mercredi 13 janvier 2010

DES MIETTES

La femme avec sa fille tourmentée persistait à rechercher Jésus. Finalement, les disciples exhortaient leur maître: "Seigneur, renvoie-la, car elle crie derrière nous." Notez la réponse de Jésus aux appels de la femme: "Il ne lui répondit pas un mot" (Matthieu 15:23). Apparemment le Christ ignorait toute la situation. Pourquoi faisait-il cela? Jésus savait que l’histoire de cette femme serait annoncée à toutes les générations futures, et il voulait révéler une vérité à tous ceux qui la liraient. Ainsi, il testait la foi de cette femme en disant: “Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël." (15:24) Christ disait, "Je suis venu pour le salut des Juifs. Pourquoi devrais-je gaspiller leur évangile avec un non-juif?"


Une telle déclaration nous aurait fait quitter les lieux pour la plupart d'entre nous, mais la femme ne bougeait pas. Je vous demande, combien de fois avez-vous renoncé à la prière? Combien de fois avez-vous ressenti la fatigue et avez-vous raisonné: “J'ai cherché le Seigneur. J'ai prié et demandé. Je n'obtient simplement pas de résultats"?


Considérez comment cette femme a répondu. Elle n'a pas répondu avec une plainte, ou un doigt accusateur, en disant: “Jésus, pourquoi m’avez-vous reniée?" Non, l'Ecriture dit exactement le contraire: "Mais elle vint se prosterner devant lui, disant: Seigneur, secours-moi!" (15:25).


Ce qui suit est difficile à lire. Encore une fois, Jésus a repoussé la femme. Seulement cette fois sa réponse était encore plus dure. Il lui dit: «Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens." (15:26). Une fois de plus, il la testait.


Maintenant, la mère lui répondit, "Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres." (15:27). Quelle réponse incroyable. Cette femme déterminée n'allait pas se laisser fléchir dans sa poursuite de Jésus. Et le Seigneur la louait pour son acte. Jésus lui dit: “Femme, ta foi est grande; qu'il te soit fait comme tu veux. Et, à l'heure même, sa fille fut guérie." (15:28)


Bien-aimés, nous ne devons pas nous contenter de miettes. On nous a promis toute la grâce et la miséricorde dont nous avons besoin pour nos crises. Et cela comprend toutes les crises impliquant nos familles, sauvées ou pas sauvées. Nous avons été invités à venir avec hardiesse et confiance au trône de Christ.