mercredi 3 avril 2013

UN AMOUR BON MARCHE

Quand j’utilise le mot “tiède” pour décrire l’amour de quelqu’un pour Jésus, je ne veux pas dire qu’il est froid envers le Seigneur. Mais, je veux dire que son amour est « bon marché », peu couteux. Laisse-moi te donner un exemple : quand Jésus s’adresse à l’église d’Ephèse dans Apocalypse 2, Il les félicite d’abord pour tout ce qu’ils ont fait. Il reconnaît qu’ils ont travaillé dur dans la foi, en haïssant le péché et le compromis, en refusant les fausses doctrines, en ne défaillant pas ou en n’abandonnant pas pendant les persécutions, en prenant toujours partie pour l’évangile. Mais Christ dit qu’Il a cependant une chose contre eux : ils ont abandonné leur fervent, leur coûteux amour pour Lui ! « Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour » (Apocalypse 2 : 4).

D’une certaine manière, au milieu de toutes leurs bonnes œuvres, ils ont laissé derrière eux leur marche disciplinée et pleine d'amour avec Jésus. Et maintenant Il leur dit : « Tu as laissé ton premier amour et abandonné la discipline coûteuse qui consistait à venir en ma présence pour être en communion avec Moi. »

Note bien ceci : Jésus parle ici à des croyants qui ont commencé avec un ardent amour pour Lui, pas des chrétiens froids qui ne sont des chrétiens que de nom et qui ne l’ont jamais mis à la première place dans leur cœur. Il dit : « Il est possible à quelqu’un qui m'aimait de tout son cœur et en qui j’avais la première place, de laisser son zèle tiédir, abandonnant presque totalement la prière. »

Pense à combien tout ceci doit être insultant pour Christ, notre Fiancé. Quelle sorte de mariage pourrait être un mariage dans lequel un mari et sa femme n’aurait pas de moments d’intimité ? Et c’est justement ce dont Jésus parle ici. Il veut des moments où tu seras tout à Lui !

Peu importe le volume sonore de ta louange dans l’église, peu importe combien tu dis que tu L'aimes, combien de larmes tu verses. Tu peux donner généreusement, aimer ton prochain, haïr le péché, reprendre ceux qui font le mal, mais si ton cœur n’est pas continuellement attiré vers la présence de Christ, tu as perdu ton amour pour Lui.

Toutes nos œuvres sont vaines à moins de retrouver notre premier, notre ardent amour pour Jésus. Nous devons réaliser : « Aimer Jésus ce n’est pas juste faire des choses. Cela implique une discipline quotidienne pour maintenir une réelle communion et cela va me coûter quelque chose. »