mardi 31 janvier 2017

LE COEUR DU PERE EST PLEIN DE COMPASSION

Le Seigneur m’a conduit à lire le deuxième chapitre du livre de Néhémie et j’ai vu là quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant. Ce chapitre contient une histoire encourageante pour tous ceux qui viennent au Seigneur avec un cœur chargé.
Néhémie était échanson du roi Artaxerxès de Perse. Cela signifie qu’il goûtait le vin avant qu’il ne soit apporté à la table du roi pour s’assurer qu’il n’était pas empoisonné. Avec le temps, Néhémie est devenu un serviteur en qui le roi avait confiance.
Néhémie a reçu un rapport de la part de son frère disant que Jérusalem était en ruine. La population avait été décimée et le peuple se trouvait dans un état terrible, leur condition empirait chaque jour. Ces nouvelles ont déchiré le cœur de Néhémie. Il aimait Juda et Jérusalem et une grande tristesse s’est emparée de lui.
“Je pris le vin et je l’offris au roi. Jamais je n’avais paru triste en sa présence. Le roi me dit : Pourquoi as-tu mauvais visage ? Tu n’es pourtant pas malade ; ce ne peut être qu’un chagrin de cœur. Je fus saisi d’une grande crainte” (Néhémie 2:1-2).
Il faut savoir que les gens n’avaient pas le droit de venir dans la présence du roi en montrant de la tristesse, et surtout pas les serviteurs de la cour. Néhémie savait que cela pouvait lui coûter la vie et il était très effrayé. Mais le roi a été rempli de compassion en voyant la douleur de Néhémie. L’Écriture nous dit qu’il a donné à son serviteur une lettre de crédit et lui a ouvert le trésor royal. Ensuite, le roi a accordé à Néhémie le désir de son cœur : la permission d’aller à Jérusalem pour reconstruire le temple et les murs de la cité.
Voilà ce que le Seigneur m’a fait comprendre : s’il a été possible à Néhémie d’entrer dans la présence d’un roi païen avec une attitude pleine de tristesse et un cœur lourd et d’y trouver faveur, compassion et bénédictions au-delà de son imagination, à combien plus forte raison le Roi Jésus nous montrera-t-Il de la compassion et nous accordera-t-Il Ses bénédictions, pour chacun de nous qui sommes Ses enfants, dans notre tristesse ? Serait-il possible qu’un roi païen manifeste davantage de miséricorde à un serviteur abattu que notre Roi miséricordieux ? Certainement pas ! Le cœur du Père est toujours ému de compassion envers Ses enfants.

lundi 30 janvier 2017

LE SOUFFLE DE VIE - Gary Wilkerson

Élisée a hérité d’Elie le rôle de prophète dans le pays. Dans 2 Rois 4, nous lisons l’un de ces premiers grands tests. Le fils d’un couple Sunamite est mort et, dans son désespoir, la femme a crié à Élisée : “J’ai prié et jeûné mais je n’ai rien reçu de la part du Seigneur. Je ne comprends pas ce que Dieu est en train de faire et c’est plus que ne je ne peux supporter. Je n’ai pas la force de continuer.”
Élisée a répondu en faisant une chose assez inhabituelle. “Élisée dit à Guéhazi (son serviteur) : Ceins tes reins, prends mon bâton dans ta main, et pars. Si tu rencontres quelqu’un, ne le salue pas ; et si quelqu’un te salue, ne lui réponds pas. Tu mettras mon bâton sur le visage de l’enfant.” (2 Rois 4:29).
Guéhazi a obéi à Élisée mais quand il a mis le bâton sur le visage de l’enfant mort, rien ne s’est passé. Il n’y avait toujours aucun signe de vie, alors Guéhazi est retourné vers Élisée et lui a dit : “L’enfant ne s’est pas réveillé.”
Je te le demande : que fais-tu quand tout ce que tu as essayé de faire n’apporte aucun résultat ? Vers qui te tournes-tu quand tes efforts n’aboutissent pas à ce que tu espérais ?
Il arrive un moment où notre seule ressource est Jésus ! Lui seul est notre solution. Dans cette histoire, Élisée est un type de Christ. Il est allé chez cette famille Sunamite et s’est littéralement étendu sur le corps du garçon. Quand il a été face à face, ses pieds sur ses pieds, ses mains sur les mains de l’enfant mort, il a soufflé en lui.
Et après ? L’Écriture dit que le garçon a éternué sept fois et a ouvert les yeux. Il était vivant !
Qu’est-ce qui a provoqué ce miracle ? Jésus Lui-même a soufflé sur cette situation. Quand nous n’avons aucun espoir, aucune ressource, aucune capacité, Jésus souffle sa vie surnaturelle dans notre circonstance.
Fais de ceci ta prière : “Seigneur, je n’ai rien – Tu as tout. Rien dans ce monde ne peut se comparer à Toi et à Ta puissance et j’ai besoin de Toi maintenant. Je ne peux pas insuffler la vie dans ma situation mais Toi Tu le peux, Seigneur.”

samedi 28 janvier 2017

UN PECHE DEVASTATEUR - Claude Houde

“Sans la foi il est impossible de lui être agréable.” Je crois profondément que le péché d’incrédulité est parmi les plus dévastateurs dans le christianisme moderne. L’incrédulité nous tranche le cou, spirituellement, et nous aveugle. Elle nous pousse à dormir et nous lie petit à petit, inexorablement, année après année, jusqu’à ce que nous acceptions l’inacceptable.
Le royaume de Dieu dans le monde entier expérimente en ce moment le plus grand réveil de l’histoire de l’humanité. Mais en même temps, plus de 90% des églises évangéliques en Amérique du Nord et en Europe ne montrent aucune croissance significative. Elles sont réduites à se souvenir des réveils passés ou à s’accrocher désespérément à la dernière mode promettant une croissance instantanée et à couper le souffle, à un moment donné dans un avenir indéfini.
S’il-te-plaît, comprends-moi bien. Je suis profondément reconnaissant pour ce que Dieu a fait hier et pour ce qu’Il fait aujourd’hui dans le monde. Je Le loue pour cela. Mais je suis ici, aujourd’hui ! Je dois me repentir (se repentir signifie essentiellement changer de direction) pour l’incrédulité et la platitude de ma foi qui m’a amené à tolérer l’intolérable.
L’incrédulité est immensément plus sérieuse et dévastatrice que tout ce que nous pourrions comprendre ou imaginer. Entouré par un monde rempli d’immoralité, de décadence, d’idolâtrie et de rituels religieux démoniaques – dégoûtants dans leur cruauté et totalement vide de toute vie spirituelle ou de toute vraie signification religieuse - Jésus se tient fermement debout et demeure fort. Mais Il pleure devant l’incrédulité. L’incrédulité Le déchire littéralement.
Jésus Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement et il n’y a aucun favoritisme chez notre Dieu. Il est immuable – Il ne change jamais et Il est omnipotent – tout puissant, absolument juste et totalement dévoué à accomplir dans ta ville, dans ton église, dans ton pays, ce qu’Il accomplit surnaturellement et avec majesté dans le monde entier pendant que tu es en train de lire ces mots.
Entre nous et la grandeur illimitée de Sa puissance se tient le gouffre de l’incrédulité. C’est pour cette raison que nous ne pouvons pas vivre un seul jour de plus sans crier : “Seigneur, augmente notre foi !”

