vendredi 29 juillet 2016

NOUS ALLONS VERS LE HAUT !

Au moment le plus dur de ses épreuves et difficultés , Martin Luther a déclaré : « Seigneur, maintenant que Tu m’as tout pardonné, fais de moi ce que Tu veux. » Luther était convaincu qu’un Dieu qui pouvait effacer tout ses péchés et sauver son âme pouvait certainement prendre soin de son corps physique et de ses besoins matériels.

En substance, Luther disait :

« Pourquoi craindrais-je ce qu’un homme peut me faire ? Je sers un Dieu qui peut me purifier de mes iniquités et apporter la paix à mon âme. Peu importe si tout ce qui m’entoure s’effondre. Si Dieu est capable de sauver et de garder mon âme pour l’éternité, pourquoi ne serait-Il pas capable de prendre soin de mon corps pendant que je suis sur Terre ? Ô Seigneur, maintenant que je suis pardonné et capable de me tenir devant Toi au Jour du Jugement avec une joie débordante, fais de moi ce que Tu veux. »

J’ai partagé cette parole avec toi pour que ton âme puisse s’ancrer en Lui et pour te préparer pour toute les calamités imprévues qui pourraient survenir lors des jours sombres qui s’annoncent.

Cher saint, réjouis-toi. Cette vie n’est pas la réalité ultime. Notre réalité, c’est la vie éternelle dans la présence de notre Seigneur. Alors garde la foi. Tout s’effondre ici-bas – mais nous allons vers le haut !

« Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche » (Luc 21:28).

jeudi 28 juillet 2016

LE JOUR DE NOTRE COURONNEMENT

La peur est incompatible avec la merveilleuse relation que le Seigneur a décrété dans Son amour pour nous. Tout au long des Écritures, Dieu décrit toutes les facettes de Sa relation avec nous :
  • Il est notre père, notre frère, notre ami 
  • notre fiancé, notre chef, notre mari
  •  notre avocat, celui qui a droit de rachat 
  • celui qui pourvoit, notre refuge, notre berger

Dieu a établi toutes ces glorieuses relations avec nous à travers la croix et, à présent, Il nous presse d’apprendre à Le connaître : « Voilà qui Je suis pour toi. »

Crois-tu que Dieu va soudain effacer toutes ces relations avec Son peuple au Jour du Jugement ? Jamais ! Comment un père pourrait-il rejeter ses enfants à l’heure où ils seraient mis devant leurs responsabilités ? Même quand le Livre de Vie sera ouvert, Il sera encore ton Père, ton Avocat, ton Intercesseur. Rien ne peut supprimer cette relation avec toi.

La crainte ne sera pas présente au jour de ta récompense et de ton couronnement.

« Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités... Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions » (Psaumes 103:10,12).

Notre esprit ne peut même pas commencer à imaginer à quel point l’Est est éloigné de l’Ouest. Et c’est justement ce que veut dire Dieu dans ce verset : Il a ôté nos péchés au-delà de notre capacité de les faire revenir.

Pourquoi est-ce que j’appelle le Jour du Jugement de Dieu le jour de notre couronnement ? C’est parce qu’Esaïe a dit de ce jour :

« Comme un jeune homme s’unit à une vierge, Ainsi tes fils s’uniront à toi ; Et comme la fiancée fait la joie de son fiancé, Ainsi tu feras la joie de ton Dieu » (Esaïe 62:5).

Quand tu te tiendras devant le Seigneur, tu reconnaîtras l’amour qu’Il a pour toi dans Ses yeux.

mercredi 27 juillet 2016

SANS REPROCHE DEVANT LUI

Dieu offre une promesse merveilleuse à tous ceux qui sont coupables de péchés horribles :
  • dont les actes ont été ensanglantés de la puanteur de l’enfer 
  • qui ont malmené leur corps avec l’alcool, la drogue, les perversions, les fornications
  • qui avale péniblement leur salive quand ils pensent à quel point ils ont été près de tomber la tête la première en enfer
La promesse de Dieu pour eux c’est qu’ils peuvent se tenir avec une grande joie au Jour du Jugement, sans la moindre crainte. Il leur fait le serment :

« Venez et plaidons ! dit l’Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine » (Esaïe 1:18).

