samedi 8 avril 2017

UN FEU DÉVORANT - Jim Cymbala

Jésus n’a jamais baptisé d’eau qui que ce soit. Pourquoi ? Parce que le baptême qu’Il allait donner était le baptême du Saint-Esprit et de feu (voir Luc 3:16). Ne te méprends pas sur mes paroles : je ne veux pas dire qu’il existe deux baptêmes, un de l’Esprit et l’autre de feu. En fait, Luc utilisait une image – le feu comme symbole représentant l’Esprit – pour décrire un seul baptême. Jésus baptise dans le feu dévorant du Saint-Esprit.
Si tu allumes une allumette et que tu mets le feu à un morceau de bois, le feu va pénétrer le bois. C’est ce que le Saint-Esprit fait dans nos vies. Il va au-delà des apparences, jusqu’à la racine de nos êtres. L’Esprit ne met pas du sparadrap en surface des choses – Il va au cœur de nos problèmes afin d’apporter Son aide. De la même façon, une prédication qui est ointe par le Saint-Esprit est une prédication pleine de feu. Cela ne signifie pas dévaloriser les gens ni les condamner, mais cela signifie pénétrer le cœur, révéler le péché et montrer distinctement le besoin que nous avons tous de Jésus Christ. Sans le feu du Saint-Esprit, la prédication s’abaisse au rang d’un simple divertissement, d’une démonstration de talents oratoires.
Quand Pierre a prêché le premier sermon de l’ère chrétienne, ces mots qui n’étaient pas éloquents mais pleins de feu ont produit une profonde conviction et cette réponse : “Que devons-nous faire ?” (Actes 2:37). Les aides à l’enseignement qui aident les prédicateurs à communiquer sont utiles, mais sans le feu de l’Esprit, les cœurs ne s’humilieront jamais et ne seront jamais brisés devant le Seigneur.
Dans Jérémie, Dieu demande : “ Ma parole n’est-elle pas comme un feu ?” (Jérémie 23:29). La Parole annoncée avec le feu de l’Esprit se fait entendre au-dessus du brouhaha et s’occupe de la condition troublée de notre cœur. De nombreuses personnes ont probablement peu d’intérêt à expérimenter la parole brûlante de Dieu, ils préfèrent des réunions divertissantes et des messages qui ne les bousculent pas. Mais le feu de l’Esprit poursuit toujours sa proie et s’occupe des choses qui nous empêchent de profiter de la bénédiction de Dieu.
Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.