mardi 25 septembre 2012

QUELQU'UN QUI VEILLE SUR MOI

“C'est donc en vain que j'ai purifié mon cœur, Et que j'ai lavé mes mains dans l'innocence” (Psaumes 73:13)

Asaph, l'auteur de ce psaume, était tellement troublé à cause des souffrances qu'il endurait tandis que les méchants menaient une vie facile, qu'il a presque glissé dans un abîme de totale incrédulité. Il était prêt à accuser Dieu de l'avoir abandonné, d'agir comme s'Il n'était pas concerné. Pendant un certain temps, il était prêt à quitter la bataille, à tout abandonner.

Cet homme de Dieu doit avoir pensé : “J'ai fait ce qui est bien et enduré tellement de difficultés pendant tout ce temps, et tout ça pour rien. Toute mon assiduité, mes louanges et mon adoration, mon étude de la Parole de Dieu, tout cela a été inutile, vain. Je n'ai fait que ce qui est juste, pourtant je continue à souffrir, ça n'a pas de sens. Pourquoi continuer ?”

Bien-aimé, tu dois faire attention. Quand une calamité te frappe, quand une épreuve survient, quand tu es en deuil, tu dois garder ton cœur contre ce type de dérapage.

Peut-être n'es-tu pas dans la situation d'Asaph, souffrant, mis à l'épreuve, mais tu connais peut-être quelqu'un qui traverse quelque chose de semblable. Une calamité soudaine peut avoir frappé un chrétien qui est membre de ta famille, un ami ou un membre de ton église. Quelqu'un que tu connais, qui vit dans la droiture, et tu te demandes : “Pourquoi, Ô Dieu ! Comment peux-tu le permettre ? Cette personne est tellement juste !”

Asaph est allé dans le temple et il a prié. Bien-aimé, quand une période de deuil ou de souffrance vient, tu dois aller dans le lieu secret. Isole-toi dans la présence de Dieu et crie à Lui. Si tu vas seul devant le Père, Il t'aidera à comprendre. C'est alors que le Saint-Esprit a parlé à Asaph : “Oui, tu les places sur des voies glissantes, Tu les fais tomber et les mets en ruines.”(verset 18) Asaph a réalisé : “Ce n'est pas moi qui suis en train de glisser, mais ce sont les méchants. Ils vont droit à la destruction.”

Asaph a commencé à voir les choses dans leur ensemble et il s'est réjoui : “Dieu sera toujours le rocher de mon cœur et mon partage.”(verset 26) Il a pu dire : “Oui, ma force décroit. Oui, je livre une grande bataille. Mais je ne suis pas seul dans ces luttes. J'ai un Père aimant dans le Ciel et Il veille sur moi !”