vendredi 24 avril 2015

AVEC DIEU, TOUT EST POSSIBLE

Récemment, notre ministère a reçu une lettre à fendre le cœur de la part d'un prisonnier. Il a écrit :

“Pasteur David, je suis en prison à cause d'une addiction sexuelle. Je sais que je ne suis pas né comme ça, mais c'est ce que je suis devenu. J'ai été marié trois fois et j'ai quatre enfants.

“La vérité, c'est que je veux m'arrêter, mais je n'y arrive pas. J'ai arrêté de fumer du jour au lendemain et ça ne m'a posé aucun problème, mais je ne peux pas me passer de pornographie. Je crois réellement dans la puissance de guérison de Dieu et j'ai pleuré et supplié qu'Il me vienne en aide. Mais je ne parviens pas à trouver la porte qui me permettrait d'échapper à ce problème de perversion.

“Mon désir de faire la volonté du Seigneur est constamment en moi, pourtant, je ne cesse de le repousser et de retomber dans ma convoitise. J'ai menti à Dieu, lui promettant de ne plus jamais le faire, mais j'y reviens toujours.

“Je souffre, parce que je sais que je rends le Seigneur malade. Quand je me rends à la chapelle, j'ai l'impression d'avoir deux visages. Il y a des gens ici qui me respectent parce que je leur ai donné de bons conseils, mais je ne les ai pas suivi moi-même. Je joue du piano et je chante dans la chapelle, mais je ne me sens pas juste, parce que je ne suis pas juste.

“J'aimerais mieux mourir et aller en enfer que de m'en prendre encore à une personne innocente. Mais je ne veux pas aller en enfer. Je veux servir Dieu, et je veux Son amour. Je suis piégé, parce que je déteste ce que je fais, mais d'une certaine façon, j'aime ça quand même. Je ne sais pas quoi faire.”

J'ai dit à ce jeune homme : “Ne perds pas espoir. Dieu veut t'apporter la guérison.”
Tu dois croire que rien dans ta vie n'est impossible à Dieu. Il n'y a aucune emprise du diable qu'Il ne puisse rompre.

Alors, cher Saint, garde la foi ! Crois que Dieu peut complètement changer et transformer ta vie. Si Il a pu transformer l'homme possédé par les démons, guérir la femme atteinte de perte de sang et la fille de Jaïrus (voir Marc 5), Il peut pourvoir à ta situation. Notre Dieu peut tout résoudre.

“Cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu, car tout est possible à Dieu” (Marc 10:27).

jeudi 23 avril 2015

IL FERA L'IMPOSSIBLE

Dieu peut restaurer tout ce qui semble mort dans notre vie, d'un simple mot. As-tu des problèmes financiers, incapable de payer tes facture ? Il en était de même pour les disciples du Seigneur, et Il a pourvu à leur situation de façon surnaturelle.

Quand il a fallu payer l’impôt, Christ et Ses disciples n'avait pas l'argent pour payer le montant demandé. Alors, comme le Seigneur a-t-Il résolu la situation ? Il a envoyé Pierre attraper un poisson. Jésus lui a dit qu'il trouverait une pièce dans la bouche du premier poisson qu'il attraperait et que cette pièce couvrirait le montant de l’impôt. “va à la mer, jette l’hameçon, et tire le premier poisson qui viendra, ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un statère. Prends-le, et donne-le-leur pour moi et pour toi” (Matthieu 17:27).

Je m'imagine ce que Pierre a dû penser : “L'argent de la taxe dans la bouche d'un poisson ? Voilà une chose que je veux voir. J'ai été pécheur toute ma vie, et j'ai vu beaucoup de choses dans un poisson : des vers, des hameçons, des algues. Mais je n'ai jamais vu de pièces.” Pourtant, quand Pierre a attrapé le poisson, il a ouvert sa bouche et y a trouvé une pièce. Le montant était suffisant pour payer leur taxe, comme Jésus l'avait dit.

Pourquoi le Saint-Esprit a-t-il poussé Matthieu a rapporté cette histoire ? Et pourquoi Jésus a-t-Il choisi de résoudre leur situation avec un miracle ? Pourquoi n'a-t-Il pas simplement accepté une offrande ou envoyé les disciples travailler une journée pour ramener l'argent nécessaire à la taxe ?

