lundi 31 mars 2014

UN TEMOIGNAGE DONT ON PEUT ETRE FIER by Gary Wilkerson

Nous vivons à une époque où les prédictions bibliques sont devenues des réalités bien visibles. Paul a écrit que, dans les derniers temps, des moments difficiles auraient lieu sur Terre (voir 2 Timothée 3:1). En ce moment même, des choses que nous n'aurions jamais imaginées il y a quelques années se produisent.

Jésus avait prédit que les hommes deviendraient égocentriques, amoureux de l'argent, plein de haine et d'arrogance. Aujourd'hui, les dirigeants de notre nation ne peuvent se mettre d'accord sur les principes communs les plus simples. Si quelqu'un a le courage de mentionner le péché, il est catalogué comme bigot et mis de côté. Alors que la Parole de Dieu est reléguée à la marge de notre culture, le péché prévaut de plus en plus.

Les pasteurs ressentent un bombardement spirituel. Semaine après semaine, j'apprends qu'un autre mariage est sur le point d'être brisé. Des enfants se scarifient parce qu'ils se haïssent eux-même. La drogue est plus répandue que jamais. Et il y a de moins en moins de voix qui se font entendre pour aider, puisque 1500 pasteurs abandonnent le ministère chaque mois.

En tant que corps de Christ, nous ne pouvons pas être oublieux de ces choses. L'Ancien Testament parle des fils d'Issacar, un groupe qui connaissait bien l'époque dans laquelle ils vivaient et qui étaient doués dans leurs rapports avec le monde (voir 1 Chronique 12:32). La même chose peut-elle être dite du corps de Christ aujourd'hui ? Si nous discernons l'époque dans laquelle nous vivons, nous savons que le temps n'est plus aux demi-mesures. La seule façon pour nous de “gérer le monde”, c'est de ne pas laisser l'église continuer comme d'habitude. Jésus dit de certains esprits démoniaques : “cette sorte de démon ne sort que par la prière et par le jeûne” (Matthieu 17:21). dans une telle époque, nos prières doivent être ferventes, parce que s'il n'y a pas de changements sur le plan spirituel, les choses s'annoncent lugubres.

Au sein des ténèbres, Jésus nous appelle à être des lumières. Et voici notre message pour de tels moments : “Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde” (1 Jean 4:4). Dieu a fait de grandes choses dans les vies de Son peuple et chacun de nous est appelé à proclamer Sa gloire au travers un témoignage dont on peut être fier.

A quoi ressemble un témoignage dont on peut se vanter ? Voilà le genre de fierté dont je parle : Comme le dit l’Écriture : “Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.” (2 Corinthiens 10:17). Pour pouvoir nous vanter comme Paul le décrit, nous devons avoir un témoignage digne de la gloire de Dieu.

vendredi 28 mars 2014

DES AIDES DANS LA PRIERE

Paul était tellement conscient de son besoin de la prière des saints qu'il demandait partout des “aides dans la prière”. Il a supplié les Romains : “Je vous exhorte, frères, par notre Seigneur Jésus Christ et par l'amour de l'Esprit, à combattre avec moi, en adressant à Dieu des prières en ma faveur, afin que je sois délivré...” (Romains 15:30-31). Et il a demandé aux Thessaloniciens : “Frères, priez pour nous”( 1 Thessaloniciens 5:25).

En grec, le mot utilisé ici pour combattre signifie “lutter avec moi comme un partenaire de prière, combattre pour moi dans la prière.” Paul ne demandait pas une courte mention adressée au trône. Il demandait : “Combattez pour moi dans la prière. Menez cette bataille spirituelle, à la fois pour mon salut et pour celui de l'évangile.”

Quand Paul était en prison, prêt à abandonner sa vie, il a demandé instamment aux Philippiens de prier pour lui : “Car je sais que cela tournera à mon salut, grâce à vos prières et à l'assistance de l'Esprit de Jésus Christ” (Philippiens 1:19). Paul savait qu'il était un homme ciblé, que les hordes de Satan étaient concentrées sur sa destruction. Et il en est de même pour chaque véritable serviteur qui annonce l'évangile. Chaque pasteur, prédicateur et évangéliste a besoin d'aides dans la prière qui intercèdent pour lui continuellement.

Je peux t'assurer que je ne serais pas en train de t'écrire cela si des aides dans la prière ne s'étaient pas tenus à mes côtés au fil des ans. Cela m'a été rappelé récemment alors que j'étais en Europe pour conduire des conférences pour les pasteurs et des réunions d'évangélisation le soir. Pendant tout ce temps, l'Esprit de Dieu m'a montré que j'étais porté par les prières d'une multitude de personnes.

A Nice, en France, les américains ne sont pas très appréciés, et encore moins les évangélistes américains. Tout le monde s’inquiétait au sujet de cette réunion d'évangélisation, se demandant : “Peut-elle être faite ?” La France est envahie par le scepticisme, l'athéisme, l'agnosticisme, l'incrédulité. Et le genre de réunion que nous avions en projet n'avait jamais été essayée.

Quand le moment fut venu, cependant, des milliers de personnes se sont rassemblées. Et c'est à ce moment là que j'ai commencé à me sentir impuissant. Je ne savais pas ce que j'allais prêcher parce qu'aucun des messages que j'avais préparé ne semblait convenir. Mon interprète et moi-même avions revu certaines notes avant, mais je n'étais pas sûr qu'elles convenaient pour la réunion. Je l'ai prévenu : “Je ne suis pas sûr que c'est ce que je vais dire.”

Cependant, quand je suis monté sur le podium, l'Esprit s'est saisi de moi avec puissance. J'ai ressenti les prières de milliers de saints qui me supportaient et, alors que je commençais à parler, le Saint Esprit a rempli ma bouche. J'ai prêché pendant 40 minutes et pendant tout ce temps, on aurait pu entendre une mouche voler. Quand j'ai terminé, j'ai dit simplement : “Si vous avez besoin de Jésus, venez s'il-vous-plaît sur le devant” et des centaines de personnes se sont aussitôt levées.

jeudi 27 mars 2014

LA PERSEVERANCE DANS LA PRIERE

Certains enseignants clament que c'est un signe de manque de foi de demander encore et encore la même chose à Dieu. Non ! C'est faux, et ce faux enseignement a affaibli la foi d'une multitude. Dieu nous ordonne de demander, de rechercher sa face, de jeûner et de crier à Lui dans une supplication fervente et efficace (voir Matthieu 7:7).

Depuis le commencement, les véritables serviteurs ont transformé les promesses de Dieu en prières : 
  • Jésus savait que Son Père Lui avait promis toutes choses avant même la fondation du monde, mais Christ passait tout de même des heures en prière pour que la volonté de Dieu s'accomplisse sur la Terre. Il a même donné une parabole illustrant la persévérance dans la prière. Elle met en scène une “veuve importune” qui ne cessait de demander justice à un juge jusqu'à ce qu'elle l'obtienne (voir Luc 18:1-8). 
  • Dieu a donné à Ézéchiel de merveilleuses prophéties au sujet de la restauration d'Israël, promettant que la ruine de la nation disparaîtrait et qu'elle redeviendrait comme le jardin d’Éden. Mais le Seigneur a dit aussi que Sa Parole ne s'accomplirait pas sans la prière : “je me laisserai fléchir par la maison d'Israël, voici ce que je ferai pour eux...” (Ézéchiel 36:37). En d'autres termes : “Je vous ai fait une promesse mais Je veux que vous priiez pour qu'elle s'accomplisse. Recherchez-Moi de tout votre cœur, jusqu'à ce que vous la voyiez s'accomplir. Je vous délivrerai, mais d'abord vous devez le demander.” 
  • Daniel a lu la promesse que Dieu avait faite à Jérémie (Daniel 9:2), selon laquelle, après 70 ans, Israël serait restauré. Quand Daniel a vu l'année en question arriver, il aurait pu attendre dans la foi que Dieu accomplisse Sa promesse mais cet homme de Dieu est tombé face contre terre et il a prié pendant deux semaines, jusqu'à ce qu'il voit le Seigneur faire en sorte que tout cela se produise. 
Dans l'Ancien Testament, le souverain sacrificateur d'Israël portait les noms de toutes les tribus d'Israël sur son pectoral. Cela signifiait que les besoins de tout le peuple étaient constamment sur le cœur du sacrificateur lorsqu'il priait. Pour les chrétiens d'aujourd'hui, cela donne une merveilleuse image de Christ portant chacun de nous sur Son cœur et présentant nos besoins au Père. Bien plus, chaque chrétien d'aujourd'hui est un sacrificateur du Seigneur et nous devons constamment porter les besoins des autres dans nos cœurs (voir Jacques 5:14-16).

mercredi 26 mars 2014

NE PRIEZ PAS AVEC UN COEUR PARTAGÉ

En tant que serviteurs du Seigneur, nous sommes constamment en danger à cause de l'Ennemi. Notre amour pour Jésus est une menace pour tout l'enfer et nous ne pouvons pas entreprendre une œuvre pour Dieu sans rencontrer toutes sortes de pièges préparés pour nous par Satan.

