lundi 30 juin 2014

UN SOLIDE FONDEMENT by Gary Wilkerson

Nous vivons des temps de grande incertitude : incertitude pour notre travail, nos finances et/ou nos relations. Cela peut nous amener à nous sentir ébranlés, secoués ou même en insécurité dans notre foi. Dans de tels moments, Dieu veut que nous sachions qu'Il est un solide fondement Tout ce qui nous entoure peut être et sera ébranlé, mais Lui reste inébranlable.

Dans le chapitre 6 de l'évangile de Marc, juste après la puissante guérison de la femme qui souffrait d'une perte de sang (Marc 5:25-34) et la guérison de la fille du chef de la synagogue (5:35-43), Jésus s'est rendu dans Son village natal, où il a rencontré une grande incrédulité.

J'ai toujours été étonné par ce verset : “Il ne put faire là aucun miracle, si ce n'est qu'il imposa les mains à quelques malades et les guérit” (Marc 6:5).

Ce verset met à mal ma théologie. Comment un Dieu souverain peut-Il avoir Ses mains liées par l'incrédulité d'êtres humains ? La vérité, c'est que Jésus envoyait un message à ce village, leur disant en quelque sorte : “Désolé, mais d'autres ont une telle foi qu'ils peuvent faire un trou dans un toit pour m'amener un homme malade afin que Je le soigne, mais vous ne croyez même pas que Je peux guérir.”

Ce passage se termine avec ce constat incroyable : “Et il s'étonnait de leur incrédulité” (Marc 6:6). Prenons cela comme un avertissement. Après avoir lu ce message, ne reste pas avec l'incrédulité dans ton cœur.

Bien sûr, il y a des moments dans notre vie où Dieu peut choisir d'agir à l'opposé de nos désirs. Nous prions, nous plaidons, nous croyons que le Seigneur interviendra, mais Il agit dans une autre direction. Mais ça ne veut pas dire que Dieu veut que nous abandonnions la foi, que nous ne demandions jamais, que nous n'espérions jamais, que nous vivions sans désirs.

Crois-tu encore que Jésus peut ? Crois-tu qu'Il le fera ? Peu importe quelle est ton épreuve, peu importe à quel point elle te semble hors de tout espoir, Il est prêt à intervenir. Demande-Lui d'insuffler la foi en toi.

samedi 28 juin 2014

NOUS SOMMES EN DIFFICULTÉ by Jim Cymbala

Je dis que nous sommes en difficulté et qu’il est grand temps de nous réveiller ! A quelques exceptions près, les églises d’aujourd’hui sont comme l’église de Laodicée. En fait, nous avons tellement institutionnalisé le « Laodicisme » que nous pensons que la tiédeur est normale. Les églises qui gagnent plus que quelques personnes à Christ sont considérées comme « exceptionnelles ».

Les mots sévères de Jésus s’appliquent à nous tout autant qu’aux Chrétiens de la fin du premier siècle : « Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien » (Apocalypse 3 : 15-17). En d’autres termes, ils exprimaient une merveilleuse « confession positive ». Ils proclamaient la victoire et la bénédiction. Le seul problème est que Jésus n’a pas été impressionné. Il a répondu :

« parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu… Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j'aime. Aie donc du zèle, et repens-toi » (Apocalypse 3 : 17, 19).

Assurément des paroles dures mais Jésus a toujours traité rudement ceux qu’Il aime. « quel est le fils qu'un père ne châtie pas ? » demande l’auteur de l’épître aux Hébreux (Hébreux 12 : 7).

Remarque que les gens de Laodicée étaient des saints de Dieu, qui pouvaient s'approprier toutes les promesses. Ils étaient membres du corps de Christ, chantaient des hymnes, adoraient le dimanche, étaient bénis matériellement et sans aucun doute se voyaient comme plus justes que leurs voisins païens. Cependant, ils étaient sur le point d’être vomis. Quel appel au réveil !

Lorsque le corps de Christ est en difficulté, il est nécessaire d'agir avec force. Nous ne pouvons pas simplement nous asseoir et espérer que le problème se résolve de lui-même.

L’église primitive a commencé de façon dynamique et puissante. Ils étaient unis, priaient sans cesse, étaient remplis du Saint Esprit, sortaient pour accomplir l’œuvre de Dieu selon les voies de Dieu, et ils voyaient des résultats qui Le glorifiaient.

Alors est venue la première attaque (voir Actes 4 : 2-3). Comment ont-ils répondu ? Ils ont très vite prié dans ce sens :

« Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve, … Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus » (Actes 4 : 24, 29-30).

C’est précisément ce que les prophètes leur avaient enseigné tout au long des siècles : quand tu es attaqué, quand tu es face à un nouveau défi, en tout temps, à tous moments, invoque le nom du Seigneur et Il t’aidera.


__________
Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré d'un quartier difficile. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent aux conférences organisées pour les responsables des églises par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 27 juin 2014

LE FLEUVE DE VIE

Dans le chapitre 47 du livre d’Ézéchiel, le prophète a vue la chose suivante : dans les tous derniers temps, l’Église de Jésus Christ sera plus glorieuse, plus victorieuse que dans tout le reste de son histoire. Le véritable corps de Christ ne va pas s'affaiblir ni diminuer en puissance ou en autorité spirituelle. Non, Son Église va sortir dans une flambée de puissance et de gloire et va profiter de la révélation de Jésus la plus complète que quelqu'un ait jamais reçu.

Ézéchiel écrit : “il y aura des poissons de diverses espèces, comme les poissons de la grande mer, et ils seront très nombreux” (Ézéchiel 47:10). Un corps de croyants va surgir, qui nagera dans les eaux montantes de la présence du Seigneur.

La vision d’Ézéchiel d'eaux montantes (Ézéchiel 47: 3-4) parle d'une augmentation de L'Esprit Saint. Dans les derniers jours, il y aura une augmentation de la présence de Dieu au milieu de Son peuple.

La source même de ce fleuve est la croix. Nous voyons un accomplissement de cette image dans le verset suivant : “mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau” (Jean 19:34).

Ce flot montant est l'image de la Pentecôte où le Saint-Esprit a été donné aux disciples. En même temps que ce don de l'Esprit, les serviteurs de Christ ont reçu la promesse qu'Il serait un fleuve de vie jaillissant de leur sein. Et les flots de ce fleuve coulerait à travers le monde entier. (Voir Jean 7:38-39).

D'après la vision d’Ézéchiel, le fleuve de vie va atteindre son niveau le plus haut juste avant la venue du Seigneur. Dieu a emmené le prophète dans un voyage incroyable et Ézéchiel témoigne : “il me fit traverser l'eau” (Ézéchiel 47:3). Et le Seigneur n'a cessé de presser son prophète d'aller de l'avant, plus profondément et plus avant dans l'eau. Ézéchiel dit qu'en fin de compte, l'eau était trop profonde pour lui, trop puissante : “ c'était un torrent que je ne pouvais traverser, car l'eau était si profonde qu'il fallait y nager” (47:5).

Je ne peux qu'imaginer son étonnement émerveillé quand le Seigneur lui a demandé : “Ézéchiel, qu'elle est cette eau qui monte ? Si ce fleuve représente la vie et la puissance de résurrection, qui sont ceux qui seront assez bénis pour nager dans une telle gloire ?” Ézéchiel n'a pu que voir ce que dont nous jouissons maintenant.

jeudi 26 juin 2014

CHANTE, CRIE ET ADORE !