Peu importe à quoi ressemble ton passé, Dieu ne te voit plus comme tu étais. Tu as été transformé en Sa précieuse Fiancée, magnifique et sans tache. Il attend impatiemment ta présence à la fête du mariage.

Est-ce qu’un fiancé espérant le jour de son mariage accuserait soudain sa fiancée d’iniquités ? Aucun fiancé ne ferait cela. Tu te demandes peut-être : « Mais Jésus ne va-t-il pas juger tous les péchés ? » Oui, Il va le faire. Mais le Christ que tu vas rencontrer en ce jour-là sera le même Christ qui t’a pardonné, qui t’a appelé, qui t’a racheté par Son propre sang, qui t’a lavé et qui a intercédé pour toi toutes ces années.

Lorsque tu te tiendras devant Jésus, tu Le verras comme ton époux, ton rédempteur, ton ami, ton avocat, ton intercesseur. Et, à ce moment-là, tu seras complètement en Lui, sans faute, sans tache ni ride, saint et sans reproche.

« Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses » (Colossiens 2:13).

mardi 26 juillet 2016

LE LIVRE DE VIE

Jean écrit au sujet du Jour du Jugement :

Puis je vis un grand trône blanc… Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres” (Apocalypse 20:11-12).


DE NOMBREUX LIVRES

Note que Jean dit qu’au jour du jugement, il y aura de nombreux livres en plus d’un livre de vie. Les premiers livres rapportent la vie de tous les pécheurs qui se tiennent devant le Juge. Toutes les personnes qui ne croient pas ont un livre de leurs œuvres, enregistrées dans le Ciel, et toutes les pages rapportent la façon dont elles ont vécu.



Peux-tu imaginer ce que cela va être pour un pécheur de se tenir devant le Seigneur ce jour-là ? Toutes les pensées, tous les mots et toutes les actions de sa vie seront mises à nu, exposées pour leur méchanceté.


UN NOUVEAU NOM

Pour les justes, il n’y aura que le Livre de Vie, et quand il sera ouvert, nous n’entendrons pas un seul mot, pas un seul récit du moindre péché ou échec de la part d’un membre du peuple de Dieu. Pourquoi ? Parce que tous nos péchés sont couverts par le sang de Jésus. La seule chose qui apparaîtra dans ce Livre, ce sera notre nom. En fait, il contiendra notre nouveau nom céleste, que Dieu Lui-même nous révélera.

Comment nos noms se retrouveront-ils dans le Livre de Vie ? Dès le moment où nous croyons de tout notre être que Jésus Christ a répandu Son sang pour nous, nos noms sont écrits. Cela se produit quand nous proclamons la victoire de Sa croix et que nous choisissons de Le chercher de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit et de toute notre force.

lundi 25 juillet 2016

NOUS DEVONS VENIR A LUI - Gary Wilkerson

Alors vint un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, l’ayant aperçu, se jeta à ses pieds” (Marc 5:22).

Et nous avons besoin d’en faire autant. En tant que chrétiens, Jésus réside dans nos cœurs, mais même ainsi nous avons besoin de venir à Lui à genoux, tendant vers Lui dans notre désespoir.

Si tu ne connais pas Jésus, je peux te dire qu’Il t’aime, même si tu te rebelles contre Lui pour vivre une vie égoïste. Il est mort pour tes péchés et Il est ressuscité le troisième jour ; la Bible dit que c’est la vérité et plus de cinq cents témoins L’ont vu.

Il y a eu des preuves de la résurrection de Jésus le troisième jour et à présent Il est vivant pour toujours. Si tu Le reçois dans ton cœur, tu peux être pardonné de tous tes péchés et bénéficier d’un nouveau commencement. La Bible dit que les choses anciennes sont passées et que toutes choses sont devenues nouvelles (voir 2 Corinthiens 5:17).

Aujourd’hui, tu peux courir et tomber à Ses pieds, tout comme Jaïrus l’a fait. Tu es peut-être bloqué dans un cycle de religiosité – allant simplement à l’église, pratiquant simplement les choses vides de sens – mais tu peux courir vers Jésus dans ton désespoir et dire : “Jésus, je crie à Toi avec la foi qui vient de l’écoute de la Parole de Dieu.”

