lundi 14 mars 2011

SAUVÉ DU JUGEMENT

« Le sang de Jésus Christ nous purifie de tout péché » – c'est notre expiation, mais avant tout, c'est notre sécurité. C'est la façon que Dieu a choisi pour mettre à l'abri pour lui un peuple prêt à être entièrement délivré. Souvenez-vous, dans la nuit de Pâques, les israélites étaient en sécurité grâce au sang de l'agneau sur leurs portes, mais pas encore délivrés. Il devaient encore faire face à la mer rouge, au désert, à la guerre contre des géants, de grandes murailles et des forteresses ennemies.

Je suis convaincu qu'avant que je sois capable de combattre contre des principautés et des puissances, avant que je puisse résister à la convoitise et à la tentation (nos géants d'aujourd'hui), je dois avoir cette certitude profonde que sous le sang de l'Agneau, je suis en sécurité ! Bien que je ne sois pas encore entièrement délivré, je suis sauvé du jugement. Les ennemis et la chair viennent contre moi, mais le sang de l'Agneau a fait de moi un soldat en totale sécurité.

Tu ne peux pas combattre des géants, abattre des forteresses ou tenir debout contre toute attente, à moins que tu n'aies l'assurance d'être en complète sécurité sous le sang de l'Agneau. Peu importe ce que mon coeur dit, peu importe combien je me sens coupable ou accusé, peu importe quelles voix je peux entendre chuchoter à mon oreille, je dois savoir, sans l'ombre d'un doute, que je suis en sécurité ! Je n'entrerai pas en jugement, parce que le sang de l'Agneau sur les portes de mon coeur me met en sécurité à ses yeux.

Nous mettons toujours en question notre sécurité. Si Dieu basait notre sécurité sur notre amour pour lui ou sur notre bonté, nous serions en bien plus grand danger que ceux qui transgressaient la Loi, car sous la Grâce, il y a une bien plus grande exigence. Dieu doit enlever notre sécurité de nos propres mains, afin qu'elle ne repose que sur sa seule miséricorde et sa seule grâce. Pas sur notre consécration, notre obéissance ou notre bonté, mais seulement sur sa grâce. L'obéissance et la consécration sont le résultat de notre amour pour Christ.

Ce n'était pas le pain sans levain qui a sauvé les enfants d'Israël, mais le sang. Pas un Israélite n'est « rentré et sorti » de la sécurité à cause d'une quelconque faute personnelle. Ils étaient tous en sécurité jusqu'à ce que le jugement soit passé. La seule chose qu'ils devaient faire était d'appliquer le sang sur les linteaux de leur porte. Il nous est de même demandé de confesser et d'avoir confiance dans le sang rédempteur de Christ.

Dieu n'a jamais voulu que ses enfants vivent dans la peur, l'anxiété ou la culpabilité. Il a préparé un repos pour eux, la sécurité parfaite et absolue du sang de son propre Fils bien-aimé. Par cet acte de grâce, Dieu disait à Israël : « Maintenant que vous voyez que je vous ai mis en sécurité et que je vous ai délivré de la crainte du jugement, laissez-moi vous délivrer dans votre corps. Je vous ai mis en sécurité pour vous mettre à part, pour vous rendre saint. »

C'est un fait certain et inaltérable que rien ne peut être ajouté au sang de Christ pour nous mettre plus en sécurité ! Le sang de l'Agneau nous met parfaitement à l'abri, nous rend acceptables aux yeux de Dieu et nous sauve de la colère. L'apôtre Paul affirme : « A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. » (Romains 5/9)