vendredi 30 octobre 2015

LE CHRISTIANISME “CAPITALISTE”

L'Amérique est victime d'un “christianisme capitaliste.” Le but n'est plus une croissance spirituelle, mais une augmentation du nombre de personnes, des propriétés et des finances. Le jugement de Jésus envers l'église de Laodicée s'applique à de nombreuses églises d'aujourd'hui : “Tu ne réalises pas ce qui est en train de t'arriver. Ton aveuglement t'a rendu tiède et tu ne le vois même pas. Tu penses être encore bouillant pour Moi” (voir Apocalypse 3:15-17).

A Éphèse, le péché de l'église était une perte d'intimité avec Jésus. A Thyatire, il s'agissait d'une perte de discernement et du fait de flirter avec la fornication spirituelle. A présent, à Laodicée, nous voyons le pire péché de tous : la perte du besoin de Christ.

Tout cela aboutit à la nudité. Jésus accuse les Laodicéens de leur nudité : “la honte de ta nudité ne paraisse pas” (3:18). Le terme grec utilisé ici pour nudité signifie : “privé de ressources.” Tu vois, Dieu garde Ses ressources pour ceux qui s'appuient sur Lui, qui dépendent de Lui pour leurs besoins. Quelles sont Ses ressources ? Il s'agit de véritables richesses spirituelles : Sa force, Sa puissance accomplissant des miracles, Sa direction divine, Sa présence manifeste.

Imagine une congrégation qui est confortablement assise pendant un culte d'une heure. Ses chrétiens entendent un court message sur la façon d'affronter le stress de la vie, puis ils se retrouvent rapidement dehors. Ils ne ressentent aucun besoin d'être brisés ni contrits devant Jésus. Ils ne ressentent pas le besoin d'être touchés ni convaincus par un message qui les transperce. Il n'y a pas de cris : “Seigneur, fonds-moi, brise-moi. Toi seul peux combler ma faim.”

Où est le zèle dont ils faisaient preuve avant ? Ces croyants étaient auparavant désireux de se rendre à l'église, de méditer longuement la Parole de Dieu, de mettre leur cœur à nu devant la lumière révélatrice de l'Esprit. Mais maintenant, ils pensent qu'ils sont au-dessus de tout ça. Alors, ils ont limité leur christianisme aux dimanches matins – à une religion de tiédeur.

Jésus aimait tellement le pasteur de Laodicée et sa congrégation qu'Il leur a dit qu'Il créerait en eux le besoin de Ses ressources : “Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi” (3:19). Sa main aimante allait venir les corriger et Il allait le faire en créant en eux un besoin d'en appeler à Sa puissance et à Son aide. Christ nous dit la même chose aujourd'hui. Il nous dit, comme Il l'a dit aux Laodicéens : “Il s'agit de souper avec Moi. Il s'agit d'ouvrir la porte quand Je frappe. Et Je vous appelle maintenant à venir dans la communion. J'ai tout ce dont vous avez besoin. Votre communion avec Moi vous donne tout ce dont vous avez besoin pour continuer votre service. Tout doit provenir de notre temps passé ensemble.”