samedi 18 janvier 2014

VÉRIFIE LES SIGNES VITAUX by Jim Cymbala

La prière est la source de la vie chrétienne, elle est pour les chrétiens une ligne de conduite. Sinon, c’est comme avoir un bébé dans ses bras et l’avoir habillé de façon si mignonne mais le bébé ne respire pas ! Peu importe les vêtements à froufrous, tu dois avant tout stabiliser les signes vitaux de l’enfant. Cela ne sert à rien de parler à quelqu’un qui est dans le coma. C’est pourquoi l’accent mis sur l’enseignement dans les églises d’aujourd’hui a des résultats si limités. Enseigner n’est bon que là où la vie coule. Si les auditeurs sont dans un coma spirituel, ce qu’on leur dit peut être juste et biblique, mais la vie spirituelle ne peut pas être enseignée.

Les pasteurs et les églises doivent devenir suffisamment mal à l’aise pour dire : « Nous ne sommes pas des Chrétiens du Nouveau Testament si nous n’avons pas une vie de prière. » Cette conviction nous dérange un peu mais comment avancer autrement avec Dieu ?

Si nous réfléchissons véritablement à ce qui est dit dans Actes 2 : 42, « Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières », nous pouvons voir que la prière est une preuve de la normalité d'une église. Invoquer le nom du Seigneur est la quatrième grande marque dans la liste. Si mon église ou votre église ne prie pas, nous ne devrions pas nous glorifier d’être conformes à la Parole de Dieu, ni de nos chiffres de fréquentation du dimanche matin.
Ma femme Carol et moi-même nous nous sommes dits mutuellement plus d’une fois que si l’esprit du brisement et le fait d'en appeler à Dieu venaient à se relâcher dans notre église de Brooklyn, nous saurions que nous avons des problèmes, même si il y avait 10 000 personnes dans l’assistance.

Au cours d’innombrables réunions de prière du mardi soir, je me suis senti entouré par le son sacré de la prière et de l’intercession qui remplissait l’église et se déversait de chacun des cœurs présents. Vers la fin de la réunion, lorsque j’entends des mères prier pour leurs enfants rebelles, des hommes demander à Dieu de les aider à trouver un emploi et d’autres remercier le Seigneur pour de récentes réponses aux prières, je ne peux pas m’empêcher de penser : « je suis aussi proche du Ciel que je pourrai jamais l’être dans cette vie. Je ne veux pas quitter ce lieu. Si j’étais invité à la Maison Blanche pour rencontrer quelques dignitaires, cela ne m’apporterait jamais la paix et la joie profonde que je ressens ici dans la présence des gens qui font appel au Seigneur ».


__________
Jim Cymbala a commencé son ministère au « Brooklyn Tabernacle » avec moins de vingt personnes dans un petit bâtiment vétuste, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, c’est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant régulier des conférences organisées par World Challenge à travers le monde pour les pasteurs et les dirigeants.