Un conseiller conjugal m'a appelé récemment : “Partout où je me tourne dans notre église, les couples sont en train de se déchirer” m'a-t-elle dit. “C'est un véritable fléau qui sévit dans le corps de Christ en ce moment.”

J'entends toutes sortes de raisons pour les troubles qui sévissent dans les foyers chrétiens : l'incompatibilité, le manque de communication, la disparition de l'affection, l'infidélité. Mais en réalité, c'est bien plus profond que çà. Derrière tout cela, il y a une attaque de l'enfer contre les saints de Dieu.

Les causes des ménages brisés parmi les inconvertis ne sont pas mystérieuses. Mais parmi les justes, de tels troubles ont une cause. Réfléchis-y. Comment des chrétiens dévoués qui ont été au bénéfice de l'enseignement du Seigneur pendant des années peuvent-ils soudain ne plus avoir d'autorité à la maison ? Ils connaissent parfaitement la promesse de Dieu d'être leur force. Ils savent qu'Il a promis de détruire toute puissance satanique qui viendrait contre eux. Alors pourquoi le Malin gagne-t-il ? Pourquoi leur mariage est-il sous une menace constante ?

Je crois que c'est parce qu'au moins un des époux a ouvert la porte à un mensonge du diable. Peut-être se sont-ils tous les deux permis un quelconque compromis dans leur vie, ou ils sont devenus paresseux sur le plan spirituel. Et maintenant, le diable s'est emparé d'une forteresse dans leur cœur et dans leur foyer.

Si tu subis une telle attaque, tu devrais demander ce que les disciples eux-même ont demandé : “Pourquoi n'avons-nous pas pu chasser ce démon ?” Jésus a répondu que certains liens démoniaques ne pouvaient pas être brisés par l'imposition des mains ou par une prière faite une fois sans conviction. De telles forteresses ont des fondations si profondes que la seule façon de les faire tomber, c'est par une prière et un jeûne soutenus.

Mais l'église d'aujourd'hui est dans une sorte de stupeur pour tout ce qui concerne la puissance de la prière. Un voile est tombé devant les yeux de millions de chrétiens.Et maintenant, quand ils affrontent un problème, la dernière personne vers laquelle ils se tournent, c'est Jésus. Ils abandonnent le lieu secret et se tournent à la place vers des psychologues, des conseillers, des livres, des amis... partout sauf vers le Seigneur.

Si tu dis que ton mariage est en plein naufrage et que tu veux le rétablir, je me demande combien de temps tu passes avec Dieu. Combien de fois as-tu éteint ta télévision pour une petite heure, simplement pour être assis aux pieds de Jésus et y déposer le fardeau de ton âme ? Combien de repas as-tu sauté pour jeûner pour ton mariage ?

“La prière fervente du juste a une grande efficacité” (Jacques 5:16).

mardi 25 mars 2014

LE SUJET DE NOS PRIERES

La prière est souvent une des zones les plus égocentriques de la vie du chrétien. Quand on y réfléchit, la majorité de nos prières se concentrent sur nos propres besoins. Les deux sujets principaux de notre intercession sont notre croissance spirituelle et les besoins de nos familles et amis.

De temps en temps, nous dépassons peut-être nos propres petites préoccupations et nous prions pour d'autres personnes. Mais le plus souvent, quand nous disons : “Je vais prier pour toi”, nous ne le faisons pas. Ou alors, nous prions rapidement une fois et nous oublions ensuite rapidement leur besoin.

Récemment, j'ai examiné ma propre vie de prière à la lumière des Écritures et j'ai été consterné devant l'étroitesse et devant les limites de mes propres prières. Comme la plupart des croyants, je passe la majorité de mon temps de prière à rechercher la volonté du Seigneur au sujet de ma marche quotidienne avec Lui. Je pleure pour être rendu saint, pour devenir comme Lui, pour recevoir une direction pour ma vie, pour obtenir Son onction sur mon ministère. Et je profite d'une douce communion avec Lui, en L'adorant tranquillement et en étant renouvelé dans Sa présence.

J'intercède aussi quotidiennement pour ma famille. Je demande au Seigneur de protéger mes enfants contre les plans du malin, de rendre mes fils semblables à des chênes plantés près de la rivière de Dieu, de rendre mes filles semblables à des pierres polies dans Son palais et de faire de tous mes petits-enfants des serviteurs de Jésus. Je prie pour les préoccupations du corps de notre église. Je prie aussi pour ceux qui vivent des difficultés et pour les nombreux missionnaires et ministères que nous supportons.

Tu pourrais dire : “Tout cela est louable, frère Dave. C'est réconfortant de savoir que vous êtes proche du Seigneur, en communion avec Lui et priant pour tous ces besoins.”

Mais d'après la Parole de Dieu, une douce communion n'est pas suffisante. Certes, c'est le secret de la croissance spirituelle et nous ne pouvons pas vivre de plus grande expérience sur Terre. Mais si nous allons au pied du trône uniquement pour notre édification personnelle et nos propres besoins, nous sommes égoïstes. Nous ne pouvons tout simplement pas négliger de prier sérieusement pour tous les terribles besoins qui nous entourent.

“Alors il dit à ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson” (Matthieu 9:37-38).

lundi 24 mars 2014

COMMENT COMMENCE LE RÉVEIL by Gary Wilkerson

Si tu étudies n’importe lequel des grands réveils du passé, tu trouveras toujours des hommes et des femmes qui ont aspiré à voir les statu quo changés, en eux-mêmes et dans leur église. Ils ont fait appel à Dieu avec insistance, et la prière a engendré le réveil, qui lui-même a engendré encore plus la prière. C’est comme dans le psaume 80, où le psalmiste Asaph déplore le triste état de son époque : les murailles brisées, les animaux déchaînés, les vignes brûlées. Alors au verset 19, il plaide : « Fais-nous revivre et nous invoquerons ton nom. »

Le Saint Esprit est l’Esprit de prière. C’est seulement lorsque nous sommes remplis de l’Esprit que nous ressentons notre besoin de Dieu où que nous allions. Nous pouvons conduire une voiture et spontanément, notre esprit commence à aller vers Dieu avec des besoins, des demandes et des intercessions en plein milieu du trafic.

Si notre église ne prie pas et si les gens n’ont pas faim de Dieu, quelle importance peut avoir le nombre de participants aux réunions de l’église ? Comment cela pourrait-il impressionner Dieu ? Imagine un peu les anges en train de dire : « Oh, vos bancs d’église ! Nous n’en revenons pas de leur beauté ! Ici dans le ciel, nous en parlons depuis des années. Et la façon dont vous avez arrangé les marches pour accéder au pupitre… C’est merveilleux ! »

Si nous ne voulons pas expérimenter l’intimité avec Dieu ici sur la Terre, pourquoi voudrions-nous aller au ciel ? Il est le centre de toute chose là-bas. Si nous ne nous réjouissons pas d’être ici et maintenant en Sa présence, alors le Ciel ne sera pas le paradis pour nous. Pourquoi y enverrait-Il quelqu’un qui n’aspire pas à Lui passionnément sur la Terre ?

