jeudi 28 avril 2011

Press Release

C'est avec une grande tristesse que nous vous informons du soudain décès du Révérend David Wilkerson, le 27 avril 2011. Plus d'informations seront disponibles sur ce site internet lorsqu'elles seront disponibles.

mercredi 27 avril 2011

QUAND TOUT ECHOUE

Croire alors que tout échoue fait excessivement plaisir à Dieu. Jésus a dit à Thomas : “Parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu, et qui ont cru !” (Jean 20:29)

Heureux sont ceux qui croient alors qu'il n'y a aucun signe de réponse aux prières, qui font confiance alors qu'il semble ne plus y avoir d'espoir et que tout a échoué.

Tu es peut-être arrivé à un point où tu n'as plus d'espoir. Tu es arrivé au bout, au bout de tout espoir, au bout de tout ce que tu as tenté. Un bien-aimé affronte la mort et les docteurs disent que c'est sans espoir. La mort parait inévitable. L'espoir s'en est allé. Le miracle pour lequel on a prié n'a pas lieu.

C'est à ce moment que Satan vient pour attaquer ton esprit avec de la peur, de la colère, des questions accablantes : “Où est ton Dieu à présent? Tu as prié jusqu'à ce qu'il ne te reste même pas une larme à verser. Tu as jeûné. Tu as serré ses promesses. Tu lui as fait confiance.

Des pensées blasphématoires vont être instillées dans ton esprit : “La prière a échoué. La foi a échoué. N'abandonne pas Dieu, mais ne lui fait simplement plus jamais confiance. Ça ne paie pas!”

Tu peux aller jusqu'à remettre l'existence de Dieu en question. Satan a utilisé ces trucs pendant des siècles. De nombreux hommes et femmes de Dieu ont subi ce genre d'attaques démoniaques.

Vous qui traversez la vallée de l'ombre de la mort, écoutez ces mots : les pleurs dureront jusqu'à ce que, au milieu d'une nuit sombre et terrible, tu entendes le Père murmurer : “Je suis avec toi. Je ne peux pas te dire maintenant pourquoi tu affrontes ces choses, mais un jour, tu comprendras. Tu les verras comme une partie de mon plan pour toi. Ce n'était pas un accident. Ce n'était pas un échec de ta part. Tiens bon. Laisse-moi te soutenir dans ces heures de peine.”

Bien-aimé. Dieu n'a jamais cessé d'agir pour le bien et par amour. Quand tout échoue, son amour l'emporte. Tiens bon par la foi. Tiens bon par sa Parole. Il n'y a pas d'autre source d'espérance en ce monde.

mardi 26 avril 2011

NOUS SOMMES MIS A L'EPREUVE AU TRAVERS DE NOS CHUTES ET DE NOS MANQUEMENTS

Je ne veux pas dire que les chrétiens qui retombent dans leurs anciens péchés et retournent dans le monde sont mis à l'épreuve. Non, ces croyants connaissent plutôt un naufrage de la foi.

Mais Pierre nous a prévenu : “tenez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté.” ( 2 Pierre 3:17) Pierre met ici en garde des croyants qui croissent dans la sainteté et qui marchent à la suite du Seigneur.

Certains d'entre vous peuvent être tombés, malgré tous les progrès accomplis avec le Seigneur. Si je te demande ce qui a causé ta chute, tu pourrais répondre : “Frère David, c'était à cause d'un moment de colère. J'ai été provoqué par ma propre famille et j'ai explosé. Je ne le comprends pas. Je pensais que je devenais plus doux, un peu plus comme Jésus. Mais quelqu'un a juste appuyé sur le mauvais bouton et je ne l'étais plus.” Tu pourrais dire : “Je ne suis qu'un humain. Combien de choses suis-je sensé supporter?”

Peu importe que tu aies été provoqué ou même que tu aies eu raison. Le fait que tu te sois senti provoqué seul prouve que tu as besoin d'une délivrance. L'Ecriture dit : “Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur [bagarre], toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.” (Ephésiens 4:31)

Dieu va continuer à te tester jusqu'à ce que tu dises : “J'ai ce trait de caractère et je dois m'en séparer.” Tu ne verras pas de croissance avec Christ, pas de paix à la maison ou au travail tant que tu ne pourras pas dire : “Tu as raison Seigneur, délivre-moi de ça!”

Si tu es testé de cette manière, ou d'ailleurs de n'importe quelle autre, tu penses peut-être : “Je me sens tellement indigne. Comme j'ai régressé ! Le Seigneur m'aime-t-il encore ?”

Cher saint, si tu t'es sincèrement repenti, tu n'as pas régressé. Dieu t'entoure de ses bras d'amour et il dit : “Je permets que ces choses arrivent afin que tu puisses voir ce qui est dans ton coeur. Mais tu progresses. Tu as dit que tu veux marcher avec moi, et moi je t'enseigne. Je sais ce qui est en toi et je permettrai que tu sois provoqué, jusqu'à ce que tu sois délivré.”

