lundi 6 mars 2017

EST-CE QUE TU ESSAYES TROP FORT? - Gary Wilkerson

De nombreux chrétiens aujourd’hui sont épuisés par leurs efforts pour éloigner le péché. Ils sont drainés de la moindre parcelle de joie et la victoire que Christ a remportée pour eux est perdue dans leurs efforts obstinés pour établir leur propre justice.
La justice qui est poursuivie par tout autre moyen que la foi échouera toujours. Tu vois, il ne peut y avoir à la fois la justice de Dieu et la tienne. Cela voudrait dire qu’il y aurait deux évangiles : le Sien et le nôtre. Nous ne pouvons pas mélanger notre propre justice avec la sainte justice de Dieu.
Mais ne sommes-nous pas sensés faire des efforts ? La Bible ne dit-elle pas que nous devons éviter le péché ? Oui, mais il n’existe qu’une seule façon pour nous d’éviter le péché et c’est par Jésus. Il n’est pas seulement une vérité que nous acceptons, Il est le Dieu vivant et Son action de sanctification se poursuit nuit et jour.
Paul répond à la question des propres efforts dans Romains, au chapitre 9. Il parle de gens qui ont réellement atteint la justice : “Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi” (Romains 9:30). Ces gens ne se sont pas épuisés par leurs propres efforts, ils n’étaient pas chargés par leurs échecs. Ils ont placé leur foi en l’œuvre de Jésus à la croix pour eux- et ils ont été soutenus par Sa vie abondante.
“Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient” (Romains 10:4) Ce verset a apporté la liberté à des générations de croyants. Christ est la fin. Il n’y a rien d’autre ! “Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde” (Romains 9:16).
Mon ami, es-tu épuisé à force d’essayer de mieux faire ? Es-tu fatigué de ce cycle sans fin de réengagement et d’échec ? Alors, mets tout cela derrière toi, arrêtes ces efforts. Ton droit à te tenir avec le Seigneur ne dépend pas de ta volonté mais de Dieu, qui fait preuve de miséricorde envers nous.