Satan n'a pas l'air de savoir que plus tu attaques un serviteur rempli de l'Esprit, plus la louange va grandir en lui ! Mets un saint de Dieu dans une situation de crise et il va chanter, crier et adorer Jésus ! Si tu lies un enfant de Dieu rempli du Saint-Esprit avec les problèmes et les difficultés, il va chanter, crier et adorer d'autant plus !

Juste après que Paul ait chassé les démons hors de la fille possédée, (Actes 16:16 et 18), Satan a commencé à faire bouger les choses. Il a enflammé une foule contre Paul et Silas et soudain, ils étaient au milieu d'une terrible épreuve !

Le magistrat de la ville les a fait fouetter et les a jetés en prison. Avec chaque coup qui s'abattait sur leur dos, je peux entendre le diable dire : “Alors comme ça vous pensez avoir remporté la victoire ? Vous pensez abattre mes démons et prendre autorité sur moi ?”

Le diable ne semble pas savoir que plus tu fouettes un serviteur de Dieu qui marche dans l'Esprit, plus il y a de louanges qui jaillissent de lui ! “Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient” (Actes 16:25).

Si nous devons marcher dans l'Esprit, alors nous devons croire que Dieu peut opérer une délivrance surnaturelle des liens de Satan, même s'Il doit provoquer un tremblement de terre pour le faire. C'est exactement ce qu'Il a fait pour Paul : “Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés ; au même instant, toutes les portes s'ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus” (Actes 16:26).

Satan va essayer de te soumettre aux pires tentations et aux pires épreuves que tu aies jamais affrontées. Il veut que tu sois enlisé dans la culpabilité, la condamnation et l'auto-apitoiement. Cher saint, tu dois t'élever en Esprit et cesser de regarder à tes circonstances et à tes liens. N'essaye pas de trouver une solution. Commence à louer, chanter et à te confier en Dieu, et Il va s'occuper de ta délivrance.

mercredi 25 juin 2014

UNE FOI QUI OSE

Rien n'honore Dieu d'avantage que lorsque nous Lui faisons confiance dans les difficultés. Dans le Psaume 106, nous voyons Israël contempler un miracle incroyable lorsque la Mer Rouge s'est refermée sur l'armée Égyptienne, noyant tous les soldats. “Il les sauva de la main de celui qui les haïssait, Il les délivra de la main de l'ennemi. Les eaux couvrirent leurs adversaires : Il n'en resta pas un seul. Et ils crurent à ses paroles, Ils chantèrent ses louanges” (versets 10-12). Les mots suivants sont : “Mais ils oublièrent bientôt ses œuvres, Ils n'attendirent pas l'exécution de ses desseins” (verset 13). Combien nous oublions vite les miracles et les bénédictions passées.

Nous ne pouvons pas bâtir notre foi sur nos expériences passées : nous sommes trop oublieux et les expériences seules ne sont pas suffisantes pour nous fortifier dans les difficultés présentes. Nous avons besoin d'une foi renouvelée, ancrée dans un apport quotidien de la Parole de Dieu : une parole fraîche venant de Dieu !

Confies-toi en Dieu quand tu affrontes des difficultés et Il te confiera plus de Sa grâce, de Sa toute-suffisance et de Sa force.

Se confier en Dieu au milieu de dures difficultés requiert une foi qui ose, qui te fait remettre toutes choses entre Ses mains. Un temps vient où il faut se jeter à l'eau et s'en remettre entièrement à Lui. Cette foi qui ose Le remplit de joie.

La foi est notre seul espoir, notre seule issue hors des difficultés, alors faisons ce pas et remettons-Lui toutes choses.

Dieu a un plan pour nous délivrer de la fournaise de nos épreuves. Peu importe ce que tu traverses,Dieu a un plan pour chaque difficulté, un plan qui ne pourrait en aucun cas être conçu ni imaginé par un esprit humain.

Prends comme exemples les épreuves qu'Israël a dû affronter dans le désert. Il n'y avait pas de pain, aucune nourriture. Imagine un groupe d'intercession qui dirait : “prions pour que, demain, en nous levant, nous découvrions des flocons de nourriture angélique (la manne), avec un goût de miel, recouvrant le sol” (voir Exode 16).

Dieu avait un plan, un plan miraculeux et inconcevable. Alors souviens-toi, Dieu a un plan pour nous et nous devons Lui faire confiance !

mardi 24 juin 2014

UNE VIE DE VICTOIRES

Au Calvaire, Jésus a dépouillé le diable de toute puissance et de toute autorité. Quand Christ est sorti victorieux du tombeau, Il a délivré des griffes de Satan une foule innombrable de captifs rachetés et cette procession rachetée par le sang marche et Le suit encore aujourd'hui.

De façon incroyable, le triomphe de Christ à la Croix nous donne bien plus que la victoire sur la mort. Il nous accorde un butin incroyable dans cette vie : grâce, miséricorde, paix, pardon, force, foi, toutes les ressources nécessaires pour mener une vie de victoires. “Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l'odeur de sa connaissance ! (2 Corinthiens 2:14).

Dieu a pourvu à toutes choses pour le soutien de Son temple : “mais Christ l'est comme Fils sur sa maison ; et sa maison, c'est nous, pourvu que nous retenions jusqu'à la fin la ferme confiance et l'espérance dont nous nous glorifions” (Hébreux 3:6).

Le Saint-Esprit nous montre ici une merveilleuse vérité : Jésus a pourvu à tous les besoins que nous pourrions avoir, par Son Saint-Esprit. Mais il est de notre responsabilité d'entretenir Son temple, et les ressources nécessaires doivent venir directement de nos butins de guerre.

Christ nous a donné tout ce qui était nécessaire pour que cet entretien puisse se faire. Il nous a adopté dans Sa maison dont Il est la pierre angulaire et qu'Il a entièrement purifiée. Enfin, Il nous a donné accès au Saint des Saints. Donc, par la foi, nous sommes un temple pleinement établi, complètement achevé. Jésus n'a pas construit une maison qui est seulement à moitié terminée.

Les ressources nécessaires à l'entretien de ce temple se trouvent dans l'Esprit de Christ Lui-même. Il est le gardien du butin. Ces ressources sont mises à disposition quand nous constatons notre besoin et que nous coopérons avec Dieu. Cette coopération commence quand nous sommes au milieu de la bataille.

Nos ressources sont la ressemblance avec Christ que nous gagnons lorsque nous sommes immergés dans la bataille. Elles sont les leçons, la foi, le caractère que nous gagnons lors de la guerre contre l'Ennemi.

lundi 23 juin 2014

LA PUISSANCE DE RESURRECTION by Gary Wilkerson

“Survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent : Ta fille est morte” (Marc 5:35).

Cette nouvelle a dû frapper le cœur de Jaïrus telle un couteau. Il venait juste d'entendre Jésus dire à la femme qui souffrait de la perte de sang que ses souffrances étaient terminées et maintenant il entendait que ses souffrances à lui ne faisaient que commencer. Je m'imagine cet homme saint pensant, “Mon manque de foi a conduit à la mort de ma fille.”