Je ne suis pas en train de suggérer que nous sommes justifiés par l’œuvre de nos prières ou par n’importe quel autre acte de dévotion. Je ne suis pas légaliste. Mais ne nous fourvoyons pas sur ce que sera le Ciel : ce sera le fait de se réjouir de la présence de Dieu, prendre du temps pour L’aimer, L’écouter et Le louer.


__________
Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Étant né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent aux conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 21 mars 2014

POUR TOUJOURS A LUI !

Tu te demandes peut-être combien de fois le Seigneur va te pardonner pour avoir toléré le même péché encore et encore. Sois rassuré. Son pardon incroyable est illimité. A chaque fois que tu péches, tu peux aller à Jésus et y trouver la délivrance. Mais le pardon de Dieu n'est pas sans sagesse ou aveugle. Bien sûr, notre Père céleste nous pardonne mais, arrivé à un certain point, Il nous punit pour nous empêcher de continuer à pécher.

Quand mes quatre enfants étaient jeunes, j'ai dû les punir pour avoir fait des bêtises. Je les appelais dans mon bureau pour une fessée et ils éclataient en sanglot : “Non papa ! Je suis désolé. S'il-te-plaît, pardonne-moi !”

Je les pardonnais, mais cela ne me dispensait pas d'appliquer la fessée. Je savais que si je ne le faisais pas, cela perdrait tout son sens, une farce plutôt qu'une source de discipline. De la même façon, la loi de Dieu est toujours là pour nous rappeler Sa sainteté, nous rappeler Ses voies, et qu'Il pense vraiment ce qu'Il dit !

Laisse-moi te laisser un mot d'espoir. Si tu es au fond de l'abîme en ce moment, à cause de ton péché, sois encouragé. Il te châtie à cause de Son tendre amour. Il veut que tu saches ce que c'est que de Le craindre !

Que signifie exactement craindre Dieu ? Cela signifie être capable de dire : “Je sais que mon Père m'aime. Je suis en sécurité, pour toujours à Lui, et je sais qu'Il ne m'abandonnera jamais. Il ressent ma peine à chaque fois que je lutte et Il est patient envers moi lorsque je me bats contre le péché. Il est toujours prêt à me pardonner à chaque fois que je crie à Lui, mais je sais aussi qu'Il ne va pas me permettre de continuer à désobéir à Sa Parole. Mon Père céleste ne m'épargnera pas, parce qu'Il m'aime tendrement.”
C'est la clé. Dieu veut que nous acceptions Son pardon afin que nous Le craignions. “Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu'on te craigne.” (Psaumes 130:4). Une fois que nous craindrons le Seigneur, nous voudrons plus que simplement Lui obéir. Nous voudrons Lui plaire, Le faire sourire. C'est le résultat béni de la sainte crainte de Dieu.

jeudi 20 mars 2014

SEULEMENT PAR LA FOI

Une des promesses fondamentales de la Nouvelle Alliance se trouve dans Jérémie 31:34 : “Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché.” Paul ajoute dans le Nouveau Testament : “Vous qui étiez morts par vos offenses ..., il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses”(Colossiens 2:13). Dieu nous a promis Son pardon, pour chaque péché.

Cependant cette promesse de pardon est limitée à certaines personnes. Elle s'applique uniquement à ceux qui ont été écrasés et écœurés par leurs péchés, qui ont été dans les profondeurs de la culpabilité, qui ont enduré l'examen de l'âme par le Saint-Esprit et qui se sont repentis, se tournant vers Christ par la foi !

Jésus Lui-même a dit : “Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux” (Matthieu 7:21). Malheureusement, de très nombreux chrétiens ne sont pas du tout troublés par leur péché. Leur péché installé ne les trouble plus le moins du monde. Ils se sont persuadés que Dieu est tellement miséricordieux et plein de grâce qu'Il les pardonnera même s'ils continuent obstinément à pécher.

Non, jamais ! Ils se sont appropriés une fausse paix, étouffant la condamnation du Saint-Esprit, son œuvre de mise en lumière et de rétablissement. Ils ont recherché le pardon avant que leur culpabilité ne puisse éclore en chagrin selon Dieu.

En même temps, le pardon de Dieu ne peut être obtenu que par la foi. Nous ne pouvons pas le comprendre. Le don que Christ nous a fait de l'expiation par son sang est tellement profond, miséricordieux, mystérieux, qu'il est bien au-delà de la compréhension humaine. Nous pouvons ressentir la condamnation, la peur et la culpabilité pour nos offenses, mais notre Père céleste se tient constamment à nos côtés avec amour, prêt à nous pardonner. Le sang de Christ, l'amour du Père, le désir de Dieu de nous pardonner : toutes ces bénédictions ne peuvent être réalisées que par la foi : “Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit : Le juste vivra par la foi” (Galates 3:11).

mercredi 19 mars 2014

DIEU EST BON ET PRET A PARDONNER

Beaucoup de croyants sont tellement submergés par leurs échecs qu'avec le temps, ils se sentent pris au piège au-delà de toute possibilité d'aide. Esaïe écrit à propose de tels croyants : “Malheureuse, battue de la tempête, et que nul ne console” (Esaïe 54:11).

Certains s'irritent finalement contre Dieu. Ils se fatiguent d'attendre qu'Il agisse et ils pleurent en accusant : “Seigneur, où étais-Tu quand j'ai eu besoin de Toi ? J'ai crié pour obtenir la délivrance, mais Tu n'as jamais répondu. J'ai fait tout ce que je pouvais faire, mais je ne suis toujours pas libre. Je suis fatigué de me repentir et de pleurer sans jamais rien voir changer.” Beaucoup de ces croyants finissent par arrêter leurs efforts et s'abandonnent à leurs convoitises.

D'autres tombent dans un brouillard d'apathie spirituelle. Ils sont convaincus que Dieu ne s'intéresse plus à eux. Ils se disent : “Ma destinée est cachée devant l'Éternel, Mon droit passe inaperçu devant mon Dieu” (Esaïe 40:27). “L'Éternel m'abandonne, Le Seigneur m'oublie” (Esaïe 49:14).

D'autres encore concentrent toute leur attention sur leur péché, essayant de se garder eux-mêmes dans un perpétuel état de condamnation. Ça ne fait que les amener à crier, perplexes : “ Nos transgressions et nos péchés sont sur nous, et c'est à cause d'eux que nous sommes frappés de langueur ; comment pourrions-nous vivre ?” (Ézéchiel 33:10). Le fait est qu'être convaincu de péché n'est pas une fin en soi. Quand nous sommes humiliés par la culpabilité et le chagrin à cause de notre péché, nous ne sommes pas sensés rester dans cette disposition d'esprit. Ces sentiments ont pour but de nous amener au bout de nous-mêmes, pour finalement atteindre la victoire à la croix.

Après tous ces temps passés à pleurer et à crier à Dieu, David finit par attester : “Mais le pardon se trouve auprès de toi” (Psaumes 130:4). Le Saint-Esprit a commencé à envahir son âme de souvenirs de la grâce de Dieu et il s'est rappelé tout ce qu'il avait appris au sujet de la nature du Père, pleinde grâce et de pardon. “Mais toi, tu es un Dieu prêt à pardonner, compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté” (Néhémie 9:17).

Très vite, David se réjouissait, se rappelant : “Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d'amour pour tous ceux qui t'invoquent” (Psaumes 86:5).

mardi 18 mars 2014

DIEU N'ETAIT PAS EN COLERE CONTRE JONAS

“Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ?”(Psaumes 130:3).

De nombreux chrétiens se débattent comme David l'a fait. Quand la juste et sainte crainte de Dieu est implantée dans leur âme, Sa terrible majesté plane constamment devant eux. Comme David, ils crient : “Seigneur, qui peut se tenir devant Toi ? Qui peut supporter Ta sainteté ?”

Jonas a posé exactement la même question. Il était au fond de l'océan, incapable d'échapper à sa situation quand il a crié : “Tu m'as jeté dans l'abîme, dans le cœur de la mer, Et les courants d'eau m'ont environné ; Toutes tes vagues et tous tes flots ont passé sur moi...L'abîme m'a enveloppé”(Jonas 2:3 et 6).