Je crois que Jésus a agit ici de manière surnaturelle parce qu'Il voulait prouver à Ses enfants qu'Il fera l'impossible pour nous. Il peut résoudre n'importe quel problème financier, n'importe quel problème familial, n'importe quel besoin qui nous submerge.

Il veut que nous sachions qu'Il est le même Dieu que celui qui a nourri Eli avec du pain apporté par des corbeaux (voir 1 Rois 17). Il a nourri une foule de 5000 personnes (voir Marc 6:34-44) et une autre foule de 4000 personnes (Marc 8:1-9) avec quelques poissons et miches de pain. Il sait qu'à certains moments, dans nos vies, seul un miracle peut nous aider. Et il veut nous assurer qu'Il peut faire l'impossible pour nous, dans n'importe quelle situation !

mercredi 22 avril 2015

IL N'EST JAMAIS TROP TARD

Le chapitre 5 de l'évangile de Marc nous raconte l'histoire de Jaïrus, le chef désespéré d'une synagogue qui est venu demander à Jésus de guérir sa fille. La petite fille de 12 ans était dangereusement proche de la mort, et Jaïrus a supplié Christ de venir dans sa maison et de lui imposer les mains.

Jésus a accepté. Mais d'abord, Il s'est arrêté en chemin pour s'occuper d'une femme qui avait une perte de sang (cette femme qui a été guérie en touchant le bord de Son vêtement). Mais, pendant que Jésus s'attardait, un messager est venu avec une nouvelle tragique : la fille de Jaïrus était décédée. Le messager a dit au responsable de la synagogue : “Ta fille est morte ; pourquoi importuner encore le maître ?” (Marc 5:35).

Le cœur de Jaïrus a été frappé par le chagrin. Il a pensé: “Si seulement nous étions arrivés à temps. A présent, il est trop tard. Ma fille est partie.” Mais Jésus lui a dit : “Ne crains pas, crois seulement” (verset 36).

Quand le groupe s'est approché de la maison de Jaïrus, ils ont entendu les cris et les pleurs. Il s'agissait de la famille et des voisins de Jaïrus, pleurant la jeune fille. Imagine le contraste de cette scène : ici se tenait Dieu fait homme, le Créateur de l'univers, capable d'accomplir tout ce qu'on pourrait imaginer, pourtant, les gens pleuraient en Sa présence. Pour résumer, ils témoignaient de la chose suivante : “Dieu peut aider seulement tant qu'il reste un signe d'espoir. Mais, quand toute vie est partie, ce n'est plus la peine de L'appeler. Même Lui ne peut pas résoudre ce genre de situation.”

Combien de chrétiens aujourd'hui ne crient plus vers Dieu parce qu'ils pensent que leur problème est sans espoir ? Des multitudes croient que Dieu ne peut plus agir quand quelque chose dans leur vie meurt. Je ne parle pas de la mort d'une personne, mais de la mort d'un mariage, d'une relation, d'un rêve, d'un espoir pour des biens-aimés qui ne sont pas sauvés, bref, d'une chose que tu penses être au-delà de tout espoir de changement, de restauration.

Jésus leur a reproché une telle incrédulité. Il a dit à la foule qui pleurait dans la maison de Jaïrus : “Pourquoi ce tumulte, et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort” (verset 39). Il attestait la chose suivante : “Cette situation n'est pas ce que tu vois ou penses. Tu penses que tout espoir est perdu, mais Moi, Je dis qu'il y aura restauration.” Puis Il est allé dans la chambre de la petite fille et, d'une seule parole, Il a ramené l'enfant à la vie. “Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher” (verset 42). Pourquoi le Saint-Esprit a-t-Il choisi d'inclure cette histoire dans l’évangile de Marc ? Il l'a fait pour nous montrer que rien n'est “trop mort” ou trop éloigné pour qu'Il ne puisse ramener à la vie. Il dit : “Mets ta confiance en Moi pour résoudre ton problème. Il n'est jamais trop tard pour que J'agisse.”