lundi 2 avril 2012

UNE LETTRE D’AMOUR EN REPONSE A UN ECHEC by Gary Wilkerson

Mon ami Eric a eu une enfance très difficile. Son père lui répétait sans cesse : « Tu n’es qu’un bon à rien et tu n’arriveras jamais à rien. »

En grandissant, Eric s’est tourné vers les drogues. « J’étais vraiment accro », témoigne-t--il, « je mélangeais toutes sortes de choses qui auraient pu me tuer. Je ne réussissais même pas en tant que toxicomane. Mon aiguille se cassait ou bien j’étais à court d’argent pour assouvir ce vice. J’avais l’impression d’un échec total. »

La vie d'Eric était devenue un complet gâchis. Son addiction lui volait chaque centime, alors il a décidé de voler la recette d'un magasin pour s'acheter plus de drogue – mais là encore il a échoué. Il a sorti une arme et crié : « Tous le monde contre le mur ! ». mais il y avait tellement de monde dans le magasin que beaucoup de gens ne pouvaient pas rejoindre le mur. Ne sachant plus quoi faire, Eric s'est enfuit.

Sans espoir, Eric a finalement résolu de se tuer avec l’arme dont il s’était servi pour le vol. Cependant, il a lâché le pistolet qui n'a pas tiré comme prévu, le blessant au côté. Alors qu’Eric se conduisait lui-même à l’hôpital, il pensait : « Je suis un tel minable que je n'arrive même pas à me tuer. »

Après avoir été soigné pour sa blessure, Eric arpentait les rues dans un désespoir total. Profondément déprimé, il était en colère contre Dieu et s'écriait : « Est-ce que tu es vraiment là ? Y-a-t-il une bonne raison pour me laisser vivre ? »

Eric a entendu une voix qui disait : « Je t'envoi une lettre d’amour. » Quelque part, Eric savait qu’il s’agissait de la voix de Jésus. Alors qu'il s'asseyait sur le trottoir, sous une gouttière qui lui déversait l’eau de pluie sur ses jambes, il a remarqué un petit livret qui flottait jusqu’à lui. Il l'a pris et a vu qu’il s’agissait d’un tract intitulé « Il y a de l’espoir pour les toxicomanes. »

Le tract était publié par un groupe appelé Victory Outreach (la victoire répandue). Eric trouve leur adresse, va chez eux et donne sa vie à Jésus. Très vite, il est délivré de sa dépendance. Il abandonne chacune de ses habitudes, y compris sa conviction qu’il était destiné à être un échec. Jésus a fait d’Eric une nouvelle créature dans tous les domaines.

Ce jeune homme pensait que sa vie était finie, mais elle commençait tout juste. Il était aveugle à la vie, à la vie de la résurrection, que Jésus avait depuis toujours prévue pour lui.

« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance » (Jérémie 29 : 11).