Il y a un message important dans ce passage pour tous ceux dont le monde a fini de s'écrouler. Peut-être ta guérison n'a jamais eu lieu ou bien ton mariage est-il terminé. Peut-être que ce bien-aimé qui est parti n'a jamais venu à Jésus. Nous ne comprenons tout simplement pas pourquoi certaines tragédies se produisent.

Le genre de foi auquel Jésus nous appelle dans cette scène est le plus difficile à avoir. Tout nous indique qu'il est trop tard pour une intervention divine. Pourtant, Jésus recherche une foi très particulière dans de tels moments : une foi qui dit : “Oui, ma situation est au-delà de tout espoir, mais Jésus peut encore le faire.” Ce genre de foi a été demandée à Abraham. Il considérait déjà son fils Isaac comme mort quand il a brandit le couteau pour le sacrifier en obéissance à l'ordre de Dieu. Mais juste au moment où la promesse de Dieu semblait fausse, le Tout-Puissant est intervenu.

Jésus est intervenu exactement de la même façon pour Jaïrus. Il lui a dit : “Ne crains pas, crois seulement” (5:36). Je crois que Jésus suscitait la foi en Jaïrus par Ses paroles plus qu'Il n'en exigeait. De la même façon qu'Il a dit à la création : “Que la lumière soit”, Il a dit à Jaïrus : “Que la foi soit.”

Mon ami, si Jésus devait te parler de façon audible aujourd'hui, je crois qu'Il dirait la même chose à propos de ta situation : “Aie simplement foi !” Il sait que tu es au-delà des limites de ta force et de tes capacités et Il est en train de susciter la foi en toi. Il prophétise sur toi en disant : “Aie simplement foi pour ton mariage, tes enfants, ta maladie, tes finances, ton œuvre dans le ministère, pour tous les aspects de ta vie qui ne font qu'empirer au lieu de s'améliorer et qui gisent sur leur lit de mort.

Nous connaissons le reste de l'histoire de Jaïrus. Jésus à dit à la maisonnée entière : “Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous ? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort” (5:39). Ta situation peut sembler sans espoir elle aussi, mais ce n'est pas comme ça que la voit Jésus. Il a ressuscité la fille de Jaïrus et Il est prêt à s'occuper de ta situation avec la même puissance de résurrection !

vendredi 20 juin 2014

LE SEIGNEUR A POSE SA MAIN SUR LUI

Quand je lis les exploits des hommes de Dieu dans l'Ancien Testament, mon cœur brûle. Ces serviteurs étaient tellement impliqués dans la cause de Dieu que les œuvres puissantes qu'ils ont accomplis sont tout à fait déconcertantes pour les chrétiens d'aujourd'hui. Leurs exemples révèlent un schéma que nous pouvons suivre. Ces hommes possédaient quelque chose dans leur cœur et dans leur caractère qui a fait que Dieu les a choisi pour accomplir Son dessein et Il nous presse de rechercher ces mêmes qualités de caractère.

Esdras était un homme de Dieu qui a réveillé une nation toute entière, un homme qui avait la main de Dieu posée sur lui, d'après l’Écriture. Esdras a témoigné : “Fortifié par la main de l'Éternel, mon Dieu, qui était sur moi” (Esdras 7:28). En d'autres termes, Dieu a étendu Sa main, a enveloppé Esdras et l'a changé en un homme différent.

Pourquoi Dieu a-t-Il fait cela ? Il y avait des centaines de scribes en Israël à l'époque, et ils avaient tous reçus le même appel d'étudier et d'expliquer la Parole de Dieu au peuple. Qu'est-ce qui différenciait Esdras des autres ? Qu'est ce qui a poussé le Seigneur à étendre sa main sur cet homme et à lui donner la charge de cinquante mille personnes pour rebâtir la cité de Jérusalem ?

L’Écriture nous donne la réponse : “Car Esdras avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l'Éternel” (Esdras 7:10). Pour dire les choses simplement, Esdras avait pris une décision en toute conscience. Il avait décidé de rechercher la Parole de Dieu plus que toute autre chose et de lui obéir, et il ne s'est pas écarté de cette décision. Il s'est dit : “Je vais être un étudiant de la Parole et je vais agir en fonction de tout ce que j'aurai lu.”

Bien avant que Dieu n'étende sa main sur Esdras, cet homme avait étudié les Écritures avec application. Il s'était examiné à leur lumière et purifié de toutes saletés du corps et de l'esprit. Esdras avait soif de l’Écriture et il se réjouissait en elle. Il a permis à l’Écriture de préparer son cœur pour toute œuvre que Dieu choisirait pour lui. C'est pour cette raison que le Seigneur a étendu Sa main sur Esdras et qu'Il l'a oint.

jeudi 19 juin 2014

LE MEDICAMENT QUI GUERIT

Le commandement de Dieu qui dit que nous devons aimer nos ennemis peut sembler être un médicament amer et désagréable. Mais, comme l'huile de foie de morue que je devais avaler quand j'étais enfant, c'est un médicament qui guérit.

Jésus l'a dit très clairement : “Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent (Matthieu 5:43-44).

Jésus contredisait-il la Loi en disant cela ? Pas du tout. Il annulait l'esprit de la chair qui avait pénétré la Loi. A cette époque, les juifs n'aimaient que les autres juifs. Un juif ne pouvait serrer la main à un païen, ni même permettre que son vêtement effleure les vêtements d'un étranger. Pourtant, ce n'était pas l'esprit de la sainte Loi qui donnait ces instructions : “Si ton ennemi a faim, donne-lui du pain à manger ; S'il a soif, donne-lui de l'eau à boire. Car ce sont des charbons ardents que tu amasses sur sa tête, Et l'Éternel te récompensera” (Proverbes 25:21-22).

Nous pouvons détester les actions immorales de ceux qui nous gouvernent. Nous pouvons haïr les péchés des homosexuels, de ceux qui sont pour l'avortement et de tous ceux qui méprisent Christ. Mais le Seigneur nous ordonne de les aimer en tant que personnes, des personnes pour qui Jésus est mort. Et Il nous ordonne de prier pour elles. Si à un moment quelconque je méprise une personne plutôt que le principe qui est derrière cette personne, je ne représente pas réellement Christ.

J'ai été témoin d'une parade homosexuelle sur la 5ème avenue, ici à New-York. 250000 gays défilaient, certains à moitié nu et d'autres portant des pancartes marquées : “Dieu est gay.” J'ai aussi été témoin du fait que certains quittaient les rangs pour se jeter sur des chrétiens qui portaient des pancartes marquées : “Dieu HAIT votre péché, mais Il vous aime.”

Je me suis empourpré de rage. Je me sentais sur le point d'invoquer le feu du Ciel qui avait détruit Sodome sur eux. Mais, après réflexion, je me suis dis : “Je suis comme les disciples qui voulaient appeler le feu pour consumer ceux qui rejetaient Jésus.”

Aime tes ennemis ! Aime ces pécheurs militants et provocateurs ! Prie pour eux ! Bénis ceux qui te maudissent !