Es-tu mis à l'épreuve? Si c'est le cas, prie seulement ainsi : “Seigneur, tu as mis le doigt sur quelque chose en moi. Délivre mon cœur de cela. Encourage-moi Seigneur et montre moi que je ne régresse pas mais qu'au contraire je vais de l'avant avec toi!”

lundi 25 avril 2011

AVOIR CONFIANCE EN DIEU AU MILIEU DES DIFFICULTES

Rien n'honore Dieu d'avantage que notre confiance en lui au milieu de nos difficultés. Comme nous oublions vite les miracles et les bénédictions passées!

Dans le Psaume 106, nous lisons qu'Israël a vu un miracle incroyable, lorsque la mer rouge a enseveli l'armée égyptienne, noyant tous les soldats. “Les eaux couvrirent leurs adversaires : Il n'en resta pas un seul. Et ils crurent à ses paroles, Ils chantèrent ses louanges.”
Mais les mots suivants sont : “Mais ils oublièrent bientôt ses œuvres” (verset 13)

Nous ne pouvons avoir confiance dans nos expériences passées pour fortifier notre foi. Nous sommes bien trop oublieux et les souvenirs sont trop fragiles. Le passé ne sera pas suffisant pour nous fortifier contre les difficultés présentes. Nous avons besoin d'une foi constamment renouvelée, solidement ancrée par un apport quotidien de la Parole de Dieu – une fraîche parole de Dieu pour nous chaque jour.

Fais confiance à Dieu lorsque tu fais face à des difficultés, et Dieu te feras confiance également, en te donnant d'avantage de sa grâce qui te suffit, et de sa force.

Placer sa confiance en Dieu au milieu des difficultés requière une foi aventureuse : il faut oser remettre toutes choses entre ses mains. Il est un moment où nous devons plonger sans plus réfléchir et lui laisser tous nos fardeaux. C'est ce type de foi aventureuse qui le réjouit.

La foi est notre seul espoir, la seule issue à nos difficultés. Alors faisons ce pas de la foi et remettons-nous à lui.

vendredi 22 avril 2011

UNE ANCRE DANS LA TEMPETE

“Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide ; elle pénètre au delà du voile,” (Hébreux 6:19)

L'ancre dont il est question dans ce passage de L'Ecriture est l'espérance. Pas l'espérance en ce monde mauvais, mais l'espérance fondée sur le serment que Dieu a fait de garder, bénir et diriger ceux qui lui font confiance.

C'est cette espérance qui nous sert d'ancre dans la tempête qui s'abat sur la terre en ce moment. L'auteur de l'épître aux Hébreux conseille :“ne devenez pas paresseux, mais imitateurs de ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent ce qui avait été promis.” (6:12)

Dieu a fait un serment aux “héritiers de la promesse”, c'est à dire tous ceux qui sont en Christ. Il a fait ce serment pour ôter tous les doutes, afin que “nous ayons une ferme consolation, nous dont le seul refuge a été de saisir l'espérance qui nous était proposée,” (6:18)

Voici notre espérance : DIEU A PROMIS DE REMPLIR SES PROMESSES ET IL EST IMPOSSIBLE A DIEU DE MENTIR;

Il a tenu la promesse faite à Abraham. Il tiendra la promesse qu'il t'a faite si tu lui fais confiance. Nous avons besoin d'une source de consolation dans ces temps difficiles.

Après tout ce qui a été fait et dit, après tous les messages qui ont été prêchés sur l'espoir, voilà ce qui est réellement important : voulons-nous abandonner toutes choses entre ses mains, nous reposer sur sa parole et tenir ferme sans broncher dans l'amour de Dieu, pleinement persuadés qu'il accomplira ses promesses?

Tu peux saisir cette foi par-delà le voile, dans le lieu très-saint !

jeudi 21 avril 2011

REGARDER A JESUS

“Gardons les yeux fixés sur Jésus, qui nous a ouvert le chemin de la foi et qui la porte à la perfection” (Hébreux 12:2)

Si tu me demandes ce qui arrive dans le monde en ce moment, je te répondrai : “tout ce que Jésus nous avait annoncé pour les derniers temps!” Il nous a prévenu de ce que le cœur des hommes tremblerait d'effroi en voyant ce qui arriverait sur la terre. Il nous a averti de ce qu'il y aurait des tremblements de terre à différents endroits, de ce que les nations s'élèveraient contre d'autres nations, des tribus contre d'autres tribus.

Nous voyons de notre vivant s'accomplir le début des prophéties concernant les derniers temps. Regardons le verset 11 du chapitre 21 de l'Evangile de Luc : “Il y aura de grands tremblements de terre”

Qu'est-ce-que Jésus nous a dit de faire lorsque nous verrions ces choses arriver? Il a dit : “Quand ces événements commenceront à se produire, levez la tête et prenez courage, car alors votre délivrance sera proche.” (21:28)

Oh, bien-aimé, si tu aimes Jésus, tu ne devrais pas être surpris ou effrayé. DIEU A TOUTES CHOSES DANS SA MAIN.

Oui, nous tremblons dans un premier temps lorsque nous voyons et entendons ces terribles nouvelles. C'est alors le moment de regarder à Jésus. Il nous a gardé jusqu'à présent. Il nous a ouvert le chemin de la foi. Il nous guidera jusqu'aux derniers instants, dans l'espérance et la paix, quoiqu'il puisse advenir.

