jeudi 26 mai 2016

DANS LES TEMPS D’ÉPREUVE

Je n’en vois peut-être pas la preuve, mais Dieu est toujours à l’œuvre. A chaque moment de chaque jour, à chaque heure, pendant que je dors, Il prépare un chemin pour moi. Et Son plan est toujours dans les temps, toujours, même lorsqu’il semble y avoir un retard dans Son œuvre sainte. Il est en train d’atteindre des choses au plus profond de moi qui doivent être réglées pour qu’Il puisse accomplir Ses promesses.

Un jour, je regarderai en arrière, à ces temps d’épreuves et je dirai : “Seigneur, maintenant je vois. Tu étais là, tout le temps, œuvrant à mon miracle !”

Ceux qui sont dans le désespoir peuvent être tentés de se couper de la communion avec Dieu. Mais le faire peut se révéler fatal. Dans le Psaume 88, tu peux trouver une description de ce que tu traverses. Un homme saint appelé Héman nous parle de sa situation désespérée :

“Mon âme est troublée. On m’a jeté au fond du gouffre et je suis comme mort. Dieu m’a allongé dans le gouffre le plus profond, rempli de ténèbres et sa colère est forte contre moi. Mes amis m’ont abandonné. Je suis pris au piège. Je pleure à cause de mon affliction” ( Psaumes 88, paraphrasé).

Ensuite, Héman met Dieu au défi : “Est-ce pour les morts que tu fais des miracles ? Les morts se lèvent-ils pour te louer ? Parle-t-on de ta bonté dans le sépulcre, De ta fidélité dans l’abîme ? Tes prodiges sont-ils connus dans les ténèbres, Et ta justice dans la terre de l’oubli ?” (Psaumes 88 : 10-12).

Héman nous dit, en substance : “J’ai besoin d’un miracle maintenant, Seigneur, pas au moment de la résurrection. C’est mon dernier espoir. Bientôt, il sera trop tard, parce que je serai mort. Tu es face à une date limite, là, Seigneur. Aide-moi ! Pourquoi me dépouilles-Tu ainsi ? Pourquoi me caches-Tu Ta face ? Pourquoi ne réponds-tu pas à mes cris ?”

Il s’agit du désespoir, d’une épreuve apparemment impossible à traverser.

Que peut faire une âme qui appartient à Dieu ? Comment une âme juste peut-elle répondre ? Tout comme Héman, nous devons crier nuit et jour : “Éternel, Dieu de mon salut ! Je crie jour et nuit devant toi. Que ma prière parvienne en ta présence ! Prête l’oreille à mes supplications !.. O Éternel ! j’implore ton secours, Et le matin ma prière s’élève à toi” (Psaumes 88:1-2, 13).

Voilà trois choses que je fais lorsque je traverse des temps de grande affliction :
  1. Je reçois et crois l’amour et le plaisir que mon Père céleste éprouve pour moi.
  2. Je déverse mon cœur devant Lui, criant à Lui en silence.
  3. J’encourage mon âme avec Ses promesses, quotidiennement.