mardi 5 juin 2012

PAS POUR LES BEBES

Comprendre comment Dieu justifie son peuple n’est pas pour les petits enfants : c’est une vérité pour les croyants matures. Pourtant, beaucoup de chrétiens sont encore des bébés, buvant du lait et refusant de passer à la nourriture solide que représente la Parole de justice. Tout ce qu’ils comprennent est le pardon de leurs péchés.

« Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal » (Hébreux 5 : 13-14).
Le lait est pour les petits enfants, et les petits enfants ont besoin d’une attention constante. Ils ne se sentent bien que si leur mère est dans la pièce et quand elle en sort, ils pleurent avec effroi. Ils doivent pouvoir la voir, la sentir, la toucher pour se sentir en sécurité.

De la même manière, le croyant qui en reste au lait vit dans la crainte constante pour son salut. Il n’est jamais à l’aise avec le Père céleste. Il est au contraire toujours tendu, pensant que Dieu est prêt à l’envoyer en enfer à chacun de ses faux pas. Il ne connaît pas ou ne comprend pas sa position en Christ et par conséquent, il ne connaît pas la paix de Dieu. Il ne peut pas croire que Dieu est pleinement engagé à le sauver et à le garder.

Paul dit, dans la Parole, qu’il y a des mets à notre disposition, de la nourriture solide qui nous fera croître en maturité, nous fera devenir des hommes et des femmes en Christ et nous fera parvenir au stade de croyants accomplis. Bien-aimé, cette nourriture est la vérité concernant la justice parfaite de Christ. Comprendre cela te permettra de rester assurer de ton salut. Tu ne dois pas craindre que Dieu t’abandonne à chacun de tes écarts ou chacune de tes chutes. Non, tu auras la victoire !

Si tu ne t'appropries pas cette vérité, le diable va faire des ravages avec tes sentiments, il te mentira et te malmènera. A moins que tu n'aies cette vérité comme fondation de toutes les choses auxquelles tu crois, rien ne sera correct dans ta doctrine, ta théologie ou ta vie. Tu ne pourras même pas obéir à Dieu tant que tu ne la comprendras pas.

Tu dois être convaincu que rien de ce que tu pourras jamais faire n'est capable de produire une justice acceptable devant Dieu. Cette justice parfaite doit provenir d’une autre source. Quand je me tiens devant le trône du jugement, je n'ai rien pour plaider en ma faveur, sinon la justice de Jésus Christ.