Aujourd'hui ne laisse aucune mauvaise nouvelle abattre ton âme. Lève la tête et fixe les regards sur Jésus. Il revient bientôt.

“Restons fermement attachés à l'espérance que nous reconnaissons comme vraie, car celui qui nous a fait les promesses est digne de confiance.” (Hébreux 10:23)

mercredi 20 avril 2011

DE L'ESPOIR DANS LA TEMPETE QUI VIENT

David nous a donné une image précise de l'attitude de Jésus face à une tempête qui s'annonce. Il a prophétisé au sujet de Christ : “Car David dit de lui : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, Parce qu'il est à ma droite, afin que je ne sois point ébranlé.” (Actes 2:25) Littéralement : “J'étais toujours dans sa présence, contemplant sa face.” Il parlait de Jésus lorsqu'il disait : “Aussi mon cœur est dans la joie, et ma langue dans l'allégresse ; Et même ma chair reposera avec espérance,” (Actes 2:26)

Voilà le secret : Jésus voyait constamment le Père devant lui! Jésus cherchait continuellement des lieux isolés où il pouvait être seul dans la présence du Père. C'est seulement après avoir passé du temps dans la présence de Dieu que Christ est venu accomplir son ministère, pleinement persuadé que son Père était toujours avec lui. “Il est à ma droite et rien sur cette terre ne peut m'ébranler.” Le mot grec pour ébranler signifie ici : “agiter, secouer, perturber.” Jésus disait : “Aucun problème, aucun mal, aucun évènement à venir ne peut me mettre à terre ou ébranler ma confiance. Mon Père contrôle tout.”

Bien-aimé, si nous voulons tenir ferme dans la tempête à venir, nous devons nous préparer afin que rien ne puisse nous perturber. La seule manière d'y parvenir est de passer du temps dans la présence du Père, regardant sa face. Nous devons réserver du temps pour rester dans le lieu secret, à genoux, nous exerçant à rechercher sa présence, jusqu'à ce que nous soyons réellement persuadés qu'il se tient à notre droite.

Dieu nous dit clairement : “Que rien de ce que tu vois ne te trouble ou ne t'agite. Garde tes yeux fixés sur moi et tu seras gardé dans la joie.” Et, d'après David, Jésus a déclaré : “Tu me rempliras de joie par ta présence.” (Actes 2:28)

C'est comme si Christ nous disait : “J'ai déjà affronté tout ce que tu affronteras dans les derniers temps. J'ai connu ces mêmes pressentiments car j'ai moi aussi vu une tempête en formation. Mais j'ai couru dans la présence de mon Père et il m'a déchargé de toutes ces préoccupations. Il m'a montré l'issue de ces choses. Et j'ai trouvé dans sa présence toute la joie, l'espoir et le repos dont j'aurai besoin jusqu'à la fin. Je suis dans la paix et dans la joie car j'ai passé du temps avec lui.”

“Et même ma chair reposera avec espérance,” (2:26)

mardi 19 avril 2011

LA FOI DOIT ETRE FONDEE SUR LA PAROLE

Ce qui préoccupe Dieu, c' est que ses enfants soient ébranlés dans leur foi, qu'ils ne lui font pas confiance quand ils traversent des temps difficles. Bien-aimé, notre plus grand péché est de ne pas vouloir croire qu'il accomplira ce qu'il a promis. Cela l'offense davantage encore que l'adultère, la fornication, la drogue, l'alcoolisme ou tout autre péché de la chair.

Sa Parole dit : “le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux” (2 Pierre 2:9) “Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter.”(1Corinthiens 10:13)

Soit ces versets font partie de l'Evangile soit ce sont des mensonges. Mais s'ils font partie de l'Evangile, alors nous devons tenir ferme par eux. Dieu veut que nous soyons capables de dire : “Seigneur, si je meurs dans cette situation, en te faisant confiance pour m'aider à la traverser, alors laisse moi mourir avec foi. Vivant ou mort, je suis à toi.”

Laisse toutes les tempêtes et tous les flots de l'enfer venir à toi. Notre Dieu dit qu'il peut et sait comment te délivrer.

Il veut que nous possédions joie, paix et victoire pour le reste de notre marche dans ce monde. Il cherche des hommes et des femmes qui tiendront ferme dans les temps difficiles qui sont à venir, des serviteurs qui tiendront dans le calme et la confiance parce que Christ réside en eux.

Dieu désire aussi que tu en viennes à cette paix. Il veut que tu n'aies plus de craintes, mais que tu te reposes sur sa puissance et ses capacités. Il sait comment te délivrer de toutes les embûches, des épreuves et des tentations, si tu lui fais confiance.

lundi 18 avril 2011

“FAIS DE MOI CE QUE TU VEUX”

Martin Luther a déclaré, alors qu'il vivait le point culminant de ses épreuves : “Seigneur, maintenant que je suis complètement pardonné, fais de moi ce que tu veux.” Luther était convaincu qu'un Dieu capable d'effacer tous ses péchés et de sauver son âme pouvait certainement prendre soin de son corps physique et de ses besoins matériels.

