samedi 12 novembre 2016

ASSOIFFÉ DE DIEU - Jim Cymbala

Après une réunion de prière un mardi soir, il y a peu de temps, à Brooklyn Tabernacle, j’ai été présenté à un pasteur qui nous rendait visite avec un petit groupe de responsables de son église. Je lui est souhaité la bienvenue et je lui ai demandé d’où il venait.
“Kentucky,” a-t-il répondu.
“ C’est assez loin de New York,” ai-je répondu. “Combien de temps allez-vous rester ici ?”
“Nous repartons cette nuit. Je suis parti à l’aube ce matin, juste à temps pour être à cette réunion de prière.”
J’ai été surpris : “Vraiment ? Tout ce chemin pour une seule réunion ?”
“Frère, je suis assoiffé de Dieu,” m’a-t-il dit avec sérieux. “Je ne peux plus continuer. Je suis usé et épuisé. Je suis désespéré de recevoir quelque chose de la part de l’Esprit de Dieu.”
N’ABANDONNE PAS
Pendant que le pasteur parlait, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la prière de David : “O Dieu ! tu es mon Dieu, je te cherche ; Mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, Dans une terre aride, desséchée, sans eau.” (Psaumes 63:1)
Ne t’es-tu jamais senti desséché et fatigué dans ta vie chrétienne ? Quand cela se produit, beaucoup continuent simplement à trimer jusqu’à atteindre un point d’épuisement spirituel. Certains abandonnent et jouent les hypocrites, prétendant en être à un point où ils ne sont pas.
IL EXISTE UN RAFRAÎCHISSEMENT
Il existe un vieux proverbe qui est très vrai :
“Si tu tournes constamment en rond, tu t’épuises et tu finis par vouloir t’enfuir.”
Mais il existe un remède à ces périodes sèches quand nous courons trop en rond. Il se trouve dans ce que l’apôtre Pierre appelle des “temps de rafraîchissement,” qui viennent de la présence du Seigneur (Actes 3:19).

Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.