mercredi 12 décembre 2012

LE FARDEAU DU PECHE CACHE

Le fardeau du péché caché que le roi David a porté pendant une année entière lui a beaucoup coûté. Cela lui a détérioré sa santé et blessé son esprit. Cela a fait des dégâts dans sa maison, causé une désillusion du peuple de Dieu et la moquerie parmi ceux qui ne craignaient pas Dieu. Finalement, il a crié : “Car je suis près de tomber, Et ma douleur est toujours devant moi”(Psaume 38:17). Il dit en fait : “Je suis sur le point de tomber sous le poids de ma douleur.”

Certains chrétiens pourraient regarder ce temps de tourment dans la vie de David et penser : “Quelle tragédie Satan a été capable de faire vivre à David. Comment ce psalmiste si sensible a-t-il pu être amené à deux doigts de tomber ? Dieu a dû être terriblement en colère contre lui.”

Non ! Ce n'était pas le Malin qui a rendu le poids du péché de David si important, mais Dieu. Dans Sa grande miséricorde, Dieu a permis à cet homme d'atteindre le fond, parce qu'Il voulait que David puisse voir l'importance de son péché. Il a rendu le péché non avoué de David si lourd qu'il n'était plus capable de le supporter et qu'il a été conduit à la repentance.

La vérité, c'est que seul un homme juste comme l'était David pouvait être aussi affligé par son péché. Tu vois, sa conscience était restée sensible et il ressentait la peine pénétrante de chaque flèche de conviction que Dieu lançait dans son cœur. C'est pour cette raison que David pouvait dire : “ma douleur est toujours devant moi.”

C'est le secret de toute cette histoire : David ressentait une douleur selon Dieu, une profonde et précieuse crainte de Dieu. Il a pu admettre : “J'ai vu dans tout cela la main de Dieu à l’œuvre pour me discipliner, me pressant à genoux et je reconnais que mon péché mérite Sa colère.”

L'auteur des Lamentations a dit : “Je suis l'homme qui a vu la misère Sous la verge de sa fureur. Il m'a conduit, mené dans les ténèbres, Et non dans la lumière...Il a brisé mes os. Il a bâti autour de moi, Il me fait habiter dans les ténèbres, Comme ceux qui sont morts dès longtemps. Il m'a entouré d'un mur, pour que je ne sorte pas ; Il m'a donné de pesantes chaînes...Il a fermé mon chemin avec des pierres de taille”(Lamentations 3:1-9)

Ce que dit l'auteur est clair : quand nous vivons avec un péché caché, Dieu Lui-même rend nos chaînes si lourdes, notre chemin si chaotique et terrifiant que nous sommes conduits à la confession et à une profonde repentance.