vendredi 31 décembre 2010

LA PRÉPARATION D'UN ADORATEUR

Exode 14 décrit un i moment ncroyable dans l'histoire d'Israël. Les Israélites avaient justement quitté l'Égypte sous la direction surnaturelle de Dieu. Maintenant, ils étaient poursuivis avec acharnement par l'armée de Pharaon. Les Israélites avaient été menés dans une vallée entourée des deux côtés par des montagnes raides, et devant eux était une mer interdite. Ils ne savaient pas encore, mais ces gens étaient sur le point de connaître nuit la plus sombre et orageuse de leurs âmes. Ils firent face à une nuit angoissante de panique et de désespoir qui les pousseraient à leurs dernières extrémités.

Je crois que ce passage a un rapport avec la façon dont Dieu transforme son peuple en adorateurs. En effet, aucun autre chapitre dans la Bible montre ceci aussi fermement. Vous voyez, les adorateurs ne sont pas faits durant les renouveaux, durant les bonnes périodes radieuses, ou les périodes de victoire et de bonne santé. Les adorateurs de Dieu sont faits durant les nuits sombres de tempête. Et comment nous répondons à nos tempêtes détermine exactement quel genre d’adorateurs nous sommes.

Hébreux 11 nous donne cette image de Jacob durant sa vieillesse: "C'est par la foi que Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et qu'il adora, appuyé sur l'extrémité de son bâton." (Hébreux 11:21) Pourquoi Jacob est-il dépeint de cette façon dans ses jours agonisants?

Jacob savait que sa vie était sur le point de finir. C'est la raison pour laquelle nous le voyons lui donner sa bénédiction à ses petits-enfants. Alors, qu'est-ce que Jacob fait comme il revient sur les événements de sa vie? Il est poussé à l'adoration. Pas un mot est prononcé par cet homme. Pourtant, comme il se pencha sur son bâton, s’émerveillant de la vie que Dieu lui avait donnée, "[il] adora."

Jacob adora Dieu en ce moment parce que son âme était au repos. Il avait prouvé à Dieu sa fidélité sans l’ombre d'un doute. Et maintenant, le patriarche conclut: “Peu importe le combat que j’ai subie. Dieu s'est révélé fidèle à moi. Il a toujours été fidèle. O Seigneur, Dieu tout-puissant, je vous adore!"

jeudi 30 décembre 2010

N’AYEZ PAS PEUR D’UNE PETITE SOUFFRANCE

La résurrection du Christ était précédée par une courte période de souffrance. Nous mourrons! Nous souffrons! Il y a la douleur et le chagrin.

Nous ne voulons pas souffrir ou être blessés. Nous voulons la délivrance sans douleur, une intervention surnaturelle. "Faites-le, Dieu,” nous prions, “parce que je suis faible et le sera toujours. Faites-le tout pendant que je suis mon chemin, en attente d'une délivrance surnaturelle.”

Il se peut que nous reprochions nos problèmes aux démons. Nous recherchons un homme de Dieu et espérons qu’il puisse chasser le démon, pour que nous puissions continuer sur notre voie sans douleur ou souffrances. Tout fait! Passez une vie paisible dans la victoire. Nous voulons quelqu'un qui pose les mains sur nous et chasse toute la sécheresse. Mais la victoire n'est pas toujours sans souffrance et douleur. Regardez votre péché. Faites face au péché. Souffrez à travers tout, tout comme fit Jésus. Entrez dans sa souffrance. La souffrance demeure pour une nuit, mais la joie vient toujours le lendemain.

L'amour de Dieu exige un choix. Si Dieu nous sortait surnaturellement de chaque lutte sans douleur ou souffrances, ceci éliminerait toutes les épreuves et toutes les tentations; il n'y aurait plus de libre choix et plus de tests, comme par le feu. Ce serait Dieu qui superpose sa volonté sur l'humanité. Il choisit de nous rencontrer dans notre sécheresse et de nous montrer comment ceci peut devenir la voie vers une nouvelle vie de foi.

C’est souvent la volonté de Dieu que nous souffrons la sécheresse, et même la douleur. "Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien." (1 Pierre 4:19)

Grâce à Dieu, la souffrance est toujours la courte période avant la victoire finale! “Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables." (1 Pierre 5:10)

mercredi 29 décembre 2010

MAINTENIR UNE VIE DE PRIÈRE

Je dois maintenir une vie de prière afin de surmonter la sécheresse spirituelle. Pourquoi est-ce qu'aucun de nous prie comme nous le devrions faire? Nous savons que nos fardeaux peuvent être tous levés lorsque nous sommes enfermés avec lui. La voix du Saint-Esprit continue à nous appeler à la prière: "Viens!"

Venez à l'eau qui satisfait la soif de l'âme. Venez vers le Père, qui a pitié de ses enfants. Venez vers le Seigneur de la vie, qui promet de pardonner chaque péché commis. Venez vers Celui qui refuse de vous condamner ou de vous abandonner ou de se cacher de vous.

Il se peut que nous essayions de nous cacher de Dieu à cause de la culpabilité et la condamnation, mais il ne se cache jamais de nous. Venez avec vigueur au trône de grâce, même si vous avez péché et échoué. Il pardonne instantanément ceux qui se repentent avec un chagrin divin. Vous n'avez pas à passer des heures et des jours avec des remords et une culpabilité ou regagner un retour dans ses bonnes grâces. Allez vers le Père, agenouillez-vous ouvrez votre cœur et de criez votre souffrance et douleur. Racontez-lui votre solitude, les sentiments d'isolement, les craintes et les échecs.

Nous essayons tout, sauf la prière. Nous lisons des livres, à la recherche de formules et de directives. Nous allons chez des amis, des pasteurs et des conseillers, cherchant partout pour un mot de réconfort ou de conseil. Nous recherchons des médiateurs et oublions l’unique Médiateur qui a la réponse à tout.

Rien ne dissipe la sécheresse et le vide plus vite qu’une ou deux heures enfermé avec Dieu. Rien ne peut prendre la place de la prière au Père dans ce placard secret et à l’écart. C'est la solution à chaque période de sécheresse.

“Car je répandrai des eaux sur le sol altéré, Et des ruisseaux sur la terre desséchée; Je répandrai mon esprit sur ta race, Et ma bénédiction sur tes rejetons.” (Ésaïe 44:3)

mardi 28 décembre 2010

TRAVERSER UNE PÉRIODE SÈCHE

Bien que je prêche à des milliers, il y a des fois je me sens très sec, loin de la chaleur de la présence de Dieu. Quand je suis sec et vide, je n'ai pas un désir ardent de lire la Parole et peu de contrainte de prier. Je sais que ma foi est intacte et mon amour pour Jésus est fort, et je n'ai aucune envie de goûter les choses de ce monde. C'est juste que je n'arrive pas à toucher Dieu pendant des jours, voire des semaines.

Vous est-il jamais arrivé de voir d’autres chrétiens recevoir des bénédictions alors que vous ne ressentez rien? Ils témoignent des réponses de Dieu à leurs prières et versent des larmes de joie. Ils semblent vivre au sommet d’expériences joyeuses alors que simplement vous avancez péniblement, aimant Jésus, mais ne mettant pas le monde en feu.

Je crois que tous les vrais croyants éprouvent des périodes de sécheresse à différents moments de leur vie chrétienne. Même Jésus ressentait l'isolement quand il s'écria: “Mon Père, pourquoi m'as-tu abandonné?"

Sans la proximité de Dieu, il ne peut y avoir la paix. La sécheresse peut être arrêtée qu'avec la rosée de sa gloire. Le désespoir peut être dissipé que par l'assurance que Dieu répond. Le feu de l'Esprit Saint doit chauffé l'esprit, le corps et l'âme.

Il y a des moments où je me sens indigne, comme le pire des pécheurs, mais en dépit de tout cela, je sais qu'il n'est pas loin. D’une manière ou d’une autre, j’entends une une petite voix distincte, appelant: “Viens, mon enfant. Je suis conscient de tout ce que vous subbissez. Je vous aime encore toujours et je ne vous abandonnerai jamais, ni je ne vous renoncerai. Nous allons y faire face ensemble, parce que je suis toujours votre Père, et vous êtes mon enfant." J'ai une flamme en moi qui ne sera pas étouffée, et je sais qu'il me sortira de toute période de sécheresse.

"Car la portion de l'Éternel, c'est son peuple, Jacob est la part de son héritage. Il l'a trouvé dans une contrée déserte, Dans une solitude aux effroyables hurlements; Il l'a entouré, il en a pris soin, Il l'a gardé comme la prunelle de son oeil.” (Deutéronome 32:9-10)

"Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d'arriver: Ne la connaîtrez-vous pas? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude. Les bêtes des champs me glorifieront, Les chacals et les autruches, Parce que j'aurai mis des eaux dans le désert, Des fleuves dans la solitude, Pour abreuver mon peuple, mon élu.” (Ésaïe 43:19-20)

lundi 27 décembre 2010

AVEZ-VOUS RESSENTI COMME RENONCER RÉCEMMENT?

Un nombre de pasteurs m’ont écrit exprimant leur inquiétude pour les paroissiens qui simplement renoncent. "De bons chrétiens honnêtes sont tellement accablés par la culpabilité et la condamnation que ceci cause le désespoir. Quand ils ne peuvent plus se montrer à la hauteur de leurs attentes, quand ils retombent dans le péché, ils décident de renoncer…“

Un nombre croissant de chrétiens sont au point de rupture. Peu de chrétiens oseraient envisager l’idée de cesser leur amour pour Jésus, mais dans le désespoir ils considèrent de renoncer à eux-mêmes.

