jeudi 2 décembre 2010

MENOTTE A JESUS

Paul se décrit souvent lui même comme étant “le prisonnier de Jésus Christ” (Ephésiens 3:1). En Ephésiens 4:1, il dit qu'être prisonnier de Dieu est même sa vocation, son appel! Il considère que c'est un don de grâce de Dieu pour lui (Ephésiens 4:7).

Paul écrivait à Timothée : “N'aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier.”(2Timothée 1:8) Même âgé, l'apôtre se réjouit d'avoir été arrêté par le Seigneur et d'avoir été captif de sa volonté : “étant ce que je suis, Paul, vieillard, et de plus maintenant prisonnier de Jésus Christ.” (Philémon 9)

Paul aurait pu dire l'heure précise où Dieu lui a “passé les menottes au poignet” et l'a fait prisonnier. Il était sur la route de Damas, avec des lettres pour le grand prêtre, déterminé à ramener des Chrétiens à Jérusalem. Il “respirait encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur” (Actes 9:1), rempli de haine, d'amertume et de colère dans son zèle erroné pour Dieu.

“Comme il était en chemin, et qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.” (Actes 9:3) Il devint aveugle à cause de cette lumière, qui était Christ !
Paul a témoigné encore et encore comment il a été pris par la main et mené jusqu'à Damas, comme l'aurait été un prisonnier impuissant.

Que c'est-il passé dans cette chambre pendant ces trois jours ? Le Seigneur “menottait” Saul et le transformait en Paul, le prisonnier de Jésus Christ !

Dans cette scène frappante, Paul laisse son indépendance lui échapper et se soumet au joug de Christ. Il tend ses poignets à Jésus pour être menotté à vie ! On peut presque entendre sa douloureuse prière : “O Dieu, je pensais faire ta volonté ! Comment ai-je pu être aussi aveugle ? Je suivais mon chemin, faisant tout ce que je pensais être juste. Je ne peux pas faire confiance à mes propres pensées !”

Ma prière est la suivante : “Jésus, voilà mes mains, prends-les et passe-moi les menottes. Fais-moi prisonnier de ta volonté et mène moi là où tu veux que je sois. Garde-moi menotté à ton bras puissant !”