vendredi 7 octobre 2016

COMBATS POUR TA FOI

Un temps vient où tous les pleurs doivent cesser. C’est quand le peuple de Dieu passe au-dessus de son deuil, au-dessus de tous les mauvais pressentiments et retourne au combat.
Dans le Nouveau Testament, l’épître aux Hébreux se fait l’écho des mots d’Esaïe :
“Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis ; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse” (Hébreux 12:12-13).
Ce qui veut dire en substance : “Ne restez pas abattus. Levez-vous et battez-vous pour votre foi. Ne vous laissez pas aller à avoir des genoux tremblants et endoloris. Mais continuez à courir. Si vous succombez à la crainte et aux soucis, votre foi pourrait finir infirme.”
Après les larmes vient le moment de combattre !
REJETER LE BLÂME
Regarde la réponse stérile de l’armée de David devant leur calamité à Ziklag. Après que ces hommes puissants aient fini de pleurer, ils se sont mis en colère et ils ont blâmé David pour avoir permis ce désastre. Ils étaient si amers à cause de leur terrible infortune qu’ils ont commencé à ramasser des pierres pour le tuer (lire l’histoire dans 1 Samuel 30:1-6).
D’après moi, c’est exactement ce que fait la majorité des gens en ce moment devant l’état des choses dans le monde. Ils se tournent à droite et à gauche, demandant : “Qui blâmer pour cette calamité ? Tout est dans la confusion la plus totale.”
LAISSE ALLER – ET COMBATS
Je presse tous les disciples de Jésus de cesser de chercher comment nous en sommes arriver là. Cesse de chercher qui est responsable. Et par dessus tout, oublie tes propres “et si” - “si seulement j’avais fait ceci ou cela, mes finances ne seraient pas dans le rouge, ma vie serait meilleure.” Si tu t’accroches à de telles pensées, tes craintes vont se transformer en colère ou en un autre sentiment handicapant et destructeur. Le Seigneur attend que tu tournes toute ton énergie dans une autre direction. Sa Parole nous dit : “Maintenant, c’est le moment de te battre pour ta foi !”