jeudi 28 avril 2016

UN LIEU DE PRIÈRE

Nos foyers sont sensés être des lieux de prière !

“Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 18:19). Certains chrétiens appellent cela la “prière d’un commun accord.” Tu es grandement béni si tu as un frère ou une sœur dévouée avec lequel ou laquelle tu pries. En effet, les intercesseurs les plus puissants que j’ai connu étaient des groupes de deux ou trois. Si Dieu m’a béni dans cette vie – s’Il a pu m’utiliser pour Sa gloire- je sais que c’est grâce à quelques intercesseurs dévoués qui ont prié quotidiennement pour moi.

Le lieu où ce type de prière est la plus puissante, c’est dans le foyer. Ma femme, Gwen, et moi, prions ensemble tous les jours et je crois que c’est ce qui tient notre famille ensemble. Nous avons prié pour chacun de nos enfants durant leurs jeunes années, pour qu’aucun d’eux ne soit perdu. Nous avons prié Dieu de garder leurs amitiés et leurs relations. Nous avons aussi prié pour leur futur conjoint et, à présent, nous faisons la même chose pour nos petits-enfants.

Malheureusement, très peu de familles chrétiennes prennent le temps de prier à la maison. Je peux personnellement témoigner du fait que je suis pasteur aujourd’hui à cause de la puissance de la prière de la famille. Tous les jours, peu importe où mes frères et sœurs et moi étions en train de jouer, dans la jardin ou dans la rue, ma mère nous appelait depuis la porte d’entrée de la maison : “David, Jerry, Juanita, Ruth, c’est l’heure de la prière !” (Mon petit frère Don n’était pas encore né.)

Tout le voisinage savait au sujet de notre temps de prière familial. Parfois, j’ai détesté entendre cet appel et j’ai grommelé et grogné à cause de lui. Mais quelque chose se passait clairement dans ces moments de prière, avec l’Esprit se mouvant au milieu de notre famille et touchant nos âmes.

Peut-être que tu ne te vois pas tenir une réunion de prière familiale. Peut-être as-tu un conjoint qui n’est pas très coopératif ou en enfant qui est rebelle. Bien-aimé, peu importe qui choisit de ne pas s’impliquer. Tu peux quand même t’asseoir à la table de la cuisine, pencher la tête et prier. Ça servira de moment de prière dans le foyer et tous les membres de la famille le sauront.