Luther disait en fait : “Pourquoi aurai-je peur de ce que les hommes peuvent me faire? Je sers un Dieu capable de me laver de toutes mes iniquités et capable de me donner la paix de l'âme. Peu m'importe si tout ce qui m'entoure s'effondre. Si mon Dieu est capable de me sauver et de garder mon âme pour toute l'éternité, pourquoi ne serait-il pas capable de prendre soin de mon corps alors que je me trouve sur cette terre?”

“Oh, Seigneur, maintenant que je suis pardonné, gracié et capable d'affronter le Jour du Jugement avec une grande joie, fait de moi ce que tu voudras.”

Mon frère, ma sœur, réjouis-toi! Notre vie présente n'est pas la réalité. Notre réalité est notre vie éternelle dans la présence de notre Seigneur.

Alors garde la foi! Les choses tirent à leur fin, mais nous allons vers le Ciel!

vendredi 15 avril 2011

IL FAIT CESSER LES GUERRES

“Il a fait cesser les guerres...” (Psaumes 46:9)

Quelle bonne nouvelle pour les enfants de Dieu dont l'âme est déchirée et brisée par les conflits! La bataille qui est livrée dans mon âme est sa bataille et lui-seul peut y mettre un terme. Mon Père qui m'aime ne permettra pas à la chair ou au mal de me malmener jusqu'à la défaite. Ma guerre est clairement décrite par Jacques, qui écrit :

“D'où viennent les guerres, et d'où les batailles parmi vous ? N'est-ce pas de cela, de vos voluptés qui combattent dans vos membres ?”(Jacques 4:1) Ces voluptés dont il est parlé ici incluent la convoitise, la fierté et la jalousie

Au travers des siècles, des saints hommes de Dieu se sont posés la même question : “La guerre contre les voluptés qui se livre en moi va-t-elle s'achever de mon vivant?” Ceux qui aiment le Seigneur aujourd'hui ne se posent-ils pas la même question?

La réponse, bien-sûr, est que cette guerre doit et va s'achever, et qu'elle sera inévitablement suivie par la plus grande paix jamais connue. Mais comment peut-elle s'achever et qui y met un terme? S'il s'agit de ma guerre et que j'ai l'obligation d'y mettre un terme, alors Dieu doit me montrer comment faire. S'il s'agit de sa guerre, alors il doit y mettre un terme au moment et de la manière qu'il souhaite. Et il doit me donner la patience de supporter les combats tant qu'ils durent, sachant qu'il m'aime et qu'il m'aidera à les traverser.

Le mot grec utilisé ici par Jacques est stratenomai, qui suggère une bataille contre les désirs charnels, un soldat en guerre. C'est dérivé du mot stratia qui signifie une foule, le campement d'une armée. David ne parle-t-il pas d'ennemis campés devant nous? Nos désirs charnels viennent à nous tels une armée, une foule mauvaise déterminée à nous miner, à nous garder dans le désarroi, dans le but que notre foi s'écroule sous l'assaut de la peur et de l'incrédulité.

Si l'on étudie le terme hébreu que David utilise dans le verset 9 du Psaume 46, on y trouve un abondant sujet de joie. C'est milchamah, qui signifie : se nourrir, consumer, dévorer.

Ce que la Parole nous dit ici est tout simplement merveilleux : Dieu va empêcher l'ennemi de nous consumer, de nous dévorer. Il ne permettra plus aux voluptés de se nourrir de nous ou de nous submerger. Sois encouragé! Dieu fera cesser ta guerre contre les voluptés. C'est la bataille de Dieu, et il ne perd jamais.

jeudi 14 avril 2011

LE DECOURAGEMENT

Quand nous souffrons, que nous sommes seuls, effrayés et dépassés par les circonstances que nous ne pouvons contrôler, nous sommes prompts à nous détourner de la véritable Source de la paix et de la victoire pour regarder aux ressources humaines. Comme c'est tragique! Nous savons que Dieu est toujours sur son trône, attendant que nous l'appelions. Nous savons que la réponse à tous nos besoins se trouve en Dieu seul, lorsque nous recherchons sa présence. Nous confessons même à nos amis chrétiens : “Je sais que j'ai besoin de prier! Je sais que Dieu à la réponse! Je sais que j'ai besoin d'ouvrir mon cœur dans sa présence et de crier à lui!

S'abandonner à la peur et au découragement en mettant de côté la majesté et la fidélité de notre Père qui nous aime est la pire forme de découragement. Dieu a dit à Israël : “Vous avez vu que je vous ai parlé depuis les cieux... Partout où je rappellerai mon nom, je viendrai à toi, et je te bénirai.”(Exode 20:22.24) Mais Israël a répondu : “ L'Éternel m'a abandonnée, et le Seigneur m'a oubliée !” (Esaïe 49:14)

Es-tu un chrétien découragé? Tu l'es si tu ignores les promesses merveilleuses du Seigneur et si tu doutes qu'il voulait réellement dire ce qu'il a dit! Il a promis : “Une femme oubliera-t-elle son nourrisson, pour ne pas avoir compassion du fruit de son ventre ? Même celles-là oublieront ;... mais moi, je ne t'oublierai pas. Voici, je t'ai gravée sur les paumes de mes mains ; tes murs sont continuellement devant moi.”(Esaïe 49:15-16)

Tu seras écrasé si tu continues à porter pour rien des fardeaux de culpabilité, de peur, de solitude, d'anxiété et de désarroi, simplement parce que tu refuses de te reposer sur les grandes et précieuses promesses du Seigneur.

