lundi 4 février 2013

LA GRACE REND LA VIE DANGEREUSE by Gary Wilkerson

L'ange Gabriel a dit ceci à Marie, la mère de Jésus : “ 'Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.' Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.”(Luc 1:28-29)

Je crois que Marie a été troublée quand l'ange lui a parlé parce qu'elle était consciente de l'histoire de son peuple. Elle savait ce qui était arrivé aux israélites qui avaient reçu la faveur de Dieu. Le résultat était béni, c'est vrai, mais pas toujours plaisant. Considère ces exemples :

Abel a reçu la faveur de Dieu grâce à son sacrifice agréé par Dieu. Mais le frère d'Abel, Caïn, en a été jaloux car il n'a pas reçu la même faveur, et Abel l'a payé de sa vie.

Noé a reçu la faveur de Dieu. Il a vécu dans la droiture au milieu d'une génération perverse et a été épargné de la destruction lors du déluge. Cependant, tout le confort que Noé connaissait dans le monde a été balayé. L'histoire de sa construction de son arche incroyable n'a pas été un conte pour enfant : ça a été une histoire triste de jugement à large échelle. Même si Noé et sa famille ont survécu, ils ont perdu tout ce qui leur était cher.

Lot a reçu la faveur de Dieu et a pu échapper au jugement. Dieu l'a délivré de Sodome, une ville sur le point de connaître la destruction par le feu. Mais en s'échappant, Lot a perdu presque tout ce qui lui était cher, y compris sa femme.

Joseph a reçu la faveur de Dieu et il a été béni par des rêves prophétiques. Mais ce don qui manifestait la faveur de Dieu est aussi ce qui a mis en colère ceux qui l'entouraient.

Ce que je veux dire, c'est que la grâce est dangereuse, et Marie le savait. L'Ancien Testament le montre clairement, histoire après histoire : la grâce peut être accompagnée de dangers, de difficultés, de pressions, de persécutions, de peines, de tribulations. Malheureusement, de nombreuses églises américaines ne reconnaissent pas cette vérité au sujet de la grâce de Dieu. De nombreux pasteurs prêchent que la faveur de Dieu implique le fait d'être prospère, d'avoir une belle maison ou une belle voiture, de n'être jamais persécuté, de vivre sans aucune difficulté, en étant toujours au top.

Marie en savait d’avantage et cela se voit dans sa réponse à l'ange : “Je suis la servante du Seigneur ; qu'il me soit fait selon ta parole !”(Luc 1:38). C'est la réponse que je veux faire ! Peu importe combien dangereuse la grâce de Dieu peut être, je ne l'échangerai pas pour une vie facile et confortable. Je ne veux pas échapper aux problèmes si cela signifie manquer Sa faveur.