mardi 7 mai 2013

LE SERVICE

La fierté éprouve de la répulsion à l’idée du service. Aujourd’hui, chacun veut être tout sauf un serviteur. En Amérique, un jeu d’enfants très populaire s’appelle « les maîtres de l’univers ». Mais ceci devient aussi la théologie de beaucoup de chrétiens. Nous citons les écritures : « Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu » (Galates 4 : 7). Ce que Paul est vraiment en train de dire est qu’un fils qui a été enseigné correctement sait qu’il est légalement le fils du roi avec tous ses droits mais il aime tellement son père qu’il choisit le rôle d’un serviteur. Paul dit aussi qu’il était « un serviteur de Jésus Christ » (Romains 1 : 1) et Jacques se nommait lui-même « un serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus » (Jacques 1 : 1).

Un serviteur n’a aucune volonté propre ; la parole de son maître est sa volonté. La croix représente la mort de tous mes plans personnels, de mes propres idées, de mes désirs, de mes espoirs et de mes rêves. Et bien plus encore, cela signifie la mort absolue de ma propre volonté. Ceci est la véritable humilité. « Il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix » (Philippiens 2 : 8). Il avait dit à ses disciples : « Ma nourriture (l’accomplissement de ma vie) est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son œuvre » (Jean 4 : 34). En d’autres termes, « Je refuse de prendre les choses dans mes propres mains. J’attends d’entendre toutes les directions de Mon Père !”

Jean a écrit : “Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde » (1 Jean 4 : 17). Tous les vrais chrétiens doivent avoir la volonté de dire : « Je veux vraiment faire Sa volonté. » Mais voilà où nous manquons le coche. Nous avons sur nos cœurs quelque chose que nous désirons, quelque chose qui a l’air bien, qui semble logique, mais ce n’est pas la volonté de Dieu. Nous allons jeûner et prier et intercéder. Verser une rivière de larmes. Réclamer après cette chose. Citer la Bible. Rallier des gens pour être d’accord avec nous. Un des plus grands pièges pour les chrétiens est une bonne idée qui ne vient pas de Dieu, une bonne stratégie qui n’est pas de Lui, un plan très bien conçu qui n’est pas de Lui. Ton désir peut-il survivre à la croix ? Peux-tu marcher loin d’elle et mourir pour elle ? Tu doix être capable de dire avec honnêteté : “Seigneur, peut-être que ce n’est pas le diable qui veut m’arrêter mais toi. Si ce n’est pas ta volonté, ça pourrait me détruire. J’abandonne cela à la croix. Fais à ta façon Seigneur !”