C'est exactement ce qu'a fait Jésus ! Alors, fais-le !

mercredi 18 juin 2014

SON PROPRE ROYAUME

Dieu ne règne dans aucun royaume avec autant de suprématie et de puissance que dans Son propre royaume, celui qu'Il a établi dans les coeurs des membres de Son peuple.

Jésus a dit : “voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.” (Luc 17:21). Et c'est dans ce royaume, le royaume de nos coeurs, que Christ règne avec autorité sur Son peuple, nous guidant, nous guérissant, gouvernant nos actions et nos pensées.

“À l’accroissement de son gouvernement et à la paix, il n’y aura pas de fin, sur le trône de David et sur son royaume” (Esaïe 9:7). Ce verset parle du règne sans fin de Jésus pour l'éternité. Mais il a également un autre sens : nous devons constamment progresser dans notre soumission au règne de notre Dieu.

Peux-tu dire avec honnêteté que Jésus règne chaque jour un peu plus en toi ? Amènes-tu ton comportement toujours d'avantage sous Son autorité ?

Tu te demandes peut-être : si Jésus est dans le Ciel, régnant en toute autorité à la droite du Père, comment peut-Il continuer à gouverner Son royaume ici sur la Terre ? Nous trouvons la réponse dans le livre des Hébreux où l'auteur nous dit que, dans l'Ancien Testament, Dieu parlait à Son peuple au travers des prophètes. Mais aujourd'hui, le Seigneur a choisi de nous parler au-travers de Son Fils.

“Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,” (Hébreux 1:1-2).

Jésus est le message explicite de Dieu pour nous : la Parole de Dieu faite chair. Ensuite, le Père a envoyé le Saint-Esprit pour nous rappeler les paroles que Jésus a prononcées sur Terre. Donc, Jésus nous gouverne au travers des écrits, de la Parole de Dieu révélée. La Bible est Son sceptre royal, par lequel Il nous fait connaître Sa Parole.

Si tu veux entendre le témoignage d'un homme qui était gouverné par la Parole de Dieu, regarde le verset 11 du Psaume 119 : “Je serre ta parole dans mon coeur, Afin de ne pas pécher contre toi.”

mardi 17 juin 2014

LA VRAIE CONSOLATION

“Comme un homme que sa mère console, Ainsi je vous consolerai ; Vous serez consolés dans Jérusalem. Vous le verrez, et votre cœur sera dans la joie, Et vos os reprendront de la vigueur comme l'herbe ; L'Éternel manifestera sa puissance envers ses serviteurs, Mais il fera sentir sa colère à ses ennemis.” (Esaïe 66:13-14).

Laisse-moi te poser une question : combien de temps un enseignant va-t-il se donner du mal avec un élève têtu et obstiné qui refuse d'écouter les conseils ? Pas très longtemps ! Le prophète Esaïe a pris l'exemple de l'amour le plus grand qui existe parmi les hommes, celui d'une mère pour son enfant, pour tenter de nous montrer l'amour que le Père a pour nous.

Une mère membre de notre église a pris toute une journée pour aller rendre visite à son fils qui se trouvait dans une prison en dehors de l'état. Elle a pris le bus et a voyagé pendant des heures, juste pour le voir quelques instants. Une telle mère va poser les yeux sur son fils dans sa terne tenue de prison et voir l'agonie dans ses yeux. Et à chaque voyage, elle va mourir un peu plus à l'intérieur. Mais elle ne l'abandonne jamais. Il est toujours son fils et elle l'aime !

Le Saint-Esprit veut que tu saches que c'est le genre d'amour que Dieu a pour toi ! Il nous console en nous disant : “Tu as dit un jour que tu te donnais entièrement à Jésus. Tu lui as donné Ton amour, et Il t'aime encore. A présent, Je ne te laisserai pas non plus. Il M'a envoyé pour faire une œuvre en toi et Je vais continuer à la faire !”

Il n'y a pas de vraie consolation sur cette Terre en dehors de celle du Saint-Esprit. C'est pour cette raison que tu as besoin qu'Il habite en toi. Lui seul peut te permettre de dormir la nuit comme dans un lit bien chaud en remplissant ton cœur d'une paix parfaite. Lui seul peut t'apporter le vrai réconfort dans les moments de peine et de chagrin. Il est Celui qui peut t'assurer : “Cette consolation n'est pas temporaire, elle est éternelle !”

lundi 16 juin 2014

JESUS LE FERA by Gary Wilkerson

“Or, il y avait une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans. Elle avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, elle avait dépensé tout ce qu'elle possédait, et elle n'avait éprouvé aucun soulagement, mais était allée plutôt en empirant” (Marc 5:25-26).

Considère un peu la situation désespérée de cette femme. Avec le temps, sa situation n'a fait qu'empirer. Pourtant, quand elle a entendu dire que Jésus passait par là, elle a pensé : “ Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie” (5:28).

Un grain de moutarde de foi était caché dans son cœur, le genre de graine qui croît en donnant un plant de grande taille, portant de nombreux fruits. Sa foi était si grande qu'elle n'avait pas besoin que Jésus vienne a elle. Tout ce dont elle avait besoin était de tendre la main et de Le toucher. Remarque la dernière phrase qu'elle a employée : “Je serai guérie.” Elle n'a pas juste pensé : “Jésus peut le faire si Il veut.” Elle était convaincue : “Ça arrivera parce qu'Il est Dieu.” C'était un roc solide, une foi concrète, le genre de foi qui croit que Dieu accomplit des miracles à cause de Sa bonté.

Imagine ce que la condition de cette femme avait fait de sa vie. Pendant 12 ans, elle était passée de fatiguée à frêle, puis à faible. Peut-être que cela décrit ta vie. Les problèmes se sont multipliés, les factures se sont entassées et tes soucis ne cessent d'augmenter. Tu as vu les prières d'autres personnes exaucées, mais les tiennes semblent tomber dans l'oreille d'un sourd. A présent, le cri de ton cœur est : “Encore combien de temps, Seigneur ? Pourquoi devrais-je continuer à espérer que Tu m'entendras ?”

J'aime la foi de cette femme. Rien n'avait marché pour elle, pourtant elle tend la main vers Jésus avec une foi sincère : “Soit je mourrai de cela, sois je serai guérie aujourd'hui.” Sa foi n'était pas seulement : “Jésus peut” mais “Jésus le fera.”

Quand elle a touché les vêtements de Jésus : “Au même instant la perte de sang s'arrêta, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal. Jésus connut aussitôt en lui-même qu'une force était sortie de lui ; et, se retournant au milieu de la foule, il dit : Qui a touché mes vêtements ?” (5:29-30).
Remarque que ce n'est pas Jésus qui a initié la guérison, mais la foi de cette femme. Jésus Lui-même a dit : “ Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal” (5:34). Sa foi était basée sur la bonté de Dieu et elle a déclaré : “Seigneur, même si Tu as oublié mon besoin, je n'ai pas oublié Ta fidélité.” Son histoire a pour but de nous montrer que nous pouvons avoir le même genre de foi, la foi qui dit : “Seigneur, Tu le feras.”

samedi 14 juin 2014

VOILA LA FOI QUI S'ACCOMPAGNE DE REPENTANCE by Claude Houde

Jésus a vu que Pierre allait devenir un pilier de Son église et qu'il serait celui qui ouvrirait la porte du Royaume de Dieu pour la première fois à des personnes non-juives, un événement de l'histoire (Actes 10) qui apporterait une moisson d'âmes innombrables à travers les siècles.

