vendredi 13 décembre 2013

CE QUE SIGNIFIE LE FAIT DE TENTER DIEU

Le psalmiste écrit au sujet du péché d'Israël : “Ils tentèrent Dieu dans leur cœur” (Psaumes 78-18). Le sens hébreux de cette phrase indique que les israélites ont été testés au-delà de leurs capacités. Cela signifie qu'ils n'avaient plus aucun moyen humain à leur portée pour subvenir à leurs besoins. Quand ils en sont arrivés là, ils ont cru que Dieu les avait abandonné et qu'Il restait silencieux et hors de vue.

Pour faire court, voilà ce que signifie tenter Dieu. Cela se produit quand Ses élus, ceux qu'Il a béni, sont placés dans la fournaise de l'épreuve et que la crise devient de plus en plus intense, jusqu'à ce que la peur ne vienne étreindre leur cœur et qu'ils crient : “Seigneur, où es-Tu ? Où est ma délivrance ? Pourquoi parais-Tu absent ? Es-Tu avec moi, oui ou non ?”

Il est impossible pour une personne qui n'est pas sauvée de tenter le Seigneur puisque une telle personne ne reconnaît pas Dieu, dans aucun aspect de sa vie. Pour elle, tout ce qui arrive est soit de la chance, soit de la malchance. C'est seulement ceux qui sont le plus proche du Seigneur qui peuvent Le tenter, ceux qui ont vu Sa puissance, qui ont goûté à Sa miséricorde et à Sa grâce et qui ont été appelés à marcher par la foi.

Même Jean-Baptiste, le juste, a affronté le genre d'épreuve qui peut conduire à tenter Dieu. Alors qu'il était en prison, il a dû se demander où Dieu se trouvait dans cette situation. Il avait entendu parler de toutes les choses merveilleuses que Jésus faisait, guérissant des gens, faisant des miracles, attirant les foules qui étaient à une époque venue vers lui. Et maintenant, il était assis tout seul, attendant son exécution.

Jean savait qu'il devait diminuer pour que Christ puisse croître. Mais maintenant, la pensée traversait son esprit : “Diminuer, oui, mais mourir ? Pourquoi devrais-je mourir si Jésus est vraiment Dieu ? S'Il accomplit toutes ces merveilles pour les autres, pourquoi ne me délivre-t-Il pas ? Seigneur, c'est trop dur à supporter” (souviens-toi, Jésus n'a pas encore enlevé à la mort son aiguillon).

Les dernières paroles que Jésus a envoyé à Jean étaient pleins de signification : “Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute”(Matthieu 11:6). Christ disait à ce serviteur de Dieu : “Ne voit pas en moi une occasion de chute, Jean. Tu sais que Je fais et dis uniquement ce qui me vient du Père. Il a un plan dans tout cela et Il est digne de recevoir la confiance. S'Il veut que je vienne te délivrer, tu sais que Je serai là en un instant. Tu peux être assuré que, quelle que soit la façon dont les événements tourneront, ce sera pour Sa gloire. Et cela voudra dire une gloire éternelle pour toi !”

“Tu subis ta dernière épreuve, Jean. Ne laisse pas le doute te voler ta foi. Plutôt, repose-toi dans l'amour du père et dans sa fidélité à ton égard. Tu n'es pas en train d'être jugé. Au contraire, tu es très honoré à Ses yeux. Tiens-bon !”
Je crois que Jean a tenu bon. Quand il a finalement été décapité par Hérode, il est allé dans la gloire plein de foi et d'honneur !