Certains pasteurs aujourd'hui prêchent continuellement un message positif. À leur entendre dire, chaque chrétien reçoit des miracles, tout le monde reçoit des réponses immédiates à la prière; tout le monde se sent bien, vit bien, et le monde entier est radieux et rose. J'aime entendre ce genre de sermons, parce que j'ai vraiment envie de toutes ces bonnes choses saines pour le peuple de Dieu. Mais ce n'est pas la façon les choses se présentent pour un grand nombre de chrétiens très honnêtes et sincères.

Ce n’est pas étonnant que nos jeunes renoncent dans la défaite. Ils n’arrivent pas à vivre à la hauteur de l'image, créée par la religion, d’un chrétien insouciant, riche, plein de réussite, toujours pensant positif. Leur monde n'est pas cet idéal, ils vivent avec des chagrins, des crises constantes et des problèmes familiaux.

Paul parla des soucis: “…au sujet de la tribulation qui nous est survenue…, que nous avons été excessivement accablés, au delà de nos forces, de telle sorte que nous désespérions même de conserver la vie." (voir 2 Corinthiens 1:8)

Pensée positivement ne fera pas disparaître ces problèmes et “avouer” que ces problèmes n'existent pas vraiment ne change rien. Quel est le remède? Il y a deux absolus qui m'ont beaucoup réconforté et aidé.

• Dieu m’aime. Il est un Père aimant voulant uniquement nous sortir de notre faiblesse.
• C’est ma foi, qui lui plaît le plus. Il veut que je fasse confiance en lui.

vendredi 24 décembre 2010

VOUS ALLEZ SURVIVRE

Le bonheur ne signifie pas vivre sans douleur ou mal—pas du tout. Le vrai bonheur est d'apprendre à vivre un jour à la fois, en dépit du chagrin et de la douleur. C’est apprendre comment se réjouir dans le Seigneur, peu importe ce qui s'est passé dans le passé.

Il se peut que vous vous sentiez rejeté et abandonné. Il se peut que votre foi soit faible et que vous pensiez que vous êtes pour le compte. Il se peut que le chagrin, les larmes, la douleur et le vide vous avalent parfois, mais Dieu est toujours sur le trône. Il est toujours Dieu!

Laissez-vous convaincre que vous allez survivre. Vous allez vous en sortir, et, vivre ou mourir, vous appartenez au Seigneur. La vie continue et cela vous surprendra combien vous pouvez supporter avec l'aide de Dieu.

Vous ne pouvez pas vous aider vous-même ou arrêter la douleur, mais notre Seigneur béni viendra pour vous. Il mettra sa main tendrement en-dessous de vous et vous lèvera afin que vous puissiez vous asseoir à nouveau dans les lieux célestes. Il va vous libérer de la peur de mourir et il vous révélera son amour sans limites pour vous.

Levez les yeux! Encouragez vous-même dans le Seigneur. Quand le brouillard vous entoure et vous ne voyez aucune issue pour votre dilemme, allongez-vous dans les bras de Jésus et faites tout simplement confiance en lui. Il doit tout faire! Il veut votre foi et votre confiance. Il veut que vous pleurez à haute voix, "Jesus m’aime! Il est avec moi! Il ne me décevra pas! Il résout tout, maintenant! Je ne vais pas être démoralisé! Je ne vais pas être vaincu! Je ne vais pas être une victime de Satan! Je ne vais pas perdre mon esprit ou ma direction. Dieu est de mon côté! Je l'aime et il m'aime!"

L’essentiel c'est la foi. Et la foi repose sur un absolu: "Toute arme forgée contre toi sera sans effet …" (Ésaïe 54:17)

jeudi 23 décembre 2010

DIEU NE VOUS LAISSERA PAS VOUS ABATTRE

Rappelez-vous que Dieu sait exactement combien vous pouvez supporter, et il ne vous permettra pas d'atteindre un point de rupture.

Notre Père aimant dit, "Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter." (1 Corinthiens 10:13)

Le pire des blasphèmes est de penser que Dieu est à l'origine de tous vos maux et douleurs, que c'est votre Père céleste qui vous discipline, que Dieu pense que vous avez besoin d'un ou deux autres chagrins avant que vous ne soyez prêt à recevoir ses bénédictions. Pas du tout!

Il est vrai que le Seigneur punit ceux qu'il aime, mais c’est punition n’est que pour une saison et ne vise pas à nous blesser. Dieu n'est pas l'auteur de la confusion dans votre vie, ni vous non plus. L'ennemi essaie de nous faire du mal à travers d'autres êtres humains, tout comme il essayait de faire du mal à Job par le biais d'un femme incroyante.

Votre Père céleste veille sur vous avec un œil fixe. Chaque mouvement est contrôlé, chaque larme est mise en bouteille. Il resent chacun de vos maux et il sait quand vous avez été exposé sufisamment à de l’harcèlement par l'ennemi. Il intervient et dit: "Assez!" Quand votre douleur ne vous rapproche plus du Seigneur et, à la place, commence à diminuer votre vie spirituelle, Dieu intervient. Il ne permettra pas son enfant qui a confiance de sombrer à cause de trop de douleur et d'agonie de l'âme.

Dieu vous sortira de la bataille pour un moment, juste à temps. Il ne permettra jamais que votre douleur détruise votre esprit. Il promets de venir, juste à temps, pour essuyer vos larmes et vous donner de la joie pour vos pleurs. La Parole de Dieu dit, "Le soir arrivent les pleurs, et le matin l'allégresse." (Psaume 30:5)

mercredi 22 décembre 2010

ENGAGÉS Å ÊTRE DES CHERCHEURS

"Je tournai ma face vers le Seigneur Dieu, afin de recourir à la prière et aux supplications… Je priai l'Éternel, mon Dieu, et je lui fis cette confession… Je parlais encore, je priais, je confessais mon péché et le péché de mon peuple d'Israël…" (Daniel 9:3, 4 et 20). C’était des hommes qui priaient!

Vous voyez, le premier engagement qu'ils avaient pris—de vivre une vie séparée—devait être soutenu par un deuxième engagement, d’être des chercheurs de Dieu. En effet, c’est impossible de vivre une vie sainte sans passer beaucoup de temps à genoux, cherchant Dieu pour la puissance et l'autorité afin de mener une telle vie.

Ne vous trompez pas—une prière fidèle ne vous épargnera pas une crise. Au contraire, très probablement, elle vous mènera à un four en flammes et à une tanière de lions. Mais la prière vous préparera à faire face à tout cela avec la confiance—de devenir un sacrifice vivant de Jésus!

La prière de Daniel le conduisit tout droit à la tanière des lions. Et ce test surgit des années après celui des hébreux—quand Daniel était dans ses quatre-vingt ans! Cela risque de vous effrayer, si vous vous demandez combien de temps il vous faudra avant de ne plus avoir de crises. Peut-être que vous pensiez que vous aviez appris tous vos tests “importants” au bout d'un certain nombre d'années avec le Seigneur. Pourtant, ici, Dieu permet à un de ses plus grands guerriers de la prière—un homme avec un esprit paisible et tendre—de faire face à la crise de sa vie après des décennies d’intercession fidèle!

Bien-aimés, les tests prennent fin lorsque Jésus arrive—ou quand vous mourez dans le Christ! C'est pourquoi la prière est si importante. Vous pouvez prendre un engagement à vivre une vie pas souillée—mais cet engagement est impossible à réaliser sans avoir un engagement à chercher Dieu.

mardi 21 décembre 2010

PAS SOUILLÉ AU MILIEU DE LA VILENIE

“Daniel résolut de ne pas se souiller par les mets du roi et par le vin dont le roi buvait, et il pria le chef des eunuques de ne pas l'obliger à se souiller.” (Daniel 1: 8)

Le mot souiller ici suggère "se libérer par le reniement." Daniel disait, en d'autres termes, "Tout compromis de mes normes va me priver de ma liberté!" Ainsi Daniel s’engagea à ne manger que des haricots et de boire uniquement de l'eau pendant dix jours. Quand il raconta ceci au prince des eunuques, le prince a répondit: “Vous allez me coûter ma vie! Vous paraîtrez souffreteux à la fin des dix jours. Vos joues seront creuses—et le roi va sûrement s’en rendre compte! Ici—mangez un peu de viande. Vous avez besoin de la protéine. Buvez le vin pour reconstituer votre sang. Mangez ces quelques douceurs pour vous donner de l'énergie!"

Je crois que Daniel et les trois hommes hébreux pensaient à quelque chose de précis au lieu d'éviter tout ce qui est impur selon le ceremonial d’usage. Ils avaient été pris en captivité avec des milliers de leurs compatriotes. Ce qu'ils voyaient quand ils arrivèrent la première fois à Babylone les a dû choquer d’une façon incroyable. C’était une société tellement libre, immorale et pleine de malédiction, les sensibilités spirituelles de ces quatre hommes étaient assaillies.

Ainsi ces quatre hommes s’engagèrent. Ils se disaient les uns les autres, "Nous n'osons pas nous compromettre. Nous n'osons pas adopter ces normes morales. Nous allons être séparés, et nous allons être disciplinés durant notre marche dans la foi!”

Ces quatre hommes n’allèrent pas prêcher leur mode de vie aux autres. C’était strictement une affaire entre eux et Dieu.