Qui a jeté Jonas dans cet abîme de ténèbres ? C'était Dieu ! Le Père céleste a jeté le prophète au plus profond de l'abîme et a envoyé une baleine pour l'avaler.

Dieu n'était pas en colère contre Jonas, alors pourquoi a-t-Il permis que cela lui arrive ? Parce qu'Il voulait empêcher son serviteur de courir loin de Sa volonté. Il voulait que Jonas suive Ses plans pour qu'il puisse être béni. En clair, Dieu a plongé Jonas au fond de l'abîme pour pouvoir le restaurer.

Jonas 2:2 nous dit exactement ce que Dieu recherchait : “Dans ma détresse, j'ai invoqué l'Éternel, Et il m'a exaucé ; Du sein du séjour des morts j'ai crié, Et tu as entendu ma voix.” Le Seigneur attendait que Jonas se tourne vers Lui, qu'il crie à Lui et à Lui seul. “Je disais : Je suis chassé loin de ton regard ! Mais je verrai encore ton saint temple” (verset 4). “Quand mon âme était abattue au dedans de moi, Je me suis souvenu de l'Éternel” (verset 7)

Aujourd'hui, le Seigneur fait la même chose avec nous : Il nous permet de sombrer dans le désespoir au sujet de notre péché jusqu'à ce que nous n'ayons pas d'autre ressource que de nous tourner vers Lui. Et finalement, du sein de notre enfer, nous crions : “Ô Seigneur, s'il-te-plaît entends-moi ! Je n'ai pas d'espoir. Tu dois me délivrer !”

Peut-être as-tu touché le fond en ce qui concerne ton péché. Il semble que tu ne puisses tout simplement pas remporter la victoire sur ce péché installé et le Seigneur a permis que tu sombres dans l'abîme. Mais tout cela a un but précis. Il espère que, comme Jonas, tu vas à nouveau regarder vers Lui.

Sois rassuré : quand Jonas a crié au Seigneur, Dieu l'a délivré rapidement : “L'Éternel parla au poisson, et le poisson vomit Jonas sur la terre” (verset 10). Dieu a dit à la baleine : “Cela suffit ! A présent, recrache-le. Mon serviteur a crié à Moi et Je vais lui répondre.”

lundi 17 mars 2014

LE SOUFFLE DE VIE DE DIEU by Gary Wilkerson

“Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus ; mais il n'y avait point en eux d'esprit [le terme hébreux signifie « souffle »]” (Ézéchiel 37:8). Quelle scène tragique. Je connais des églises qui ont tous les programmes et toutes les stratégies bien en place, mais pas de vie. Tant d'églises ont des séminaires, des conférences, des livres, des sites internet, des podcasts et des rencontres pour tous les âges et pour tous les besoins. Toutes ces choses sont bonnes, mais à moins que l'Esprit de Dieu ne souffle en elles, elles ne sont rien. En fait, de telles choses ont le pouvoir subtil de nous dérober la vie que Dieu désire pour nous.

Pendant que nous participons à toutes ces activités de l'église, nous avons l'illusion d'être spirituels. Cela peut ressembler à des os desséchés qui se rassemblent, mais en réalité, il leur manque le souffle de vie de Dieu. J'échangerais 1 000 réunions d'adoration et 10 000 stratégies pour un seul souffle de Son Esprit. Seul Dieu peut insuffler la vie à ce que nous faisons, afin que ces os desséchés puissent vivre.

Il me dit : Prophétise, et parle à l'esprit !” (37:9). Le terme hébreux utilisé ici pour “esprit” est ruach, c'est à dire l'Esprit de Dieu. Une fois encore, Dieu commande à Ézéchiel de prophétiser. La première fois, il avait prophétisé aux os, c'est à dire aux gens, mais la deuxième fois, il s'agit de prophétiser à Dieu Lui-même, à ruach, c'est-à-dire le Saint-Esprit.

Que dit Dieu dans ce verset ? Il nous dit que prêcher les uns aux autres (exprimer une doctrine) n'est pas suffisant. Nous ne pouvons pas simplement parler des choses de Dieu aux hommes. Nous devons aussi parler des hommes à Dieu, en L'implorant d'agir. Dieu appelle les hommes et les femmes de foi à crier à Lui pour qu'Il s'implique dans leur situation et qu'Il change les choses. Seul le Saint Esprit de Dieu peut apporter la vie. Nos yeux ne peuvent pas voir, nos oreilles ne peuvent pas entendre, nos bouches ne peuvent pas parler de Lui à moins qu'Il ne nous ait d'abord vivifié.

Quand Il fait cela, les résultats nous émerveillent : “Je prophétisai, selon l'ordre qu'il m'avait donné. Et l'esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds” (37:10).

Le souffle de Dieu nous fait nous lever avec assurance. La même chose s'est produite dans Actes 2 : “Alors Pierre, se présentant avec les onze”(2:14). Le mot utilisé ici pour “se présentant” est le même que “se tinrent” dans le passage d’Ézéchiel. L'évangile que Pierre a proclamé lors de la Pentecôte n'était pas différent de l'évangile qu'il avait connu, mais maintenant, il s'est levé et l'a proclamé avec la puissance d'en haut.
La vie que Dieu est prêt à nous insuffler est de celle qui ramène la vie aux os desséchés, qui ramène la vie dans un environnement sombre et désespérant. Du chaos, Jésus produit la vie. Des cendres, Il produit la beauté. Et dans une situation terrible que l'ennemi destine à notre destruction, Jésus insuffle une nouvelle vie !

samedi 15 mars 2014

LA CLE by Carter Conlon

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes” (Matthieu 7:12). C'est comme si Jésus leur disait : “Si je souffrais, j'aimerais que quelqu'un me console. Si j'étais perdu, j'aimerais que quelqu'un donne tout ce qu'il a pour m'aider à m'en sortir.”

Quoi que tu veuilles que les autres fassent pour toi, fais-le pour eux. C'est réellement la clé pour ouvrir l'accès à toutes les ressources que Jésus nous dit de demander. C'est la clé pour supporter le mépris de ceux qui s'opposent à Lui et la clé pour être gentil avec tes ennemis. C'est le cœur de Dieu qui dit : “Je ne veux qu'aucun périsse” et c'est ce qui te permets d'être giflé sans riposter. C'est la clé pour la joie et l'amour sur le lieu de travail malgré la grossièreté de ceux qui t'entourent.

La promesse à la fin de cet évangile dit : “C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc” (Matthieu 7:24-25). La maison était fondée sur l’œuvre de Dieu sur la Terre. C'est pour cette raison que Paul pouvait être sur un bateau au cœur de la tempête, et cependant être toujours debout et rester dans la communion avec Dieu, à encourager ceux qui allaient devoir nager vers la sécurité (voir Actes 27). Il considérait en priorité la gloire de Dieu et les autres personnes présentes, avant de considérer sa propre sécurité. Paul pouvait voir ce que les hommes ordinaires ne pouvaient voir. Le capitaine du bateau et les matelots ne pouvaient pas voir ce que Paul voyait, mais les yeux de Paul étaient ouverts et il a reçu une incroyable vision, parce qu'il avait choisi de pouvoir être utilisé pour la gloire de Dieu et pour être en bénédiction aux hommes. Il est la préfiguration de ceux qui auront de l'huile pour leur lampe dans les derniers temps (voir Matthieu 25:1-13).

Je t'encourage à étudier les chapitres 5 à 7 de Matthieu. J'ai lu ces trois chapitres encore et encore et je crois qu'ils donnent une vision claire de ce que la vie chrétienne est supposée être. Plus tu étudies ces chapitres, plus tu es convaincu que tu ne peux pas vivre cette vie par toi-même. Tu as besoin de la puissance de Dieu. Alors le Seigneur te dit : “Demande maintenant !” (Matthieu 7:9).