Dieu ne se moque pas de ses enfants quand il promet : “nous savons que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.”(Romains 8:28)

Dieu ne ment pas quand il promet : “Les yeux de l'Éternel regardent vers les justes, et ses oreilles sont attentives à leur cri....Les justes crient, et l'Éternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses.” (Psaumes 34:15 et 17)

Nous ne devons pas nous impatienter et agir selon nos sentiments. Quand nous sommes dans les difficultés et que nous crions à Dieu pour qu'il nous aide et nous fasse grâce, tout le ciel se met en mouvement en notre nom. Si le Seigneur nous laissait voir le monde spirituel, ce serait un incroyable spectacle pour nos yeux de voir toutes les bonnes choses qu'il est en train de préparer pour ceux qui crient à lui et qui lui font confiance.

mercredi 13 avril 2011

EXPRIMER LA PLENITUDE DE CHRIST

Nous sommes un sarment greffé au cep de vigne qu'est Christ (Romains 11:17-19). La puissance qui est en lui nous rend capables. C'est son Esprit qui est en nous et qui nous vivifie. Nous sommes assis, par la foi et par l'Esprit, au même endroit que lui, à la droite de Dieu. Comment savons-nous que nos péchés sont pardonnés? Par la foi! Nous devons croire Dieu sur parole et, quand nous le faisons, il nous donne une grande paix de l'esprit.

Il en est de même pour sa puissance. Nous devons croire quand il nous dit que sa puissance est à l'œuvre en nous, nous conduisant à accomplir sa volonté pour son plaisir! Mais nous ne pouvons nous approprier cette puissance que par la foi. Nous devons reconnaître nos faiblesses et croire par la foi qu'il nous aidera à faire ce qu'il nous a ordonné.

Le paralytique qui s'est levé, a marché et a emporté son lit est une illustration de ce que doit être un croyant qui a vaincu son péché. Quelle manifestation de la puissance de Christ dans sa vie! Quel espoir il a donné à ceux qui étaient impuissants et dans le besoin!

N'est-ce pas ce que Dieu recherche encore aujourd'hui? Ne cherche-t-il pas des vainqueurs capables d'être des exemples dans ce monde, montrant à cette mauvaise génération que Christ est capable de délivrer quelqu'un entièrement de la domination du péché? Les pécheurs ont besoin de voir les croyants vivre en-dehors des convoitises et des plaisirs du monde. Des hommes qui aiment leur femme et lui sont fidèles ; des femmes qui ne trichent pas, qui sont de bonnes mères et qui sont capables de bien tenir leur maison; des jeunes gens qui se tiennent purs, à l'écart de ce qui pourrait les souiller.

Nous avons suffisamment de radios ou de chaînes de télévisions chrétiennes et de Chrétiens zélés qui accomplissent des exploits. Nous avons suffisamment de campagnes d'évangélisation, de concerts, de sorties à la rencontre des gens. Nous avons plus qu'assez de plans, de projets, de programmes, de séminaires, de livres, d'enregistrements, de cassettes, de magazines et de bulletins.

Je ne suis pas en train de condamner toutes ces bonnes œuvres. Mais je dis que ce dont nous manquons vraiment, ce sont de Chrétiens qui montrent réellement qui est Jésus. Il y a pénurie de gens dont on peut dire : “Voilà un chrétien qui manifeste réellement qui est Jésus! Voilà quelqu'un qui n'a rien à promouvoir, rien à prouver, si ce n'est Christ ressuscité et glorifié! Voilà un frère, une sœur, qui brille de la beauté et de la simplicité de Jésus-Christ, notre Seigneur!

Ceci devrait devenir le seul et unique objectif de nos vies! Accomplir la volonté de Dieu : être un témoin qui exprime toute la plénitude de Christ!

mardi 12 avril 2011

LEVE TOI ET MARCHE

Le paralytique du chapitre 2 de l'Évangile de Marc a été pardonné et lavé de ses péchés aux yeux de Dieu, mais il était encore prisonnier de sa maladie. Il était délivré de tous ses péchés mais encore impotent. Il avait expérimenté que Christ est celui qui soulage, mais il ne connaissait pas ses ressources.

Ce n'est pas suffisant d'être un estropié pardonné, un prisonnier soulagé. Il est une chose que nous devons faire. La part de Christ est d'effacer nos péchés devant Dieu, mais notre part est de nous lever et de marcher. Nous devons dépasser le soulagement que représente notre pardon et entrer dans la liberté que nous donnent toutes ses ressources.

“Lequel est le plus aisé, de dire au paralytique : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, prends ton lit, et marche ? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Je te l'ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison.” (Marc 2:9-11)

Cet homme ne s'est pas levé par ses propres forces. C'est Christ qui lui a insufflé cette force. Sans Christ, nous ne pouvons rien faire. Nous ne pouvons surmonter nos épreuves que grâce à sa force et à la puissance du Saint-Esprit.