Je vouspose la question: Quand vous êtes dans une situation de crise, criez-vous: “Seigneur, où êtes-vous lorsque j'ai besoin de vous? N'êtes-vous pas commis à ma délivrance?” Mais que faire si le Seigneur vous dis,”Où êtes-vous quand j'ai besoin d’une voix? J'ai besoin de voix dans ces temps de péché, des navires purs à travers lesquels je peux parler. Vous me dites que vous voulez que je vienne à votre crise—pourtant vous continuez à faire partie du système du monde et de vilenie. Dites-moi—êtes-vous engagés à mes desseins?”

lundi 20 décembre 2010

ELLE A COMMENCÉ EN REPENTISSANT

L'église telle que nous la connaissons aujourd'hui a commencé en repentissant. Quand Pierre prêcha la croix à la Pentecôte, des milliers sont venus au Christ. Cette nouvelle église était un seul corps, composé de toutes les races, remplies d'amour l'un pour l'autre. Sa vie fut marquée par l'évangélisation, un esprit de sacrifice, même le martyre.

Le merveilleux début reflète la parole de Dieu à Jérémie: “Je t'avais plantée comme une vigne excellente et du meilleur plant." (Jérémie 2:21) Pourtant, les paroles suivantes du Seigneur décrivent ce qui arrive souvent à de telles oeuvres: “Comment as-tu changé, dégénéré en une vigne étrangère?" (2:21). Dieu disait: "Je vous ai planté juste. Vous étiez à moi, portant mon nom et ma nature. Mais maintenant vous êtes devenu dégénéré."

Qu’est-ce qui a causé cette dégénérescence dans l'église? Cela a toujours existé, et continuera à exister, l'idolâtrie. Dieu parle de l'idolâtrie lorsqu'il dit à Jérémie, “Et mon peuple a changé sa gloire contre ce qui n'est d'aucun secours!” (2:11)

La plupart de l'enseignement chrétien aujourd'hui identifie une idole comme quelque chose qui vient entre le peuple de Dieu et lui-même. Pourtant, ce n'est qu'une description partielle de l'idolâtrie.

L'idolâtrie a un rapport avec un problème de coeur beaucoup plus profond. L'idole numéro un parmi le peuple de Dieu n'est pas l'adultère, la pornographie ou l'alcool. Il s'agit d'une luxure beaucoup plus puissante. Quelle est cette idole? C'est une ambition ferme pour la réussite. Et elle a même une doctrine pour la justifier.

L'idolâtrie d’être couronné de réússite décrit pas mal de gens dans la maison de Dieu aujourd'hui. Ces gens sont droits, moralement nets, et pleins de bonnes oeuvres. Mais ils ont placé une idole d'ambition dans leurs cœurs, et ils ne peuvent pas s’en défaire.

Dieu aime bénir son peuple. Il veut que son peuple réússisse dans tout ce qu'il entreprend de bonne foi. Mais il existe désormais un esprit qui fait rage dans le pays qui a captivé des foules, c'est l'esprit de l'amour pour la reconnaissance et l’acquisition de choses.

Un homme du monde dit récemment: “Celui qui meurt avec le plus de jouets—gagne." Malheureusement, les chrétiens, eux aussi, sont pris dans cette poursuite.

Comme nous nous sommes écartés de l'Evangile de vivre par le biais de mourir à soi-même, l'ego et l'ambition du monde.

vendredi 17 décembre 2010

LE CHRIST EST VENU AVEC UNE INVITATION ET UN AVERTISSEMENT

Jésus se trouvait dans le temple et invitait tout le monde de venir sous ses ailes miséricordieuses de protection. Il appelait les aveugles, les malades, les lépreux, les pauvres, les perdus, tout le monde afin de venir et de trouver la guérison et le pardon. Mais la foule religieuse refusa son offre. Ainsi, le Christ déclara à propos d’eux, "Vous ne l'avez pas voulu!" (Matthieu 23:37)

Alors que je lis ceci, une question se pose: Ici, dans le Nouveau Testament, est-ce que Dieu se débarrasserait-il d'une vieille oeuvre de la même façon qu'il faisait dans l'Ancien? Est-ce qu’il larguerait celui qui rejeta ses offres de grâce, de miséricorde et d’éveil?

Oui, il le ferait. Jésus répondait à ceux qui le rejetaient en leur disant: “Voici, votre maison vous sera laissée déserte." (Matthieu 23:38) Il leur dit: “Ce temple est à présent votre maison, pas la mienne. Je vais la quitter. Et je quitte ce que vous avez gaspillé et abandonné."

Il ajouta ensuite, "car, je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu'à ce que vous disiez: Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur!" (23:39) Il leur déclara, "Ma gloire n'est plus dans cette vieille oeuvre."

Pensez-y. Ici, se trouvait la miséricorde et de grâce incarnée, disant: “Cette vieille chose n'est plus la mienne." Alors Jésus continua avec la Pentecôte, le début d'une nouvelle chose. Il était sur le point de monter une nouvelle église, et non pas une réplique de l'ancienne. Et il la ferait tout nouvelle en commençant par la fondation. Ce serait une église de nouveaux prêtres et de nouvelles personnes, tous renés en lui.

Permettez-moi de vous demander: Est-ce que ce que vous voyez aujourd'hui dans l'église représente Jésus? Est-ce que ce que nous voyons est vraiment l'église triomphante, l'épouse immaculée du Christ? Est-ce qu’elle révèle à un monde perdu la nature même de Dieu? Est-ce le meilleur de ce que l'Esprit de Dieu peut produire en ces derniers jours?

Avez-vous trouvé une église où le Christ est réellement présent et la Parole de Dieu est prêchée fidèlement? Comme vous devez être reconnaissants. Peut-être que vous êtes parmi les multitudes qui ne peuvent pas trouver une église qui a de la vie. J'entends leur cri: “Je n'arrive pas à trouver une église qui satisfait ma faim spirituelle. Trop de divertissement—trop de soi-même—trop de froideur."

Soyez confident—Dieu va bientôt secouer les choses de façon incroyable. Durant cette secousse extraordinaire de toutes les choses, Dieu élèvera de véritables bergers qui vont nourrir des moutons affamés.

jeudi 16 décembre 2010

JE VOUS AI DÉJÀ DONNÉ UN MOT

Nous vivons dans une époque de la plus grande révélation de l’évangile dans l'histoire du monde. Il y a davantage de prédicateurs, de livres, et une saturation de medias évangéliques plus que jamais. Pourtant, il n'y a jamais eu autant de détresse, de misère, d’affliction et d’esprits troublés au sein du peuple de Dieu. Les pasteurs aujourd'hui conçoivent leurs sermons pour uniquement récupérer des personnes et les aider à faire face au désespoir.

Il n'y a rien de mal avec cela. J'ai prêche moi-même ces vérités. Pourtant, je crois qu'il y a toujours une raison pour laquelle nous voyons si peu de victoire et de délivrance: c’est l'incrédulité. Le fait est que Dieu a parlé avec beaucoup de clarté en ces derniers jours. Et c'est ce qu'il a dit: “J'ai vous ai déjà donné une Parole. Elle est finie et complète. Maintenant, tenez-vous sur elle.”

Que personne ne vous dit que nous assistons à une famine de la Parole de Dieu. La vérité, c'est que nous connaissons une faim pour entendre la Parole de Dieu, et de l’obéir. Pourquoi? La foi est si déraisonnable, mais la foi ne vient jamais à nous par la logique ou la raison. Paul l'affirme clairement: “Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ.” (Romains 10:17) C'est la seule façon qu’une véritable foi naîtra jamais dans le cœur de tout croyant. Elle vient par audition—c'est-à-dire, croire, faire confiance et agir sur—la Parole de Dieu.

"Les yeux de l'Éternel sont sur les justes, Et ses oreilles sont attentives à leurs cris. …Quand les justes crient, l'Éternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses …Le malheur atteint souvent le juste, … L'Éternel délivre l'âme de ses serviteurs, Et tous ceux qui l'ont pour refuge échappent au châtiment.” (Psaume 34:15, 17, 19, 22).

En ces quelques passages des Psaumes, nous recevons suffisamment de la Parole de Dieu pour chasser toute incroyance. Je vous recommande maintenant avec insistance: entendez la, faites-lui confiance, obéissez la. Et finalement, reposez en elle.

mercredi 15 décembre 2010

POURQUOI MON ÂME EST-ELLE DÉCOURAGÉE?

À plusieurs reprises, le Psalmiste pose la question: “Pourquoi mon âme est-elle découragée? Je me sens inutile, abandonné. Il y a une telle agitation en moi. Pourquoi, Seigneur? Pourquoi je me sens tellement impuissant dans mon malheur? "(Voir Psaume 42:11 et Psaume 43:5). Ces questions parlent pour des multitudes qui ont aimé et servi Dieu.

Prenez le divin Élie, par exemple. Nous le voyons sous un genévrier, suppliant Dieu de le tuer. Il est tellement abattu, il est sur le point de renoncer à sa propre vie. Nous trouvons aussi le vertueux Jérémie abattu dans le désespoir. Le prophète s'écrie: “Seigneur, vous m’avez trompé. Vous m'avez dit de prophétiser toutes ces choses, mais aucune d'entre elles se sont concrétisées. Je n'ai rien fait que de vous chercher toute ma vie. Et voilà comment je suis recompense? Maintenant, je ne vais plus mentionner votre nom."

Chacun de ces serviteurs endure une attaque temporaire d’incroyance. Mais le Seigneur comprenait leur état dans les moments de confusion et de doute. Et après une période, il leur indiquait toujours une sortie. Au milieu de leurs afflictions l'Esprit Saint allumait la lumière pour eux.

Considérez le témoignage de Jérémie: “J'ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées; Tes paroles ont fait la joie et l'allégresse de mon coeur.” (Jérémie 15:16) " Et voici, la parole de l'Éternel fut adressée à [Élie]." (1Rois 19:9). À un certain point, chacun de ces serviteurs se rappelaient de la Parole de Dieu. Et elle devenait la joie et l'allégresse de leur vie, les retirant du trou.

