mercredi 24 août 2016

UNE DOULOUREUSE RÉALITÉ

Imagine l’angoisse de Saul lorsque Christ l’a confronté à une douloureuse réalité, près de Damas. Le Seigneur a dit à Saul : “Je suis Jésus. Et tu Me persécutes, Moi” (voir Actes 9:4-5). Saul avait pensé n’avoir affaire qu’à des individus, accomplissant l’œuvre de Dieu en extirpant l’hérésie de chez les juifs.
Saul a été ébranlé par la vérité : “Jésus a un corps spirituel. Il est la tête et Son corps – Ses enfants, ici sur Terre – est connecté à la tête. Il s’agit d’un corps, composé de croyants qui sont la chair de Sa chair. Et toute personne s’attaquant à l’un d’entre eux s’attaque à Lui.”
CAUSER DE LA SOUFFRANCE A JÉSUS
Toutes les “personnes Jésus” que Saul a persécutées et emprisonnées – tout ce qu’il a dit et fait contre elles – a été personnellement ressenti par Christ Lui-même. La confrontation de Saul avec cette vérité a changé sa vie.
En tant que Paul, l’apôtre, il a grandi dans la connaissance de la profondeur de l’amour de Dieu pour Son Église. Il en est venu à voir que, aux yeux du Seigneur, l’Église est une perle de grand prix. Elle est aussi une Fiancée sans tâche pour Son Fils – un corps conjoint et invisible, constitué d’enfants rachetés par le sang, de toutes tribus et de toutes les nations de la Terre.
UNE SÉRIEUSE VÉRITÉ
Je suis convaincu que nous ne prenons pas cette vérité aussi sérieusement que nous le devrions. Une pleine compréhension signifierait la fin de toutes les rancunes dans l’Église… la fin de toute amertume… la fin de tous préjudices, de compétitions charnelles, de fierté, de commérage et de division.
“afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres” (1 Corinthiens 12:25).