vendredi 3 mai 2013

IL N’A PAS MENACE

Voici une vérité étonnante en rapport avec les souffrance de Christ : «quand on l'a insulté, il n'a pas rendu l'insulte. Quand il a souffert, il n'a menacé personne » (1 Pierre 2 : 23)

Quelle déclaration incroyable : « Quand il a souffert, il n'a menacé personne. » Il ne s’est jamais défendu Lui-même contre ceux qui Le maltraitaient. Il n'a puni ni n'a fait de représailles envers personne.

Comme cela ne nous ressemble pas ! Nous menaçons quand les souffrances deviennent insoutenables, nous nous défendons nous-mêmes, nous protégeons constamment nos droits et notre réputation. Et le pire de tout, c’est que nous menaçons Dieu. C’est quelque chose de très subtil et la plupart d’entre nous n'avons pas conscience de ce que nous faisons. Quand nos prières restent sans réponse, quand les problèmes et les catastrophes frappent notre vie, quand nous avons l’impression que Dieu nous a laissé tomber et que nous finirons dans la solitude et dans la peine, nous tournons le dos à Dieu. Nous nous relâchons dans la prière et la lecture de la Bible. Nous continuons à L’aimer mais nous laissons notre zèle s’en aller. Nous commençons à dériver et notre foi devient fade, inutile. Ces façons de répondre sont toutes des menaces contre le Seigneur.

Dès que nous cessons de rechercher le Seigneur de tout notre cœur, nous le menaçons. C’est une façon subtile de dire : « Seigneur, j'ai fais de mon mieux et Tu me laisses tomber. »

Le Seigneur a une patience infinie envers ceux d’entre nous qui sont blessés. Il attend avec l’amour que nous revenions à Ses tendres soins. Mais cela peut devenir une façon de vivre, une menace à la fidélité de Dieu, si nous refusons de nous réveiller et de renouveler notre foi et notre espoir en Lui. Certains deviennent tellement désabusés qu’ils s’adonnent à leurs convoitises charnelles et à leurs passions. Ils se livrent à leurs désirs parce que la bataille semble sans espoir. C’est leur façon de dire : « A quoi ça sert ? J’appelle Dieu à l’aide pour me délivrer mais l’aide ne vient jamais. J’ai toujours cette chose en moi, malgré mes pleurs et mes prières. »

Et on en arrive finalement à cette conclusion : « J’ai le droit de faire ça parce que j’ai été si gravement blessé. » C’est une menace envers Dieu, une façon de se venger de Lui parce qu’il n’a pas répondu dans les délais prévus.

Bien-aimé, il y a de l’espoir ! Le Seigneur des armées est avec nous ! Lui seul est notre gardien. Il ne laissera pas ses enfants glisser ou tomber. Il nous tient dans la paume de Sa main.

Faisons comme Christ a fait. « Il a mis sa confiance en Dieu qui juge avec justice » (1 Pierre 2 : 23). « Mettre ta confiance » c’est placer ta vie entièrement dans Ses mains. Abandonne ton combat, cesse de vouloir accomplir les choses par tes propres forces et engage-toi à garder ton corps et ton âme pour le Seigneur des armées !