mardi 28 juin 2016

UNE COUPE DE TREMBLEMENTS

Le Seigneur n’a jamais voulu que Son peuple vive dans la panique ni qu’il tremble de frayeur. Même dans l’Ancien Testament, le Seigneur avait un peuple qui croyait en Ses promesses et qui n’était pas atteint par le chaos environnant. Nous le voyons dans la vie du prophète Habakuk, un homme qui a reçu une vision qui “parle de la fin” (Habakuk 2:3 version Darby).

Habakuk a vu un peuple qui, dans les derniers temps, allait s’user lui-même en poursuivant l’avarice et la convoitise. D’après cette vision, un esprit de violence terrifiant allait prévaloir à cette époque (voir 1:9). Habakul dit de tout cela : “La coupe de la droite de l’Éternel se tournera vers toi, Et l’ignominie souillera ta gloire” (2:16).

Nous savons qu’un prophète parle toujours d’abord à sa propre génération. Pourtant, d’après Habakuk lui-même, cette parole prophétique concerne aussi notre génération. Il nous dit : “car la vision est encore pour un temps déterminé, et elle parle de la fin, et ne mentira pas” (2:3 version Darby). Habakuk voyait une coupe de tremblements : “J’entendis, et mes entrailles tremblèrent… et je tremblai sous moi-même” (3:16 version Darby).

Nous voyons ici un prophète saint, un homme de prière qui, pendant un temps, a été tellement submergé par des événements affreux que même lui a tremblé. Mais l’Esprit est venu sur Habakuk, le poussant à prophétiser : “car le figuier ne fleurira pas, et il n’y aura point de produit dans les vignes; le travail de l’olivier mentira, et les campagnes ne produiront pas de nourriture; les brebis manqueront dans le parc, et il n’y aura pas de bœufs dans les étables; mais moi, je me réjouirai en l’Éternel, je m’égayerai dans le Dieu de mon salut. L’Éternel, le Seigneur, est ma force; il rendra mes pieds pareils à ceux biches, et il me fera marcher sur mes lieux élevés” (3:17-19).

Dieu a ôté la coupe de tremblements de Son serviteur Habakuk. Et Il fera la même chose à tous Ses fidèles aujourd’hui.