Cher lecteur, s'il-te-plaît, n'oublie jamais que l’Église de Jésus-Christ, forte de près d'un milliard de personnes près de 2000 ans plus tard, a commencé avec le simple message d'un homme que la majorité considérait comme un perdant dont la vie spirituelle était terminée. Ceux qui côtoyaient Pierre auraient pu te dire que c'était quelqu'un qui avait le verbe haut mais qui avait misérablement échoué quand la pression était devenue trop grande. Juste encore une histoire pathétique d'un grand potentiel gaspillé. Mais Jésus brûlait de cette vision selon laquelle Pierre, par la foi, allait devenir un homme de Dieu, un homme rempli de courage qui aurait une influence éternelle. Cher ami, voilà la foi qui s'accompagne de repentance ! C'est une foi qui s'écrie : “Ô Seigneur, apprends-moi à me voir et à voir les autres avec la foi qui va transcender les limites des circonstances, du poids du passé, des tragédies, des échecs, de ma compréhension et de mes capacités humaines.”

La beauté de l’Église partout dans le monde ne se trouve pas dans ses bâtiments, son architecture ou ses programmes. L'éclat et la valeur de l’Église du 21ème siècle se trouve dans les témoignages de vies transformées par la foi et la repentance, une personne à la fois, donnant naissance à une personne qui a une histoire à raconter, un message de grâce, d'espoir et de rédemption pour des gens réels, ayant des vies réelles, vivant dans le monde réel d'aujourd'hui. C'est ce qui me pousse à répondre par la foi qui s'accompagne de repentance à Son appel et à Sa cause, en dédiant ma vie à l’œuvre de Dieu.

Je crois que dans le cœur de millions d'hommes et de femmes de tout âge, qui ont tous des expériences et des vies différentes, il y a une soif insatiable, une recherche et un rêve d'un Dieu qu'ils ne connaissent pas encore, qu'ils n'ont pas trouvé dans la religion traditionnelle. Un Dieu qui offre la possibilité de trouver une nouvelle direction et un nouvel espoir, au travers de la foi.

Cher lecteur, s'il-te-plaît, rejoins-moi, où que tu te trouves, pour prier simplement : “Seigneur, augmente ma foi ! Je veux dire adieu au fatalisme, aux rituels, à l'incrédulité, au cynisme. Je veux changer de direction.” Bien-aimé, tu vas alors entendre une voix qui va te permettre de relever la tête et d'essuyer tes larmes. Une voix qui te dit aujourd'hui ces mots d'espoir : “Heureux ceux qui ont faim et soif...car ils seront rassasiés !” (Matthieu 5:6).

La foi qui s'accompagne de repentance mène toujours à la résurrection.


__________
Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'église protestante en expansion.

vendredi 13 juin 2014

INONDE PAR L'AMOUR DE DIEU

Le Père t'aime ! C'est dans la compréhension de cet état de fait qu'une multitude de chrétiens échoue vis à vis de Dieu. Ils acceptent d'être convaincus de péchés et d'échecs, encore et encore, mais ils ne permettent pas au Saint-Esprit de les inonder de l'amour du Père.

Le légaliste aime vivre sous la condamnation. Il n'a jamais compris l'amour de Dieu ni permis au Saint-Esprit de laisser entrer cet amour dans son âme.

Dans note église de Times Square, nous avons enseigné que la personne juste, celle qui aime réellement Jésus, aime les réprimandes. Elle apprend à accepter avec reconnaissance que le Saint-Esprit expose toutes les zones cachées de péché et d'incrédulité, parce que plus elle affronte ses péchés, plus elle devient libre et heureuse.

Les attitudes que je vois en réponse à mon ministère d'envoi de messages varient. Quand j'écris un message qui retenti de jugement, je suis enseveli sous les réponses approbatrices. Quand je partage la tendresse et l'amour de Jésus, je reçois des lettres qui disent : “Vous ne prêchez plus la vérité !” C'est comme si ces gens disaient : “Si vous ne faites pas de reproches alors ce que vous dites ne peut pas être l'évangile.”

De tels croyants ne sont jamais entrés dans la dimension de la grande mission d'amour du Saint-Esprit. C'est un endroit où on doit apprendre à marcher par l'Esprit et pas par nos sensations! Marcher par l'Esprit implique de laisser le Saint-Esprit faire en toi ce qu'Il a été envoyé pour faire. Et cela signifie Lui permettre d'inonder ton cœur en cet instant de l'amour de Dieu ! “parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous a été donné” (Romains 5:5).

Esaïe a dit : “Comme un homme que sa mère console, Ainsi je vous consolerai ; Vous serez consolés dans Jérusalem” (Esaïe 66:13). Esaïe écrivait ici à un peuple de Dieu têtu dont il est dit : “Et le rebelle a suivi le chemin de son cœur” (Esaïe 57:17).

jeudi 12 juin 2014

UNE CONFIANCE TOTALE EN CHRIST

Quand je parle d'une confiance totale en Christ, je ne parle pas seulement de Sa puissance qui sauve, mais aussi de Sa puissance qui nous garde. Nous devons placer notre confiance dans Son Esprit pour nous garder et nous rendre capables d'être semblables au Christ.

Pense à ton propre témoignage. A une époque, tu étais séparé de Dieu par tes œuvres mauvaises. Quelle bonne action as-tu accompli pour te réconcilier avec Lui ? Aucune ! Personne n'a jamais été capable de se sauver soi-même.

De le même façon, personne n'a jamais été capable de se rendre ou de se garder saint. Nous sommes amenés dans la sainteté de Christ jour après jour, uniquement par la foi, quand nous nous confions dans la Parole de Dieu qui dit : “Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints” (1 Pierre 1:15).

“Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi” (Colossiens 1:21-23).

Note bien cette phrase “si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi.” Jésus nous dit : “Continue à Me faire confiance, vivant par la foi. Je te présenterai propre, sans reproche et saint devant le Père.”

Il n'y a pas de degrés de sainteté, uniquement des degrés de maturité en Christ. C'est insensé de te comparer à quelqu'un que tu t'imagines “saint”. Nous sommes tous comparés à un seul standard de sainteté : celui de Christ. Si nous sommes en Lui, Sa sainteté est également la nôtre.

Tu ne dois plus jamais regarder un autre chrétien en disant : “Oh, si seulement j'étais aussi saint que lui.” Tu n'as peut-être pas la même discipline ou la même vie de prière que cette personne, tu luttes peut-être plus souvent ou commets plus d'erreurs mais elle n'est pas plus acceptée par le Père que toi. Tu ne dois pas te comparer à qui que ce soit, parce que personne n'est plus aimé par le Père que toi !

Cher Saint, mets de côté tout appui sur la chair et fais cette déclaration : “Je proclame ma sainteté, qui est en Jésus Christ. Je fais partie de Son corps et mon Père me voit aussi saint parce que je demeure en Lui.”

mercredi 11 juin 2014

LE FARDEAU DE LA SOUFFRANCE

D'une façon ou d'une autre, nous souffrons tous. Chaque personne sur cette Terre porte son propre fardeau de souffrance.