La vérité est, que pendant tout ce temps-là ces gens luttaient, le Seigneur restait sans rien faire, en attente. Il entendit leurs cris, leurs angoisses. Et après un certain temps, il leur dit: "Vous avez eu votre moment de douleur et de doute. Maintenant, je veux que vous me faites confiance. Allez-vous revenir à ma Parole? Allez-vous tenir ma promesse? Si vous le faites, ma Parole vous mènera à bonne fin."

mardi 14 décembre 2010

MA PROMESSE EST TOUT CE QU’IL VOUS FAUT

La foi est très exigeante. Elle exige que dès que nous entendons la Parole de Dieu, nous devons l’obéir, sans autres preuves pour nous diriger. Peu importe la dimension de nos obstacles, l'impossibilité de nos circonstances. Nous devons croire à sa parole et agir sur elle, sans aucune autre preuve pour continuer. Dieu dit, "Ma promesse est tout ce qu'il vous faut."

Comme chaque génération avant nous, nous nous demandon aussi: “Seigneur, pourquoi dois-je faire face à cette épreuve? C’est au-delà de ma compréhension. Vous avez permis tant de choses dans ma vie qui n’ont pas de sens. Pourquoi n'y a-t-il pas d'explication pour ce que je traverse? Pourquoi mon âme est si troublée, si remplie de grandes épreuves?”

Ecoutez-moi encore: Les exigences de la foi sont totalement déraisonnables à l'humanité. Alors, comment le Seigneur répond à nos cris? Il envoie sa Parole, nous rappelant ses promesses. Et il dit: “Il suffit de m’obéir. Faites confiance en ma parole." Il n'accepte aucune excuse, pas d’indécision, quelle que soit nos circonstances impossibles.

Ne me comprenez pas mal. Notre Dieu est un Père aimant. Et il ne permet pas à son peuple de souffrir indifféremment. sans aucune raison. Nous savons qu'il a à sa disposition toute la puissance et la volonté de faire disparaître chaque problème et chagrin. Il peut prononcer simplement un mot, et nous débarrasser de chaque épreuve et lutte.

Pourtant, le fait est que Dieu ne va pas nous montrer comment ni quand il va accomplir ses promesses pour nous. Pourquoi? Il ne nous doit aucune explication, quand il nous a déjà donné la réponse. Il nous a donné tout ce dont nous avons besoin pour la vie et la sainteté en son Fils, Jésus-Christ. Il est tout ce qu'il faut pour chaque situation que la vie nous apporte. Et Dieu va se tenir sur sa Parole, qu’il a déjà révélé: “Vous avez ma parole à votre portée. Mes promesses pour vous sont oui et amen à tous ceux qui croient. Donc, reposez-vous sur ma Parole. Croyez-la et obéissez-la.”

lundi 13 décembre 2010

LE CARACTÈRE DÉRAISONNABLE DE LA FOI

Quand Dieu dit à l'humanité, "Croyez", il demande quelque chose qui est tout au-delà de la raison. La foi est complètement illogique. Sa définition même est liée avec quelque chose de déraisonnable. Réfléchissez-y: Hébreux dit que la foi est la substance de quelque chose espérée, une preuve qui est invisible. On nous dit, en bref, “Il n'y a pas de substance tangible, aucune prevue visible." Pourtant, on nous demande de croire.

J’addresse ce sujet pour une raison importante. À l'heure actuelle, dans le monde entier, des multitudes de croyants ont succombé dans le découragement. Le fait est que nous allons continuer à faire face au découragement dans cette vie. Pourtant, je crois que si nous comprenons la nature de la foi—sa nature illogique et déraisonnable—nous trouvons l’aide dont nous avons besoin pour surmonter.

Considérez la foi qui fut exigée de Noé. Il vivait dans une génération qui était déboussolée. La condition des hommes était devenue tellement horrible, Dieu ne pouvait plus le supporter. Finalement, Il dit: “Assez! L'homme est porté à se détruire lui-même—cela doit finir." (voir Genèse 6)

Imaginez comme Noé était déconcerté alors qu’il tenta de saisir ceci. Dieu allait envoyer un événement cataclysmique, celui qui allait détruire la terre entière. Pourtant, tout ce que Noé reçut comme information furent ces quelques mots du ciel. Il devait tout simplement l'accepter par la foi, sans recevoir d’autres directions durant plus de 120 ans.

Pensez à ce que la foi exigait de Noé. Il reçut une tâche gigantesque de construire une arche immense, et pendant tout ce temps il devait vivre dans un monde dangereux. Il devait continuer à croire pendant que tout le monde dansait autour de lui, faisait la fête et se vautrait dans la sensualité. Mais Noé fit comme Dieu disait. Il continuait à faire confiance dans les mots qu'il lui avait été donnés pour plus d'un siècle. Et pour son obéissance, l'Écriture dit, Noé "devint héritier de la justice qui s'obtient par la foi." (Hébreux 11:7)

Dans Genèse 12:1-4, Dieu dit à Abram: "Lève-toi, sors, et va-t-en de ton pays." Certes, Abram se demandait: "Mais où, Seigneur?" Dieu aurait répondu simplement: “Je ne le vous dis pas. Simplement allez-y."

Ce n'était pas logique. Cétait une demande pas du tout raisonnable pour toute personne rationnelle. Je vais illustrer en posant la question à chaque épouse chrétienne: Imaginez que votre mari rentra à la maison un jour et dit, "Ma chérie, emballe, nous allons déménager." Bien sûr, vous voulez savoir pourquoi, et où, et comment. Mais la seule réponse qu'il vous donne est, "Je ne sais pas. Je sais simplement que Dieu a dit de s’en aller." Il n'y a pas de rime ni raison à ce genre de demande. C’est tout simplement pas logique.

Pourtant, c'est précisément la direction illogique qu’Abram suivit. "C'est par la foi qu'Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu'il devait recevoir en héritage, et qu'il partit sans savoir où il allait." (Hébreux 11:8) Tout ce qu'il savait était les quelques mots Dieu lui avait donnés: "Allez, Abraham, et je serai avec vous. Rien de mal vous touchera." La foi exigait qu’Abraham agit sur rien de plus que cette promesse.

Durant une nuit étoilée, Dieu dit à Abraham, "Regarde vers le ciel, tu vois les étoiles innombrables? Compte les, si tu peux.” (voir Genèse 15:5) Abraham a dû secoué la tête à tout cela. À ce jour, il était vieux, tout comme son épouse, Sarah. Ils avaient passé la période d’avoir à jamais un enfant. Pourtant, ici il fut donné une promesse qu'il deviendrait un père de nombreuses nations. Et toute la preuve sur laquelle il devait aller était une parole du ciel: "Je suis le Seigneur." (Genèse 15:7)

Mais Abraham obéit. Et la Bible dit la même chose de lui qu’elle dit de Noé: “Abram eut confiance en l'Éternel, qui le lui imputa à justice.” (Genèse 15:6) Une fois encore, nous voyons une scène illogique. Pourtant, la foi d’un homme est traduit en vertu.

Ce que Dieu demande de vous peut sembler être déraisonnable. Il demande que nous faisons confiance en lui quand il ne nous donne aucune preuve de réponse à notre prière, quand la situation semble sans espoir, et que nous sommes sûr que tout est fini. “Fais-moi confiance"—dit le Seigneur. Illogique? Oui. Mais durant des siècles, le Seigneur a prouvé qu'il est toujours à l'heure et il ne permet jamais à Satan d’avoir le dernier mot. Dieu fait toujours ce qu’on attend de lui—en parfaite synchronisation par le Saint-Esprit.

vendredi 10 décembre 2010

UN ÉPANCHEMENT PERPÉTUELLEMENT GRANDISSANT

Dans le chapitre 47 d'Ézéchiel, le prophète fut présenté le texte suivant: Dans les tous derniers jours, l'église de Jésus-Christ sera plus glorieuse, plus victorieuse, que dans toute son histoire. Le vrai corps du Seigneur ne va pas s’affaiblir et bredouiller. Elle ne va pas décroître en nombre, ou diminuer en puissance ou autorité spirituelle. Non, son église resplendira en puissance et en gloire. Et elle jouira d’une révélation complète de Jésus que personne ait jamais connue.

Ézéchiel écrit: “Les poissons de la grande mer seront très nombreux." (Ézéchiel 47:10) Il surgira un corps de croyants qui naviguera dans la montée des eaux de la présence du Seigneur.

C'est ce que Dieu nous montre dans la vision d‘Ézéchiel de la montée des eaux (voir Ézéchiel 47:3-4).

Ezéchiel parle ici d'un accroissement du Saint Esprit. Dans les derniers jours, il y aura un accroissement de la présence de Dieu parmi son peuple.

La source et le fondement même de cette rivière est la croix. Nous voyons une image littérale de ceci dans le verset suivant, "Un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau." (Jean 19:34)

Ce flux d'eau croissant est l'image de la Pentecôte, lorsque le Saint-Esprit fut donné aux disciples. Avec ce don de l'Esprit, les disciples du Christ reçurent une promesse qu'il serait une rivière de vie surgissant en eux. Et cette rivière coulerait dans le monde entier (voir Jean 7:38-39).

Le fleuve de la vie culminera juste avant la venue du Seigneur. Ceci est prédit dans la vision donnée à Ézéchiel. Dieu prit le prophète pour un voyage exceptionnel. Portant un cordeau, le Seigneur fit 1000 coudées, environ un tiers d’une mille. À cette distance, le Seigneur et Ézéchiel commencèrent à marcher dans l'eau qui, à ce stade, arrivait à la cheville.

Ézéchiel témoigne: "Il me fit traverser l'eau." (Ézéchiel 47:3) Et le Seigneur pressa le prophète à aller plus profond et plus loin dans l'eau. Après une autre 1000 coudées, l'eau arriva à leur genoux. Et elle monta encore toujours.

