samedi 9 juillet 2016

FAIS EN SORTE QUE LE FEU CONTINUE A BRÛLER - Jim Cymbala

La dernière lettre que Paul a écrite était adressée à Timothée, un jeune pasteur qu’il avait amené à la foi. Paul dit : “C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse” (2 Timothée 1:6-7). Nous voyons une image d’une feu qui est presque éteint, où il faut souffler sur les braises pour maintenir le feu allumé. Paul voulait que Timothée attise les flammes de l’Esprit. Il a mis en garde Timothée, pour qu’il ne les néglige pas, mais qu’il attise le feu et lui permette de continuer à brûler. Quoi que fasse Timothée, il devait faire en sorte que le feu ne s’éteigne pas, il devait prêter attention à l’œuvre de l’Esprit en lui. Sans cette onction, Timothée ne pourrait jamais accomplir les plans de Dieu pour sa vie.

Charles Finney, un pasteur presbytérien du 19ème siècle, ancien directeur de l’Oberlin College, a prêché une série de messages sur les réveils de la religion qui sont plus tard devenu un livre et qui est désormais considéré comme un classique spirituel. Dans ce livre, il décrit trois points clé au sujet du Saint-Esprit :
  • Jésus a promis la plénitude de l’Esprit : “Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre” (Actes 1:8).
  • L’Écriture ordonne aux chrétiens d’être remplis du Saint-Esprit. “Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit” (Ephésiens 5:18). Tout comme elle leur ordonne de s’aimer les uns les autres ou de ne pas voler. “Être remplis de l’Esprit” n’est pas différent. Le verbe est à l’impératif, ce qui signifie qu’il s’agit d’un commandement, semblable à n’importe quel autre commandement biblique.
  • La plénitude de l’Esprit est une nécessité dans nos vies. Quand Jésus déclare : “sans moi vous ne pouvez rien faire” (Jean 15:5), Il pense vraiment ce qu’Il dit.
Quand Dieu prend le contrôle d’une vie ou d’une Eglise, Il en prend le contrôle au travers du Saint-Esprit, parce que le Saint-Esprit est l’Aide que Jésus a envoyé pour faire le travail. Quand nous avons peur de laisser le contrôle à l’Esprit, nous avons en réalité peur que Dieu prenne le contrôle de notre vie. Quand nous refusons de nous abandonner à l’Esprit, nous passons à côté de la sainte excitation de vivre tellement au-delà de nous-mêmes.



Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.