vendredi 18 mars 2016

UN DEMI-ÉVANGILE ÉDULCORÉ

Un demi-évangile édulcoré est une abomination pour le Seigneur. Tu vois, je pourrais t’écrire en disant : “Jésus t’aime et désire te bénir. Il veut que tu profites de ta nouvelle vie. Il désire te donner miracle après miracle.”

Mais ce n’est que la moitié de la vérité de l’évangile. L’évangile plein et entier comprend aussi des avertissements contre la tromperie du péché. Il comprend la repentance et la tristesse selon Dieu, la préparation pour la persécution et une aspiration pour la venue de Christ. L’Écriture nous dit en termes très clairs : “ Recherchez… la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur” (Hébreux 12:14). L’évangile de Christ affronte toujours l’homme avant de lui apporter le réconfort. Il ne s’accommodera jamais d’hommes pécheurs.

Oui, Jésus a accompli des miracles. Il a donné du pain et de la viande aux foules. Mais le jour est venu où Il n’a plus accompli ni prêché de miracles. A la place, Il a dit à Ses disciples : “si vous ne mangez Ma chair et si vous ne buvez Mon sang, vous n’avez rien à voir avec Moi.”

Je ne suis pas un prophète, mais le Saint-Esprit m’a conduit à délivrer certains messages prophétiques qui ont été considérés par certains comme trop durs. Certaines personnes m’ont traité de prédicateur du Jugement. Et j’admets volontiers que j’ai prêché certains messages qui m’ont valu de marcher tout droit hors de l’église, de retourner à la maison et de me mettre à pleurer. Mais tout cela, c’était à cause d’un verset : “Celui qui absout le coupable et celui qui condamne le juste Sont tous deux en abomination à l’Éternel” (Proverbes 17:15).

Parfois, après une réunion, je mets mes écouteurs et j’écoute le message que je viens juste de prêcher. Et, parfois, je tremble en l’écoutant, demandant au Seigneur : “Ô Dieu, ai-je franchi la ligne ? Ai-je condamné Tes justes saints, ici ? Ai-je inconsciemment blessé Tes serviteurs ?” En d’autres occasions, je demande : “Jésus, ai-je prêché seulement la moitié de Ton évangile dans ce sermon ? Ai-je apporté un sermon qui permet aux gens de se sentir bien par rapport à leurs péchés ? Leur ai-je donné un faux réconfort en édulcorant Ton appel à se détourner de l’iniquité ?”

Le seul obstacle à Son évangile, c’est l’incrédulité dans nos cœurs.