C’est le trésor de l’Évangile, et tu peux Le recevoir comme ton Sauveur et Seigneur, aujourd’hui !

samedi 23 juillet 2016

LA FOI QUI AGIT - Claude Houde

Abraham était un homme dont la vie était consumée par la foi qui agit. Il savait qu’une foi sans les œuvres est morte (voir Jacques 2:17). Genèse 14:11-16 utilise des mots simples mais clairs pour révéler la portée et la beauté de sa décision quand il a appris que Lot et sa famille avaient été capturés et avaient tout perdu. “Dès qu’Abram eut appris… il arma trois cent dix-huit de ses plus braves serviteurs, nés dans sa maison, et il poursuivit les rois… il ramena aussi Lot, son frère, avec ses biens, ainsi que les femmes et le peuple” (14:14-16).

Il est important de relire chaque mot pour saisir pleinement la profondeur de ce qui est dit ici. “Dès qu’Abram eut appris,” il n’a pas attendu, cherchant des excuses ou remettant les choses à un autre jour. Il ne s’est pas caché derrière son manque de ressources ou ce qu’il n’avait pas. L’apôtre Paul nous appelle à prendre une décision quand il rappelle aux Corinthiens que, lorsque les intentions sont sincères, elles sont démontrées non pas par ce que nous n’avons pas, ni par ce que nous espérons avoir un jour, mais par ce qui ce qui est disponible tout de suite. “Tout ce que vous donnez est acceptable, si vous le donnez de bon cœur. Donnez selon ce que vous avez et non selon ce que vous n’avez pas (voir 2 Corinthiens 8:12). Aide quelqu’un aujourd’hui avec ce que tu as. La foi qui agit refuse tout simplement de continuer à dire : “non !”

“il arma trois cent dix-huit de ses plus braves serviteurs” - il est intéressant de noter ici que le nombre exact est mentionné. Je crois profondément que Dieu connaît tous les croyants qui aident ceux qui souffrent, mais aussi tous les croyants et églises qui choisissent de ne rien faire. Il y a plusieurs passages bien spécifiques dans l’Écriture dans lequels Dieu semble vouloir nous montrer avec une infinie précision que chaque personne compte. Par exemple, dans Néhémie 3, nous voyons la liste méticuleuse de ceux qui ont reconstruit miraculeusement les murs qui avaient été abattus.

Cher lecteur, ça, c’est la foi qui agit. Ce genre de sacrifice ouvre les cieux et produit le surnaturel. Nous lisons ces mots dans l’histoire d’Abraham comme une promesse prophétique pour tous ceux qui se tournent vers ceux qui souffrent, qui sont retenus captifs ou qui sont dans le besoin. “Après ces événements, la parole de l’Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit : Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande” (Genèse 15:1).


Claude Houde est le pasteur responsable de l’église Nouvelle Vie au Canada. Sous sa direction, cette église est passée d'une poignée de personnes à plus de 3500 dans une région du Canada où peu d'églises protestantes rencontrent du succès.

vendredi 22 juillet 2016

IL NE S’EN SOUVIENT PLUS

Il existe une bonne nouvelle pour tous les chrétiens qui luttent et travaillent pour soumettre les œuvres de la chair par leurs propres forces. Est-ce que c’est ton cas ? Combien de fois as-tu essayé de travailler dur pour obtenir la victoire dans ta vie chrétienne ? Combien de promesses as-tu fait à Dieu que tu as finalement brisé ? Combien de fois as-tu essayé de Lui plaire en combattant tes convoitises et tes habitudes, uniquement pour échouer à nouveau ?

Voilà la bonne nouvelle, rapportée dans le livre de Michée : “Il mettra sous ses pieds nos iniquités” (Michée 7:19). La Parole de Dieu nous a donné illustrations après illustrations de la façon dont Il efface nos péchés de tous souvenirs. Il ne s’en souvient plus. Il les enfoui au fond de la mer. Il les assujettit, c’est-à-dire qu’Il les prend en chasse et les capture. Esaïe nous dit même que Dieu prend nos offenses et les jette par dessus Son épaule : “Car tu as jeté derrière toi tous mes péchés” (Esaïe 38:17). Cela signifie que Dieu ne regardera plus jamais tes péchés et ne les reconnaîtra plus.

