vendredi 7 décembre 2012

TON AMOUR EST-IL VIVANT ?

Si tu es capable de vivre ta vie quotidienne en faisant face à toutes sortes d'interruptions et de demandes et que tu n'es pas capables de passer 10 minutes dans la présence de Dieu, ton amour est en train de mourir.

Penses-y : si tu aimes quelqu'un plus que tout le reste, tu vas faire en sorte que cette personne ressente qu'elle est ce qu'il y a de plus important sur terre. Tout le reste va pâlir par comparaison.

N'est-ce pas de cette manière que tu aimais ton épouse lorsque tu as commencé à la courtiser ? Si elle appelait alors que tu étais occupé, tu laissais tout tomber juste pour pouvoir parler avec elle. Si qui que ce soit venait faire intrusion dans les moments où tu étais seul avec elle, tu éprouvais du ressentiment à son encontre. Tout passait au second plan en raison de tes efforts pour développer l'amour entre vous.

Beaucoup de chrétiens aujourd’hui passent des semaines, et même des mois sans passer du temps de qualité avec Jésus. Comment peuvent-ils aimer Jésus de tout leur cœur lorsqu’ils Le négligent plusieurs jours durant ?

Dans le Cantique des Cantiques, la fiancée ne peut pas dormir parce que son bien-aimé...”s’en était allé, il avait disparu...”(Cantique des Cantiques 5:6). Cette femme s’est réveillée au milieu de la nuit et elle a dit : “J’étais hors de moi... Je l'ai cherché, et je ne l'ai point trouvé ; Je l'ai appelé, et il ne m'a point répondu”(même verset). Alors, elle a vite couru dans les rues, cherchant partout son amant, criant : “Avez-vous vu mon bien-aimé ?”

Pourquoi était-ce si important pour elle ? Parce que, comme elle le dit : “Tel est mon bien-aimé, tel est mon ami”(verset 16). “Que je suis malade d’amour” [Que je suis malade de désir pour lui] (verset 8). Elle ne peut pas vivre sans son bien-aimé.

Qu’est ce que Jésus ressent quand Il dresse la table et attend anxieusement notre compagnie, mais que nous ne nous montrons jamais ? La Bible nous appelle Sa fiancée, Sa bien-aimée, Son grand amour. Elle dit que nous avons été créés pour la communion avec Lui. Alors, quel sentiment de rejet doit être le sien lorsque nous plaçons continuellement d’autres choses avant Lui ?