mardi 5 avril 2016

SE CACHER DE DIEU

Le péché nous donne envie de nous cacher de la présence de Dieu. Voilà l’essence même de l’incrédulité parmi les chrétiens : quand nous péchons, quand nous faisons défaut à Dieu, nous avons tendance à courir loin de Sa présence. Nous pensons qu’Il est trop en colère pour communier avec nous. Comment pouvons-nous partager une réelle intimité avec Lui lorsque nous avons péché si sévèrement ?

Alors, nous cessons de prier. Dans notre honte, nous pensons : “Je ne peux pas aller dans la présence de Dieu dans cet état.” Et nous commençons à essayer de regagner Ses bonnes Grâces. Nous sommes convaincus qu’il nous faut simplement un peu de temps pour nous rendre pur. Si nous pouvons rester purs quelques semaines, évitant notre habitude pécheresse, nous pensons que nous nous sommes montrer dignes d’approcher à nouveau de Son trône.

C’est une croyance qui vient du diable et un crime aux yeux de Dieu. Quand nous confessons notre péché, y compris nos habitudes bien installées, Dieu ne nous interroge pas. Il ne nous demande pas de preuve de notre repentance, demandant : “Es-tu réellement désolé ? Je ne vois pas de larmes. Tu promets de ne jamais commettre à nouveau ce péché ? Va maintenant, jeûne deux jours par semaine et prie une heure chaque jour. Si tu parviens à ne pas faillir pendant quelque temps, nous communierons à nouveau.

Quand Jésus nous a réconcilié avec le Père à la croix, c’était pour toujours. Cela signifie que, si je péche, je n’ai pas besoin d’être à nouveau réconcilié avec Dieu. Je ne suis pas coupé du Seigneur, soudain brouillé avec Lui. Non, le voile de séparation a été déchiré de façon permanente à la croix et j’ai accès pour toujours au trône de Dieu, à travers le sang de Christ. La porte n’est jamais fermée pour moi : “en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance” (Ephésiens 3:12).

La Bible établit clairement que, si l’un de nous péche, nous avons un avocat auprès du Père, en Jésus Christ. Nous pouvons peut-être nous tenir derrière la porte de la salle du trône, nous sentant pourri et impur. Mais si nous restons là, refusant d’entrer, ce n’est pas par humilité, c’est de l’incrédulité. “Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins” (Hébreux 4:16).