A présent, laisse-moi te poser une question : si Dieu oublie nos péchés, pourquoi est-ce que nous permettons toujours au diable de venir déterrer de la boue ou de la fange de notre passé pour l’agiter devant nos yeux ? Tous nos péchés sont déjà couverts par le sang de Christ. La puissance purificatrice et miséricordieuse du sang de Jésus englobe tout. Il couvre nos vies toutes entières.

jeudi 21 juillet 2016

COMPLET EN LUI

Il y aura deux groupes au jour du Jugement : les brebis et les boucs. Ces groupes vont se tenir devant le Seigneur, de façon séparée, ce jour-là. Un groupe sera à droite et l’autre à gauche : les saints et les pécheurs. Et les mauvaises œuvres qui seront exposées ce jour-là seront uniquement celles des méchants.

L’Écriture dit que toutes les œuvres mauvaises seront amenées à la lumière et exposées. Toutes les mauvaises pensées, tous les désirs secrets, toutes les convoitises, toutes les choses viles imaginées, tous les dénis de Christ, toutes les paroles de malédiction – tout sera énoncé et jugé.

D’un autre côté, aucune mauvaise action des justes ne sera mentionnée ce jour-là. Au lieu de cela, toutes les bonnes choses concernant leur vie seront amenées à la lumière : toute pensée sainte, tout acte charitable, toute œuvre impliquant un sacrifice. Il va amener tout ce qu’il y a de bon à la lumière. Et ce sera un moment glorieux !

Le fait est que, lorsque nous nous tiendrons devant notre Seigneur au jour du Jugement, nous serons complets en Lui. Cela signifie que tout ce que nous avons fait, y compris tous les péchés que nous avons pu commettre, sera déjà recouvert par Son sang et ne sera plus jamais mentionné. Il n’y a plus de condamnation pour les justes – plus de condamnation du tout. Jésus nous dit : “En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie” (Jean 5:24). Le mot grec utilisé ici pour “jugement” signifie aussi condamnation. Jésus dit, en substance : “Si tu crois en Moi, tu ne passeras pas en jugement. Tu passeras de la mort à la vie.”

mercredi 20 juillet 2016

J’APPORTE DE BONNES NOUVELLES

“Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement” (Hébreux 9:27). Comme l’Écriture l’atteste, nos vies ici sur Terre sont comme l’herbe (voir Psaumes 102:11). Un jour nous sommes là, croissant et prospérant, et le jour suivant, nous fanons avec la saison. Nous sommes comme la vapeur de notre respiration que nous voyons par un jour glacial : présent un instant et disparu le moment d’après. Et je suis convaincu qu’en un instant, dans l’éternité, nous réaliserons à quel point nos craintes et nos épreuves actuelles ont été peu importantes et fugaces. Nous verrons aussi à quel point le Seigneur a été présent à nos côtés, durant tout ce temps, veillant sur nous avec Sa puissance qui sauve et qui protège.

Je t’apporte une bonne nouvelle – une nouvelle glorieuse – qui t’aidera à combattre toutes les mauvaises nouvelles que tu as entendu. Je crois que cette bonne nouvelle gardera ton cœur et ton esprit dans la paix, même dans la joie, au travers de tout ce qui va s’abattre sur la Terre. Voilà cette bonne nouvelle :

Si tu t’es repenti de tous tes péchés et que tu te confies en Jésus – croyant en son sang qui purifie, te soumettant chaque jour à Sa seigneurie – tu te présenteras devant Son trône, sans faute ni crainte. En fait, tu vas être reconnu devant toutes les personnes présentes – devant tous les êtres humains, tous les anges, tous les démons de l’enfer – comme étant la précieuse Épouse de Christ.

Tu n’auras pas à faire face au moindre péché, tu ne seras pas exposé pour aucun de tes échecs, mais tu seras capable de te tenir debout sans le moindre défaut.

