lundi 12 mai 2014

TU ES BENI by Gary Wilkerson

“Il y eut une famine dans le pays, outre la première famine” (Genèse 26:1). Si tu es un fermier et que toute ta subsistance dépend de tes récoltes, tu n'as pas très envie d'entendre parler de famine dans le pays. Pas plus que tu n'as envie d'entendre parler d'une “première famine.”

C'est ce à quoi Isaac était confronté. Son père avait connu une famine et à présent, il connaissait une famine à son tour. Il se souvenait sûrement à quel point la première avait été difficile et il était inquiet.

La Bible dit quelque chose d'intéressant : “et Isaac alla vers Abimélec, roi des Philistins, à Guérar. L'Éternel lui apparut, et dit : Ne descends pas en Égypte, demeure dans le pays que je te dirai. Séjourne dans ce pays-ci : je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j'ai fait à Abraham, ton père. Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées ; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce qu'Abraham a obéi à ma voix, et qu'il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois (Genèse 26:1-5).

Le mot clé du verset 5 est : obéi. Abraham a obéi au Seigneur, de même qu'Isaac. En fait, on trouve ici un exemple glorieux d'obéissance à Dieu. Je voudrais dire cela aussi clairement et simplement que possible : quand tu obéis à Dieu, le résultat, c'est Sa bénédiction. Tu es sauvé par grâce mais en même temps tu es appelé par Dieu à être obéissant.

Quand tu fais un pas de foi et dis : “Seigneur, c'est difficile, je ne suis pas sûr de pouvoir y arriver, mais je vais obéir”, alors les écluses des cieux vont s'ouvrir pour toi.

Peu importe ce que Dieu te demande de faire, obéis-Lui. S'il te dit de donner, obéis-Lui. S'il te dit de partir, obéis-Lui. Ne vis pas selon ce que tu veux faire, mais selon ce que Dieu veut que tu fasses et tu verras de grandes bénédictions pour toi et autour de toi.