vendredi 22 février 2013

AVOIR L'AMOUR

“Car c'est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement...Lui qui n'a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fraude, lui qui, injurié, ne rendait point d'injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge justement”(1 Pierre 2:19-23)

Pierre décrit comment Jésus traitait toutes les situations de la vie. Quand les gens Le blessaient et L'injuriaient, Il ne ripostait pas ni ne menaçait. Quand ils désiraient se disputer avec Lui, Il ne se laissait pas entraîner mais Il s'en allait, simplement.

“Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces”(verset 21). Pierre le dit clairement : Jésus est notre exemple en ce qui concerne notre façon de nous comporter.

L'apôtre Paul ajoute : “Si tu n'as pas l'amour (c'est à dire l'amour de Christ, ou la charité selon d'autres traductions), tu n'es rien.” D'après 1 Corinthiens 13, avoir cet amour, c'est manifester de la gentillesse envers tous, sans exception. C'est ne pas être jaloux de qui ou de quoi que ce soit. C'est ne pas se vanter ni se mettre en valeur. C'est rechercher les intérêts des autres avant les siens, ne pas se laisser facilement provoquer, ne pas penser de mal de qui que ce soit, ne pas se réjouir lorsque quelqu'un tombe, même s'il s'agit d'un ennemi.

Pierre comme Paul établissent clairement dans ces passages : “Notre commandement pour vous, c'est qu'il n'y ait pas de riposte, de revanche, de menace au milieu de vous. Mais apportez plutôt toutes vos agitations, vos craintes et vos amertumes à Christ.”

Nos cœurs répondent peut-être : “Seigneur, c'est ce que je veux.” Nous avons peut-être quelques victoires à notre compte qui commencent à nous rendre confiants. Et soudain, venant de nulle part, quelqu'un surgit, disant ou faisant quelque chose qui plonge en nous une horrible flèche, inattendue, pleine de poison. Et nous avons une brusque montée de pensées dues à notre colère. Avant même de réaliser ce que nous faisons, nous nous retrouvons à renvoyer à cette personne d'autres flèches empoisonnées.

Nous réalisons que nous avons échoué, même si nous avons essayé très fort, priant, recherchant Dieu, nous accrochant à la vérité et nous réjouissant de nombreux succès. Quand l'ennemi vient comme un fleuve, nous échouons complètement dans nos efforts d'être comme Jésus.

“Courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte”(Hébreux 12:1). Tu dois simplement avoir de la patience envers toi-même et avec ta vitesse de croissance. Après-tout, la course va continuer jusqu'à ce que Jésus revienne. Oui, tu vas trébucher, manquer de tomber et être essoufflé, mais si tu tombes, tu vas te relever et continuer.