Claude Houde est le Pasteur principal de l’église Nouvelle Vie (New Life Church) à Montreal, au Canada. Sous sa conduit, l’ Eglise Nouvelle Vie a grandit d’une personnes de chrétiens à plus de 3500 personnes dans une région du Canada où peu d’églises grandissent.

vendredi 27 janvier 2017

TA CONFIANCE TRANQUILLE

“Béni soit l’homme qui se confie dans l’Éternel, Et dont l’Éternel est l’espérance ! Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant ; Il n’aperçoit pas la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert ; Dans l’année de la sécheresse, il n’a pas de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit” (Jérémie 17:7-8).
Nous voyons au verset 8 que celui qui se confie en Dieu dans les temps difficiles est “planté.” Il a des racines profondes, il est stable et porte du fruit, il reste vert avec une vie renouvelée. Quand les choses deviennent sèches et troublées dans sa vie, il n’a pas peur.
Cette personne dit : “Jésus, j’arrête de chercher quelqu’un pour me sortir de cette épreuve. Je me tourne vers Toi uniquement ! Tu es mon seul gardien, mon seul espoir et je regarde à Toi pour me garder fort et m’aider à traverser ces choses jusqu’à la victoire.
Le Seigneur désire ce genre de foi de notre part, dans notre vie de tous les jours. Tu te dis peut-être : “Mais, frère David, je n’ai toujours pas d’emploi et les finances sont plus que serrées.” Pourtant, je dois croire ce que je lis dans la Parole de Dieu : “Fais-Moi confiance et tu seras béni.”
Peut-être répondras-tu : “Mais je ne sais pas ce que je dois faire. La tempête fait rage autour de moi et la situation semble sans espoir. Je ne vois aucun signe d’aide ou de délivrance.” Mais, à tout cela, Dieu répond encore : “Fais-Moi confiance, Mon enfant, et tu seras béni.”
Ton épreuve concerne peut-être ta famille, ton travail, tes finances. Mais si tu continues à placer une confiance totale en Sa Parole et en Sa fidélité, Dieu promet de te bénir. Et Il ne peut pas mentir !
Quand la chaleur viendra, tu ne seras pas gêné. Quand les vents souffleront, tu te tiendras fort. Pourquoi ? Parce que tu auras appris à te confier en Lui malgré toutes tes circonstances difficiles. Tu seras un arbre vert portant un fruit abondant de confiance et tous ceux qui t’entourent recevront espoir et encouragement en observant ta confiance tranquille.

jeudi 26 janvier 2017

ABANDONNE TA LUTTE

“Lui qui, injurié, ne rendait pas d’injures, maltraité, ne faisait pas de menaces” (1 Pierre 2:23).
Une vérité incroyable concernant les souffrances de Christ est qu’Il ne s’est pas une seule fois défendu Lui-même contre ceux qui Le maltraitaient. Il n’a puni personne et n’a jamais usé de représailles d’une quelconque manière.
Quelle différence avec nous ! Quand notre souffrance devient insupportable, nous nous défendons, nous protégeons nos droits et notre réputation. Parfois, nous menaçons même Dieu sans savoir ce que nous faisons. Mais quand nos prières n’ont pas de réponse ou que le désastre frappe et qu’il semble que le Seigneur nous a laissé tomber, nous nous éloignons de Lui. Quand nous sommes dans la souffrance ou que nous nous sentons seuls et tristes, nous commençons à dériver. Nous nous relâchons en ce qui concerne la lecture de la Bible et la prière et notre foi devient terne et inactive.
A chaque fois que nous ralentissons dans notre recherche du Seigneur de tout notre cœur, nous Le menaçons. D’une certaine façon, nous Lui disons : “Seigneur, j’ai fait de mon mieux et Tu m’as laissé tomber.” Il nous aime tellement et Il a tellement de patience envers nous lorsque nous souffrons. Il attend avec amour que nous revenions à Ses tendres soins.
Nous devons prendre garde à ne pas permettre à notre attitude de nous éloigner de Lui. Si nous refusons de nous réveiller et de renouveler notre foi et notre espérance en Lui, nous pouvons devenir tellement désabusés que nous nous abandonnons à nos convoitises et à nos passions. Nous disons : “Quel intérêt ? J’ai essayé tellement fort mais il semble que je ne parvienne pas à rester dans la victoire. J’en ai appelé à Dieu pour obtenir de l’aide et la délivrance mais rien ne s’est passé.”
Quand nous nous livrons à cette façon de penser, nous menaçons Dieu. C’est notre façon de Lui “rendre la monnaie de sa pièce” pour ne pas avoir répondu à notre prière selon notre propre planning.
Le Seigneur seul est notre gardien et Il ne permettra pas à Ses enfants de tomber. Faisons comme Christ lorsqu’il s’en est remis “à celui qui juge justement” (1 Pierre 2:23). S’en remettre signifie placer notre vie entièrement entre Ses mains.
Cher bien-aimé, il y a de l’espoir ! Abandonne ta lutte pour accomplir les choses par tes propres forces et remets ton corps et ton âme à l’Éternel des armées ! 

mercredi 25 janvier 2017

NE TE COMPARE PAS AUX AUTRES

“Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes” (1 Corinthiens 1:27)
Dieu choisit encore les choses faibles pour montrer Sa force. Est-ce que tu t’es jamais senti insignifiant, faible et inutile pour Dieu ? Est-ce que tu as jamais regardé les autres qui paraissent forts, si parfaits en te voyant toi-même comme trop pécheur, trop terne pour être d’une quelconque utilité pour Dieu ? Ne te compare pas aux autres ! Dieu ne cherche pas des géants spirituels mais Il cherche des saints ordinaires ayant une foi d’enfant qui ont perdu toute confiance dans la chair.
Dieu va confondre les forts et les intelligents en donnant Son onction à ceux qui se considèrent comme faibles et fous, pour qu’ils deviennent Ses instruments. Le Seigneur mettra de côté ceux qui s’appuient sur la chair – qui se confient en leur talent, leur connaissance, leur expérience, la réputation de leur famille. Il élèvera ceux qui ont le cœur brisé, les faibles et les fatigués. Il déversera sur eux un esprit de louange et un baptême d’amour. Il leur montrera Sa grandeur, Sa fidélité, Son alliance et ils deviendront forts dans le Seigneur, par Sa puissance.
Est-ce que tu te sens attiré par un renouvellement de la foi et de la confiance en Dieu ? Si c’est le cas, sois reconnaissant ! C’est l’appel de Jésus Christ le Seigneur. Regarde certaines des grandes et précieuses promesses de Dieu pour nous :
“Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge, A la vue des fils de l’homme ! Tu les protèges sous l’abri de ta face contre ceux qui les persécutent, Tu les protèges dans ta tente contre les langues qui les attaquent” (Psaumes 31:19-20).
“Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a pas vues, que l’oreille n’a pas entendues, et qui ne sont pas montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu” (1 Corinthiens 2:9-10).

