en poursuivant les plaisirs du monde.
Mais une chose glorieuse se passe dans le monde entier, même dans les nations musulmanes. Il y a d’irréfutables preuves que le Saint-Esprit plane au-dessus des nations et que la présence incroyable de Christ se manifeste puissamment. Cela se produit en Russie, en Chine, en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie et dans presque toutes les nations du monde. Dieu fait se lever des gens en Mongolie et dans les pays de l’ex-Union Soviétique. En Inde, l’Esprit de Dieu est puissamment à l’œuvre.
J’ai entendu parler de tels temps de rafraîchissement qui touchent différentes villes aux États-Unis. Des pasteurs attendent désespérément une véritable manifestation de la présence de Dieu dans leur église.
Ce rafraîchissement par la présence de Christ est le résultat d’une exaltation de Son nom seul – pas de signes et de prodiges, pas de dons spirituels, pas de “réveil” qui s’essouffle vite. Il s’agit d’une révélation de la gloire et de la puissance de Christ dans les derniers jours. De nombreuses personnes m’écrivent en disant qu’elles vont à l’église en désirant ardemment expérimenter la vraie présence de Jésus. Ils veulent entendre parler un berger qui a été en communion intime avec le Seigneur. Ils ne veulent plus de spectacles, de shows ni de méthodes vides. Ils crient maintenant : “Donnez-moi Christ. Donnez-moi la présence incroyable de Jésus qui fait fondre notre cœur et qui le guérit.”
Que cela puisse-être le cri du cœur de tout le peuple de Dieu en ces temps.

mercredi 22 mars 2017

DIEU EST TRÈS PATIENT

Je suis profondément béni par le message que Dieu adresse à Son peuple dans le Psaume 37. Je te recommande de lire ce Psaume avant la fin de la journée. C’est l’un des plus riches, l’un des passages les plus encourageants de la Parole de Dieu. Peu importe ce que tu traverses, peu importe à quel point ta situation est difficile, ce Psaume sera une source de force et d’encouragement pour toi.
Je trouve le verset sept d’un grand intérêt à la lumière de ce qui se passe dans la communauté gay. Les États font passer des lois qui ouvrent la voie aux mariages gays et des centaines d’homosexuels se sont mariés. J’étais si désespéré par cette loi et par cette moquerie vis-à-vis du véritable mariage tel qu’il était prévu par Dieu que j’ai crié : “Ô Seigneur, ils volent notre nation. Ils se moquent de Ta Sainte Parole. L’Amérique permet maintenant un péché qui n’était même pas connu à Sodome et Gomorrhe. Il n’y a aucune mention de mariages homosexuels dans la Bible dans ces sociétés perverses.
Et puis j’ai lu le verset sept du Psaume 37 : “Ne t’irrite pas contre celui qui réussit dans ses voies, Contre l’homme qui vient à bout de ses mauvais desseins.” En d’autres termes “Ne laisse pas ces choses t’atteindre. Ne laisse pas ces choses te travailler. Dieu entend les gémissements intérieurs les plus profonds de Son peuple et Il est très patient.”
Qu’aucune personne faisant le mal ne pense ne serait-ce qu’un seul instant que Dieu ne demandera pas compte de la désobéissance flagrante et de la moquerie vis-à-vis de Sa Parole. A travers toute la Bible, nous voyons le Seigneur envoyer Son jugement quand l’iniquité enveloppe une société.
Prie pour notre nation dans ces temps troublés. Dieu entend les prières de Son peuple !