Quand tu es profondément blessé, personne ne peut faire taire les craintes intérieures et l'agonie qui sont au fond de toi. Le meilleur des amis ne peut pas comprendre la bataille que tu mènes, ni les blessures qui te sont infligées.

Existe-t-il un baume pour un cœur brisé ? Existe-t-il une guérison pour ces blessures intérieures profondes ? Les morceaux peuvent-ils être recollés et le cœur être rendu plus fort ? Oui ! Absolument ! Si ce n'était pas le cas, la Parole de Dieu serait un canular et Dieu lui-même serait un menteur. Et c'est impossible !

Dieu ne t'a pas promis une vie sans souffrance, mais Il t'a promis une “sortie de secours”. Il a promis de t'aider à supporter ta souffrance. Il a promis la force de te relever quand la faiblesse te fait chanceler.

Notre Père aimant nous dit : “Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter” (1 Corinthiens 10:13).

Ton Père céleste te regarde d'un œil qui ne se ferme jamais. Chaque mouvement est enregistré, chaque larme est récupérée dans un flacon. Il partage chacune de tes peines et ressent chaque blessure. Il ne permettra pas à ta blessure d'abîmer ton esprit. Il ne permettra jamais que tu te noies dans tes larmes et Il promet de venir juste au bon moment pour essuyer ces larmes et te donner la joie au lieu du deuil.

Tu as la capacité de permettre à ton cœur de se réjouir et d'être reconnaissant dans le Seigneur. Le regard de Dieu est sur toi et Il nous ordonne de nous lever et d'abandonner toutes ces craintes qui causent le doute.

“ Les yeux de l'Éternel sont sur les justes, Et ses oreilles sont attentives à leurs cris” (Psaumes 34:15).

mardi 10 juin 2014

NE CONNAITRE RIEN D'AUTRE QUE CHRIST

“Car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l'être” (Actes 17:28). Les hommes et les femmes de Dieu vivent à l'intérieur d'un très petit cercle. Leur existence même est enveloppée uniquement par les intérêts de Christ.

Pour ne rien connaître d'autre que Christ, il doit y avoir un flot continuel de révélations de la part du Saint-Esprit. Si le Saint-Esprit connaît la pensée de Dieu, s'Il cherche les choses profondes et cachées du Père et S'Il doit être une citerne d'eau jaillissante, alors cette citerne doit être une révélation continuelle et sans fin de Christ. Elle attend chaque serviteur du Seigneur qui est disposé à s'attendre à Dieu, calmement, dans la foi, faisant confiance au Saint-Esprit pour manifester la volonté de Dieu.

Aujourd'hui, nous avons besoin d'une parole infaillible venant de Lui - une révélation vraie et vivante. Samuel a obtenu ce genre de parole de la part de Dieu et Israël le savait. Quand Samuel parlait au milieu de toutes les autres voix qui se faisaient entendre dans le pays, celle de Samuel se manifestait et pas un seul de ses mots ne tombait à terre.

Aujourd'hui, des multitudes de personnes essayent de passer au crible toutes les voix qui se font entendre afin d'obtenir une parole claire de la part de Dieu. Les saints de Dieu commencent à être las de ce vacarme qui ne contient que quelques parcelles de vérité. Christ est la seule lumière ! Le monde entier est dans les ténèbres et seule la lumière peut chasser ces ténèbres.

Paul a dit : “Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ” (2 Corinthiens 4:6).

Tu es peut-être dans un lieu sombre en ce moment. Tes bonnes œuvres ne vont pas chasser ces ténèbres et nos prédications sur les questions sociales ne les troueront pas non plus. Toutes tes expériences ne peuvent y arriver. Je vais aller un peu plus loin : même le fait de lier les puissances des ténèbres ne marchera pas si la lumière de Christ ne brille pas d'abord. Toute obscurité disparaît devant la lumière de la gloire de Dieu reflétée par le visage de Jésus Christ ! Étudions seulement Christ dans notre lieu secret. Nous servons le même Dieu et nous sommes enseignés par le même Saint-Esprit que tous ceux qui ont connu Christ dans sa plénitude.

lundi 9 juin 2014

JESUS EST PRET DE TOI by Gary Wilkerson

Affrontes-tu une crise qui t'a mis à genou ? Une souffrance physique, des difficultés financières, un mariage troublé ? Ton épreuve a-t-elle duré si longtemps que ton esprit a sombré dans l'abattement ?

Une multitude de chrétiens affrontent des situations douloureuses qui échappent à leur contrôle et les choses semblent désespérées. Ils ont épuisé toutes leurs ressources physiques et, pressés par leur besoin, ont cru que Dieu allait les aider, mais leur situation ne fait qu'empirer. Plus ils prient, plus Dieu semble lointain et ils pensent qu'Il ne se soucie plus d'eux.

Si tu te reconnais dans cette description, je veux t'encourager : n'abandonne pas. Jésus est près de toi. Il désire non seulement répondre à ton besoin mais aussi t'amener à une percée dans la foi. Peu importe à quel point ta situation est désespérée, Il veut insuffler cette vérité dans ton esprit : “Jésus peut encore le faire.”

Une scène de l'évangile de Marc décrit quatre sortes de fournaises qui peuvent s'opposer à notre foi. La première est une calamité soudaine qui nous tombe dessus. La seconde est une épreuve qui a duré un long moment, sans qu'on en voit la fin. La troisième est une situation qui ne fait qu'aller de plus en plus mal. La quatrième, c'est quand nous arrêtons de croire.

Jaïrus était un homme pieu qui craignait Dieu. Il faisait face à une crise soudaine : “Alors vint un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, l'ayant aperçu, se jeta à ses pieds, et lui adressa cette instante prière : Ma petite fille est à l'extrémité, viens, impose-lui les mains, afin qu'elle soit sauvée et qu'elle vive” (Marc 5:22-23).

Imagine le désespoir de Jaïrus ! Sa petite fille était mourante et, quand il a entendu que Jésus le guérisseur était tout près, il a décidé : “Je vais placer ma foi en Lui.” Il a couru vers le Messie, est tombé face contre terre et a supplié Jésus d'accomplir un miracle : “Seigneur, à moins que Tu ne le fasses, je n'ai aucun espoir. Les médecins ne peuvent pas m'aider. Tu dois accomplir mon miracle.”

La phrase utilisée par Jaïrus pour “et qu'elle vive” peut aussi être traduite “et qu'elle puisse vivre”. Le verbe “pouvoir” utilisé ici démontre la foi que Jaïrus a placé dans la capacité de Christ à accomplir cela. Il croyait que le Seigneur pouvait accomplir l'impossible, déclarant : “Jésus, Tu peux !” Il savait que si Christ voulait simplement toucher sa fille, elle serait guérie.

Nous connaissons la fin de l'histoire de Jaïrus. Jésus a dit à la maisonnée entière : “Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous ? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort” (Marc 5:39).