Aucun de tes péchés ne sera mentionné. Seules tes bonnes œuvres – y compris ta foi en Jésus-Christ – seront exprimées devant les multitudes assemblées.

mardi 19 juillet 2016

LA FOI PERSÉVÉRANTE

A chaque fois que nous endurons des afflictions et des persécutions, le diable vient à nous pour nous murmurer des craintes et des mensonges : “Comment vas-tu pouvoir sortir de cette épreuve ? Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Si Dieu est fidèle, comment peut-Il permettre qu’une telle chose t’arrive ? Comment peut-Il laisser ceux que tu aimes en danger de la sorte ? Que va-t-il t’arriver ? Que va-t-il arriver à ta famille, ton travail, ton ministère ?”

Mais la foi persévérante se lève et répond aux mensonges de l’Ennemi : “Satan, tu poses les mauvaises questions. La question qui me concerne en ce moment précis, ce n’est pas de savoir comment je vais m’en sortir. Ce n’est pas de savoir ce qui va m’arriver, ni ce qui va arriver aux miens. J’ai déjà remis toutes choses – toutes les afflictions, toutes les épreuves, tous mes plans, tout ce qui me concerne – entre les mains aimantes de mon Père. Il a prouvé qu’Il est fidèle encore et encore, et je peux Lui faire confiance pour mon avenir.”

Une fois ces choses certaines dans notre cœur, la question qui demeure pour nous, c’est : “Comment puis-je mieux aimer et servir mon Seigneur ? Comment puis-je servir les autres aussi bien que moi-même ?”

La foi persévérante implique de nous soumettre entièrement à la volonté de Dieu, comme Jésus l’a décrit dans le Sermon sur la Montagne. Pour résumer, nous devons rechercher Dieu et Sa volonté d’abord et tout ce dont nous avons besoin nous sera donné ensuite (voir Matthieu 6:33).

La foi persévérante déclare : “Je n’ai aucune volonté propre. Mais c’est Sa volonté qui sera faite. Plus d’agenda personnel pour moi. Je n’essaierai plus de jouer à Dieu et de résoudre mes problèmes par moi-même, ni ceux des autres. Saint-Esprit, fais en sorte que mon esprit reste fixé sur mon Seigneur et sur Ses promesses.”

Avec une telle foi, nous serons parés pour tout ce que les heures actuelles peuvent nous réserver.

lundi 18 juillet 2016

JÉSUS EST VENU DÉTRUIRE LES ŒUVRES DU DIABLE - Gary Wilkerson

Alors qu’il était agressé verbalement par un homme possédé par un démon, Jésus a dit au démon : “Tais-toi, et sors de cet homme” (Luc 4:35). Aussitôt, le démon a jeté l’homme à terre et est sorti de lui sans lui faire plus de mal.

A quoi les choses ressembleraient-elles aujourd’hui si on avait la foi de croire que notre mariage ne peut plus être blessé ? Qu’en serait-il pour toi, si tu croyais que tes enfants qui sont loin de Dieu peuvent revenir au Seigneur et Le connaître ?

J’ai vu que les choses écrites dans ce texte sont la réalité et je veux te dire que la même chose peut se produire pour toi. J’étais vraiment à bout, au sujet de mon fils prodigue. Il a quitté la maison, s’est retrouvé dans la drogue et vivait dans la rue. C’était un enfant indiscipliné mais il avait un bon fond et je savais que Dieu l’appelait.

J’ai commencé à prier de cette manière : “Saint-Esprit, intervient dans la vie de mon fils prodigue, Elliott. Ô Saint-Esprit, où qu’il soit en cet instant, détruit les plans de l’Ennemi parce que je sais qu’il est appelé à remporter victoires après victoires. Alors, Seigneur, détruit les œuvres de l’Ennemi.”

Et le fils prodigue est revenu à la maison ! Jésus est intervenu dans sa vie et mon fils est un homme transformé. Il sert Dieu. Il est complètement différent ! Il y a de la joie, de l’assurance et de l’audace. Et il y a une vision pour son avenir. Pourquoi ? Parce que Jésus s’est impliqué, Jésus a arrêté l’Ennemi et Jésus a détruit ses plans.

