vendredi 10 mai 2013

FAIRE FACE AU DOUTE

Si tu n'affrontes pas tes doutes, tu vas t'abandonner à un esprit de murmures et de complaintes. Tu vas vivre de cette façon et mourir de cette façon. Tes doutes ne peuvent pas simplement disparaître. Ils doivent être arrachés à la racine.

Regarde Israël tout juste trois jours après leur sortie d’Égypte. Ils avaient chanté, agité leurs tambourins et témoigné de la force de ce Dieu puissant, se rengorgeant du fait qu'Il les guidait et les protégeait. Puis ils sont arrivés à Mara, qui signifie “amertume.” C'était un lieu de mise à l'épreuve pour eux.

Dieu continue de la même façon à permettre crise après crise jusqu'à ce que nous comprenions finalement la leçon. Si nous continuons à refuser de l’apprendre, il arrive un moment où Il nous laisse à notre amertume et à nos murmures. “...après trois journées de marche dans le désert, ils ne trouvèrent point d'eau...Le peuple murmura contre Moïse, en disant : Que boirons-nous ?”(Exode 15:22,24)

Le dimanche, les israélites avaient vécu un grand moment, chantant, dansant et louant. Mais mercredi vient et les voilà en difficulté. Une autre crise, et ils étaient réduits en miette !

Comment un peuple peut-il perdre confiance aussi rapidement ? Tout simplement parce qu'il ne l'avait pas au départ. Ils n'ont jamais eu ce fondement construit sous eux. Alors ils échouent au test encore et encore. Ils n'ont absolument rien appris des crises précédentes et ils ont encore manqué l'opportunité de faire briller la grandeur de leur Dieu.

A partir de ce moment, Israël n'était plus capable d'apprendre quoi que ce soit de Dieu. Ils ont même commencé à prendre sa bonté comme étant quelque chose qui allait de soi. Ils n'avaient rien à manger, alors Il a envoyé la manne depuis le ciel. Il a fait tombé du ciel des cailles, les empilant sur un mètre de haut en dehors du camp. Mais pas un seul mot de remerciement ! Au lieu de cela, le peuple est devenu avide, amassant tout ce que Dieu leur donnait. Israël est devenu un peuple au cou raide !

Oh, comme il est dommage d'aller de crise en crise et de ne rien apprendre dans le processus. Cela nous condamne à être abandonné à un esprit de murmures.