mercredi 30 mars 2016

UNE ÉCOLE D’ADORATION

Comment Dieu a-t-Il fait sortir les enfants d’Israël hors d’Égypte ? Il a dû les placer dans une fournaise de souffrances pour les amener au point où ils ont crié : “Assez ! Je ne veux plus être ici.” Alors, quand le moment est venu pour Dieu de dire : “Partez,” ils étaient prêts à se déraciner et à partir vers le Pays Promis.

Que Dieu nous aide à nous détacher de l’esprit matérialiste de cet âge et à transférer toute notre affection à la Nouvelle Jérusalem.

Esaïe a prophétisé que le monde que Dieu allait créer est un lieu de louanges, où les habitants se réjouissent. “Réjouissez-vous plutôt et soyez à toujours dans l’allégresse, A cause de ce que je vais créer ; Car je vais créer Jérusalem pour l’allégresse, Et son peuple pour la joie” (Esaïe 65:18). Le terme hébreux pour “créer” dans ce verset signifie “amener à l’existence.” Vois-tu ce qu’Esaïe est en train de dire ? Dieu est en train de créer non seulement un nouveau monde, mais aussi un peuple spécial. Il amène à l’existence une fiancée qui n’a pas seulement été sevrée de ce monde, mais qui a appris à louer dans l’épreuve.

Le fait est que nos souffrances actuelles sont une école d’adoration. Et toutes les façons dont nous apprenons à louer Jésus, tout particulièrement dans nos épreuves, sont un entraînement pour ce jour glorieux. Qu’est-ce que cela signifie pour les chrétiens qui vivent constamment dans l’inquiétude et les soucis ? Comment ceux qui vivent comme si Dieu était mort sauraient-ils soudainement comment Le louer dans leurs épreuves ?

La façon dont nous réagissons dans notre épreuve actuelle est très importante. Quand Israël s’est trouvé dans un temps de grande souffrance, le peuple a abandonné tout espoir. Ils ont décidé qu’ils ne pouvaient plus en supporter d’avantage, alors ils se sont simplement assis dans la poussière. Voilà le peuple de Dieu, qui avait reçu des promesses aussi solides que le roc, assis là avec une chaîne autour du cou.

De la même façon, aujourd’hui, certains chrétiens abandonnent à ce moment-là. Ils n’abandonnent pas leur foi, mais ils cessent de rechercher Jésus de tout leur cœur, pensant : “Je ne peux pas vivre sous ce genre de pression. Il me semble que plus je m’approche de Christ, plus je souffre.” Ils se demandent comment Paul pouvait dire : “Je me réjouis maintenant dans mes souffrances” (Colossiens 1:23-24)

Voilà comment Paul pouvait faire une telle déclaration : il avait été emmené dans le Ciel et il avait vu la gloire qui nous attend. A cause de ce qu’il avait vu, Paul a été capable de supporter ses épreuves et les afflictions de sa vie, apprenant à louer Dieu dans n’importe quelle situation difficile. Il était déterminé à apprendre le bonheur du cœur quelle que soit sa situation, et il a commencé à s’entraîner à la louange en prévision du monde à venir.