Voyez-vous ce qui se passait ici? Ézéchiel était en train de marcher vers l'avenir, tout droit dans notre époque. Les chrétiens aujourd'hui vivent dans les dernières 1000 coudées de la rivière dans cette vision. Nous sommes dans la toute dernière mesure de l'eau. Et Ézéchiel dit que quand il marcha au bord de cette mesure, l'eau était trop profonde pour lui, trop extrême. “Je ne pouvais traverser, car l'eau était si profonde qu'il fallait y nager." (47:5)

Je peux seulement imaginer l’émerveillement de cet homme alors que le Seigneur lui demanda, "Ézéchiel, quelle est cette mer qui a accru? Si ce fleuve est à propos de a vie et de la puissance de la résurrection, qui sont ceux qui seront si bénis naviguant dans une telle gloire? "Il pouvait seulement imaginer ce dont nous jouissons aujourd'hui.

Peut-être que vous avez connu la présence de Jésus en abondance. Il se peut que vous êtes ravis de votre révelation actuelle de lui. Pourtant, je vous dis, que vous n’avez rien vu par rapport à l’accroissement qui va venir aux justes. Christ va ouvrir nos yeux et apparaître merveilleusement au milieu d’entre nous. Il va se révéler à nous, déversant sur nous autant de sa vie que nous pouvons supporter sans être déjà dans des corps glorifiés.

jeudi 9 décembre 2010

QUAND VIENT LE CRIBLAGE

"Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment." (Luc 22:31)

Vous devez comprendre que Satan cherche à passer au crible seuls ceux qui menacent son travail. Il poursuit l'arbre qui a le plus de potentiel à porter des fruits. Mais pourquoi le diable avait le désir de passer Pierre au crible? Pourquoi était-il si désireux de le tester? Eh bien, pendant trois ans, Pierre avait chassé les démons et guéri les malades. Satan avait entendu Jésus promettre aux disciples un autre baptême, un de la puissance et du feu du Saint-Esprit—et il trembla! Maintenant le diable entendit l'ultime plan de Dieu pour Pierre. Il s’était rendu compte que les trois dernières années ne seraient rien par rapport aux grandes œuvres que Pierre et les autres disciples réaliseraient. Ayant déjà abattu Judas, il est obligé de trouver un peu de corruption en Pierre pour en tirer parti, et faire échouer la foi de Pierre.

Peut-être que, comme Pierre, vous êtes dans le tamis à l'heure actuelle, ébranlé et criblé. Mais, vous vous demandez, pourquoi moi? Et pourquoi maintenant? Tout d'abord, vous devez vous réjouir que vous avez une telle réputation en enfer! Satan n'aurait jamais demandé à Dieu la permission de vous passer au crible, sauf si vous aviez franchi la ligne d'obéissance. Pourquoi consacrerait-il ses efforts à vous harceler et vous inquièter, à vous faire peur et secouer tout ce que vous avez? Il vous passe au crible parce que vous jouez un rôle important dans l'église de Dieu en ces derniers jours. Dieu est en train de faire une chose nouvelle encore une fois dans cette dernière génération, et vous avez été mis à part par lui afin d’être un puissant témoignage à de nombreuses personnes. Il vous a délivré, et est en train de vous préparer pour ses desseins éternels. Et plus vos dons sont grands, plus votre potentiel est grand, plus votre reddition à la volonté de Dieu est grande —plus intense sera votre criblage.

Quand quelqu'un traverse le feu du criblage, que doivent faire ceux qui sont autour de lui? Qu'est-ce que Jésus a fait à propos de la chute imminente de Pierre? Il lui dit: "Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point.” (Luc 22:32)

Je contemple ce magnifique exemple de l'amour du Christ et réálise que je ne sais presque rien sur la façon d'aimer ceux qui tombent. Certes, Jésus est "tel ami plus attaché qu'un frère." (Proverbes 18:24) Il a vu le bon et le mauvais dans Peter et conclut, "Cet homme mérite d’être sauvé. Satan le désire, mais je le désire encore plus." Pierre aimait vraiment le Seigneur, et Jésus lui dit:" J'ai prié pour toi. "Jésus avait vu venir cela depuis longtemps. Il avait probablement passé de nombreuses heures devant son Père parlant de Pierre—comment il l'aimait, comment le Pierre nécessaire fut dans le royaume de Dieu, comment il l’appréciait comme un ami.

Seigneur, donnez-nous tous cet amour-là! Quand nous voyons des frères et des sœurs se compromettant ou se dirigeant vers des difficultés ou une catastrophe, aimons-les sufisamment afin de les avertir aussi fermement que Jésus mit en garde Pierre. Alors, nous serons en mesure de dire, "Je prie pour vous."

Aujourd'hui, nous avons encore un autre "Il est écrit", avec lequel nous pouvons lutter contre Satan. C’est ceci "J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas." Vous pouvez dire au diable, "Il se peut que vous ayez reçu la permission de me passer au crible, afin essayer de détruire ma foi. Mais vous devez savoir ceci: Mon Jésus prie pour moi!"

mercredi 8 décembre 2010

FRANCHIR LA LIGNE

Quand Jésus parcourut la terre, il connaisait trop bien l'âpreté de la puissance de Satan, qu'il vient avec chaque arme de l'enfer afin de passer au crible le peuple du Seigneur. Je ne pense pas que nous pouvons comprendre le grand conflit qui fait rage actuellement dans le royaume spirituel. Nous ne réalisons pas non plus la détermination de Satan de détruire tous les croyants qui ont fixé fermement leurs cœurs affamés d’aller jusqu’au bout avec le Christ. Mais il est vrai que dans notre marche chrétienne, nous franchissons la ligne—la ligne de l'obéissance—qui déclenche toute alarme dans l'enfer. Et le moment où nous franchissons la ligne d’une vie d'obéissance à la Parole de Dieu et de dépendance à l'égard de Jésus seul, nous devenons une menace pour le royaume des ténèbres et une cible de choix pour les principautés et les puissances démoniaques. Le témoignage de tout croyant qui se tourne vers le Seigneur de tout son cœur comprend l'attaque soudaine de troubles et d’épreuves étranges et intenses.

Si vous avez franchi la ligne de l'obéissance, alors vous créez des vagues dans le monde invisible. Dans Luc 22:28-34 Jésus introduit ce thème du tamisage des saints. "Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment." (v. 31) Au temps du Christ, les travailleurs du grain utilisaient un tamis juste avant de mettre le grain dans le sac. Ils pelletaient le blé dans une boîte carrée couverte de filets, puis renversaient la boîte, et la secouaient violemment. La poussière et la saleté tombaient à travers le filet jusqu'à ce que seul les graines restaient. Dans ce verset tamiser signifie “être secoué et séparé"—être secoué par l’agitation d’épreuves soudaines. Jésus utilisait cette analogie pour dire à Pierre: "Satan croit que vous n'êtes rien que de la poussière et de la saleté, et que quand il vous met dans le tamis et vous secoue, vous tomberez à terre!"

Il y a des tests et des épreuves, et puis il y a le tamisage. Je considère le tamisage comme l'un des principaux assauts de Satan. C’est d’habitude concentré dans une période courte mais très intense. Pour Pierre, le tamisage ne durait que quelques jours, mais ces jours-là devenaint les plus secouant dans la foi, les plus choquant et pleins de remords de savie. Ce temps du tamisage secoua la fierté qui avait détruit Pierre. La secousse débarrassa les obstacles de son âme, qui auraient pu détruire son témoignage une fois pour toutes.

Grâce à Dieu, la foi de Pierre ne faillit et aussi sûrement que Jésus priait que sa “foi ne défaille pas,” ainsi il prie pour nous de la même manière.

mardi 7 décembre 2010

L'HEURE DE L'ISOLEMENT

Je sais ce que c'est de faire face au silence divin, de ne pas entendre la voix de Dieu pour une saison. J'ai traversé des périodes de confusion totale sans aucune direction apparente, la petite voix derrière moi complètement silencieuse. Il y a eu des moments où je n'avais aucun ami à proximité pour satisfaire mon coeur avec un conseil. Tous mes modèles de direction du passé avaient tourné mal, et je m’étais retrouvé dans l'obscurité totale. Je ne pouvais pas voir mon chemin, et j'ai fis erreur après erreur. Je voulais dire: "O mon Dieu, que s'est-il passé? Je ne sais pas quelle voie suivre!"

Est-ce que Dieu cache vraiment son visage de ceux qu'il aime? N'est-il pas possible qu’il lève sa main pour un peu de temps afin de nous enseigner la confiance et la dépendance? La Bible répond clairement: “Dieu l'abandonna [Ézéchias] pour l'éprouver, afin de connaître tout ce qui était dans son coeur." (2 Chroniques 32:31)

Il se peut que vous traversiez un flot d'épreuves en ce moment. Vous savez de quoi je parle quand je dis que les cieux sont comme du laiton. Vous savez tout sur les échecs répétés. Vous avez attendu et attendu pour des réponses à la prière. Vous avez été servi une coupe d'affliction. Rien et personne ne peut toucher ce besoin dans votre coeur!

C'est le moment de prendre votre position! Vous ne devez pas être apte à rire ou à vous réjouir, parce qu’il se peut que vous n’ayez pas de bonheur en ce moment. En fait, il se peut que vous n’ayez rien que des troubles dans votre âme. Mais vous savez que Dieu est encore toujours avec vous, parce que l'Ecriture dit: “L'Éternel était sur son trône lors du déluge; L'Éternel sur son trône règne éternellement." (Psaume 29:10)

Bientôt vous entendrez sa voix: Ne devenez pas excité, ne paniquez pas. Gardez simplement les yeux sur moi. Confiez toutes les choses à moi. Et vous saurez que vous restez l'objet de son amour incroyable.

lundi 6 décembre 2010

SAISIT LA PUISSANCE DE DIEU, ET VA!