Ta situation semble peut-être sans espoir, mais Jésus ne la voit pas ainsi. Il a ressuscité la fille de Jaïrus des morts et Il est prêt à intervenir dans ta situation avec la même puissance de résurrection !

samedi 7 juin 2014

GOUTE ET VOIS QUE LE SEIGNEUR EST BON by Jim Cymbala

Ces trente dernières années, il y a eu plus de livres écrits au sujet du mariage que dans les 2000 ans précédents de l'histoire de l'Eglise. Mais demande à n'importe quel pasteur aux États-Unis s'il n'y a pas proportionnellement plus de mariages troublés aujourd'hui qu'à n'importe quelle autre époque. Nous avons tous accès à des livres et des vidéos expliquant comment faire, mais les foyers se déchirent quand même.

Les couples qui prient ensemble restent ensemble. Je ne veux pas être simpliste, il y aura des moments difficiles dans n'importe quel mariage. Mais la Parole de Dieu a raison quand elle dit : “Invoque-moi et je t'aiderai. Donne-Moi simplement une chance de le faire” (voir Psaumes 91:15).

La même chose est vraie à propos d'être parent. Nous pouvons posséder des quantités de bons livres sur l'éducation des enfants et passer du “temps de qualité” avec nos enfants. Pourtant, nous avons plus de problèmes avec les jeunes dans l'église aujourd'hui qu'à n'importe quelle autre époque. Ce n'est pas parce que nous manquons de connaissances ou d'informations sur “comment faire”, c'est parce que nous n'avons pas crié à Dieu pour obtenir Sa puissance et Sa grâce.

L'auteur de l'épître aux Hébreux nous indique l'activité qui devrait être au centre de la vie de tous les chrétiens : “Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins” (Hébreux 4:16). Il ne dit pas : “Approchons-nous du sermon.” Aux États-Unis, nous avons fait de la prédication la pièce maîtresse de l'église, mais cela n'a jamais été l'intention de Dieu. Les prédicateurs qui font réellement leur travail amènent les gens à s'approcher du trône de grâce. C'est la véritable source de la grâce et de la miséricorde.

A chaque prédicateur et à chaque conducteur de chant, Dieu demandera un jour : “As-tu amené les gens là où les choses se passent... au trône de la grâce ? Si tu n'as fait que les divertir, si tu as juste titillé leurs oreilles en leur donnant de passer un moment chaud et confortable, malheur à toi. Au trône de grâce, j'aurais pu changer leur vie.”

Dieu a choisi la prière comme canal de bénédiction. Il a dressé une table pour nous avec toutes sortes de sagesses, de grâces et de forces parce qu'Il sait exactement ce dont nous avons besoin. Mais la seule façon pour nous de l'obtenir est de nous hisser jusqu'à la table, de goûter et de voir que le Seigneur est bon. Se hisser jusqu'à cette table, c'est ce que l'on appelle la prière de foi.


__________
Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Étant né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent aux conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 6 juin 2014

LE PLUS GRAND DANGER

Le plus grand danger auquel nous faisons tous face est de ne pas être capable de voir Jésus dans nos problèmes, et à la place de voir des fantômes. Au plus fort de la peur, quand la nuit est la plus noire et l’orage le plus violent, Jésus s’approche toujours de nous pour se révéler comme le Seigneur des flots, le Sauveur dans les tempêtes. « L'Éternel était sur son trône lors du déluge ; L'Éternel sur son trône règne éternellement » (Psaume 29 : 10).

Dans Matthieu 14, Jésus a envoyé Ses disciples dans un bateau qui se dirigeait vers la tempête. La Bible dit qu’Il les a contraints à monter dans la barque. En d’autres termes, Il a insisté pour qu’ils aillent dans la barque, même si elle se dirigeait vers des eaux tourmentées ; elle serait ballottée comme un bouchon de liège. Et où était Jésus ? Il était en haut de la montagne, regardant la mer, priant pour eux pour qu’ils n’échouent pas dans l’épreuve qui allait venir.

Plus tard, Il est venu à eux en marchant sur les eaux (voir Matthieu 14 : 25). Mais pas un seul disciple ne L’a reconnu ! Ils ne s’attendaient pas à Le voir dehors et sur l’eau en plein milieu d’une tempête. Jamais ô grand jamais ils ne se sont attendus à ce qu’Il soit avec eux dans la tempête.

Au moins un disciple aurait dû reconnaître ce qui se passait et aurait dû dire : « Mes amis, Jésus a dit qu’Il ne nous laisserait jamais ou ne nous abandonnerait jamais. Il nous a envoyé en mission ; nous sommes au centre de Sa volonté. Il a dit qu’Il commande les pas de l’homme juste. Regardez encore ! C’est notre Seigneur ! Il est juste là ! Nous n’avons jamais été hors de Sa vue !”

Il n'y avait qu'une leçon à apprendre, seulement une. C’était une leçon simple, pas une leçon profonde, mystique, révolutionnaire. Jésus voulait qu’ils Lui fasse confiance en tant que leur Seigneur, dans toutes les tempêtes de la vie. Il voulait simplement qu’ils maintiennent leur joie et leur confiance, même aux heures les plus noires de l'épreuve. Une simple leçon mais une leçon très importante !

“Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde » (Matthieu 28 : 20).

jeudi 5 juin 2014

DEMANDER LA FOI

Les apôtres ont dit au Seigneur : « Augmente notre foi ! » (Luc 17 : 5).

Jésus a répondu à la demande de Ses disciples de cette façon : « Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou paît les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Approche vite, et mets-toi à table ? Ne lui dira-t-il pas au contraire : Prépare-moi à souper, ceins-toi, et sers-moi, jusqu'à ce que j'aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras ?… Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire » (Luc 17 : 7-8, 10).

Christ parle ici de nous, Ses serviteurs, et de Dieu, notre Maître. Il nous dit que nous devons nourrir Dieu. Tu te demandes peut-être : « Quelle sorte de nourriture sommes-nous supposés apporter au Seigneur ? Qu’est-ce qui satisfera Sa faim ? Comment pouvons-nous faire cela ? »

La Bible nous dit : « Or sans la foi il est impossible de Lui être agréable » (Hébreux 11 : 6). Autrement dit, le met le plus délicieux pour Dieu est la foi. Voilà la nourriture qui Lui plaît.

Nous voyons ceci illustré dans les Écritures. Quand un centurion a demandé à Jésus de guérir son serviteur malade en prononçant simplement une parole, Christ s'est régalé de la foi vibrante de cet homme. Il a répondu : « Je vous le dis en vérité, même en Israël je n'ai pas trouvé une aussi grande foi » (Matthieu 8 : 10). Jésus était en train de dire : « Voici un païen, un étranger qui nourrit Mon esprit. Quel met délicieux me donne cet homme de foi. » Quand la femme à la perte de sang (Luc 8 : 43-48) s’est précipitée à travers la foule et a touché Son vêtement dans la foi, Jésus était tout de suite au courant de sa foi et qu’elle était guérie. Sa foi L’a réjouit.

Je remarque dans Luc 17 : 8 une déclaration un peu brutale dans les mots de Jésus : « … Prépare-moi à souper, … et sers-moi, jusqu'à ce que j'aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras. » Il dit : « Ne mange pas en premier, c’est moi. » En d’autres termes, nous n’avons pas à consommer notre foi pour nos propres intérêts et nos propres besoins. Notre foi est destinée à satisfaire la faim de notre Seigneur.

mercredi 4 juin 2014

MARCHER AVEC LUI

“C'est par la foi qu'Énoch fut enlevé » (Hébreux 11 : 5).