La bonne nouvelle, c’est que Jésus veut prendre le plan dressé contre toi et le détruire, afin qu’il ne puisse plus te blesser d’avantage. Il peut faire cela pour toi, aujourd’hui !

samedi 16 juillet 2016

QUAND DIEU POURVOIT - Nicky Cruz

Il y a un incroyable soulagement à vivre sous la direction et la provision de Dieu. Cela enlève beaucoup de soucis de nos épaules. Je n’ai pas à me demander d’où viendra mon prochain repas et si j’aurai un endroit où poser ma tête. Je sais que Dieu a tout sous contrôle et qu’Il ne me laissera jamais tomber.

Tôt dans mon ministère, je me suis inquiété au sujet de mes enfants. Je savais que mon histoire allait me hanter et je me demandais si la malédiction sous laquelle se trouvaient mes parents allait se répandre sur ma famille. Je savais que Satan n’aimait pas la façon dont je l’attaquais semaine après semaine et la façon dont je le faisais sur son propre terrain. Il me raillait en permanence et je savais qu’il en ferait de même pour ma femme et mes enfants.

En tant qu’évangéliste, j’ai passé beaucoup de temps sur la route, loin de ma maison et en tant que jeune homme, j’ai passé des heures à prier pour que Dieu prenne soin de ma famille et les protège du mal que Satan voulait leur faire.

Je suis resté éveillé de nombreuses nuits, allongé dans ma chambre d’hôtel, priant : “Seigneur, tu sais que j’essaye d’être le meilleur mari et le meilleur père possible. J’aime mes enfants et Gloria plus que je n’aime ma propre vie. Je ne peux pas supporter la pensée qu’il puisse leur arriver quelque chose. S’il-te-plaît, prends soin de ma famille. S’il-te-plaît, veille sur leur cœur. Veille sur mes bébés, Jésus.”

Plus je faisais cette prière, plus Dieu a mis un sentiment de paix dans mon esprit. Il m’a dit qu’Il resterait fidèle vis-à-vis de Son appel pour ma vie. Il prendrait soin de Gloria et des enfants. Il connaissait mon cœur. Il savait à quel point je voulais Le servir et à quel point je souffrais pour les perdus et les pauvres de ce monde, alors Il m’a envoyé pour les toucher à chaque opportunité. Et Il voulait que je puisse le faire sans m’inquiéter pour ma famille.

C’est une des nombreuses conversations que Dieu a eu avec moi à travers les années. Il a promis de prendre soin de ma famille, alors je les ai remis entièrement entre Ses mains. Et Il a toujours tenu Sa promesse.


Nicky Cruz, évangéliste et auteur internationalement connu, s'est tourné vers Jésus Christ en se détournant d'une vie de violence et de crimes, après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L'histoire de sa conversion a d'abord été rapportée dans le livre La croix et le Poignard de David Wilkerson puis, plus tard, dans son propre best-seller, Du ghetto à la vie.

vendredi 15 juillet 2016

DANS UNE POSITION DANGEREUSE

Certains d’entre vous, qui affrontez des situations difficiles, sont dans une position dangereuse au niveau de leur foi.

Je dois te demander : as-tu permis à des graines d’incrédulités de germer dans ton cœur ? As-tu de sérieuses questions concernant la fidélité de Dieu ? Au lieu de L’adorer, est-ce que tu doutes de Lui ?

“Seigneur, pourquoi est-ce que Tu n’interviens pas pour moi ? Pourquoi permets-tu de tels problèmes dans mon mariage, dans ma famille ? Tu m’as chargé d’un poids qui est plus lourd que ce que je suis capable de supporter.” Une telle attitude peut mener à un cœur endurci et, au bout du compte, à la mort spirituelle.

L’apôtre Paul a exhorté Timothée : “prends ta part des souffrances comme un bon soldat de Jésus Christ” (2 Timothée 2:3). Le mot grec pour “souffrances” signifie “difficultés, afflictions.” Que dit Paul à Timothée à ce sujet ? “Endure les, fils ! Tu es un soldat dans l’armée du Seigneur. Tu as été entraîné à endurer les difficultés dans les batailles spirituelles.”

Nous voyons ces choses également dans l’Ancien Testament. Il nous est dit : “Car l’Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui” (2 Chroniques 16:9). Le terme hébreux utilisé dans ce verset pour “tout entier” signifie “donné entièrement à Dieu en toute confiance.”

