jeudi 2 avril 2015

SES YEUX SONT SUR LES PASSEREAUX

En me promenant sur une route de campagne dans le New Jersey, j'ai eu une bonne discussion avec mon Seigneur. “Seigneur, je ne peux pas vivre avec des craintes et des soucis de toutes sortes. Je veux affronter ce que me réserve l'avenir dans la paix, la joie et la confiance !”

Le Saint-Esprit m'a rempli : “Une des clés pour être libéré de toute crainte et de tous soucis se trouve dans le mot passereau. Souviens-toi de ce que Je t'ai dit : “Cependant il ne tombe pas un passereau à terre sans la volonté de votre Père. Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés”” (Matthieu 10:29-30). Cela semble si simple, si élémentaire, mais ce que Jésus nous dit est très profond.

Dans l'Ancien Testament, le Roi David pouvait proclamer : “Il m’arrache à toutes mes frayeurs” (Psaumes 34:5). Comment David a-t-il trouvé une telle liberté vis à vis de la crainte ? En obtenant une vision de la grandeur de “Celui qui a fait la Terre et les cieux.” Quand David tournait les yeux vers le Créateur de toutes choses, il découvrait à quel point Dieu est grand !

Je veux être comme David : l'exemple d'un berger qui a appris comment être libéré de la peur et des soucis, et capable et mener un peuple dans cette même liberté.

J'ai commencé à étudier les passereaux et j'ai commencé à avoir la révélation du Dieu Créateur si grand de David, qui s'intéresse même aux plus petits détails de Sa création !

Des passereaux ! Comme tous les oiseaux, les passereaux sont faits de façon merveilleuse. Leurs petits os tout fin sont solides et équipés tout spécialement pour le vol. La science moderne ne peut toujours pas copier le système compliqué de leurs ailes qui permet à certains de ces oiseaux de migrer sur des milliers de kilomètres. Chaque passereau a entre 1300 à 2600 plumes. Comme ils sont complexes et détaillés ! Notre Dieu Créateur les a parfaitement dessinés. Il a dessiné chaque os, chaque plume et Il a compté chacune d'elles.

La plupart des passereaux construisent leurs nids au sol et, à l'époque de Christ, ils étaient piégés avec des filets dans lesquels ils tombaient en préparant leurs nids. A Jérusalem, Jésus a vu des passereaux sur des brochettes, vendus un sou la paire. Ils avaient tous été attrapés par des filets parce que les juifs ne pouvaient pas manger ceux qui mourraient de cause naturelle.

De ces oiseaux, Jésus a dit : “Pas un de ces passereaux n'est attrapé sans que mon Père ne le sache.” Il sait où chacun d'eux se trouve avant que leurs tout petit poumons ne rendent leur dernier souffle. Il les nourrit. Il connaît chaque passereau, même ceux qui se trouvent sur les brochettes.