__________
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994, sur l'invitation du pasteur fondateur David Wilkerson. Il a été nommé Pasteur Senior en 2001. C'est un responsable fort et plein de compassion qui est un intervenant régulier des Expect Church Leadership Conferences menées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 14 mars 2014

FAIT APPEL A SON NOM

“Je suis sans force, entièrement brisé ; Le trouble de mon cœur m'arrache des gémissements. Seigneur ! Tous mes désirs sont devant toi, Et mes soupirs ne te sont point cachés.” (Psaumes 38:8-9)

Es-tu devenu aussi désespéré que l'était David ? T'es-tu enfermé seul avec Dieu, tombant face contre terre et criant à Lui ? Des prières ternes, tranquilles, paresseuses n'accompliront rien. Si tu ne décharges pas les fardeaux de ton âme devant Dieu, tu ne désires pas réellement la guérison, tu veux simplement avoir accompli ton rituel !

Tu dois crier de tout cœur, comme David l'a fait : “Seigneur, entends ma supplication ! Je n'abandonnerai pas tant que Tu n'auras pas répondu !”

Laisse-moi te décrire le genre de désespoir dans lequel se trouvait David. Imagine que tu rentres à la maison et, alors que tu tournes au coin de ta rue, tu vois des camions de pompiers devant ta maison. Une fumée noire sort des fenêtres et tout le bâtiment est sur le point de disparaître dans les flammes. Et tu sais que ton conjoint et tes enfants sont à l'intérieur.

Dis-moi, à quel point serais-tu calme et tranquille dans un tel moment ? Combien de temps resterais-tu là à ne rien faire, espérant que les flammes meurent d'elles-mêmes ? T’assiérais-tu calmement en priant : “Jésus, j'espère que tu vas éteindre les flammes” ? Non ! Si tu as ne serait-ce qu'un peu d'amour dans ton cœur, tu vas courir à travers la fumée dans ta maison et essayer de faire quelque chose !

Si ton mariage a des problèmes, alors ta maison est en feu et ta relation est en train de partir en fumée. Si tu permets à ce feu de continuer, tu vas tout perdre.

Alors, as-tu la crainte de Dieu en toi pour ton mariage ? Es-tu abattu par la culpabilité et la condamnation au sujet de ton rôle dans sa désintégration ? Si c'est le cas, n'essaye pas de tranquilliser ta conscience. Dieu t'envoie cette parole forte parce qu'Il t'aime. Il te prévient avec miséricorde, essayant de te réveiller avant ton auto-destruction. Alors cours vers Lui et prie assidûment. Toutes les guérisons commencent par le fait de faire instamment appel à Son nom !

jeudi 13 mars 2014

Y A-T-IL SEULEMENT UN ESPOIR ?

Du sein du désespoir, David a crié : “Seigneur, écoute ma voix ! Que tes oreilles soient attentives A la voix de mes supplications ! (Psaumes 130:2). Cela sonne à mes oreilles comme la supplication d'un mourant. David, de toute évidence, n'était pas juste en train de prononcer quelques “prières-pensées”. Il était face contre terre, brisé, contrit, plaidant avec Dieu du plus profond de son cœur.

David savait que son âme avait besoin d'une délivrance et il s'est tourné vers Dieu seul pour trouver cette délivrance. Il avait conclu : “Je suis dans une condition si difficile que seul le Seigneur peut m'aider à présent. Je ne peux pas compter sur mes conseillers, mes amis ni même ma famille. Mon seul espoir est dans la prière. Alors je vais crier à Dieu nuit et jour jusqu'à ce qu'Il entende ma supplication !”

Beaucoup de mariages chrétiens ont désespérément besoin du type de délivrance que David recherchait. Dans tout le pays, je vois des couples sombrer dans les noirs abîmes du désespoir. Des époux disent s'aimer alors qu'ils ne sont même plus corrects dans leur façon de communiquer. Ils montrent plus de gentillesse envers des étrangers que l'un envers l'autre. Avec le temps, leur foyer est devenu un lieu glacé plein de basses mesquineries. Ils ne le savent pas, mais ils vont en chute libre vers la destruction, leur relation est en train de rapidement devenir hors de contrôle. Peut-être ton mariage est-il tombé aussi bas que possible. Toi et ton épouse avez touché le fond et tu te réveilles chaque matin en te demandant s'il reste un espoir.

Bien-aimé, tu dois te réveiller et prendre conscience de ta condition. Tu es tombé au fond d'un trou profond, plein d'attitudes qui ne sont pas de Dieu et cette condition ne va pas s'arranger simplement par elle-même. A moins que tu ne prennes des mesures, cela ne va faire que s'aggraver jusqu'à ce que l'un de vous deux ne tue finalement le mariage.

Réveille-toi maintenant au son de la voix de l'Esprit Saint ! Il y a du péché au sein de ton mariage et il est commis à la fois par toi et ton épouse. Tu dois t'en occuper ou tu vas rester au fond de la citerne sombre pour toujours.

Alors, à qui montres-tu ta peine ? Est-ce que tu vides ton sac devant ton meilleur ami ? Si c'est le cas, est-ce que tu es en train de monter un dossier contre ton épouse ? Si tu vois un conseiller, cherches-tu en réalité à te justifier pour tout arrêter ?
S'il-te-plaît, ne te méprends pas sur mes propos. Je crois au conseil conjugal. Mais si tu veux sérieusement t'attaquer à la source du problème, il n'y a qu'un seul endroit où te rendre. Tu n'as pas à regarder plus loin qu'à ton propre cœur ! Le péché est juste là, en toi et, tout comme David, tu as besoin de crier à Dieu pour obtenir Sa grâce.

mercredi 12 mars 2014

LA FLECHE DE LA VERITE

La plupart des Chrétiens sont soulagés de savoir qu'ils ne font pas partie de la liste des damnés citée par Paul : “Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu.” (1 Corinthiens6:9-10). De Nombreux chrétiens sincères font tous leurs efforts pour ne pas transformer la grâce de Dieu en excuse pour pécher, tout en réalisant que leur marche ne peut être conforme à Ses saints critères.

Quand ils lisent le verset suivant, ils sont transpercés par cette flèche de vérité : “Et c'est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ, et par l'Esprit de notre Dieu” (verste 11). Soudain, ils se rappellent un péché installé dont ils n'ont jamais été capables de se débarrasser. Ils pensent : “Attends une minute. J'ai été délivré et sanctifié. Alors pourquoi est-ce que je n'arrive pas à me débarrasser de cette habitude ? Je ne suis pas réellement libre !”

Peut-être es-tu retombé récemment dans une vieille habitude. Peut-être as-tu visité un site pornographique sur internet ou t'es-tu impliqué dans un péché d'adultère ou d'homosexualité. Ou peut-être as-tu volé ton employeur ou t'es-tu arrêté pour boire un coup sur le chemin entre le travail et la maison. Quelle que soit ton habitude, tu sais que tu n'es pas libéré sur ce plan là.

Ne sois pas surpris si tu commences à te sentir comme David : “Je me souviens de Dieu, et je gémis...et mon esprit est abattu” (Psaumes 77:3).

A chaque fois que le Seigneur voit un de Ses enfants aux prises avec une convoitise de la chair ou un lien, Il vient rapidement pour nous ramener sur le chemin de l'obéissance, de la paix et du repos. Comment fait-Il cela ? Il met dans nos vies des circonstances qui nous forcent à affronter notre péché !

Souvent, cela implique de nous amener au fond du gouffre, comme Dieu l'a fait avec Jonas. Il nous laisse ressentir Sa désapprobation et nous laisse être avalé par nos circonstances. Mais c'est des sombres profondeurs que Jonas a crié à Dieu. Et le Seigneur a répondu promptement aux cris de Son serviteur, restaurant en lui Ses bénédictions et Sa volonté !

mardi 11 mars 2014

SEIGNEUR, ENTENDS MA VOIX

“Du fond de l'abîme je t'invoque, ô Éternel ! Seigneur, écoute ma voix ! Que tes oreilles soient attentives A la voix de mes supplications ! Si tu gardais le souvenir des iniquités, Éternel, Seigneur, qui pourrait subsister ? Mais le pardon se trouve auprès de toi, Afin qu'on te craigne” (Psaumes 130:1-4).