Dieu étend son regard sur toute la terre, cherchant avec persévérance pour un homme ou une femme de foi qui se donne entièrement à Lui, en pleine confiance.

A chaque fois que le Seigneur trouve un tel disciples, Il dit à cette personne : “Ce bien-aimé tient bon dans sa foi et sa confiance en Moi. C’est pourquoi Je vais le soutenir puissamment. Il va connaître Ma puissance et voir Mon bras fort se révéler en sa faveur.”

jeudi 14 juillet 2016

LA VICTOIRE IMPOSSIBLE

Un messager a apporté un rapport effrayant à Asa, roi de Juda : une armée forte d’un million d’hommes marchait vers eux ! Les éthiopiens et les libyens avaient combiné leurs forces et cette grande armée se dirigeait vers Juda, cherchant sa destruction.

Le jour précédent, Asa avait appelé le peuple à remercier le Seigneur pour la paix et les bénédictions dont ils jouissaient, car ils avaient recherché l’Éternel. A présent, nous lisons : “Zérach, l’Éthiopien, sortit contre eux avec une armée d’un million d’hommes” (2 Chroniques 14:9). En une nuit, Juda était en guerre, affrontant un million de soldats hostiles.

Alors, que fait un disciple qui se confie en Dieu lorsqu’il affronte une telle crise ? Comment réagit-il ? Est-ce qu’il panique ? Est-ce qu’il se tourne vers les hommes pour obtenir de l’aide ou bien est-ce qu’il place tout entre les mains du Seigneur, dans une confiance totale ?

Quelle a été la réaction de ce roi juste ?

“Asa invoqua l’Éternel, son Dieu, et dit : Éternel, toi seul peux venir en aide au faible comme au fort: viens à notre aide, Éternel, notre Dieu ! car c’est sur toi que nous nous appuyons, et nous sommes venus en ton nom contre cette multitude. Éternel, tu es notre Dieu : que ce ne soit pas l’homme qui l’emporte sur toi ! L’Éternel frappa les Éthiopiens devant Asa et devant Juda, et les Éthiopiens prirent la fuite” (2 Chroniques 14:11-12).

Dis-moi, qu’est-ce que la réaction d’Asa nous dit à nous, Église de Jésus Christ, à l’heure d’aujourd’hui ? Cet homme de Dieu a reçu la plus horrible, la plus terrifiante des nouvelles. Ses probabilités de survie étaient incroyablement minces, ses chances d’expérimenter la victoire bien pires encore.

Bien-aimé, la signification de ce passage est clair: il nous montre que la victoire – la victoire impossible – est en réserve pour ceux qui placent pleinement leur confiance en l’Éternel.

mercredi 13 juillet 2016

LAISSER LA PAIX DE DIEU RÉGNER

Dieu, par Son Esprit, crée la paix – Il lui permet de venir – et Il la crée en toi.

Je en parle pas seulement de la paix avec Dieu. La paix qu’Il crée en toi est une paix de l’esprit, une paix qui nait et qui coule en toi, guérissant, stabilisant, établissant la confiance.

Quand tu connais une telle paix, tu arrêtes d’essayer de jouer à Dieu. Tu arrêtes d’essayer de résoudre tes problèmes et ceux des autres. Tu arrêtes de repasser dans ton esprit ce qui pourrait arriver, les choses affreuses qui pourraient se produire.

Au lieu de cela, tu contrôles toutes tes pensées. Tu es capable de le faire parce que tu te tiens dans la paix que Dieu a créé en toi. Tu commences à Lui faire confiance et à accepter Son amour, tu commences à croire les promesses de Sa Parole.

Bien-aimé, je te presse de demander à l’Esprit une plus grande mesure de foi concernant Son amour pour toi. Demande-Lui de créer en toi un plus grand flot de la paix de Dieu. Sa paix viendra de façon surnaturelle, miraculeuse, quand tu auras tout abandonné entre Ses mains. Alors, le Seigneur t’apportera Sa paix comme fruit de tes lèvres.

La vraie paix ne peut être simulée, le monde la reconnaît quand il la voit réellement en quelqu’un. Le Saint-Esprit fera en sorte que Sa paix dans ta vie soit connue de tous ceux qui t’entourent. Ce ne sera pas ta paix qui leur parlera, mais celle de l’Esprit. Elle les touchera, les poussera à te demander la prière, une prière qui les touchera et qui apportera la guérison.