Christ disait en quelques sortes à cet homme : “Je vais faire de toi un exemple de ma puissance sur le péché! Là où tu étais le plus faible, tu vas devenir le plus fort. Tu vas prendre et porter ce qui jusque là t'emprisonnait. Tu vas vaincre cette chose qui te maintenait à terre.”

Un estropié spirituel ne peut pas être une véritable image de Christ. Nous devons vivre la plénitude de sa puissance et de sa victoire, une vie libre de tous les liens du péché. Nous connaissons tous nos faiblesses, ces choses pour lesquelles nous sommes vulnérables. Et Satan nous dit que nous serons toujours faibles à ce niveau et qu'un jour, nous serons dépassés à cause de cette faiblesse.

Mais ce n'est pas vrai! Par sa glorieuse puissance, Dieu peut nous rendre forts dans ce domaine où nous étions faibles.

Qu'est-ce qui te tient lié? Un péché, une faiblesse, un conflit intérieur? Peu importe ce que c'est, cela doit disparaître! Tu ne dois pas être attaché plus longtemps au lit de tes échecs. Tout est accompli et tu dois le saisir par la foi dans les promesses de Dieu.

Le Seigneur veut que tu te lèves de ce lit! Il te donnera la puissance dont tu as besoin pour aller de l'avant et marcher dans une totale délivrance!

lundi 11 avril 2011

UNE GRACE MERVEILLEUSE

Qu'y avait-t-il en nous pour attirer la grâce merveilleuse et le pardon de notre Sauveur? Est-ce une quelconque forme de beauté, de bonté ou de force? Est-ce à cause de notre potentiel?

Non! Ce sont notre grand besoin et notre impuissance qui ont attiré sa grâce. C'est notre faiblesse qui a nécessité l'intervention de sa force. Nous pouvons trouver un exemple de notre condition de faiblesse et d'impuissance dans Marc, chapitre 2 : “Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes.” (Marc 2:3)

Nous avons ici un exemple de complète impuissance : un homme qui n'a plus une once de force ou de puissance. Il ne peut même pas venir lui-même à Christ. Attardons-nous sur cette créature tremblante, faible, impuissante, prisonnière de son propre lit. Cette créature, c'est toi ou moi, avant que nous ne connaissions la puissance de Christ.

Jésus se tient devant cet homme, descendu vers lui depuis le toit et il ne mentionne même pas sa condition physique. Le Seigneur a choisi de l'amener au Père purifié et pardonné. Il a été accepté avant d'être guéri. “Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.” (Marc 2:5)

Quelle belle image de l'amour de Dieu au travers de Jésus! Cet homme était trop dépassé par son infirmité pour même seulement gémir. Il ne pouvait même pas murmurer faiblement sa demande de grâce. “Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ...” (Ephésiens 2:10). Le pharisien, avec toutes ses bonnes œuvres et ses vantardises n'a jamais attiré la grâce de Dieu. “Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie”.

Montre-moi un enfant de Dieu qui se débat contre un péché qu'il déteste et qui le tient prisonnier, un enfant qui est écrasé par la culpabilité et le désespoir, qui se sent faible et impuissant, et je te montrerai celui qui est l'objet d'une grâce abondante. Là où le péché abonde, la grâce surabonde (Romains 5:20)

Une fois repenti, tient ferme par la foi en l'œuvre de la croix, où tout a été accompli! Lorsque tu places ta foi en lui, tes péchés sont couverts par son sang. Tu vis à présent de l'autre côté du voile, assis avec Christ dans les lieux célestes, accepté au travers du bien-aimé, ne faisant qu'un avec Christ et avec le Père! La colère de Dieu à l'encontre de ton péché a été apaisée. Tu es plus que vainqueur, vivant et avançant dans l'Esprit. Tu es rempli de la plénitude de Christ et de sa puissance pour faire face à tout ce qui peut arriver dans ta vie. Tu es la prunelle de ses yeux, renouvelé dans ton intelligence et tu es héritier de tout ce qui appartient à notre Seigneur Jésus Christ!

vendredi 8 avril 2011

LA SAINTETE

Quand je parle d'avoir totalement confiance en Christ, je ne parle pas seulement d'avoir confiance en sa capacité de nous sauver, mais aussi en sa capacité de nous garder. Nous devons faire confiance à son Esprit pour nous garder et nous aider à devenir semblable à Jésus.

Pense à ton propre témoignage : à une époque, tu étais enchaîné, séparé de Dieu par tes œuvres mauvaises. Quelle bonne action as-tu fait pour rétablir les choses avec lui? Aucune! Personne n'a jamais été capable de se sauver par lui-même.

De la même manière, personne n'a jamais été capable de se rendre saint, ou de se garder saint. Seule la foi en Christ peut nous amener quotidiennement dans sa sainteté. Si nous sommes en Christ, nous sommes saint puisqu'il est saint.

“Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis de Dieu par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi,” (Colossiens 1:21-23).

Note bien cette phrase : “si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi.” Jésus nous dit : “Continue à me faire confiance, vivant par la foi, et je te rendrai pur, irrépréhensible et sans reproche, saint aux yeux du Père.”

