vendredi 20 août 2010

MARCHER AVEC DIEU

"Hénoc marcha avec Dieu." (Genèse 5:24) Le sens original en hébreu pour marcher implique que Hénoc alla de haut en bas, dedans et dehors, de long en large, bras dessus, bras dessous avec Dieu, conversant avec lui continuellement et se rapprochant de plus en plus de lui. Énoch a vécu 365 années—ou, "une année" des années. En lui, nous voyons un nouveau type de croyant. Pendant 365 jours de chaque année, il marchait bras dessus, bras dessous avec le Seigneur. Le Seigneur était sa vie même—si bien qu’à la fin de sa vie, il ne voyait pas la mort. (voir Hébreux 11:5)

Comme Énoch, qui fut enlevé de la vie, ceux qui marchent proches de Dieu sont enlevés de la portée de Satan—enlevés de son royaume des ténèbres et transportés dans le royaume de lumière du Christ: “Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour." (Colossiens 1:13)

Énoch appris à marcher agréablement devant Dieu au milieu d'une société perverse. Il était un homme ordinaire avec les mêmes problèmes et fardeaux que nous portons, pas un ermite caché dans une grotte désertique. Il fut impliqué dans la vie avec une femme, des enfants, des obligations et des responsabilités; Énoch ne se “cachait pas pour être béni."

"Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit." (Genèse 5:24) Nous savons, d'après Hébreux que ce verset parle du transfert d’Énoch, le fait qu'il ne goûta pas à la mort. Mais ceci signifie également quelque chose de plus profond. La phrase puis il ne fut plus, tel qu'elle est utilisée dans Genèse 5, signifie aussi “qu’il ne fut pas de ce monde." Dans son esprit et dans ses sens, Énoch ne faisait pas partie de ce monde pervers. Chaque jour, comme il marchait avec le Seigneur, il devint moins attaché aux choses du bas monde. Comme Paul, il moura chaque jour de cette vie terrestre et il fut transporté dans son esprit vers un royaume céleste.

Pourtant, alors qu'il marchait sur cette terre, Enoch assumait toutes ses responsabilités. Il prenait soin de sa famille: il travaillait, s’occupait du ministère. Mais "il ne fut plus”—plus attaché à la terre. Aucune des exigences de cette vie pouvait le retenir de marcher avec Dieu.

Hébreux 11:5 dit clairement: “Car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu." Qu’est-ce qu’il y avait chez Énoch qui était agréable à Dieu? Il s’agissait du fait que sa marche avec Dieu produisait en lui une telle foi que Dieu aime. Ces deux versets ne peuvent pas être séparés: “Avant son enlèvement [d’Énoch], il avait reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu. Or sans la foi il est impossible de lui être agréable.” (Hébreux 11:5-6) Nous entendons souvent ce dernier verset, mais rarement à propos du précédent. Pourtant, à travers toute la Bible et toute l'histoire ceux qui marchèrent proches de Dieu devinrent des hommes et des femmes de foi profonde. Si l’église marche avec Dieu quotidiennement, en communion avec lui continuellement, le résultat sera un peuple plein de foi—une vraie foi qui plait à Dieu.

Tout autour d’Énoch, l'humanité se détournait de plus en plus de Dieu. Encore que les hommes se transformaient en bêtes sauvages plein de luxure, dureté et de sensualité, Énoch ressemblait de plus en plus à celui avec qui il marchait.

"Par la foi Énoch fut enlevé.” Il s'agit d'une vérité incroyable, presque au-delà de notre compréhension. Toute la foi d’Énoch était porté sur le seul grand désir de son cœur: être avec le Seigneur. Et Dieu l’enleva en réponse de sa foi. Énoch ne pouvait plus supporter d’être derrière le voile; il voulait simplement voir le Seigneur.

Notre frère Énoch n’avait pas de Bible, pas de livre de cantiques, pas de membre frère, pas d’enseignant, pas de Saint-Esprit present en lui, pas de voile déchirée donnant accès au Saint des Saints. Mais il connaissait Dieu!

“Car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent." (Hébreux 11:6) Comment savons-nous qu’Énoch croyait que Dieu était un rémunérateur? Parce que nous savons que c'est la seule foi qui plaît à Dieu—et nous savons qu’Énoch lui était agréable! Dieu est celui qui récompense, un rémunérateur, c'est-à-dire quelqu’un qui paie bien pour la fidélité. Comment le Seigneur recompense-t-il ceux qui sont diligents?

Il y a trois récompenses importantes qui viennent quand nous croyons en Dieu et quand nous marchons avec lui dans la foi.

1. La première récompense est le contrôle par Dieu de nos vies. La personne qui néglige le Seigneur tourne rapidement hors de contrôle comme le diable entre et accapare. Si seulement elle pouvait tomber amoureuse de Jésus, marchant et parlant avec lui! Dieu lui montrerait rapidement que Satan n'a pas de véritable domination sur elle et cette personne permettrait vite au Christ de la contrôler.

2. La seconde récompense qui vient par la foi est d’avoir "la lumière pure." Lorsque nous marchons avec le Seigneur, nous sommes récompensés avec la lumière, la direction, le discernement, la révélation—une certain “connaissance” que Dieu nous donne.

3. La troisième récompense qui vient avec une marche de foi est la protection contre tous nos ennemis. " Toute arme forgée contre toi sera sans effet.” (Ésaïe 54:17) Dans l’hébreu original, ce verset est traduit comme: "Aucun plan, aucun instrument de destruction, aucune artillerie satanique vous poussera ou vous écrasera, mais ceux-ci seront supprimés."