Ceci est une vérité incroyable, presque au-delà de notre compréhension. Tout dans la foi d’Enoch était focalisé sur le seul grand désir de son cœur : être avec le Seigneur. Enoch ne pouvait supporter plus longtemps de rester derrière le voile, il lui fallait vraiment voir le Seigneur, Dieu l’a donc enlevé en réponse à sa foi.

Notre frère Enoch n’avait pas de Bible, pas de recueil de chants, pas d’enseignant, pas de Saint-Esprit habitant en lui, pas de voile déchiré avec un accès au Saint des Saints. Mais il connaissait Dieu !

« … Il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébreux 11 : 6). Comment savons-nous que Enoch croyait que Dieu était son rémunérateur ? Parce que c’est la seule foi qui plaît à Dieu, et nous savons qu’Enoch Lui plaisait ! Dieu est un rémunérateur c’est-à-dire quelqu’un qui paye cher pour la fidélité. Comment le Seigneur rémunère-t-il Ceux qui le cherchent ardemment ?

Trois récompenses importantes viennent en croyant Dieu et en marchant avec Lui dans la foi :

  1. La première récompense est que Dieu contrôle nos vies. Celui qui néglige le Seigneur devient rapidement hors de contrôle et au moment où le diable arrive, il prend le relais. Si seulement il voulait aimer Jésus, marcher et parler avec Lui ! Dieu montrerait rapidement à cette personne que Satan n'a pas réellement le pouvoir de le dominer et il permettrait à Christ de le contrôler.
  2. La deuxième récompense qui vient par la foi est d'avoir une “lumière pure”. Quand nous marchons avec le Seigneur, nous sommes récompensés par un éclairage, une direction, du discernement, une révélation, bref une certaine « connaissance » que Dieu nous donne.
  3. La troisième récompense qui vient avec une marche de foi est que nous sommes protégés de nos ennemis. « Toute arme forgée contre toi sera sans effet » (Esaïe 54 : 17). Dans le texte original en hébreu, ce verset est traduit comme suit : « Aucun projet, aucun instrument de destruction, aucune artillerie satanique ne te pressera ou ne fonctionnera contre toi, mais il sera sans effet. »

mardi 3 juin 2014

MARCHER D’UNE FAÇON QUI PLAIT AU SEIGNEUR

« Énoch marchait avec Dieu » (Genèse 5 : 24). La signification hébreu pour marchait implique que Énoch marchait la main dans la main avec Dieu, conversant continuellement avec Lui et grandissant dans Son intimité. Énoch a vécu 365 ans, ou une « année » d’années. Nous voyons en lui une nouvelle sorte de croyant. Le Seigneur était toute sa vie, si bien qu’à la fin de sa vie, il n’a pas vu la mort (voir Hébreux 11 : 5).

Énoch a appris à marcher d'une façon qui plaît à Dieu au milieu d’une société mauvaise. Il était un homme ordinaire avec les mêmes problèmes et les mêmes fardeaux que nous, ce n’était pas un ermite caché au loin dans une caverne au désert, « caché pour être sain. » Il était engagé dans la vie avec une femme, des enfants, des obligations et des responsabilités.

« Énoch marcha avec Dieu ; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit » (Genèse 5 : 24). Nous savons que ce verset parle de l’enlèvement d’ Énoch grâce à l’épître aux Hébreux, cela parle du fait qu’il n’a pas connu la mort. Mais cela signifie aussi quelque chose de plus profond. L’expression « il ne fut plus » utilisée dans Genèse 5 signifie aussi qu’ « il n’était pas de ce monde. » Dans son esprit et dans sa façon de penser, Énoch ne faisait pas partie de ce monde mauvais. Chaque jour, alors qu’il marchait avec le Seigneur, il était de moins en moins attaché aux choses du monde. Comme Paul, il mourrait chaque jour à sa vie terrestre et il était ravi en esprit vers le royaume céleste.

Ainsi, pendant sa marche sur Terre, Énoch a assumé toutes ses responsabilités mais aucune des obligations de cette vie n’a pu l’empêcher de marcher avec Dieu.

Hébreux 11 : 5 dit clairement : “ car, avant son enlèvement, il (Énoch) avait reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu. » Qu’est-ce qui plaisait tant à Dieu en Énoch ? C’était que cette marche produisait en lui le genre de foi que Dieu aime.

Ces deux versets ne peuvent pas être séparés : “ car, avant son enlèvement, il (Énoch) avait reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu. Or sans la foi il est impossible de lui être agréable » (Hébreux 11 : 5-6). Nous entendons souvent ce dernier verset mais rarement rattaché au premier. Cependant, au travers de la Bible et de toute l’histoire de ceux qui ont marché intimement avec Dieu, on découvre qu’ils sont devenus des hommes et des femmes avec une foi profonde. Si l’église marche avec Dieu quotidiennement, est en continuelle communion avec Lui, le résultat sera un peuple rempli de foi, la véritable foi qui plaît à Dieu.

lundi 2 juin 2014

L’ESSENTIEL DE LA GRACE by Gary Wilkerson

“ Car c'est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions » (Ephésiens 2 : 8-10).

Il y a ici quatre points essentiels pour tous ceux qui suivent Jésus :
  1. La grâce n’a pas besoin d’aide. Nous ne pouvons aider à l’œuvre de la grâce de Christ sans l’édulcorer ou l’amoindrir.
  2. La grâce est imméritée. Quand nous décelons une iniquité dans notre vie, beaucoup d’entre nous pensent que nous n’avons qu’à regonfler notre grâce avec des bonnes œuvres. Non : la grâce de Christ envers nous est entièrement imméritée, et donc jamais partielle.
  3. La grâce est constante. La grâce de Dieu ne s’applique pas moins les jours où on prie moins. Cela ne marche pas comme ça. Et même Ses avertissements contre le péché sont un signe de Sa grâce aimante.
  4. La grâce n'a pas de fin. Ni le Père ni le Fils ne seront infidèles à l’alliance qu’ils ont conclue. Elle durera pour l’éternité, ne sera jamais rompue, donc tant que nous restons cachés en Christ, nous restons en alliance avec le Père, nous sommes donc sauvés et en sécurité.
Laisse moi ajouter ceci : je sais que l’alliance de Dieu a faite avec Son Fils Jésus est plus profonde, plus forte et a une plus grande portée qu’aucun d’entre nous ne pourrait le saisir. Beaucoup de chrétiens sont en-deçà de Sa grâce glorieuse, nos vies sont dominées par la crainte. Quand nous commettons une erreur, nous nous disons : « Oh non, j’ai brisé l’alliance avec le Seigneur. » Rien ne saurait être moins vrai. C’est Jésus qui est en alliance avec le Père, pas nous !

C’est la raison pour laquelle Jésus a dû devenir pleinement homme, comme nous. Il répond parfaitement à l’alliance en notre nom et Il nous invite à prendre part à tous les bénéfices. Au travers de Lui nous sommes pleinement lavés, pleinement en paix avec Dieu et Sa grâce pour nous abonde. Nous ne pouvons pas ajouter quoique ce soit à Son œuvre parfaitement accomplie: Sa grâce est pleinement suffisante. Notre rôle est de recevoir ce glorieux cadeau et de marcher en lui avec joie !