mercredi 22 avril 2009

L'ÉTERNEL MON BERGER

Nous connaissons tous la 23ème Psaume. Son message réconfortant est bien connu, même parmi les non-croyants. Cette psaume renommée était écrit par le roi David, et son passage le plus célèbre est contenu dans le verset d'ouverture: "L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien.”

Le mot hébreu que David utilise pour manquer dans ce verset indique un sens du manque. David dit, en d'autres termes, "Je ne manquerai de rien." Lorsque nous associons ce sens avec la première partie du verset, David dit: "Le Seigneur montre le chemin, guide et me nourrit. Et à cause de cela, je n'ai pas de manque."

Dans ce bref verset, David nous donne encore une autre réflexion du caractère et de la nature du Seigneur. La traduction littérale de l'hébreu de la première partie de ce verset est Jéhovah Rohi (prononcé Je-HO-va-RO'-ee). Cela signifie "le Seigneur, mon berger."

Jéhovah Rohi n'est pas un quelconque berger bénin et passif . Il n'est pas un larbin—quelqu'un qui ne fournit qu’un peu de la nourriture et des conseils. Il ne se contente pas de nous diriger vers les pâturages verts et les bassins d'eau, et de dire: “Voici ce dont vous avez besoin. Allez-y et prenez." Ni ferme-t-il les yeux sur nos besoins. Il ne va pas dans l'autre sens quand il entend nos cris pour de l’aide et nous voit en difficulté. Non, il connaît chaque douleur que nous endurons, chaque larme que nous versons, chaque peine que nous ressentonsl. Il sait quand nous sommes trop las pour faire un autre pas. Il sait exactement combien nous pouvons subir. Surtout, il sait comment nous sauver et nous amener à un lieu de guérison. Maintes et maintes fois, notre berger vient après nous, nous récupère et nous emmène à un endroit de repos. Il nous fait reposer continuellement pour un temps de guérison et de restauration.

Jéhovah Rohi—le Seigneur notre berger—nous oblige à le suivre dans son repos, de sorte qu'il peut "shekinah" au milieu de nous. Le Seigneur dit dans Exode 29:45: "J'habiterai au milieu des enfants d'Israël, et je serai leur Dieu." Le mot hébreu ici pour habiter est shekinah, ce qui signifie “respecter, ou s'installer à côté." Ce mot ne signifie pas seulement une présence passagère, mais une qui est permanente—une présence qui ne quitte jamais. En bref, la gloire shekinah de Dieu n'est pas une impression qui s’éclipse et disparaît de nos cœurs comme de l'encre invisible. Non, c'est quelque chose que Dieu grave en permanence sur notre âme. C’est sa présence proche et éternelle.

L'image ici est glorieuse: Notre berger propose de venir à nous au milieu de notre douleur et notre état dépressif, et de s'asseoir à nos côtés. Il promet de panser nos plaies et de renforcer les parties de nos êtres qui sont devenues malades.

C'est la gloire shekinah de Dieu: la présence permanente et éternelle du Seigneur. Et nous la ressentons souvent lorsque nous sommes au cœur de difficultés. Notre grand berger nous dit: “Je tiens à vous rétablir. Et je vais le faire en étant présent avec vous, même dans la vallée et l'ombre de la mort. Ma présence sera avec vous à travers tout ce que le diable vous jette dessus. Même si vous essayez de me fuir, je vais vous pourchasser. Et quand je vous attrape, je vais vous prendre dans mes bras et vous ramener dans mon repos. Puis, je panserai vos plaies et guérirai tous vos maux."