Bien-aimé, nous sanctifier est le travail du Saint-Esprit. Il nous guidera par sa persuasion et son réconfort, tout comme il nous permet de mortifier les œuvres de la chair.

Un seul est saint : Christ! De ce fait, aucun croyant n'est “plus saint que toi”. Il n'y a pas de degré de sainteté, uniquement des différences de maturité en Christ. Tu peux être jeune converti et être complètement saint en Jésus. Il est inutile de te comparer à quelqu'un que tu imagines “saint”. Nous sommes tous comparés au même modèle : la sainteté de Christ. Et si nous sommes en lui, sa sainteté est la nôtre.

Tu ne peux plus regarder à un autre chrétien et dire : “Oh, comme j'aimerai être aussi saint que lui!” Il est possible que tu n'aies pas la même discipline ou la même vie de prière que cette personne. Il est possible que tu trébuches plus souvent ou que tu commettes plus d'erreurs qu'elle. Mais tu n'es pas pour autant moins accepté par Dieu qu'elle. Tu ne dois te comparer à personne parce que Dieu n'aime personne plus que toi!

Cher saint, abandonne toute confiance en tes propres mérites. Voici la base sur laquelle tu dois construire ta vie : “Je proclame ma sainteté, qui est en Jésus Christ. Je fais partie de son corps. Mon Père me voit saint car je demeure en lui.”

jeudi 7 avril 2011

LOUER DIEU POUR SES BONTES

“Qu'on proclame le souvenir de ton immense bonté, Et qu'on célèbre ta justice!” 'Psaumes 145:7)

Bien sûr, ce que Dieu attend de nous, c'est que nous le louions pour tout ce qu'il est, mais nous sommes tout spécialement appelés à le louer pour ses bontés.

Dans le Psaume 107, versets 8 et 9, David écrit : “Qu'ils louent l'Éternel pour sa bonté, Et pour ses merveilles en faveur des fils de l'homme ! Car il a satisfait l'âme altérée, Il a comblé de biens l'âme affamée.”

Cette vérité concernant la louange que nous rendons à Dieu pour ses bontés a touché mon cœur et m'a poussé à faire comme David. Nous sommes appelés à célébrer ses bontés.

David dévoile ces bontés dont il parle : Dieu est enclin à user de miséricorde envers nous parce qu'il éprouve de la compassion pour nos afflictions et notre misère. David s'inspire d'Exode 34:6 où Dieu s'adresse à Moïse : “Et l'Éternel passa devant lui, et s'écria : L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité.”

Bien-aimé, regarde ton passé et considère combien le Seigneur a été bon pour toi. Rappelle-toi ses compassions. Souviens-toi qu'il t'a toujours aidé à traverser tes épreuves. Je me réjouis toujours de louer Dieu pour tout ce qu'il est, mais tout spécialement pour ses bontés. Pas seulement pour les bontés qu'il a manifestées dans le passé, mais pour celles que je vois quotidiennement, toutes ses bontés qui m'environnent en cet instant même.

“Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours.” (Psaumes 23:6)

mercredi 6 avril 2011

LA FOLIE DE NOTRE TEMPS

Je suis choqué par la folie de notre monde en ce moment. On ne peut pas expliquer l'aveuglement de tant de politiciens et de dirigeants. Ils vont tels des aveugles menant d'autres aveugles, profitant de ce que le jugement de Dieu tarde.

Il semble que toute retenue morale soit mise de côté et qu'une sorte de folie ait endurci les foules.

Le fait de voir toute cette folie me pousse à me réjouir que Jésus Christ nous a rendu la vie, nous qui étions également morts par nos offenses et nos péchés. Je me réjouis que nous soyons assis avec Christ dans les lieux célestes, nous qui marchions auparavant dans les voies du monde – nous qui étions sous l'emprise du « Prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres... », mais « nous qui étions morts par nos offenses, Dieu nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ,» (Eph 2/2-3 et 5-6).

Aujourd'hui, alors que tu te lamentes peut-être sur la folie de notre temps, rends grâce à Dieu de ce que tu as été sauvé de toutes ces choses.

Dieu soit loué!

mardi 5 avril 2011

VA EN PAIX ; TA FOI T'AS SAUVE

Pendant mon temps personnel avec Dieu aujourd'hui, je suis tombé sur l’extrait d'un sermon de William Bridge, qui l’a prêché au 17ème siècle. J'ai été conduit à le partager ici :

C'est de cette foi dont je parle : croire, même quand tout a échoué et que tous nos projets semblent morts, étendus à nos pieds. C'est cette foi là qui honore Dieu et qui justifie notre âme. C'est cette foi qui sauve notre âme.

Je te prie de regarder le chapitre 7 de Luc et d’y prêter attention. Il est dit dans le dernier verset : “Mais Jésus dit à la femme : Ta foi t'a sauvée, va en paix.” Mais il n'est pas fait mention de sa foi auparavant. Il est juste fait mention de son amour dans le verset 47 : “C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés : car elle a beaucoup aimé.”

Il est déjà fait mention de ses larmes au verset 38 : “Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu'il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum, et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait ; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum.”

