mardi 29 mars 2016

HORS DE LA VILLE

Abraham a traversé un grand test de foi quand, en obéissant à Dieu, il a offert son fils en sacrifice. Mais, encore d’avantage que sa foi mise à l’épreuve, Abraham était sevré de cette Terre – un fait prouvé quand il a offert Isaac. Il croyait par la foi qu’il existe un but plus grand que celui qu’il pouvait voir. Voilà un homme qui était pleinement dans le monde mais qui n’était pas du monde, percevant sa citoyenneté d’un autre monde.

Maintenant, regarde ce qu’Hébreux dit du Christ : “...Jésus...a souffert hors de la ville” (13:12). Jésus a souffert en étant considéré comme un étranger – toujours à l’extérieur de la religion formelle, à l’extérieur de la bonne société. Mais Christ était également “à l’extérieur” dans le sens où Il n’avait aucun endroit sur Terre pour poser Sa tête. Dans tout ce que Jésus a fait, Il a toujours regardé au Ciel.

Tout comme notre Sauveur et notre ancêtre Abraham, “nous n’avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir” (13:14). Nous vivons et travaillons sur cette Terre, mais nous sommes étrangers ici-bas. Notre véritable patrie est la Nouvelle Jérusalem. C’est pour cette raison que l’épître aux Hébreux nous presse : “Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre” (13:13). Tant que nous ne serons pas “à l’extérieur” du camp – à l’extérieur des convoitises du monde et de son matérialisme – nous ne serons pas là où se trouve notre Époux.

Je vis dans une belle maison et je conduis une belle voiture. Mais je me garde continuellement de laisser ces choses matérielles s’emparer de mon cœur. Le fait est que tu peux avoir une foi puissante et pourtant ne pas soupirer après Christ. “quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien” (1 Corinthiens 13:2).

Malheureusement, quand je regarde autour de moi aujourd’hui, je vois des multitudes de chrétiens qui ont une grande foi, mais qui n’ont pas le désir d’être avec Jésus. Au lieu de cela, ils ont fixé leurs yeux sur les choses de ce monde et sur les moyens de les obtenir. J’ai découvert que de telles personnes ne souhaitent pas entendre parler de se concentrer sur le Ciel, ni d’être sevré de ce monde. Pour eux, un tel message signifie interrompre la “belle vie” dont ils bénéficient ici.

Merci à Dieu : Il a une merveilleuse façon de nous pousser à l’extérieur de la ville. Il nous dit en substance : “ Si Je dois te donner Mon Fils en mariage, il ne peut y avoir aucune autre attraction dans ta vie. Je veux être sûr que tu ne convoites rien ni personne d’autre que Christ. Ton rêve le plus excitant, la plus grande aspiration de ton cœur doit être le désir d’être avec Christ.”