jeudi 17 mars 2016

L’ÉVANGILE QU’ON NE PEUT PAS ARRÊTER

“Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde” (1 Corinthiens 11:31-32). Alors, comment nous juger nous-mêmes comme Paul dit de le faire ?

Voilà le critère par lequel je me juge constamment moi-même : je demande : “Ai-je d’une seule manière fait obstacle à l’évangile de Christ ?” Nous savons que le monde ne peut pas arrêter l’évangile mais le fait est que, nous qui le prêchons, le pouvons. Paul se jugeait lui-même à ce sujet, écrivant : “nous souffrons tout, afin de ne pas créer d’obstacle à l’Évangile de Christ” (1 Corinthiens 9:12).

L’apôtre nous dit, en substance : “Je dois faire attention à la façon dont je présente l’évangile. Si j’ai un esprit matérialiste ou si je cultive la convoitise ou la luxure, je ne peux pas représenter Christ avec précision. Cela serait un obstacle à l’évangile que je présente. Non, la façon dont je vis doit faire partie intégrante de l’évangile que je prêche.”

Regarde les corinthiens à l’époque de Paul. Ils apportaient de riches nourritures à la table des agapes pendant que les pauvres au milieu d’eux n’avaient pas de nourriture du tout. Paul va en quelque sorte leur dire : “Vous n’êtes pas réellement concernés par les besoins du Corps de Christ si vos yeux sont fixés uniquement sur la façon d’améliorer votre propre vie. Vous ne pouvez tout simplement pas vous concentrer sur les préoccupations de Dieu si vous ne vous souciez pas que vos frères aient assez d’argent pour leur repas suivant.”

Toute œuvre ou ministère accomplit avec un tel état d’esprit ne résistera pas au saint feu du Seigneur. Des chiffres importants, des méthodes remportant de grands succès et des accomplissements monumentaux ne signifieront rien à ce moment là, parce que Dieu juge les motivations du cœur. La question que nous devons nous poser aujourd’hui, c’est : “Est-ce que je le fais pour être reconnu ? Pour être quelqu’un ? Pour assurer mon propre avenir, sans me préoccuper de mes frères et sœurs dans le besoin ?”

Ne te méprends pas : l’évangile de Jésus Christ avance sans qu’on puisse l’en empêcher, il est puissant et impossible à arrêter. Mais cela n’arrive seulement que lorsqu’il est prêché et enseigné dans sa plénitude. Il doit être délivré dans le contexte du “plein conseil de Dieu.” Comme Paul le dit : “car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher” (Actes 20:27).