Dès que les disciples ont entendu parler d'un baptême de puissance qu'ils devaient recevoir, ils ont demandé : “ Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ?” (Actes 1:6). Jésus leur a répondu en termes très clairs : “Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.” (Actes 1:7)

Arrêtons nous et pensons à ce que leur question impliquait : “Seigneur, cela veut-il dire qu'en commençant dans cette pièce, juste avec nous, tu vas restaurer le royaume d'Israël ? Allons nous être ceux qui vont abattre Hérode et Rome ? Allons nous être ceux qui vont nettoyer le pays, préparer le royaume pour que tu puisses revenir t'y établir?”

Nous savons que Jésus a dû faire face au désir de certains de ses disciples de diriger et d'exercer une autorité. Mais je ressens dans leur question quelque chose qui dépasse une soif de pouvoir et de position élevée. Cela nous parle du désir de tout être humain d'être impliqué dans quelque grande destinée ! C'était le besoin d'être spécial, d'être la bonne personne au bon moment !

Dans leur coeur, les disciples peuvent avoir pensé : “Seigneur, où sommes nous dans ton plan prophétique ? Ce serait un tel encouragement de savoir que nous sommes à la fin du système actuel et qu'un nouveau jour est sur le point de naître. Comme ce serait excitant de savoir que nous vivons et exerçons notre ministère à un moment où un grand destin s'accomplit, que tu nous utilises pour tout mettre en place !”

Bien-aimé, ce même désir d'être des instruments du destin se retrouve en chacun de nous, à un certain degré. Mais la réponse de Jésus a été tranchante : “Ce n'est pas à vous de connaître les temps.” Jésus ne cherche pas d'hommes et de femmes qui ont de grands destins. Il veut simplement des témoins de lui-même ! Il dit : “L'important n'est pas “l'heure prophétique” ou quelque grande destinée qui te serait réservée. Ce qu'il me faut ce sont des témoins pour cette génération !”

J'en suis pleinement convaincu ! Comme beaucoup d'autres aujourd'hui, j'aimerais savoir où nous en sommes à l'horloge prophétique de Dieu. Sommes nous sur le point d'entrer dans la grande tribulation ? Dieu rassemble-t-il les derniers croyants ?

Mais alors j'entends Jésus qui dit “Tu n'as pas à savoir. Soit rempli du Saint-Esprit. Attends-toi à Dieu, reçoit sa puissance et témoigne !” Nous devons être sur le qui-vive, attendant dans l'espérance, avec nos lampes pleines et allumées. Nous devons désirer et attendre son retour. Bien-sûr, nous devons prêcher qu'il revient et mettre en garde contre le jugement, mais d'abord et avant tout, nous devons être ses témoins!

vendredi 3 décembre 2010

DIEU UTILISE DES GENS POUR PROCLAMER SA PAROLE

Je pense que la majorité des Chrétiens souhaiterait s'échapper vers un endroit sûr et tranquille, quelque part dans les montagnes, afin d'éviter d'être souillé par toute l'iniquité qui les entoure. Certains perdent espoir, disant : “Que pourrait faire un Chrétien contre toute cette dégradation morale ? Que pourrait faire une église dans une ville aussi grande, emplie de sauvagerie et de méchanceté ? Je me contente donc de rester près de Jésus, ainsi je ne risque pas d'être emporté par les flots.”

D'autres disent : “Est-ce que je peux réellement faire quelque chose, moi, un Chrétien si insignifiant ? Je n'ai pas d'argent, pas de formation, pas d'influence, tout ce que j'ai c'est un grand amour pour Jésus !”

Nous nous attendons souvent à ce que Dieu opère de l'une des deux façons suivantes : en déversant son Esprit Saint de manière surnaturelle pour attirer une multitude de personnes dans son Royaume, ou en envoyant son jugement pour qu'ils tombent sur leurs genoux.

Mais, bien-aimés, ce n'est pas la manière d'agir de Dieu pour changer les choses dans ces jours mauvais. Sa méthode pour reconstruire des ruines a toujours été d'utiliser des hommes et des femmes ordinaires qu'il a touché. Et il le fait en les remplissant de son Esprit Saint, les envoyant au combat remplis de foi et de puissance.

Dieu lève un saint ministère constitué d'hommes entièrement dévoués à la Parole et à la prière. Ces hommes ne traitent pas les autres de haut. Ce sont des hommes et des femmes qui se sentent concernés, avec des coeurs bien disposés, sans autre plan à l'esprit que de rechercher Dieu, de l'écouter et de lui obéir !

Dieu t'appelle à le servir dès maintenant. Il a besoin de l'homme ordinaire ! Il utilise des gens que les chefs religieux considéreraient comme “simples et sans instruction” (Actes 4:13).

La Bible dit aussi que lors de la Pentecôte, dans la chambre haute, “ils furent tous remplis du Saint-Esprit” (Actes 2:4). Tous devinrent forts pour la bataille, intrépides et puissants dans leur témoignage ! Ces croyants remplis du Saint-Esprit n'étaient pas seulement Pierre, Jacques, Jean et les autres disciples bien connus, mais aussi les veuves, les jeunes, les serviteurs et servantes !

Nous savons qu'Etienne était rempli du Saint-Esprit, “plein de grâce et de puissance” (Actes 6:8). Il n'était ni un apôtre, ni un pasteur. En fait, il avait été choisi pour servir aux tables dans l'église, afin que les disciples puissent se consacrer à la prière et à l'enseignement de la Parole.

Etienne était un homme ordinaire, rempli de l'Esprit de Dieu ! Tu peux être le témoin de Dieu dans ta ville. Il utilise des hommes qui vont avec Dieu pour seul appui, dont le coeur est bien disposé, qui le cherchent dans la prière et qui marchent comme Etienne, remplis de la foi et de la puissance que donne l'Esprit Saint !

jeudi 2 décembre 2010

MENOTTE A JESUS

Paul se décrit souvent lui même comme étant “le prisonnier de Jésus Christ” (Ephésiens 3:1). En Ephésiens 4:1, il dit qu'être prisonnier de Dieu est même sa vocation, son appel! Il considère que c'est un don de grâce de Dieu pour lui (Ephésiens 4:7).

Paul écrivait à Timothée : “N'aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier.”(2Timothée 1:8) Même âgé, l'apôtre se réjouit d'avoir été arrêté par le Seigneur et d'avoir été captif de sa volonté : “étant ce que je suis, Paul, vieillard, et de plus maintenant prisonnier de Jésus Christ.” (Philémon 9)

Paul aurait pu dire l'heure précise où Dieu lui a “passé les menottes au poignet” et l'a fait prisonnier. Il était sur la route de Damas, avec des lettres pour le grand prêtre, déterminé à ramener des Chrétiens à Jérusalem. Il “respirait encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur” (Actes 9:1), rempli de haine, d'amertume et de colère dans son zèle erroné pour Dieu.

“Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.” (Actes 9:3) Il devint aveugle à cause de cette lumière, qui était Christ !
Paul a témoigné encore et encore comment il a été pris par la main et mené jusqu'à Damas, comme l'aurait été un prisonnier impuissant.

Que c'est-il passé dans cette chambre pendant ces trois jours ? Le Seigneur “menottait” Saul et le transformait en Paul, le prisonnier de Jésus Christ !

Dans cette scène frappante, Paul laisse son indépendance lui échapper et se soumet au joug de Christ. Il tend ses poignets à Jésus pour être menotté à vie ! On peut presque entendre sa douloureuse prière : “O Dieu, je pensais faire ta volonté ! Comment ai-je pu être aussi aveugle ? Je suivais mon chemin, faisant tout ce que je pensais être juste. Je ne peux pas faire confiance à mes propres pensées !”

Ma prière est la suivante : “Jésus, voilà mes mains, prends-les et passe-moi les menottes. Fais-moi prisonnier de ta volonté et mène moi là où tu veux que je sois. Garde-moi menotté à ton bras puissant !”

mercredi 1 décembre 2010

IL RESTAURERA TES ANNEES PERDUES

“Oui, je vous dédommage pour les années qu'ont dévorées les sauterelles - sauterelles, criquets, grillons et vol de sauterelles – ma grande armée que j’ai envoyée contre vous.” (Joël 2:25)

Combien d'années as-tu perdu avant de te repentir et de tout abandonner à Jésus? Combien d'années ont été dévorées par les sauterelles du péché et de la rébellion?

Tu sais que tu es pardonné et que ton passé est oublié, parce qu'il est recouvert par le sang de Jésus, mais n'aimerais-tu pas revenir à ces années et les vivre pour la gloire de Dieu?

“J'aurai pu être tellement plus profondément en Christ ! J'aurais pu apporter tant de joie à son coeur ! J'aurai pu épargner tant de peine et de souffrance à moi-même et à ma famille. Combien j'étais aveugle, combien j'étais esclave du mal ! Combien j'étais prêt de perdre mon âme et ma raison. Je ne pourrai jamais récupérer toutes ces années perdues.” Combien de fois as-tu pensé cela ?

Vivant ses derniers jours, Paul a regardé sa vie et a affirmé : “J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservée.” (2 Timothée 4:7-8)

Paul dit : “Oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ.” (Philippiens 3:13-14) En d'autre terme : Oublie le passé et avance avec Jésus !”

