lundi 6 juin 2016

L’AMOUR QUE JÉSUS DÉCRIT - Gary Wilkerson

“Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres” (Jean 15:17).

A quoi cela ressemble-t-il lorsque nous manifestons le genre d’amour que Jésus décrit ? L’apôtre Paul nous aide à comprendre en montrant ce qui arrive quand nous ne vivons pas ce genre d’amour. Dans sa lettre aux Galates, Paul expose deux types de péché. D’un côté, il identifie des péchés flagrants, le genre de péché que nous associons avec des comportements extérieurs, comme par l’exemple les péchés sexuels où l’abus de certaines substances. Mais il décrit aussi un deuxième type de péché – un péché dans les relations – et montre qu’il est tout aussi mortel et destructeur. Le péché relationnel affecte notre âme à une profondeur que nous ne pouvons pas imaginer. Il a un effet terrible, non seulement sur notre témoignage devant le monde, mais aussi dans les profondeurs de notre être et il atteint ceux qui nous entourent.

Paul expose tout cela à la lumière dans l’église de Corinthe en soulignant un problème flagrant : la division au milieu d’eux : “Car je crains de ne pas vous trouver, à mon arrivée, tels que je voudrais, et d’être moi-même trouvé par vous tel que vous ne voudriez pas. Je crains de trouver des querelles, de la jalousie, des animosités, des cabales, des médisances, des calomnies, de l’orgueil, des troubles” (2 Corinthiens 12:20). Remarque le dernier mot utilisé dans cette liste : des troubles. C’est le signe qu’un péché relationnel est à l’œuvre.

Toutes les choses que Paul énumère ici découlent du fait de ne pas parvenir à aimer comme Christ a aimé. Dans ces termes, il est facile de voir qu’aimer n’est pas simplement une posture sentimentale. C’est une bataille qu’il faut mener, et les armes dont nous avons besoin sont le pardon, la grâce, la miséricorde et la justice.

L’un des conflits qui séparait les Corinthiens concernait l’enseignement qu’ils étaient prêts à accepter. Certains disaient vouloir suivre uniquement l’enseignement de Pierre tandis que d’autres suivaient Paul. Paul a dû leur dire : “Je ne peux pas m’adresser à vous comme si vous étiez matures tant que vous êtes dans cet état d’esprit. C’est charnel. Vous raisonnez à travers votre chair.”

Le terme grec que Paul utilise pour chair indique la peau ou les tissus adipeux du corps. Mais, bien sûr, Paul décrit l’état de leur âme. Il dit aux corinthiens qu’ils sont pris dans une façon de vivre toute terrestre, au lieu de marcher dans la vie de l’Esprit.

Mais, comme Jésus et Paul le soulignent tous deux, refuser d’aimer, ne serait-ce qu’au niveau le plus humainement simple, peut avoir des conséquences dramatiques, conduisant à la tristesse, à l’isolement et au regret. Une querelle dans une relation finit souvent par affecter un cercle plus large d’amis et de membres de la famille. Ensuite, cela peut s’étendre à une assemblée tout entière, comme Paul le montre pour les Corinthiens. Aimer comme Jésus aime, même dans ce qui semble être une petite chose, ce n’est pas un choix, c’est une discipline spirituelle.