vendredi 9 septembre 2016

FAIS-LUI CONFIANCE

Je me demande si les anges sont déconcertés par tous les soucis et les inquiétudes de ceux qui proclament avoir confiance dans le Seigneur. Pour tous ces êtres célestes, cela doit paraître insultant pour Dieu que nous nous inquiétions comme si nous n’avions pas de Père dans le Ciel.
Quelles questions perplexes les anges doivent-ils échanger :
“Est-ce qu’ils ne croient pas en Celui qui les aime ? Est-ce qu’Il ne leur a pas dit qu’Il connaît tous leurs besoins ? Est-ce qu’ils ne savent pas que le Père nous envoie pour prendre soin d’eux dans les moments de danger ? Est-ce qu’ils ne croient pas que Celui qui nourrit les oiseaux, les poissons et le règne animal tout entier les nourrira et les vêtira aussi ? Comment peuvent-ils s’inquiéter et se tracasser alors qu’ils savent que Dieu possède toute la puissance, toute la richesse et qu’Il peut répondre aux besoins de toute la création ? Comment peuvent-ils L’accuser de négligence, comme s’Il n’était pas fidèle à Sa Parole ?”
Les oiseaux chantent, tandis que nous nous plaignons et que nous parlons de craintes et de peurs. Les lys des champs se dressent dans toute leur gloire, tandis que nous nous fanons et plions devant le plus petit vent d’adversité.
Le poème qui suit le dit succinctement :
Les oiseaux te reprennent avec leurs chants ravis,
Les fleurs te disent : “C’est une erreur que ces tracasseries !”
“Réjouis-toi”, chante l’hirondelle. “Ton Père me nourrit,
Pense à Ses tendres soins, Ô bien-aimé de Lui”.
“N’ait pas peur,” murmure la fleur,
“puisqu’Il nous donne des habits, à nous, marguerites et boutons d’or,
Comment peux-tu avoir peur encore ?”
Alors ne t’inquiète pas
Où l’inquiétude t’inquiétera.
Tu ne feras que t’inquiéter doublement
Et inquiéter les autres pareillement.”
Tu as en toute certitude un Père céleste. Fais-Lui confiance !