mardi 27 octobre 2015

NOS SOUFFRANCES PRESENTES

Peut-être traverses-tu en ce moment une épreuve abominable. Pourtant, tu sais que ce n'est pas parce que Dieu est en train de régler un péché dans ta vie. Alors, tu te demandes pourquoi le Seigneur permet que tu endures une peine aussi terrible.

C'est peut-être parce que la fournaise de ton épreuve est censée t'apporter une révélation qui bouleversera ta vie. C'est exactement ce qui arrivé à Job. Au milieu de sa souffrance, Job a fait une découverte incroyable. Malgré sa pure connaissance de Dieu, il ne connaissait pas réellement le Seigneur. Il a confessé : “Mon oreille avait entendu parler de toi ; Mais maintenant mon œil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre” (Job 42:5-6).

A l'époque où Job a subi cette épreuve, il avait au moins soixante dix ans, il avait connu Dieu toute sa vie. A un moment donné, Job avait érigé un autel au Seigneur, où il avait passé de nombreuses heures à révérer, prier et adorer Dieu. Pendant des années, Dieu lui avait enseigné Ses voies et Ses mystères. Job avait entendu parler des consolations du Seigneur, de Sa sainteté, de Son caractère, de Sa nature, de Son courroux et Il avait appris ce qu'était la majesté de la puissance et de la sagesse de Dieu.

Pourtant quand l'épreuve ahurissante de Job lui est tombée dessus, il n'était plus du tout capable de voir le Seigneur. Dieu est devenu pour lui un simple terme théologique assez vague, sans plus. Le Seigneur, qui avait été une part si importante de sa vie de tous les jours semblait désormais absent de tout ce que Job traversait. Soudain, Dieu semblait être réduit à une série de sermons, une parole morte, une connaissance sans puissance ni vie derrière elle.

Je crois que c'était ce que Dieu voulait amener à la surface dans la vie de Job, depuis le début. Tu vois, notre Père qui nous aime désire que Ses enfants Le connaissent plus intimement qu'il n'est possible à travers des cultes, des études bibliques ou des réunions de prières. Il veut que nous Le connaissions intimement, dans chaque aspect de nos vies – y compris dans nos épreuves et souffrances les plus profondes. Notre Dieu souhaite être d'avantage que le Dieu d'une quelconque théologie de lettre morte. Il veut que nous Le connaissions comme un Père omniscient, toujours proche de nous, maintenant tout sous Son contrôle, dans le creux de Sa main. Notre souffrance actuelle produit forcément une de ces deux choses en nous : soit un endurcissement et un esprit d'incrédulité, soit une glorieuse vision du contrôle de Dieu sur tout ce qui nous concerne.