David était dans l'angoisse à cause du scandale qu'il avait causé en Israël. Son péché avait été exposé et le monde entier le savait. Sa peine à cause de la honte qu'il avait causée était si forte qu'il a supplié Dieu : “ Ne me rends pas l'opprobre de l'insensé !” (Psaumes 39:8).

Je connais un certain nombre de chrétiens qui sont exactement comme David. Ils aiment Jésus mais ils ont péché gravement contre la lumière qui leur a été donnée. Ils ont entendu de nombreux messages sur la justice, ont lu la Bible quotidiennement pendant des années, ont passé des heures sans nombre dans la prière. Pourtant, ils ont péché contre toutes les bénédictions de Dieu. Comment ? Parce qu'ils ont un péché installé qu'ils n'ont jamais affronté !

Avec le temps, leur péché a étouffé leur communion avec Jésus et maintenant le Saint-Esprit a mis le doigt sur leur habitude, la leur exposant. Il les met en garde : “En voilà assez : ce péché doit partir ! Je ne fermerai pas les yeux sur la façon dont tu continues à l'excuser. A partir de maintenant, tu as un ultimatum. Je t'ai montré ton péché mais bientôt, il sera exposé au monde entier !”

Maintenant, à chaque fois qu'ils entrent dans la maison de Dieu, ils ne peuvent même pas lever la tête. Et ils pleurent comme David l'a fait : “Mes péchés sont trop nombreux pour être comptés ! Mon iniquité s'est emparée de moi. Je ne peux même pas lever ma face vers le Ciel !”

Ils ont perdu toute la joie, le bonheur et la liberté dont ils jouissaient auparavant. Ils ne sont plus capables de prier ou de chanter avec une quelconque vie ou une quelconque puissance. Et ils marchent avec un grand sentiment d'échec. Ils sont devenus faibles, malades dans leur âme, abattus, près de tomber. Et ils savent que tout cela résulte du fait que leur péché les a séparé de leur communion avec Dieu !

Est-ce que cela décrit l'état actuel de ton âme ? Si c'est le cas, remercie Dieu pour Sa miséricorde. Il est en train de mettre en toi une sainte crainte de Dieu !

lundi 10 mars 2014

CES OS PEUVENT-ILS REVIVRE ? by Gary Wilkerson

Dieu a demandé à Ézéchiel : “ Fils de l'homme, ces os pourront-ils revivre ?

Quelle question pénétrante. Dieu nous demande la même chose aujourd'hui. “Les os desséchés de ta situation peuvent-ils revivre ? Tes enfant rebelles peuvent-ils revenir à la vie ? Ceux que tu aimes et qui ne sont pas sauvés peuvent-ils être amenés à Christ ?”

C'est une question de foi : “crois-tu que ça puisse se produire ?” C'est aussi une question de désir : “veux-tu que cela se produise ? Es-tu peiné par ces os desséchés dans ta vie ?” Si ta réponse est non, c'est un signe de sécheresse , un manque d'onction (de passion) spirituelle en ce qui concerne la sombre condition du monde.

Voilà la réponse d’Ézéchiel : “Seigneur Éternel, tu le sais” (37:3). c'était une réponse qui montrait sa confiance : “Seigneur, Tu es le seul à savoir ces choses. Tu m'as montré une vision de mort horrible. Suggères-tu que ces os peuvent revivre ? Est-ce réellement possible ?” La question elle-même a suscité la foi d’Ézéchiel. C'était ce que Dieu voulait entendre et Il fait la même chose avec nous pour stimuler notre foi.

“Il me dit : Prophétise sur ces os” (37:4). une fois que notre foi est engagée, une fois que nous nous en sommes remis à Dieu et qu'Il a suscité notre foi, Il nous demande de passer à l'action. Il nous demande de “prophétiser”, c'est-à-dire de nous adresser à nos os desséchés par la foi. Nous devons apporter des paroles vivantes à nos familles, comptant sur le Saint-Esprit pour donner de la puissance à ce que nous dirons. Nous devons apporter des paroles vivantes à notre travail, sachant qu'Il nous tient dans sa main, peu importe à quel point notre environnement est sombre. Pour pouvoir faire cela, Dieu doit insuffler Sa vie dans notre être : “ je mettrai en vous le souffle, et vous vivrez” (37:6 version Darby).

C'est ce que Dieu a fait pour Ézéchiel. Le prophète a rendu ce témoignange : “Et je prophétisai selon qu'il m'avait été commandé” (37:7). Peux-tu dire cela de ta marche avec Dieu ? “J'ai parlé et j'ai été une source de bénédictions et de paix pour la vie des gens. J'ai aussi dis des choses difficiles. J'ai dis tout ce que Dieu voulait que je dise et, en tout cela, je savais qu'Il était avec moi.” C'est la puissance de la proclamation de l'évangile.

Que s'est-il passé quand Ézéchiel a prophétisé avec foi ? “il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement” (37:7). Le terme “bruit” utilisé ici fait écho à Actes 2, quand le Saint-Esprit a insufflé une vie nouvelle aux disciples lors de la Pentecôte. Ézéchiel a été témoin d'une chose similaire. Tout aussi soudainement, tous les os desséchés de la vallée se sont animés, remplis de vie. Ils se sont assemblés pour former des corps vivants : “je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez. Et vous saurez que je suis l'Éternel” (37:6).

samedi 8 mars 2014

UNE FOI CONTAGIEUSE by Claude Houde

Pendant bien trop longtemps, dans de nombreuses églises évangéliques, une fausse humilité pathétique et sirupeuse a excusé, justifié et a encouragé les chrétiens à dire : “Ne regarde pas à moi ! Ne regarde pas à l'homme mais à Dieu seul !” Laisse-moi être clair. Il est normal, sain et conforme à l’Écriture de garder notre attention, notre dévotion et notre totale confiance en Dieu et en Dieu seul. Les hommes seront toujours faillibles et imparfaits. Ils peuvent nous décevoir et nous blesser. L'apôtre Paul nous rappelle que le trésor éternel et parfait du Royaume de Dieu est porté dans des vases de terre, d'humanité, de fragilité et d'imperfections humaines. (voir 2 Corinthiens 4:7).

Cependant, un temps doit toucher à sa fin ; ce n'est plus le temps d'ignorer et de tourner le dos à nos responsabilités et au suprême appel biblique, qui est de communiquer la foi, l'amour, le pardon, la pureté, la générosité et un cœur passionné pour Dieu et pour Sa maison à nos enfants et à nos bien-aimés. Sans arrogance ni prétention mais plutôt en ayant un sens spirituel aigu et profond de dépendance à Dieu, l'apôtre Paul invite avec passion les jeunes croyants qui l'entourent : “Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ” (1 Corinthiens 11:1). Paul a dit plus tard à Timothée : “Ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l'enseigner aussi à d'autres” (2 Timothée 2:2).

Nous devons commencer à nous voir de cette façon. Quand nous réalisons et que nous commençons à saisir la signification de nos vies, l'incommensurable possibilité d'influence que nous avons tous en nous, un cri monte du plus profond de notre âme vers notre Dieu : “Ô Dieu, augmente notre foi !” Cher lecteur, laisse-moi te dire les choses ainsi : Chacun de nous doit être contagieux !

Laisse-moi te poser cette question : qu'est-ce que tes valeurs, tes passions et tes priorités communiquent à ceux qui te regardent marcher et parler dans ta vie de tous les jours ? Laisse-moi te demander franchement : si je marche avec toi, apprends de toi et que je fais comme toi, qu'est-ce que je vais “attraper”? Tu sais aussi bien que moi que la foi, l'amour, la joie et la passion de certains hommes et de certaines femmes sont communicatifs. Être près d'eux nous fait du bien, nous inspire, nous guérit et nous réconcilie avec l'espèce humaine ! Nous aimons être près d'eux et nous remercions Dieu pour leur foi qui produit de l'espérance et nous propulse vers de nouveaux sommets de désirs, d'engagements et de possibilités en Dieu.


__________
Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, au Canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'églises protestantes en expansion.

vendredi 7 mars 2014

OTER LE CHANDELIER

Dans Apocalypse 2-5, Christ nous donne une parole qui nous fait savoir que nous avons intérêt à faire attention. Il dit : “Repens-toi, et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place.”