mardi 24 janvier 2017

UNE MAJESTE TERNIE

Quand Moïse est descendu de la montagne en tenant les Dix Commandements dans ses mains, il a entendu le peuple qui criait et les a vus danser, boire et faire la fête.
“ Moïse vit que le peuple était livré au désordre, et qu’Aaron l’avait laissé dans ce désordre, exposé à l’opprobre parmi ses ennemis” (Exode 32:25). Le terme hébreux utilisé pour désordre est « para » qui signifie “lâcher, exposer, rejeter toute contrainte.” Il implique également la notion d’un “nouveau commencement.”
Les israélites disaient : “Les choses ne se passent pas comme elles le devraient. Nous sommes fatigués de cette bataille, fatigués d’attendre Dieu. Alors, nous allons nous amuser. Débarrassons-nous de ce qui est ancien ! Nous voulons une nouvelle liberté, un nouveau commencement – et nous le voulons maintenant.”
La version anglaise dit : “Moïse vit que le peuple était nu.” La nudité dans la Bible exprime le fait de ne pas avoir son bouclier pour la bataille. Tout homme qui n’avait pas son bouclier était considéré comme nu. Il est vrai que ces israélites étaient littéralement nus - déshabillés tandis qu’ils dansaient devant le veau d’or – mais ils avaient aussi baissé leur garde.
Peux-tu imaginer leurs ennemis, les Amalécites, regardant cette scène effrénée depuis les montagnes environnantes ? Les Amalécites avaient tremblé à la simple vue d’Israël. Dieu avait mis dans leur cœur une grande crainte de Son peuple, mais maintenant, ils voyaient le peuple  d’Israël ôter son armure et ses vêtements.
Les Amalécites ont commencé à rire et à se moquer : “Regardez-les. Ils sont comme nous ! Leur Dieu n’a aucun pouvoir et ils ne lui font de toute évidence pas confiance. Vous voyez ? Ils sont en train de rejeter toutes leurs strictes conduites. Ils veulent se livrer à leurs convoitises, à des fêtes et à des jeux comme le reste d’entre nous. De la sainteté ! Quelle hypocrisie.”
Dans ce simple acte de nudité, Israël a rapetissé son Dieu aux yeux des païens. Ils ont fait paraître l’Éternel sans cœur, cruel, indifférent, impuissant. Ils ont souillé Son honneur, Sa majesté, Son omnipotence. Ils n’étaient plus un exemple pour le monde.
C’est exactement ce que nous faisons lorsque nous ôtons notre robe de foi et que nous abandonnons notre confiance en Dieu. Sans une confiance en Dieu semblable celle d’un enfant, un chrétien se tient nu devant le monde – exposé à tous les doutes, à toutes les craintes et à l’incrédulité.

lundi 23 janvier 2017

SON DIVIN PROJECTEUR - Gary Wilkerson

Si tu sens que Dieu parle à ton cœur à propos d’une chose qu’Il a préparée pour toi – peut-être un chemin que tu n’as jamais emprunté auparavant ou l’accomplissement d’une promesse faite il y a longtemps – je peux te dire avec autorité : “sois prêt à examiner ton cœur.”
Peut-être as-tu expérimenté des grandes bénédictions et tu crois par la foi que, même si tout va parfaitement bien, le meilleur est encore à venir. C’est ta foi qui parle – le genre de foi qui dit que la vision de Dieu est toujours plus grande que nos rêves. Quand Dieu nous a appelé à commencer l’église dont je suis maintenant le pasteur, nous n’avions aucune idée de la façon dont Il allait nous utiliser. Mais pas une semaine n’a passé sans que quelqu’un ne donne sa vie à Jésus. Quand nous distribuons de la nourriture pour les pauvres, on nous demande souvent : “Pourquoi faites-vous cela ?” Nous répondons : “A cause de Jésus” et beaucoup de gens Lui donne leur vie.
Tout cela est miraculeux. Les gens Le rencontre et croissent rapidement en maturité pour devenir des disciples fidèles, grandissant dans leur connaissance de Dieu. C’est incroyable à voir ! Et je crois que de plus grandes choses sont encore à venir. Je suis convaincu que Dieu va se révéler Lui-même de manière encore plus puissante – pas seulement en terme de salut mais aussi en terme de rayonnement extérieur, dans le fait d’aider les pauvres, dans l’impact sur la ville.
Mais voilà la partie difficile : souvent, quand nous sommes au seuil de la plus grande œuvre de Dieu dans notre vie, Il nous demande d’examiner notre cœur et de réfléchir à ce qu’Il veut faire en nous. Nous devenons de plus en plus conscients du fait que notre justice est comme des haillons souillés et que nous avons besoin de Sa grâce.
Je ne veux pas que quoi que ce soit dans ma vie puisse faire obstacle à ce qu’Il attend de moi et je suis sûr que tu ressens la même chose. Examine ton cœur aujourd’hui et laisse-Le mettre en lumière tous les recoins qui Lui déplaisent à l’aide de Son divin projecteur qui révèle et convainc. Repens-toi et reçois Sa grâce, puis réjouis-toi en voyant les merveilles qu’Il fera en toi et pour toi !

samedi 21 janvier 2017

MON MESSAGE LE PLUS IMPORTANT - Nicky Cruz

Mon premier livre, Du ghetto à la vie, raconte comment Dieu m’a sauvé d’une vie de haine et de violence dans un gang de New York. Le livre continue à bien se vendre, œuvrant ainsi constamment auprès des personnes blessées et sans espoir dans notre société.
Après Du ghetto à la vie, j’ai écrit un certain nombre d’autres livres pour essayer d’exposer la colère, la violence et le désespoir de la vie dans les cités. Chacun d’eux offrait des solutions concrètes pour résoudre ces problèmes et le Seigneur a abondamment béni ces efforts. Nous avons été capables d’atteindre des millions de gens avec notre message d’espérance.
Ces derniers mois, Dieu a mis un nouveau message d’espoir dans mon cœur en même temps que le fardeau impérieux de le partager. Ce message concerne la liberté et l’abondance spirituelle, le fait de vivre une vie en complète communion avec Jésus, le fait de dépasser nos limitations terrestres et d’avoir un impact puissant sur le monde qui nous entoure. Il parle de toi et moi, trouvant enfin notre place dans le royaume magnifique de Dieu sur Terre. Il parle de voir les gens comme Dieu les voit. Et surtout, il parle d’apprendre une fois pour toute à embrasser la force surnaturelle du Saint-Esprit et de Lui permettre de déverser Sa sagesse et Sa puissance en nous. Quelle transformation expérimenterions-nous si nous découvrions et embrassions la puissance inégalée et indubitable de Dieu dans nos vies !
“Moi, je suis venu afin que les hommes aient la vie, une vie abondante” (Jean 10:10 version Semeur).
Le monde d’aujourd’hui n’accepte plus un système de croyance enraciné dans la tradition et la complaisance – avec une église qui continue à faire les mêmes choses par habitude. Les gens de cette génération verra la puissance de Dieu travaillant dans leur vie de façon réelle et tangible, ou ne verra aucune utilité à notre message, ni aucun intérêt à suivre notre Sauveur. Ils ont besoin de voir une cohérence entre notre vie et notre foi. S’ils ne la voient pas, ils nous rejetteront et ils rejetteront notre Seigneur.