La forme de harcèlement que Satan préfère est de te ramener à ton passé en ressortant des vieux squelettes du placard afin de t'effrayer! Il va essayer de te persuader que tes anciens penchants vont revenir dans ton coeur et te ramener à ton ancienne vie. Ou alors, tu peux succomber à l'orgueil, pensant que tu ne peux pas tomber, mais alors tu seras la cible de l'ennemi de façon certaine!

Tu peux ressentir les assauts du remord aussi longtemps que tu vis. Et : oui, les souvenirs de tes échecs passés te garderont humble. Mais aux yeux de Dieu, ton passé est terminé. En ce qui concerne ta condamnation et ta culpabilité, Dieu dit : “Oublie le passé et avance vers ce que je t'ai promis!”

Nous avons une image d'une telle restauration dans le Nouveau Testament, quand Jésus a guéri l'homme à la main sèche. “Alors il dit à l'homme : Étends ta main. Il l'étendit, et elle devint saine comme l'autre.” (Matthieu 12:13). Tu vois, quand Jésus te restaure, il guérit aussi les blessures.

Bien-aimé, apporte ces vieilles blessures – les angoisses et les regrets concernant tes années perdues – à Dieu, et laisse-le te restaurer, te rendre ces années gaspillées. Ensuite cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste en lui !

mardi 30 novembre 2010

JUSTE POUR LA FAMILLE

« Les entrailles de Joseph étaient émues pour son frère, et il avait besoin de pleurer; il entra précipitamment dans une chambre, et il y pleura » (Genèse 43:30).

C’est une image du coeur de notre Sauveur – même envers les pécheurs. Les frères de Joseph étaient dans sa maison, mangeant et buvant dans sa présence. Mais : « on servit Joseph à part, et ses frères à part » (Genèse 43:32). Nous n'osons pas passer avec légèreté sur la signification de cette déclaration. Ces hommes se réjouissaient dans la présence de Joseph sans être complètement restaurés, sans le connaître réellement, sans une révélation d’amour et de grâce.

Nous pouvons être un peuple d’adorateur qui mange et boit dans la présence du Seigneur, mais sans toutefois avoir déjà reçu une révélation de son amour infini. La sensation de ne pas être aimé demeure dans leur cœur. C’est le cas des chrétiens qui se rendent à la maison de Dieu pour chanter, adorer et louer, mais qui rentrent ensuite chez eux avec le même vieux mensonge : « Dieu ne me donne aucune preuve qu’il m’aime. Mes prières restent sans réponse. Il ne prend pas soin de moi de la même façon qu’il le fait pour les autres chrétiens »

Il restait un dernier pas à franchir pour les frères de Joseph avant qu’ils ne puissent recevoir une complète révélation d’amour. Une telle révélation n’est donnée qu’à ceux qui ont le cœur brisé et contrit. « Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c'est un esprit brisé: O Dieu! tu ne dédaignes pas un coeur brisé et contrit ». (Psaumes 51:17). Les frères de Joseph n’étaient pas encore brisés (Genèse 43 :34).

Ces hommes avaient reconnus leurs péchés, mais ils avaient besoin d’être complètement brisés, totalement au bout de leur amertume et de leurs propres ressources, avant que Joseph ne puisse leur révéler son amour pour eux. Alors Joseph leur proposa une ultime épreuve. Il commanda à ses serviteurs de glisser sa coupe en argent dans le sac de Benjamin, leur plus jeune frère, avant qu’ils ne retournent en Canaan. Les frères étaient à peine sortis de la ville que les hommes de Joseph les saisirent et les accusèrent d'avoir volé la coupe. Ils étaient si certains de leur innocence qu’ils dirent : « Que celui de tes serviteurs sur qui se trouvera la coupe meure, et que nous soyons nous-mêmes esclaves de mon seigneur! » (Genèse 44:9)

On peut voir le changement dans leur attitude : « Que dirons-nous à mon seigneur? comment parlerons-nous? comment nous justifierons-nous? Dieu a trouvé l'iniquité de tes serviteurs. Nous voici esclaves de mon seigneur » (Genèse 44:16). Il n’y avait plus de combat en eux. Plus de fierté. Ils étaient humbles, brisés – enfin, ils criaient du plus profond de leur cœur : « Nous abandonnons ! Nous nous rendons ! ».

Alors vint la révélation du grand amour de Dieu. « Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui l'entouraient. Il s'écria: Faites sortir tout le monde. Et il ne resta personne avec Joseph, quand il se fit connaître à ses frères » (Genèse 45:1).

Le monde ne connaît rien de cette révélation d’amour. Maintenant, les frères de Joseph ont le sens de la famille – de l’amour et de l’acceptation inconditionnels. L’Ecriture nous dit que Joseph « éleva la voix, en pleurant. Les Egyptiens l'entendirent, et la maison de Pharaon l'entendit » (Genèse 45:2). Le monde peut entendre parler de l’amour de Dieu, mais seule la famille peut l’expérimenter. Seule la famille de Dieu est traitée avec un tel amour et une telle grâce.

Bien-aimé, Dieu se tient auprès de ceux qui sont humbles et qui ont le coeur brisés. Il fait ses délices de sa famille – il nous a aimé toutes ces années passées, même lorsque nous étions encore des pécheurs. Repose-toi dans son amour.

lundi 29 novembre 2010

UNE REVELATION D'AMOUR

Les frères de Joseph ne savaient pas combien ils étaient aimés jusqu'à ce que Dieu utilise une situation de crise pour le leur révéler. “La famine régnait dans tout le pays. Joseph ouvrit tous les lieux d'approvisionnement...Jacob, voyant qu'il y avait du blé en Égypte, dit à ses fils : ... descendez-y, pour nous en acheter là. Dix frères de Joseph descendirent en Égypte, pour acheter du blé.” (Genèse 41:56; 42:1-3).

Vingt ans s'étaient écoulés depuis leur crime, lorsqu'ils ont vendu Joseph comme esclave. Et maintenant, il était premier ministre en Egypte. Pendant 7 ans, il avait stocké du grain, en prévision de la famine. Les fils de Jacob pensaient se rendre en Egypte uniquement pour acheter du grain, mais Dieu avait un plan meilleur et plus grand pour eux. Il les envoyait pour recevoir une révélation d'amour! Ils allaient expérimenter la grâce, le pardon et la restauration et apprendre vraiment ce que la grâce de Dieu représente. Ils ne méritaient rien d'autre que le jugement, mais ils allaient recevoir la pure grâce.

Gardant à l'esprit que Joseph est un type du Christ, je ne peux pas m'empêcher de pleurer en lisant cette partie de l'histoire. C'est une si belle représentation de la grâce et de l'amour de notre Seigneur Jésus Christ envers tout ceux qui l'ont trahi.

Vingt années de péché et de subterfuge ont gardé les frères éloignés de Joseph. Ils pensaient probablement qu'il était mort à présent. Quand ils arrivèrent à la cour de Pharaon et qu'ils vinrent devant Joseph, ils ne le reconnurent pas, mais lui les reconnu immédiatement (Genèse 42:8). Ils étaient là, s'inclinant devant lui, tout comme il l'avait vu en rêve. Joseph fut-il rempli de colère et de désir de vengeance? Jamais! Son coeur se rempli de compassion à la vue des frères qu'il aimait si chèrement.

Pourquoi, dans ce cas, leur parla-t-il durement et les accusa-t-il d'être des espions? (Genèse 42:7) J'ai pensé à une époque que Joseph prenait ainsi une petite revanche, mais ce n'est pas du tout ce qui le motivait. Il suivait simplement la direction divine. Ces hommes fiers n'étaient pas encore prêts à recevoir une révélation de grâce et de pardon. Ils devaient d'abord faire face à toute l'horreur de leur péché, à leur culpabilité et à leur honte. Ils avaient besoin d'arriver au bout de leur propres capacités, de telle manière que seule la grâce pouvait encore les aider. C'est le message de la croix de Christ – amour inconditionnel et pardon pour tous ceux qui sont arrivé au bout d'eux-même!

Dieu avait révélé cette vérité à Joseph, et Joseph mit ses frères en prison pendant trois jours – pas pour les punir, mais pour leur donner une chance de faire face à la vérité concernant leur péché. Ils étaient sous l'effet de la Loi, qui leur montrait leur mauvaise nature. Et cela a fonctionné : “Ils se dirent alors l'un à l'autre : Oui, nous avons été coupables envers notre frère, car nous avons vu l'angoisse de son âme, quand il nous demandait grâce, et nous ne l'avons point écouté ! C'est pour cela que cette affliction nous arrive.” (Genèse 42:21)

Il est impossible de comprendre la grâce de Dieu, jusqu'à ce que nous ayons épuisé nos propres ressources et expérimenté son pardon. Cette grâce nous délivre de toute honte et culpabilité.

vendredi 26 novembre 2010

UN CRI DU COEUR

Je crois que l'amour plein de grâce de Dieu est révélé en réponse à un cri du coeur - pas n'importe quel cri, mais un humble cri demandant la délivrance. La Bible a beaucoup à dire à propos de ce cri qui vient du coeur : “Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, J'ai crié à mon Dieu ; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.” (Psaumes 18:6)

« Bien souvent, l'Éternel les délivra, mais ils ne pensaient qu'à se révolter, et s'obstinaient dans leur faute. Pourtant, il considéra leur détresse quand il entendit leurs cris suppliants. » (Psaumes 106:43-44)

Tu peux être sûr qu'un cri adressé à Dieu aura toujours pour réponse un mot de guérison venant du Ciel. Personne n'est trop mauvais et sans espoir s'il recherche Dieu dans l'humilité. L'histoire du mauvais roi Manassé le prouve! La Bible dit qu'il fut un des pires rois d'Israël. “Il fit ce que l'Éternel considère comme mal ... Il rebâtit les hauts-lieux que son père Ezéchias avait détruits, il érigea des autels à Baal, ... et il se prosterna devant tous les astres du ciel ; et leur rendit un culte... Il alla même jusqu'à brûler son fils pour l'offrir en sacrifice. Il consultait les augures et les devins. Il installa des gens qui évoquaient les morts et qui prédisaient l'avenir. Il multiplia les actes que l'Éternel considère comme mauvais.” (2Rois 21:2-6)

“Mais Manassé égara le peuple de Juda et les habitants de Jérusalem, de sorte qu'ils firent encore plus de mal que les nations que l'Éternel avait détruites au profit des Israélites. L'Éternel adressa des avertissements à Manassé et à son peuple, mais ils n'écoutèrent pas” (2Chroniques 33:9-10)

Y a-t-il de l'espoir pour quelqu'un qui s'est autant éloigné de Dieu, d'autant possédé par le mal et l'obscurité ? Oui, s'il s'humilie lui-même, confesse et croit en la victoire de Christ à la Croix. Manassé se retrouva prisonnier dans un pays étranger, lié par des chaînes. Qu'elle image frappante des liens du péché. Mais dans sa détresse, il cria à Dieu, et Dieu l'entendit, lui pardonna et le restaura.