Jésus dit ici que, à moins que nous ne nous repentions, Il va nous retirer toute l'autorité spirituelle qui nous avait été donnée. cela implique notre impact sur notre ville, notre communauté, notre voisinage, sur tous ceux qui se trouvent dans notre sphère d'influence. Toute parcelle d'influence nous sera ôtée.

En cet instant, des églises dans le monde entier sont en train de mettre la clé sous la porte. Leurs lumières se sont littéralement éteintes parce que c'est le jugement qu'elles ont reçu pour avoir refusé de se repentir. Dieu dit qu'elles vont perdre leur discernement, leurs bénédictions spirituelles, leurs finances, Sa présence. A présent, elles sont mortes, sans vie, n'ayant plus que des souvenirs de Ses anciennes bénédictions.

Il y a trente ans, j'ai prêché dans nombre de ces églises. A l'époque, elles étaient pleines de croyants zélés alors qu'aujourd'hui, il n'y a plus que quelques douzaines de personnes assises sur leurs bancs. Bientôt, elles vont être réduites à néant et leurs portes vont se fermer pour de bon. Dieu a écrit “I Kabod” sur leurs portes, ce qui signifie : “L'Esprit du Seigneur est parti !”

Pourtant, bien-aimé, Dieu donne ce même message individuellement à chaque chrétien. Il dit : “Si tu refuses de te repentir, si tu restes dans ta léthargie, J'ôterai ton chandelier. Tu n'auras plus aucune influence sur ta famille, tes collègues ou sur qui que ce soit !”

Mais alors que nous lisons ces mots, nous n'avons pas à craindre. Jésus termine sa mise en garde de cette façon : “A celui qui vaincra je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu” (Apocalypse 2:7). Cher saint, Jésus est cet arbre ! Il nous dit : “Si tu te repens, Je te donnerai la vie qui coule de mon Sein. Et, aussi longtemps que tu continueras à M'aimer, Je pourvoirai à un flot continu de vie surnaturelle en toi. Cette vie sera révélée dans ton discernement, ton amour pour les gens, tes bonnes œuvres pour Mon Royaume !” Voilà ce qui distingue tout chrétien qui aime réellement Jésus.

Jésus promets que ta tristesse selon Dieu, ton cœur repentant et ton amour renouvelé pour Lui vont te conduire à la vie. Alors prie-Le dès maintenant : “Seigneur donne-moi un cœur vraiment repentant. Ramène-moi là où j'étais quand je T'ai aimé au début. Mais cette fois, amène moi encore plus profondément en Toi.”

Alors que tu te repens, l'Esprit de Dieu va commencer à produire en toi une nouvelle révélation de la gloire de Christ et Il le rendra évident pour tous ceux qui t'entourent !

jeudi 6 mars 2014

L'EGLISE D'EPHESE

Tu te souviens peut-être des sept églises que Jean mentionne dans l'Apocalypse, au chapitre 2. Parmi elles se trouve l'église d’Éphèse, une congrégation que Jésus félicite grandement.

J'aime penser que notre église de Times Square est comme l'église d’Éphèse. Ce corps de croyants travaillait dans l'une des cités les plus peuplées du monde, ne chancelant jamais au milieu de toute la perversité qui l'entourait. Cette église vivait dans la sanctification, haïssant le péché et refusant d'accepter les fausses doctrines. Ils se tenaient debout, affermis dans la foi, aimant Dieu de tout leur cœur quelles qu'étaient les tentations que Satan leur envoyaient.

Mais Christ savait que quelque chose allait de travers chez ces gens. Il aimait tellement cette église, elle brillait tellement au milieu des nations, qu'Il ne voulait pas rester sans agir et la laisser mourir. Alors Il a dit aux Éphésiens : “Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour”(Apocalypse 2:4).

Jésus leur disait : “Votre feu s'éteint ! Votre amour pour Moi, qui a une époque motivait votre fidélité, s'amenuise. Avant, vous portiez Mon fardeau pour les perdus, mais maintenant vous vous contentez de vous asseoir et d'écouter des prédications. Vous vous êtes laissés complètement absorbés par vos propres préoccupations et vous ignorez les Miennes. Vous êtes tombés loin de là où vous vous teniez avant !”

Jésus leur dit alors : “Souviens-toi donc d'où tu es tombé” (verset 5). Il leur dit : “Regardez en arrière ! Vous aspiriez alors avec impatience à venir dans Ma maison, d'être avec Mes saints, de porter Mon fardeau. Mais maintenant, une heure le dimanche matin, c'est assez pour vous !”

Alors, cher chrétien, es-tu encore plein de feu pour Jésus ? Es-tu rempli d'amour pour Lui autant que lorsque tu as été sauvé ? Ou bien as-tu perdu ton intérêt pour Ses préoccupations, abandonnant tout service ? As-tu trop d'autres choses dans ta vie ? Si c'est le cas, le Seigneur te dit : “J'ai quelque chose contre toi : tu as abandonné ton premier amour !”

Écoute ce que Jésus nous dit si c'est le cas : “Repens-toi, et pratique tes premières œuvres” (verset 5). Il nous dit : “Pleure sur ton apathie qui va croissante. Sois contrit et considère ces choses sérieusement. Puis laisse ta tristesse selon Dieu te ramener là où tu étais quand tu M'as aimé pour la première fois !”

mercredi 5 mars 2014

« LABOUR PROFOND »

“Méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ?” (Romains 2:4).

Je ne suis pas d'accord avec l'ensemble de la doctrine des écrivains puritains, mais j'aime le fait qu'ils insistent autant sur la sainteté. Ces saints prédicateurs disent de leurs sermons qu'ils sont des “labours profonds”. Ils croient qu'ils ne peuvent pas planter de vraies semences de foi tant que le sol des cœurs de ceux qui les écoutent n'a pas été profondément labouré.

Les puritains faisaient en sorte que leurs prédications aillent en profondeur, creusant le sol en jachère des âmes de ceux qui les écoutaient. Leurs sermons produisaient de sincères repentances dans leurs congrégations et, en conséquence, au fil des ans, ils produisaient des chrétiens forts, matures et fidèles.

Mais aujourd'hui, la plupart des prédications sont de simples semis sans labour. J'entends très peu de messages de nos jours qui creusent plus loin que la surface. Un labour profond ne s'adresse pas seulement à la maladie qu'est le péché, il creuse jusqu'à l'origine de la maladie. La majorité des prédications que nous entendons aujourd'hui se concentrent sur le remède tout en ignorant la cause. Elles apportent une prescription sans avoir accompli l'acte chirurgical préalable !

Assez tristement, nous amenons les gens à croire qu'ils ont été guéris du péché sans qu'ils aient jamais réalisés qu'ils étaient malades. Nous les habillons de robes de justice sans qu'ils aient réalisé qu'ils étaient nus. Nous les poussons à placer leur confiance en Christ alors qu'ils ne réalisent même pas qu'ils ont besoin de Lui faire confiance. De telles personnes finissent par penser : “Çà ne peut pas faire de mal d'ajouter Jésus à ma vie.”

C. H. Spurgeon, ce puissant prédicateur anglais, a dit la chose suivante au sujet de la nécessité de la repentance :

“Je crois que la pénitence sincère, qui s'accompagne de tristesse, existe encore, même si je n'en ai pas beaucoup entendu parler ces derniers temps. Les gens semblent sauter dans la foi très rapidement de nos jours...J'espère que ma vieille amie la repentance n'est pas morte. Je suis désespérément amoureux de la repentance. Elle semble être la sœur jumelle de la foi”.