Nicky Cruz, évangéliste connu internationalement et auteur prolifique, s’est tourné vers Jésus Christ après une vie de violence et de crime grâce à sa rencontre avec David Wilkerson en 1958 à New York. L’histoire de sa conversion a d’abord été relatée dans le livre « La Croix et le poignard » de David Wilkerson, puis dans sa propre autobiographie « Du ghetto à la vie ».

vendredi 20 janvier 2017

DES PROBLÈMES NON RÉGLÉS

La Bible parle de nos efforts dans la chair pour Lui plaire : “Ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu” (Romains 10:3). Essayer d’établir notre propre justice est une œuvre de la chair !
Essayer de plaire à Dieu par nos propres forces nous dérobe notre joie et notre paix avec Lui. Toutes les victoires seront courtes et nous tomberons à nouveau dans la tentation. L’Ennemi ne cessera jamais de nous harasser et une conversation avec lui ressemblerait à ça :
Satan murmure : “Qu’en est-il du péché que tu as toléré hier ? Tu es coupable !”
“Non,” lui réponds-tu. “J’ai déjà demandé pardon. Il est couvert par le sang et j’ai demandé à Dieu de m’aider à haïr ce péché pour me garder de le pratiquer à nouveau.”
“Mais tu es encore tenté.”
“C’est vrai, mais Jésus a prévu un moyen pour moi de m’en sortir. Sa Parole dit que je serai capable de supporter la tentation et qu’Il me délivrera” (voir 1 Corinthiens 10:13).
Satan insiste : “Il y a encore des problèmes non-réglés dans ta vie.”
Quand l’Accusateur met sur le tapis les “problèmes non-réglés – une bataille qui fait encore rage en toi – tu peux lui répondre par ce passage de l’Écriture : “Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche” (Colossiens 1:21-22).
Même quand nous échouons, Dieu nous aime. Il nous cherche et nous réconcilie avec Lui-même. Il nous aime même quand nous luttons et, à travers Christ, Il nous permet d’être en paix avec Lui.

jeudi 19 janvier 2017

UNE LUTTE VAINE


Nous pouvons tous dire : “Je suis racheté par le sang de mon Sauveur mais je n’ai pas encore pleinement atteint le but.” Nous chantons des louanges pour notre Dieu et pourtant, nombre d’entre nous luttons encore pour Lui plaire.
 
Tu peux gagner une victoire occasionnelle et te sentir tellement bien. Tu te dis : “J’y suis arrivé. Je savais que si j’y mettais toute mon intelligence et tout mon cœur, j’obtiendrais la victoire.” Tu as tendance à te sentir fier au sujet de ce que tu as fait et puis à juger les autres qui ne sont pas victorieux.
Quand j’étais plus jeune et que j’avais besoin de remporter une victoire sur quelque chose, je me convainquais moi-même : “je vais le faire, même si j’en meurs.” Et il semblait que ça allait réellement me tuer ! Un mois ou deux passaient et je pensais : “Ces mauvaises pensées sont parties maintenant. Je suis libre !” Mais ce n’étaient que des victoires passagères et le découragement s’installait.
“Ô Dieu,” pleurais-je, “je T’ai supplié de me délivré mais Tu ne l’as pas fait. Ces pensées sont encore en moi.” Et je blâmais Dieu.
Que se passait-il ? J’étais tellement occupé à lutter dans la chair pour être juste que je perdais ma compréhension de la vraie justice – la seule justice acceptable devant le Père – celle de Son Fils, Jésus. Quand nous nous tenons devant le Père, Il nous accepte uniquement à travers Christ, à travers Sa justice et Sa victoire.
Tu te demandes peut-être : “Que dois-je faire ?” D’abord, refuse d’écouter les mensonges du diable. Ensuite, mets-toi debout spirituellement parlant et commence à dire : “Par la foi dans le sang de Jésus, je reçois la justice de Christ.” Et puis réjouis-toi !
“En qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés” (Colossiens 1:14). La rédemption signifie simplement “être libéré” et nous avons été libérés par le précieux sang de Jésus. Nous pouvons tenir face à toutes les accusations en disant : “Satan, tu m’as accusé pour la dernière fois. Ma Bible dit que je suis racheté parce que je crois en ce que Jésus a fait pour moi à la croix.”

mercredi 18 janvier 2017

TU NE PEUX PAS TE QUALIFIER TOI-MÊME

Quand Satan essaye de te convaincre que tu es indigne de marcher avec le Seigneur et de Le Servir, tu sais que ce n’est pas vrai. Pourtant, tu peux avoir du mal à être pleinement assuré qu’Il t’a purifié et rendu capable de te tenir devant Lui et de Le servir fidèlement. Mais la Parole de Dieu dit que c’est le cas !
“Pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients. Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés” (Colossiens 1:10-14).
En grec, ce passage dit : “Le père nous a rendu digne, qualifié dans notre caractère, rendu assez bon pour partager l’héritage des saints de lumière.”
Ce que Jésus a fait à la croix te qualifie pour l’héritage éternel et, si Dieu t’a qualifié pour la vie éternelle, alors Il a modifié ton caractère pour qu’il convienne également. Tu peux faire une pause dans ton ministère ou ton service pour un temps, essayant de te rendre digne de Lui, mais tu n’y arriveras jamais. Dieu n’acceptera la justice de personne – sauf celle de Son propre Fils, Jésus Christ.
Tu ne seras jamais capable d’obtenir la justice de Christ en y travaillant, alors crois seulement et aies confiance en Dieu pour ces choses. Tout cela vient par la foi. Tu vois, non seulement tu es sauvé par la foi, mais tu es aussi sanctifié par la foi, justifié par la foi, guéri par la foi, gardé par la foi.
Tout cela arrive quand on croit en ce que Jésus a fait pour nous.

mardi 17 janvier 2017

“TU N’ES PAS DIGNE” – LE MENSONGE DU DIABLE

Qui te dis que tu n’es pas digne, que tu n’es pas assez bon, que tu es inutile, incapable de servir Dieu ? Qui ne cesse de te rappeler que tu es faible, qu’il n’y a rien à tirer de toi, que tu es un échec total ? Et qui te dis que tu n’arriveras jamais à être semblable à ce que Dieu veut ?
Qui dit aux membres des groupes d’adoration qu’ils ne sont pas dignes de chanter des louanges dans la maison de Dieu ou aux musiciens qu’ils ne sont pas dignes de jouer de leur instrument pour adorer ? Qui dit aux personnes responsables de l’accueil, aux anciens, aux enseignants de l’école du dimanche, aux volontaires, aux personnes assises sur leur banc qu’elles ne sont pas dignes ?
Ce n’est pas un grand mystère. Nous savons tous d’où vient cette voix – du diable lui-même. Il veut te persuader que Dieu est en colère contre toi.
Le diable, l’accusateur des frères, ne cesse de te rappeler chaque péché et chaque échec. Il te dit : “Dieu ne peut pas t’utiliser tant que tu n’auras pas résolu cela et que tu ne te seras pas rendu digne.” Ne te laisse pas prendre au piège de son mensonge venu du fond de l’enfer.
De nombreuses personnes qui sont en train de lire ce message ont été convaincues par le diable qu’elles ne sont pas dignes d’être utilisées par Dieu. Est-ce que c’est ton cas ? Peut-être que tu te sens même indigne d’être appelé enfant de Dieu. Tu regardes ta vie et tu vois de l’inconsistance et des échecs.
Laisse-moi te confesser quelque chose : je ne me suis jamais senti digne de l’appel de prédicateur. Tout au long de mes années de service pour le Seigneur, j’ai été bombardé d’accusations me disant que je ne suis pas digne de parler de la part de Dieu, de prêcher, d’enseigner les autres, d’être un chef.
Donc, la vérité c’est que je ne suis pas digne d’écrire ce message et tu n’es pas digne de lever tes mains pour louer Dieu. Tu vois, personne n’est digne – pas par nos forces ou nos capacités humaines ! Mais Jésus nous dit : “Je vous ai rendu dignes.”
“Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes” (Romains 5:19).