Il est fait mention de ses larmes, de sa générosité, de sa libéralité et de l’amour qu'elle avait pour Jésus Christ. Pourtant, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ne dit pas : “Femme, tes pleurs t'ont sauvée, va en paix.” Ou bien “Femme, ta repentance et ton humiliation t'ont sauvée, va en paix.” Ni même : “Ton amour et ta libéralité à mon égard t'ont sauvée, va en paix.”

Non ! Mais notre Seigneur et Sauveur a vu la confiance secrète que cette femme plaçait en lui, car elle était une grande pécheresse, et il lui a dit : “Femme, ta foi t'as sauvée, va en paix!”

lundi 4 avril 2011

LA GRACE DE DIEU

Nous pouvons lire dans Actes 9 l'histoire d'un homme appelé Saul de Tarse. Cet homme était l'un des plus religieux qui ait jamais vécu. Il pouvait se vanter : “c'est en toute bonne conscience que je me suis conduit jusqu'à ce jour devant Dieu”. Mais qu'est-ce que cet homme pieux accomplissait ?

Saul était tellement rempli de haine envers Jésus qu'il était déterminé à persécuter l'Eglise de Dieu, même en dehors du territoire juif. Dans Actes 9, nous le trouvons en route pour Damas, cherchant à détruire le peuple du Seigneur.

Il est incroyable de voir l'action de Dieu dans la vie de cet homme, qui est devenu le plus grand évangéliste qui ait jamais vécu.

Soudain, il a vu briller autour de lui une lumière venue des Cieux. Pourquoi ? Pour le confondre ? Pour le mettre sous le poids de la culpabilité et de la condamnation ? Pour le détruire ? Pour lui faire connaître le courroux et le jugement de Dieu ? Non, mais pour lui montrer que ses iniquités sont pardonnées et que ses péchés sont oubliés.

Représentons-nous Saul prosterné devant cette lumière, entendant la voix de Jésus qui ne le condamnait pas pour le chemin qu'il avait suivi. Les mots qu'il a entendu sont : “Je suis Jésus!” Il n'y a pas eu de reproches sur ce qu'il faisait. Pourquoi ? Parce que Jésus qu'il persécutait était son plus grand ami.

Bien-aimé, ce même Jésus nous offre la même grâce. Nous méritons le jugement et la condamnation mais tout ce que nous l'entendrons dire c'est : “Je suis Jésus, ton rédempteur.”

Remercie-le aujourd'hui pour cette grâce qu'il t'a manifesté.

[Pensée inspirée par J.B. Stoney]

vendredi 1 avril 2011

CELA A ETE REGLE A LA CROIX

Nous devons une fois pour toutes réaliser ce que Christ a fait pour nous à la croix. Il a éloigné pour toujours ce qui offensait le saint regard de Dieu, ce qui nous permet d'entrer librement dans sa présence. Nous sommes acceptés sous le regard de Dieu et le cœur de Dieu ne nous reproche plus rien !

N'essaye pas d'aller plus loin tant que tu n'as pas appris l'efficacité du sang de Jésus et le fait que tu es entièrement pardonné. La croix nous a lavé aux yeux de Dieu. Nous pouvons l'oublier, mais Dieu ne l'oublie pas, lui. Le voile a été déchiré pour nous permettre d'entrer et Dieu nous dit : “Tu es accepté ! Viens avec assurance devant mon trône, car tu m'appartiens maintenant au travers de mon Fils Bien-aimé.”

Si Dieu est satisfait, pourquoi ne le serions nous pas ? C'est ce sujet qui doit être réglé une fois pour toute. Y-a-t-il quelque chose entre toi et ton Père Céleste ? Tu pourrais dire : “Mon cœur me condamne ! J'ai fait et dit des choses qui ont attristées l'Esprit. Je me sens indigne et les cieux semblent fermés.” Mais tu peux répondre à tout cela : “Mais Dieu est plus grand que mon cœur !”

Hais-tu ton péché ? L'as-tu confessé ? Crois-tu qu'au travers de Jésus, “ le pardon des péchés vous est annoncé” (Actes 13:38) ?

C'est là que de nombreux Chrétiens échouent. Ils vivent dans la peur, maintenus par des liens qu'ils ne devraient pas porter, parce qu'ils ne comprennent pas la victoire remportée à la croix. Ils sont purifiés aux yeux de Dieu, qui se satisfait pleinement du sacrifice de Christ. Mais ils ne le réalisent pas. Rien ne bloque le chemin qui nous mène à lui, si ce n'est notre peur et notre ignorance. Quand le voile a été déchiré, Dieu en est sorti pour nous rejoindre, toi et moi. Nous pouvons entrer et il peut en sortir !

N’est-ce pas merveilleux ? Nous l'avons offensé et pourtant il voulait tellement que nous soyons justifiés à ses yeux qu'il a pourvu lui-même au sacrifice pour le paiement de nos péchés. Le péché a été jugé et la plainte a été retirée. Maintenant Dieu peut dire : “Parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés.” (Hébreux 8:12) Il a lui-même ôté la distance qui nous séparait de lui !

Dieu ne veut pas nous imputer un quelconque péché. Il veut nous réconcilier avec lui. Il veut que nous réalisions cette bénédiction : nous pouvons vivre en sachant que la question du péché a été réglée une fois pour toutes à la croix.