“Je ne comprends pas grand-chose à la foi aux yeux secs. Je sais que je suis venu à Christ par le chemin plein de larmes de la croix...Quand je suis venu au Calvaire par la foi, c'était avec beaucoup de pleurs, de supplications, confessant mes transgressions, désirant trouver le salut en Jésus et en Jésus seul.”

mardi 4 mars 2014

L'EVANGILE DE REPENTANCE

“En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut” (2 Corinthiens 7:10). En lisant ce passage, je me suis retrouvé en train d'examiner mon ministère et de me demander : “Est-ce que j'ai retranché quelques chose à l'évangile que Jésus a prêché, l'évangile de repentance ? Est-ce que j'ai pris des ciseaux et enlevé de la Bible ce qui est le plus important pour suivre Christ ? Ai-je abaissé Ses critères en disant aux gens de simplement croire pour être sauvés ?”

Avons-nous supprimé de nos messages et de nos vies la véritable conviction de péché ? Avons-nous simplifié à l'extrême et offert le salut à ceux qui ne s'étaient pas réellement repentis, qui n'avaient pas été peinés de leurs offenses, qui avaient cherché la foi afin de simplement cacher leurs convoitises derrière ?

Nous entendons constamment des exagérations sur le nombre de personnes qui viennent à Jésus à travers différents ministères. Des chrétiens rapportent qu'un grand nombre de gens ont été sauvés alors qu'ils prêchaient dans les prisons, dans les écoles ou dans d'autres lieux. Ils disent : “Tous ceux qui étaient là ont donné leur cœur à Jésus. Quand j'ai eu fini de prêcher, ils se sont tous approchés pour être sauvés.”

Bien trop souvent, ce qui se passe en réalité, c'est que tout le monde répète simplement une prière. Ils prient simplement comme on leur dit de prier et beaucoup ne se saisissent pas de ce qu'ils sont en train de dire. Ensuite, la plupart reviennent à leurs anciennes voies !

De telles personnes n'expérimentent jamais une œuvre profonde du Saint-Esprit. En conséquence, elles ne se repentent jamais, elles ne souffrent jamais de leurs péchés, et ne croient jamais vraiment. Tragiquement, nous leur avons offert quelque chose que Jésus Lui-même n'a jamais offert : le salut sans la repentance.

Je pense que l'Eglise a même ôté toute émotion à la conviction de péché. Penses-y : on voit rarement couler des larmes sur les joues de ceux qui sont en train d'être sauvés de nos jours. Évidemment, je sais que les larmes n'ont jamais sauvé personne, mais Dieu nous a fait humains, avec de vraies émotions. Et tout pécheur promis à l'enfer qui est profondément touché par le Saint-Esprit ressent naturellement une profonde tristesse pour la façon dont il a offensé le Seigneur.

L'apôtre Pierre a ressenti ce type de tristesse qui vient de Dieu quand il a renié Jésus. Soudain, il a été submergé par le souvenir de ce que Jésus lui avait dit : “Pierre se souvint de la parole que Jésus lui avait dite : Avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et en y réfléchissant, il pleurait”(Marc 14:72).

lundi 3 mars 2014

DES OS TRES SECS by Gary Wilkerson

Dans la vision d’Ézéchiel 37, Dieu a conduit le prophète dans une vallée remplie d'os desséchés. “La main de l'Éternel fut sur moi, et l'Éternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d'une vallée remplie d'ossements. Il me fit passer auprès d'eux, tout autour ; et voici, ils étaient fort nombreux ... et ils étaient complètement secs” (Ézéchiel 37:1-2). Quelle scène horrible : une vaste étendue pleine de squelettes, aussi loin qu’Ézéchiel regardait.

Peut-être que, comme Ézéchiel, tu t'es demandé : “Seigneur, tout ce que je peux voir devant moi, ce sont des choses difficiles. Pourquoi me conduis-Tu à travers cette sombre vallée ?” C'est parce que, dans la vallée des ossements desséchés, il n'y pas d'autre source de vie. Nous ne pouvons vivre par nous-mêmes là-bas, nous n'y avons aucune puissance, aucune force. La vallée des morts est un lieu de totale dépendance. 2013 a été une des années les plus dures de ma vie. Pourtant, quand je regarde en arrière, je remercie Dieu pour chaque instant. Au milieu de tous les ossements desséchés de ma vie, je vois que Dieu a tout organisé pour que j'arrive à un point où ma vie se termine et où Sa vie commence.

La vallée des os desséchés de la vision d’Ézéchiel nous révèle deux choses :

Premièrement, elle représente la condition du peuple de Dieu. J'aime l'Eglise de Christ. Je ne l'étudierai jamais assez et je ne prierai jamais assez pour elle. C'est pour Dieu le plus grand moyen qu'il ait sur Terre pour exprimer Sa nature et montrer Sa puissance. Mais jje porte aussi un fardeau parce que beaucoup d'églises d'aujourd'hui sont remplies d'os desséchés. Ce n'est pas une critique, c'est une réalité. En tant que chrétien, nous pouvons devenir secs avant même de nous en rendre compte. Jésus l'a dit de cette façon : “Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour”(Apocalypse 2:4). Nous pouvons faire tout ce qu'il faut extérieurement mais sans avoir de vie à l'intérieur.

La seconde chose que je vois révélée dans la vision des os desséchés d’Ézéchiel, c'est notre culture. A une époque, nous étions une nation qui honorait Dieu. A une époque, 70% des américains professaient Christ et fréquentaient une église. Les plus récentes statistiques montrent que ce chiffre atteint maintenant à peine les 8%. Nous vivons au milieu de ténèbres spirituelles : nous résidons dans une vallée d'os desséchés !

Comment une église desséchée jusqu'à l'os, une église sans vie, sans prière, tiède, peut-elle parler à une culture desséchée jusqu'à l'os ? Cela n'est pas possible, à moins que nos esprits ne soient renouvelés, réveillés par le Saint-Esprit.

samedi 1 mars 2014

LA VRAIE FORCE by Jim Cymbala

La principale stratégie que Satan utilise contre le peuple de Dieu a toujours été de lui murmurer : “Ne cries pas à Dieu, ne demandes pas, ne dépends pas de Dieu pour faire de grandes choses. Tu t'en sortiras très bien grâce à ta propre intelligence et à ton énergie.” La vérité à ce sujet, c'est que le Malin n'est pas très effrayé par nos efforts humains et par nos compétences. Mais il sait que son royaume est en danger quand nous tournons nos cœurs vers Dieu.

Écoute cette affirmation pleine de confiance de David dans le Psaume 4 au verset 3 : “ Sachez que l'Éternel s'est choisi un homme pieux ; L'Éternel entend, quand je crie à lui.” C'était la position qu'avait David, son instinct et tout particulièrement son approche de la guerre. Peu importe ce qu'ont les armées des Philistins. Si nous crions à Dieu, Il nous donnera la victoire. Si nous rétrogradons et que nous n'appelons pas, alors nous pouvons être vaincu même par une toute petite armée.

Je peux presque entendre David dire : “Vous pouvez me pourchasser, vous pouvez me persécuter, vous pouvez faire tout ce que vous voulez, mais quand je crie à Dieu, c'est vous qui avez des problèmes ! Le Seigneur entend quand je crie vers Lui.”

Note comment Dieu définit les personnes mauvaises dans le Psaume 14 au verset 4 : “Tous ceux qui commettent l'iniquité ont-ils perdu le sens ? Ils dévorent mon peuple, ils le prennent pour nourriture ; Ils n'invoquent point l'Éternel.” Voilà la définition divine des impies. Ils font beaucoup de choses ,mais ils ne s'humilient pas et ne reconnaissent pas l'omnipotence de Dieu en faisant appel à Lui de tout leur cœur.

Le salut est impossible tant qu'une personne n'invoque pas humblement le nom du Seigneur (Actes 2:21), car Dieu a promis de façon précise d'être riche en miséricorde pour ceux qui invoquent Son nom (voir Romains 10:12-13).

“Et invoque-moi au jour de la détresse”, dit Dieu dans le Psaume 50:15. “Je te délivrerai, et tu me glorifieras.” Dieu désire que nous le louions à cause de nos vies, mais le seul moyen d'avoir de nouvelles sources de louange et d'adoration, c'est de continuer à venir à Lui dans nos temps de besoins et de difficultés. C'est là qu'Il interviendra pour montrer qu'Il est fermement de notre côté et nous saurons qu'Il l'a fait.


__________
Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Étant né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent aux conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.