lundi 16 janvier 2017

A PIED SEC - Gary Wilkerson

Dieu a dit à Moïse, quand les enfants d’Israël étaient en Égypte : “Parle aux enfants d’Israël ; qu’ils se détournent, et qu’ils campent devant Pi-Hahiroth, entre Migdol et la mer, vis-à-vis de Baal-Tsephon ; c’est en face de ce lieu que vous camperez, près de la mer” (Exode 14:2). Dieu annonçait qu’Il allait les conduire dans un nouvel endroit.
Dieu les a conduit à travers des endroits très rocheux et, tandis qu’Il les guidait, ils pouvaient voir la Mer Rouge au loin. Mais quand ils sont arrivés sur la plage, ils ont réalisé qu’ils étaient coincés dans un tout petit espace avec des rochers d’un côté et la mer de l’autre.
Pharaon a regardé l’endroit où ils se trouvaient et a dit avec jubilation : “Ils sont coincés, dos au mur.” Dieu les avait conduit là mais les israélites n’en étaient certainement pas heureux.
Est-ce que Dieu t’a déjà conduit à un endroit que tu considères comme le dernier endroit sur Terre où tu voudrais être ? Moïse, qui n’étais pas encore un puissant chef militaire et qui n’avait connu que peu de batailles était assez intelligent pour reconnaître la précarité de leur situation : “Je ne suis pas certain que nous soyons dans un bon endroit pour nous défendre. En réalité, nous sommes pris au piège !”
Oui, Moïse et les israélites étaient en mauvaise posture mais Dieu était sur le point de manifester sa gloire à travers leur situation. Dieu nous permet souvent de nous retrouver dans des endroits qui représentent des défis parce qu’Il a un grand plan pour nous. Quand nous pensons que nous sommes pris au piège, dos au mur, Dieu nous dit : “Tout cela va manifester Ma gloire.”
Est-ce que tu te sens enfermé, submergé, désespéré ? Dans cet endroit difficile, fais un pas de foi et dit : “Seigneur, je vais T’obéir, quel qu’en soit le prix.” Quand cela se produit, tu te trouves sur le point de voir Dieu agir puissamment en ta faveur.
Tu connais le reste de l’histoire de Moïse et des israélites : Dieu a ouvert la Mer Rouge et Ses enfants ont traversé au sec. Ça a été une immense victoire !

samedi 14 janvier 2017

DES FLEUVES D’EAU VIVE - Jim Cymbala

Dans l’Ancien Testament, là où il n’y avait pas d’eau, il n’y avait pas de vie. Les gens mourraient durant les sécheresses. De la même façon, à moins que l’eau vive de l’Esprit ne coule en nous, nos églises et nous vivons une absence de vie spirituelle et n’avons que peu de vitalité. Tout comme dans le désert de Mojave, l’absence d’eau signifie absence de vie, de croissance et de fruits. Nous pouvons nous rendre à l’église régulièrement et avoir une doctrine parfaite mais sans le Saint-Esprit pour nous abreuver, nous allons flétrir et mourir.
Jésus parle ouvertement des propriétés vivifiantes de l’Esprit : “Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture” (Jean 7:37-38). En disant “des fleuves d’eau vive,” Jésus fait référence à l’Esprit que les croyants recevraient plus tard.
Quand l’Esprit de Dieu vient, nous avons une vie nouvelle. Sans l’Esprit de Dieu, nous sommes réduits à luter avec nos propres efforts, marqués par la faiblesse morale et la tendance au péché. Mais quand l’Esprit vient, nous avons la joie, l’espoir et la puissance. Note que Jésus ne fait pas référence à une goutte d’eau mais à des “fleuves d’eau vive.” Comme un fleuve, l’Esprit coule – une force et une puissance qui viennent en nous et qui coulent de façon à ce que nous puissions bénir les autres.
Dieu utilise l’eau comme un symbole du Saint-Esprit d’une façon un peu différente quand Il dit : “Je serai comme la rosée pour Israël, Il fleurira comme le lis” (Osée 14:5). Nous avons tous déjà vu l’herbe et les fleurs briller de petites gouttes d’eau rafraîchissantes. En utilisant cette métaphore, Dieu nous dit qu’Il est comme la rosée qui se dépose tranquillement la nuit et recouvre le sol le matin venu. La rosée ne peut pas se former quand les températures sont trop chaudes ou quand le vent est trop fort. De la même façon, nous ne pouvons pas être rafraîchis par Dieu quand nous sommes trop occupés à courir dans tous les sens.

Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.

vendredi 13 janvier 2017

DIEU NE BAISSERA JAMAIS LES BRAS TE CONCERNANT

Dieu se décrit Lui-même de cette façon : “C’est moi qui guidai les pas d’Ephraïm, Le soutenant par ses bras ; Et ils n’ont pas vu que je les guérissais” (Osée 11:3).
Dans le texte original, ce verset dit : “Je suis venu vers eux dans leur désespoir et je m’en suis tendrement occupé dans les lieux mauvais et difficiles. Je les ai tenus dans mes bras comme l’aurait fait une nourrice !” Mais le verset 7 dit : “ Mon peuple est enclin à s’éloigner de moi.” Le mot “encline” utilisé ici signifie : “en suspens, hésiter dans le doute.”
Israël n’était pas certain de l’amour du Seigneur et de Sa tendresse et Dieu disait à Osée : “Mon peuple doute de Mon amour pour eux parce qu’ils ne Me connaissent pas réellement.”
C’était vrai ! Israël ne pouvait pas croire que Dieu les aimait encore. Ils étaient idolâtres, rétrogrades et incrédules qui pensaient certainement : “Nous avons attirer la colère de Dieu contre nous en péchant volontairement et Il va certainement nous juger.” Mais Dieu dit : “Comment pourrais-Je baisser les bras à votre sujet ? Mon cœur s’agite au dedans de moi, Toutes mes compassions sont émues.” (voir le verset 8).
Tu traverses peut-être des eaux profondes en ce moment. Je ne parle pas nécessairement d’épreuves ou de tentations, mais d’événements qui te submergent, que tu ne comprends pas. Des vents et des vagues de toutes sortes te secouent, des choses qui dépassent ta compréhension et Il veux te porter à travers toutes ces choses et restaurer ta santé spirituelle. Si tout ce en quoi tu peux croire maintenant c’est qu’Il t’aime malgré tous tes comportements butés, c’est suffisant !
Écoute Sa parole de réconfort et de guérison pour toi : “Je ne veux pas contester à toujours, Ni garder une éternelle colère, Quand devant moi tombent en défaillance les esprits, Les âmes que j’ai faites” (Esaïe 57:16). Le Seigneur disait : “Si tout ce que tu voyais en Moi était la colère, ton esprit défaillirait, ce serait trop pour toi.” Non, Il continue en disant : “J’ai vu ses voies, Et je le guérirai ; Je lui servirai de guide, Et je le consolerai, lui et ceux qui pleurent avec lui” (verset 18).
Voilà les paroles d’un Dieu qui ne baissera jamais les bras en ce qui concerne Son peuple !

