lundi 3 juin 2013

REMPLI DE LA GLOIRE DE DIEU by Gary Wilkerson

“Comment puis-je être rempli de la gloire de Dieu ?” De nombreuses personnes dans l'Ancien Testament se sont posées cette question et Moïse lui-même a prononcé ces mots. C'est la version anglaise King James qui rend le mieux l'attente extrême dans laquelle il se trouve, la traduction littérale est : “Je t'en supplie, montre moi Ta gloire” (Exode 33:18). Le verbe supplier, dans ce contexte, implique la notion de plaidoyer, de gémissement de l'âme, l'expression d'un besoin qui doit absolument être assouvi.

Dieu doit avoir trouvé plaisir dans la requête de Moïse, parce qu'Il a accepté de révéler Sa gloire. Il a demandé à Moïse de se cacher derrière un rocher et de jeter un bref coup d’œil une fois qu'Il serait passé, parce qu'Il savait que même Moïse ne supporterait pas l'éclat de Sa gloire. Alors Moïse a pu contempler une petite partie la gloire de Dieu, mais même cette infime partie l'a puissamment affecté.

La plupart d'entre nous avons appris que, après que Moïse est descendu de la montagne, il a dû placer un voile sur son visage parce qu'il brillait trop intensément. Cependant, l’Écriture dit : “Lorsque Moïse eut achevé de leur parler, il mit un voile sur son visage”(Exode 34:33). Ce n'est qu'après avoir parlé au peuple qu'il a couvert son visage. Pourquoi ?

Paul l'explique dans la deuxième épître aux Corinthiens : “...Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d'Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager.” (2 Corinthiens 3:13). Paule affirme que la gloire de Dieu aurait une fin sur le visage de Moïse. Même la gloire de la présence de Dieu qui brillait sur le visage de Moïse aurait une fin.

Pourtant, dit Paul, il y a une représentation de la gloire de Dieu qui n'est pas passagère. “En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux.”(3:11). Paul parle ici de la gloire de Dieu qui s'est incarnée dans Jésus Christ. “Ayant donc cette espérance, nous usons d'une grande liberté, et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage”(3:12-13). Grâce à la gloire de Christ, nous sommes libres d'une manière telle que ne l'a jamais été Moïse ! Paul explique : “mais lorsque les cœurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté. Or, le Seigneur c'est l'Esprit ; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit.”(3:16-18)

En Christ, nous avons en nous une gloire qui ne s'estompe pas. Notre liberté est plus grande que celle de Moïse parce qu'elle est acquise par l'Esprit même de Christ. La gloire du Seigneur était sur Moïse à cause du temps passé dans la présence de Dieu, mais les choses sont différentes pour nous. A cause de Jésus , la gloire de Dieu en nous ne cesse jamais d’œuvrer. Elle nous transforme “de gloire en gloire”. Nous avons une gloire permanente, qui ne changera pas et ne s'estompera jamais !