mercredi 12 septembre 2012

UN ESPRIT CONTRIT

Pourquoi Dieu considère-t-il Jacob, cet usurpateur, si favorablement ? Nous lisons dans Esaïe : « J'habite dans les lieux élevés et dans la sainteté ; mais je suis avec l'homme contrit et humilié, afin de ranimer les esprits humiliés, Afin de ranimer les cœurs contrits » (Esaïe 57 : 15).

Ce passage décrit un homme qui, comme Jacob, est abattu, en cavale et que Dieu ranime, bénit, honore. Esaïe ajoute : « Voici sur qui je porterai mes regards : sur celui qui souffre et qui a l'esprit abattu, sur celui qui craint ma parole » (Esaïe 66 : 2).

Nous savons que l’homme regarde l’apparence extérieure mais Dieu regarde toujours au cœur. Nous pouvons voir uniquement la convoitise de Jacob, sa cupidité et ses manipulations. Mais Dieu voit au-delà de sa chair, quelque chose à l’intérieur du cœur, un esprit contrit, brisé. Dieu savait que quelque chose dans le cœur de Jacob voulait changer.

C’est exactement ce que Dieu cherche en nous. Il cherche un cœur brisé, repentant, avec lequel il pourra travailler. Il ne peut rien faire avec quelqu’un comme Esaü, qui prend les choses de Dieu comme un dû et verse de fausses larmes de repentance. Esaü était charnel et son cœur était dur. Il était comme beaucoup de chrétiens actuels, se promenant à travers la vie sans véritable but, voulant seulement se réjouir des plaisirs charnels le long du chemin.

Jacob vénèrait la Parole de Dieu. Comment je le sais ? Réfléchis à cela : Jacob a dû souvent entendre son père Isaac raconter comment Dieu avait fait alliance avec Abraham, le grand-père de Jacob. Il a entendu comment Isaac était étendu sur l’autel afin d’être tué, mais alors qu’Abraham levait le couteau, Dieu l’a arrêté et lui a montré un agneau pour le sacrifice. Enfin, Jacob avait aussi entendu parler de la semence sainte qui devait venir de la descendance patriarcale.

En plus de tout cela, la mère de Jacob lui a probablement rappelé le rêve que Dieu lui avait donné à elle, que Jacob serait la semence sainte. Jacob a dû être ravi à l’idée qu’un jour il serait le chef du clan, portant le flambeau de la descendance par laquelle le Messie devait venir !