jeudi 12 janvier 2017

AIES CONFIANCE EN SON AMOUR ET SA MISÉRICORDE

Si tu veux que la paix de Dieu règne dans ta vie, tu dois abandonner plusieurs choses :
  • Arrête d’imaginer comment Dieu va démêler les choses
  • Arrête de t’inquiéter et de lutter (Philippiens 4:6 : “Ne vous inquiétez de rien”)
  • Arrête de dire à Dieu ce qui est bon pour toi
  • Arrête de penser que tu es un échec et que tu ne peux pas plaire à Dieu
L’un des pièges les plus efficaces de Satan pour dérober leur paix aux chrétiens, c’est de les convaincre qu’ils doivent lutter dans la chair pour plaire à Dieu. Il ne cesse de le brandir devant moi, sans arrêt !
Parfois, quand j’ai besoin d’un endroit tranquille où prier, je conduis jusque dans les collines. Je m’y trouvais il n’y a pas très longtemps, regardant les champs verts et les forêts, profitant de la présence du Seigneur. Venue de nulle part, une pensée m’a frappée, me disant que je ne faisais rien pour le Seigneur.
“Seigneur,” ai-je crié : “Je n’accomplis pas assez de choses pour Ton royaume. Tout ce que je fais, c’est prier, préparer des messages, aller à l’église et prêcher. Le monde entier va vers l’enfer et je ne fais rien pour Toi.”
De telles pensées ne t’ont-elles jamais frappées ? Tu fais tout ce que tu peux pour plaire au Seigneur, pourtant tu ne te sens toujours pas saint. Je sais que je ne l’étais pas. En fait, je ne me sens presque jamais saint… même dans les meilleurs moments. Même quand je suis en train de prêcher sous l’onction du Saint-Esprit.
Tu te demandes peut-être : : “Vous, frère David ? Il y a des moments où vous avez le sentiment de ne pas faire grand chose pour Dieu ?” Oui ! Le diable vient et nous fait nous sentir indignes, inaccomplis, et nous perdons notre paix en nous abandonnant à ces horribles sentiments.
Écoute cette prière de Paul pour nous : “Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !” (Romains 15:13).
Crois en Sa bonté. Crois en Son amour et en Sa miséricorde. Et ne L’accuse pas d’être en colère contre toi ou de ne pas te parler. Laisse Sa paix inonder ton cœur et couvrir toute ta vie.

mercredi 11 janvier 2017

LA PAIX – DON DE DIEU

“Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ” (Philippiens 4:6-7).
Quand j’ai relu ce passage récemment, j’ai été frappé par une chose que je n’avais jamais vue auparavant. Paul nous ordonne de cesser de nous inquiéter et d’aller vers Dieu avec des prières et des supplications. Puis, nous devons Le remercier pour Sa réponse. Mais Paul ne dit rien au sujet de recevoir une délivrance, un mot de direction, des miracles ou la guérison. Non, il dit que nous recevons un cadeau… la paix de Dieu.
Dieu répond à toutes nos requêtes et nos supplications avec le don de Sa paix : “La paix de Dieu gardera vos cœurs et vos pensées.” En d’autres termes, la première réponse de Dieu à toutes les prières et à tous les cris de nos cœurs est Sa paix !
Tous les gens qui prient ont une chose en commun : peu importe à quel point nous nous sentons mal en entrant dans notre lieu secret, nous en ressortons remplis de Sa Paix. Dieu s’est limité Lui-même selon sa propre façon de gouverner, qui est connue comme étant la providence de Dieu. Il agit ici et là, préparant les cœurs des gens et orchestrant les événements, mais jusqu’à ce que Sa providence œuvre pour répondez à notre prière, Il dit : “Je ne vais pas te donner ce dont tu penses avoir besoin mais ce que dont Je sais que tu as besoin – la paix de l’esprit et du cœur.”
Beaucoup d’entre nous luttent avec le Seigneur dans la prière. Nous Lui faisons nos demandes avec force de larmes, nous martelons la porte du Ciel, nous proclamons chaque promesse. Mais tandis que les jours, les semaines, les mois passent, nous commençons à nous demander : “Pourquoi ne m’écoutes-Tu pas Seigneur ? Qu’est-ce qui bloque ma prière ? Qu’est-ce que j’ai fait pour T’attrister ou Te déplaire ?”
Le fait est que Dieu nous a déjà dit : “Voici Ma paix et elle surpasse toute intelligence. Prends-la et laisse-la régner dans ton cœur pendant que Je fais concourir toutes choses à ton bien.”

mardi 10 janvier 2017

VRAIE PAIX, FAUSSE PAIX

“Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants” (Colossiens 3:15).
Ce verset contient un commandement incroyable ; le corps de Jésus Christ tout entier a été appelé par Dieu à laisser Sa paix régner et gouverner nos cœurs, nos esprits et nos corps ! La paix de Dieu est appelée à régner sur tout. Et s’il y a jamais eu une époque où cet appel avait besoin de résonner, c’est bien aujourd’hui, dans cette heure de tumulte et de confusion !
Le Seigneur a ordonné à l’église primitive de permettre à Sa paix de régner dans leur vie, parce qu’Il savait ce qui allait arriver et Il voulait les préparer. En quelques années, ils allaient être persécutés et même torturés. Ils allaient affronter la perte de leur foyer, des confiscations de tous leurs biens terrestres et des attaques de la part d’hommes vicieux qui pensaient faire une faveur à Dieu en les tuant. Dieu avait vu tout cela et Il les préparait : “Vous devez être enracinés dans Ma paix afin de pouvoir traverser les changements incroyables qui vous attendent.”
Une fausse paix balaie de nombreuses églises aujourd’hui, une paix qui s’effondrera devant les jours troublés qui approchent. Moïse a qualifié le peuple têtu d’Israël “d’auto-glorifié,” c’est-à-dire auto-trompé. Il a prévenu Israël qu’une malédiction frapperait les enfants de Dieu qui seraient mauvais et désobéissants, qui marcheraient dans l’idolâtrie. Ils recouvreraient leurs voies pécheresses par un faux sentiment de paix : “Que personne, après avoir entendu les paroles de cette alliance contractée avec serment, ne se glorifie dans son cœur et ne dise : J’aurai la paix, quand même je suivrai les penchants de mon cœur” (Deutéronome 29:19)
Moïse décrit ici l’enfant de Dieu qui décide de satisfaire sa convoitise du mal en trouvant une doctrine confortable qui lui dit qu’il reste sauvé, lié au ciel – tout en péchant. Il se dit à lui-même : “Je ferai ce qui me plaît et je ne perdrai pas pour autant la paix de mon cœur.” Fausse paix !
Peu importe ce qui arrive à l’Amérique ou aux nations du monde, aucun pouvoir de l’enfer ne peut te dérober la paix que Dieu place dans ton âme à travers Jésus Christ. Dieu veut voir Son peuple être gouverné par la paix. La paix véritable !
Laisse la vraie paix de Dieu régner dans ton cœur !