“Lorsqu'il fut dans la détresse, il implora l'Éternel son Dieu et s’humilia profondément devant le Dieu de ses ancêtres. Il le pria, et l'Éternel l'exauça, il écouta sa supplication et le fit revenir à Jérusalem dans son royaume. Ainsi Manassé comprit que l'Éternel seul est Dieu.” (2Chroniques 33:12-13)

“Il fit disparaître du Temple de l'Éternel les dieux étrangers et la statue, ainsi que les autels qu'il avait édifiés sur la colline du Temple et dans Jérusalem. Et on les jeta hors de la ville.”(2Chroniques 33:15)

Cette parole d'espoir, de pardon, de grâce, d'amour et de restauration est pour toi! Tiens compte de sa Parole, repens-toi, sois entier et marche avec le Seigneur! Il n'y a pas de péché qui ne puisse être pardonné – personne n'est trop bas pour être guéri et restauré.

jeudi 25 novembre 2010

LEVE TOI ET MARCHE

“Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche.” (Jean 5:8). L'homme malade à la piscine de Bethesda devait avoir entendu des histoires à propos de Jésus, guérissant partout où il allait. Il pouvait avoir entendu d'autres histoires à son sujet, mais il ne le connaissait pas personnellement. Il était enfermé dans son infirmité et ne reconnaissais pas le Seigneur. Mais Jésus connaissais tout à son sujet! Jésus est venu à lui, dans sa misère et son chagrin et sa grâce était sur le point de se manifester! Le Seigneur fut ému de compassion pour cet homme infirme et tout ce qu'il lui a demandé, c'était de croire sa Parole et d'agir en s'appuyant sur elle : “Lève toi! Prends ton lit! Et marche hors d'ici!”

Plus tard, après cette guérison, Jésus retrouva cet homme dans le temple et pu lui parler. C'est alors qu'il apprit qui était réellement Jésus et qu'il plaça sa confiance en lui. Mais alors qu'il gisait là près de la piscine sans aide et sans espoir, il a dû faire face à la plus importante décision de toutes ses douloureuses années. Il a entendu une parole faisant renaître l'espoir et il est placé devant ce défi : Lève toi par la foi et soit rétabli, ou reste étendu là à t'apitoyer sur toi-même et meurs tout seul !

L'homme aurait pu rester étendu près de la piscine dans l'incrédulité, refusant de bouger, pensant en lui-même : “Ça ne peut pas marcher. Pourquoi Dieu m'aurait-il choisi parmi cette multitude qui a besoin de guérison ? Je suis destiné à mourir ainsi.” Jésus n'aurait pas pu le faire lever contre sa volonté. L'homme devait croire que ses pleurs avaient été entendus et que le temps de sa délivrance était arrivé. C'était maintenant ou jamais.

“Jésus reprit donc la parole, et leur dit (aux Juifs) : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait ; et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'étonnement.” (Jean 5:19-20)

Jésus dit en fait à ceux qui doutaient : “Mon Père le voulait guéri, alors je l'ai guéri. Je ne fais que la volonté de mon Père.” C'était la volonté de Dieu, l'amour de Dieu et le désir de Dieu que cet homme soit entièrement guéri.

C'est difficile de croire que Dieu t'aime encore lorsque tu es abattu et faible! Quand des années ont été gaspillées, quand le péché a paralysé ton corps et ton âme, quand tu te sens indigne et incapable de plaire à Dieu, te demandant pourquoi il se soucierait encore de toi. Il faut une foi comme celle d'un enfant pour accepter cet amour, faire ce pas de foi et dire : “Seigneur, sur ta Parole, je me lève et je marche-avec toi!”

Tu n'as pas à comprendre toute les doctrines concernant la repentance, le péché et la droiture. Tu peux même ne pas connaître Jésus d'une façon profonde et significative! Mais cela viendra en son temps si tu fais ce premier pas dans l'obéissance de te lever et de te tourner vers le Seigneur. “Si quelqu'un est décidé à faire la volonté de Dieu, il reconnaîtra bien si mon enseignement vient de Dieu ou si je parle de ma propre initiative.” (Jean 7:17)

mercredi 24 novembre 2010

LE SOUFFLE DE L'ESPRIT

Ceux qui se dirigèrent vers la chambre haute (cf Actes 1 et 2) aimaient profondément Jésus. Ils avaient été enseignés à l'école de Christ. Ils avaient accomplis des miracles, guéris des malades et chassés des démons. Ils étaient compatissants, altruistes et remplis d'amour pour les âmes, mais ils n'étaient pas encore qualifiés pour être ses témoins!

Ils étaient tout près quand il a sué des grumeaux de sang. Ils l'ont vu cloué à la croix et ont vu le tombeau vide après sa résurrection. Ils ont mangé avec lui et parlé avec lui alors qu'il avait déjà un nouveau corps glorifié. Ils ont vu Jésus revêtu de gloire éternelle sur la montagne. Ils ont même assisté à son ascension vers les cieux! Et pourtant, ils n'étaient toujours pas prêts à être ses témoins!

Pourquoi Pierre n'a-t'il pas pu aller vers la foule à Jérusalem et attester immédiatement la résurrection de Jésus? N'avait-il pas été témoin de ces choses?
Ils avaient besoin de la puissance du Saint-Esprit.

Pierre fit une déclaration puissante aux chefs religieux : “Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.” (Actes 5:32). En entendant ces mots inspirés à Pierre par le Saint-Esprit, les chefs religieux furent furieux et tinrent conseil pour les faire mourir. (Actes 5:33).

Etienne, rempli du Saint-Esprit, prêchait ainsi au chefs religieux : “Hommes au cou raide, incirconcis de coeur et d'oreilles ! vous vous opposez toujours au Saint Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l'êtes aussi. Lequel des prophètes vos pères n'ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d'avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers, vous qui avez reçu la loi d'après des commandements d'anges, et qui ne l'avez point gardée !... En entendant ces paroles, ils étaient furieux dans leur coeur, et ils grinçaient des dents contre lui » (Actes 7:51-54).

Lorsque vous venez de rechercher Dieu, vous êtes remplis du Saint-Esprit et vous pouvez tenir avec audace devant vos collègues, votre famille – ou n'importe qui-, et votre témoignage produira une de ces deux réactions. Soit ils crieront : “Que dois-je faire pour être sauvé?” soit ils voudront vous tuer. Vous aurez prononcé des paroles qui percent le coeur.

Si vous recherchez le miraculeux au sein d'1 bâtiment d'église, vous allez être déçu. Si vous aviez visité la chambre haute quelques heures après que le vent n'ait soufflé, que le feu soit tombé et que les murs soient ébranlés, cherchant à expérimenter quelque chose de miraculeux, vous auriez été déçus.

Vous voyez, le vent de l'Esprit a poussé tous les gens dehors dans la rue et sur la place du marché! Vous auriez pu demander : “Où est le réveil, le vent surnaturel? Puis-je voir quelques unes de ces langues de feu?” On vous aurait alors redirigé vers dehors, vers 120 témoins dans les rues qui témoignaient de Jésus par la puissance du Saint-Esprit. C'était là que se trouvait le réveil, et c'est là qu'il se trouve encore! Le vent, le feu, l'Esprit : c'est maintenant et dans le témoignage!

mardi 23 novembre 2010

LE FONDEMENT DE LA VÉRITABLE FOI

La seule chose pouvant épuiser la patience de Dieu à notre égard est notre refus répété encore et encore d'accepter combien il nous aime.

Beaucoup de Chrétien de nos jours semblent être retournés à leur point de départ, à la vie d'avant leur conversion. Ils n'ont ni joie ni victoire. Quand on les regarde, on peut avoir l'impression que Dieu les a rejetés il y a plusieurs années. Mais non : il les a simplement laissés à leurs propres murmures, reproches et plaintes.

Grâce à Dieu, Josué et Caleb entrèrent dans le Pays Promis. Et ils se sont tenus dans la présence de Dieu comme de jeunes arbres encore verts jusqu'à leur dernier jour. C'était des hommes de vision et puissants parce qu'ils savaient qu'ils étaient précieux pour Dieu.

Toi aussi, tu es précieux pour Dieu, malgré tes problèmes et tes échecs. Tu peux être un arbre vert dans la maison de Dieu, tout comme l'ont été Josué et Caleb.

Tiens ferme, fondé sur les promesses de la Parole : “Il m'a retiré du danger, il m'a délivré, parce qu'il m'aime.” (Psaume 18/19)

C'est le fondement de la véritable foi!