lundi 9 janvier 2017

LA GRÂCE POUR UNE VIE ENTIÈRE - Gary Wilkerson

Est-ce que Dieu accorde ses faveurs, bénit abondamment et prodigue Sa grâce aux cœurs affamés qui les désirent ? La réponse est oui – et nous le trouvons illustré dans l’histoire de la naissance du Christ.
Un ange est apparu à Marie pour annoncer l’événement incroyable qui allait avoir lieu dans sa vie : “Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. L’ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi. Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation” (Luc 1:26-29).
Des spécialistes de la Bible disent que Marie était très jeune, une adolescente à l’époque. Imagine à quel point cette rencontre a dû être étrange pour elle. Voilà une jeune fille simple, issue d’un village et d’une famille sans importance, approchée par un ange massif et effrayant, se tenant devant elle en s’exclamant : “Je te salue, toi à qui une grâce a été faite !”
Ensuite, il fait une déclaration incroyable ; “Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut” (1:30-32).
Beaucoup de gens ont tremblé de peur quand un ange leur est apparu, mais Marie n’avait pas peur, même s’il est vrai qu’elle était “troublée” par ce que l’ange lui avait dit au sujet d’une grâce qui lui avait été faite. Elle vivait dans une société dominée par les hommes et il n’y avait dans sa vie aucune preuve d’une grâce ou d’une faveur particulière – mais un grand changement allait se produire dans sa vie et dans le monde !
Tu veux peut-être voir tes circonstances transformées. Tu affrontes peut-être la maladie, un mariage difficile, un enfant éloigné, un besoin financier écrasant. Comme Marie, tu peux recevoir la faveur de Dieu et attester comme elle l’a fait dans son chant de louange : “Je suis bénie par le Seigneur parce qu’Il me voit en tout temps, dans toutes mes circonstances. Il peut concevoir des choses que je n’aurais jamais pu imaginer.”
“Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge Sur ceux qui le craignent” (Luc 1:50). Y compris toi !

samedi 7 janvier 2017

RANIME LE DON DE DIEU - Carter Conlon

Paul a dit à Timothée : “C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains” (2 Timothée 1:6).
La parole que je t’adresse aujourd’hui est la même : ranime le don de Dieu. Quand Dieu met Ses mains sur toi, Il effectue un dépôt de Sa vie en toi – la capacité à faire le surnaturel.
Alors, comment ranime-t-on le don de Dieu ? Cela commence en disant : “Seigneur, je le veux ! Je veux que ma vie soit ce que Tu l’appelles à être. Je ne veux pas simplement me fondre dans cette société et ne faire en fin de compte aucune différence. Je veux la puissance de me démarquer en tant que disciple de Jésus Christ.”
Cela a été ma prière tout au long de ma vie chrétienne : “Seigneur, ranime-moi. Emmène-moi à un autre endroit : ne me laisse pas stagner. Ne me laisse pas vivre sur la grâce d’hier et sur la victoire d’hier. Aujourd’hui est un nouveau jour. Je vais rencontrer de nouvelles personnes. Ranime la compassion dans mon cœur. Donne-moi les yeux pour voir les gens comme Toi Tu les vois. Ne me laisse pas être effrayé par le visage des gens. Tu es vivant en moi, Tu m’as donné Ton Esprit Saint et Tu me laisses sur Terre pour une raison – alors aide-moi à saisir la raison pour laquelle je suis vivant dans cette génération !”
Souviens-toi : la seule chose capable d’arrêter un véritable enfant de Dieu, c’est l’incrédulité. Et nous devons demander à Dieu la grâce de L’honorer et de faire bon usage du dépôt qu’Il nous a donné. C’est de cette façon que des âmes seront touchées – et qu’ils verront la réalité de Jésus Christ vivant en nous !

Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994 suite à l'invitation du pasteur fondateur, David Wilkerson, et a été désigné Pasteur responsable en 2001.

vendredi 6 janvier 2017

DIEU PENSE VRAIMENT CE QU’IL DIT

Est-ce que tu restes assis à écouter des prédications fortes qui exposent avec douceur tes péchés ? Si c’est le cas, permets-tu à cette parole de te convaincre ? Ou continues-tu dans ton péché sans être attristé ?
Si tu rejettes les avertissements de l’Esprit Saint, désobéissant à Dieu encore et encore, alors tu es en train d’être recruté pour le culte de l’antéchrist. Le diable t’initie silencieusement au mystère de l’iniquité. Et quand l’antéchrist qui fera des promesses et accomplira des miracles viendra, tu seras balayé par ses mensonges et livré à sa tromperie !
Écoute ce que Paul dit au sujet des croyants qui se compromettent et qui refusent d’aimer et d’obéir à la sainte parole de Dieu : “afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés” (2 Thessaloniciens 2:12).
Voilà les résultats dramatiques du fait de ne pas croire et de ne pas agir selon la vérité de Dieu :
  1. Le cœur s’endurcit à cause de la tromperie du péché.
  2. Satan travaille sur le cœur endurci pour qu’il se justifie lui-même, de façon à être soulagé de toute crainte de sanction.
  3. Le croyant devient aveugle au mensonge qui dit qu’il n’y a pas de salaire au péché et pas de jour du Jugement.
  4. Le croyant devient la proie de doctrines de démons, pensant que le mal est bien et que le bien est mal.
  5. Il s’éloigne finalement si loin de Christ et de la vérité qu’il devient aveugle à qui est l’antéchrist – et il fini par l’adorer et le servir comme un dieu.
  6. Au Jour du Jugement, Dieu dira à une telle personne : “Éloigne-toi de moi, ouvrier de l’iniquité !”
Bien-aimé, cela n’a pas à finir ainsi. Dieu a fait une promesse par alliance d’ôter toute tromperie qui pourrait nous aveugler et de nous donner la victoire sur le péché. Tout ce qu’il demande c’est que nous déclarions la guerre à nos péchés, disant : “Je refuse de faire la paix avec cette habitude. Délivre-moi, Père !” Quand Il entend cette prière, Il envoie la puissance et la gloire de Son Saint-Esprit depuis les cieux et le diable n’a aucune chance de résister.
Prie maintenant pour que Dieu implante en toi un grand respect de Sa Parole. Demande-Lui de t’aider à te discipliner par ta lecture des Écritures. Et demande à l’Esprit-Saint de t’aider à prendre à cœur ce que tu lis – de croire que Dieu pense vraiment ce qu’Il dit.

jeudi 5 janvier 2017

POUR CEUX QUI N’OBÉISSENT PAS

Tout au long de l’Écriture, Dieu nous donne une image claire de l’importance d’obéir à Sa Parole. Nous en voyons justement un exemple dans la vie du roi Saül, à qui Dieu a donné un ordre clair et spécifique à travers son prophète Samuel : “Va maintenant, frappe Amalek, et dévouez par interdit tout ce qui lui appartient ; tu ne l’épargneras point, et tu feras mourir hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes” (1 Samuel 15:3).
Dieu a parlé à Saül en termes très clairs et pourtant, après la bataille, il n’a pas complètement obéi au Seigneur. Plutôt que de détruire tout et tout le monde, il a épargné le roi Agag et il a même gardé une partie du butin (voir 15:7-9).
Samuel a été effondré en apprenant cela. Il a dit à Saül : “L’Éternel t’avait fait partir, en disant : Va, et dévoue par interdit ces pécheurs, les Amalécites ; tu leur feras la guerre jusqu’à ce que tu les aies exterminés. Pourquoi n’as-tu pas écouté la voix de l’Éternel ? pourquoi t’es-tu jeté sur le butin, et as-tu fait ce qui est mal aux yeux de l’Éternel ?” (15:18-19).
A ce moment-là, l’Écriture nous adresse une parole grave et effrayante : “L’Éternel adressa la parole à Samuel, et lui dit : Je me repens d’avoir établi Saül pour roi, car il se détourne de moi et il n’observe point mes paroles” (15:18-19).
Est-ce que cela décrit ta vie ? Est-ce que Dieu t’a dit en termes très clairs de t’occuper de quelque chose et que tu continues à t’y accrocher ? En ce moment même, l’Esprit est en train de te parler avec une voix pleine de bonté mais qui te reprend : “Ton péché se tient entre nous, interrompant notre communion. Je ne peux plus te bénir tant que tu persistes dans cette voie. Aies confiance en Mon Esprit pour t’aider. Dépose ces choses maintenant, Mon enfant.”
Dieu nous dit : “Je veux tout ton cœur, tout ton amour – pas seulement une obéissance sans conviction !”

mercredi 4 janvier 2017

FLIRTER AVEC LE PÉCHÉ

Le méchant a toujours été déchu de la vérité – il la méprise, la piétine, et s’en moque avec dédain. J’en ai vu un exemple dans le New York Post tandis que l’un des journalistes déclarait avec assurance : “La science remplace désormais la foi.”
La plus grande préoccupation de Paul a toujours été pour ceux qui ont connu la voie de la vérité, qui ont confessé leur foi en Christ mai qui flirtent avec le péché : “eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge... C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes” (Romains 1:25-26).
D’autres, liés par leurs plaisirs pleins de convoitise, se sont tournés vers de faux docteurs pour trouver la paix. Ils ont fini par accepter : “des sectes pernicieuses… Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux” (2 Pierre 2:1-2).
Tous les messages de Paul concernant l’apostasie et l’antéchrist étaient destinés à de tels chrétiens charnels. Ils n’étaient pas destinés aux idolâtres de Rome, aux païens de Grèce ni aux tribus païennes dans des lieux inconnus. Non, ils étaient destinés à être lus dans des églises, directement à des croyants !
Tu vois, Paul appelait le peuple de Dieu de partout à aimer la vérité – à la rechercher, à l’étudier et à lui obéir. Il écrivait, en substance : “Laissez la vérité être votre guide ! Demandez au Saint-Esprit de vous donner des yeux pour la voir, des oreilles pour l’entendre et un cœur pour l’aimer. Sinon, vous allez laisser une ouverture à la tromperie et finir par croire à un mensonge. Satan sera capable de vous initier au culte de l’antéchrist !”
La Bible dit que dans les jours qui précèdent le retour de Jésus, Satan va essayer de tromper même les élus, si c’était possible. Cela ne comptera pas de savoir depuis combien de temps un chrétien marche avec Jésus, il affrontera des tentations qu’il n’a jamais connues dans toute sa vie. Même le croyant le plus fort sera tenté de douter de la fidélité de Dieu et de perdre confiance dans Sa Sainte Parole.
“Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus” (Matthieu 24:24).

mardi 3 janvier 2017

L’ESPRIT D’ANARCHIE

“Car le mystère de l’iniquité agit déjà” (2 Thessaloniciens 2:7).
Le terme grec que Paul utilise pour “iniquité” dans ce passage signifie littéralement anarchie. De ce fait, le mystère concerne l’anarchie – c’est-à-dire le fait d’agir sans loi ni retenue.
Mais cette anarchie n’est pas seulement une rébellion contre les lois des hommes. Il ne s’agit pas de se rebeller contre l’autorité civile ou de commettre un crime violent. Ces choses provoquent effectivement la colère de Dieu, mais le mystère de l’anarchie va beaucoup plus loin. C’est un rejet complet de la vérité qui est en Christ – un rejet de la Sainte Parole de Dieu et de Ses commandements.
Cet esprit d’anarchie s’insinue partout dans notre pays aujourd’hui. C’est la force qui se cache derrière la législation qui cherche à bannir Dieu de notre société, le même que Satan a utilisé pour tromper Eve quand il lui a dit : “Dieu ne te punira pas pour avoir désobéi. Tu peux manger le fruit et ne pas en payer le prix !”
Satan utilise le même mensonge contre les chrétiens aujourd’hui. Jour après jour, il convainc un foule de croyants qu’ils peuvent pécher sans en payer le prix. C’est un plan démoniaque pour pervertir l’évangile de grâce de Christ.
De façon tragique, de nombreux chrétiens tièdes succombent à cet esprit d’anarchie. Paul dit que l’antéchrist viendra au pouvoir parce que les gens seront aveuglés et trompés par leur propre péché (voir 2 Thessaloniciens 2:9-10).
Satan trompera une foule de gens, comme il l’a fait pour Eve, en les convaincant à l’aide d’un mensonge subtil mais puissant : “Dieu ne puni pas le péché !”
Paul dit que cette tromperie viendra “parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés” (verset 10). Il ajoute ensuite : “Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge” (verset 11).
L’apôtre dit en fait : “Ceux qui refusent d’obéir ou de respecter la Parole de Dieu vont tomber sous un mensonge puissant. Tout d’abord, ils vont tiquer devant leur péché, chercher à le justifier. Mais bientôt, ils vont chercher activement un message de grâce facile. En fait, ils vont inventer une grâce qui est bien au-delà de ce que Dieu avait prévu. Sa grâce n’a jamais conduit à la permissivité mais a toujours conduit à la repentance !”

lundi 2 janvier 2017

LES BOTTES DE COW-BOYS - Gary Wilkerson

“Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment” (2 Corinthiens 9:6).
Un sans-domicile-fixe, sans abri et un peu perdu, a un jour été adressé à mon bureau quand je servais comme pasteur assistant à Times Square Church à New York, il y a des années. Il n’avait pas particulièrement envie de faire la conversation, jusqu’à ce qu’il regarde en bas et découvre mes belles et véritables bottes de cow-boy du Texas.
“Je ne sais pas pourquoi je suis ici,” a-t-il craché. “Vous autres les prédicateurs, vous êtes tous les mêmes, dépensant de l’argent dans de grand bâtiment et de belles voitures. Et regarde un peu ces bottes !”
Après avoir fait cette dernière remarque, il a regardé ses propres chaussures malmenées et déchirées en toile et a agité ses pieds consciemment.
“Vous aimez ces bottes ?” lui ai-je demandé. Et, avant qu’il puisse répondre, j’ai retiré mes bottes et je les lui ai données. Et, oui, je suis reparti à la maison sans chaussure. Et puis j’ai oublié l’incident.
Environ six mois plus tard, un ami pasteur, Steve, m’a appelé depuis Greensboro, en Caroline du Nord.
“Gary, tu ne vas pas le croire, mais j’ai un gars dans mon bureau qui me dit que tu lui as donné une paire de bottes de cow-boy. Il a fait de l’auto-stop dans tout le pays et il dit que, chaque fois qu’il regarde ces fameuses bottes, il pense à Jésus.”
Ce jeune homme était entré dans l’église de mon ami (visiblement conduit par le Saint-Esprit) et il a dit qu’il voulait en savoir plus au sujet de Jésus. Tu peux imaginer la joie de mon ami pasteur ! Mais Steve a été direct avec lui.
“Pendant six mois, le Saint-Esprit t’a cherché. Es-tu prêt à donner ta vie à Christ ?”
“C’est pour ça que je suis là !” Et il est né de nouveau au même instant.
Je veux t’encourager à chercher des opportunités, même si tu as l’impression de vivre la famine. Est-ce que ton mariage est une famine ? Cherche une opportunité de servir, d’aimer et de bénir ton épouse.
Est-ce que tu vis une famine avec tes enfants ? Est-ce qu’il y a division et tourmente ? Cherche une opportunité d’aimer, de servir et de remettre ton foyer en ordre selon les voies du Seigneur.
Est-ce que tu connais des difficultés dans tes finances ? Cherche un moyen au milieu de ta famine d’être une bénédiction pour les autres et tu verras s’ouvrir les fenêtres du ciel.
Dieu déverse de riches bénédictions à ceux qui donnent – joyeusement.