Tandis que les nuages qui s’amoncellent causent la peur dans le monde, que le peuple de Dieu puisse marcher conformément à cette parole de Paul : “Et que la paix de Christ […] règne dans vos cœurs” (Colossiens 3:15).

mardi 12 juillet 2016

PAIX, PAIX !

“Je créerai sur leurs lèvres des hymnes de louange. paix, paix” (Esaïe 57:19 version Semeur). C’est une des promesses les plus encourageantes de la Parole de Dieu. Le Seigneur dit qu’Il chassera loin de nous tout esprit de peur et qu’Il implantera en nous Son esprit surnaturel de paix. Esaïe répète le mot “paix” pour souligner qu’il s’agit d’une paix continuelle.

Le Saint-Esprit promet : “Je vais créer la paix en toi.” Une fois que nous expérimentons cette paix, elle devient une parole créatrice qui coule de nos lèvres vers les autres.

Il vient un moment dans chacune de nos vies où nous devenons complètement épuisés par tous les problèmes qui tournoient autour de nous – des problèmes personnels qui peuvent impliquer la famille, les amis, notre travail, nos finances. Nous devenons épuisés à cause de toutes les “mauvaises nouvelles” à fendre le cœur que l’on entend, les crises qui semblent s’amplifier et échapper à tout contrôle.

Alors, comment devons-nous faire pour nous approprier cette omnipotente création de paix miraculeuse ?

Tout d’abord, nous devons admettre que toutes nos craintes sont causées par l’incrédulité, parce que nous ne nous sommes pas pleinement confiés dans la puissance du Saint-Esprit qui vit en nous.

L’Esprit de Dieu est la plénitude absolue de l’amour divin : soucieux de notre bien, comme une mère, plus puissant que toutes les principautés de l’enfer, connaissant toutes choses. Mais, même si nous savons ces choses, nous nous tenons souvent en présence de l’Esprit, en nous plaignant et murmurant, pensant de la même façon que des enfants abandonnés.

Je te le dis, aucun croyant ne peut être guéri de l’esprit de crainte – ni trouver la paix – tant qu’il ou elle ne remet pas toutes choses entre les mains aimantes de l’Esprit. Nous devons tout abandonner à Sa volonté, nous confiant dans le fait que “celui qui est en moi est plus grand que celui qui est dans le monde” (voir 1 Jean 4:4).

lundi 11 juillet 2016

IL DÉTRUIT LA PUISSANCE DES TÉNÈBRES - Gary Wilkerson

Pendant que Jésus enseignait dans la synagogue, un homme possédé par un demon a crié : “ha! qu’y a-il entre nous et toi, Jésus Nazarénien? es-tu venu pour nous détruire?” (Luc 4:33 version Darby).

Regarde cette question : “es-tu venu pour nous détruire ?” Là, nous touchons un point très important parce que Jésus ne fait pas qu’interférer, Il détruit.

Je suis tellement béni par ce mot “détruire” dans ce texte, parce que si quelque chose est simplement interrompu, cela veut dire que ça peut recommencer plus tard. Est-ce que personne n’a jamais vu quelque chose partir puis revenir ? L’année dernière, à cette époque, j’ai dit que j’allais perdre dix kilos. Et bien, j’ai perdu dix kilos et puis ils sont revenus – plus cinq kilos supplémentaires. Alors, pour moi, interférer et interrompre n’est pas suffisant. J’ai besoin que la chose soit détruite, et toi ?

Nous remercions Dieu parce qu’Il interfère, mais plus que tout, nous sommes heureux qu’Il détruise les œuvres de l’Ennemi. Jésus dit : “Je suis venu pour détruire les œuvres du diable.” Si tout un plan était établi contre toi dans l’abîme de l’enfer, Il ne ferait pas qu’intervenir, comme s’Il enrayait un simple point, mais Il prendrait ce plan et le réduirait en un millier de morceaux avant de le jeter au feu. Satan demanderait : “qu’as-tu fait de mon plan, de mes intentions de détruire la vie de cette personne ?”

“Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable” (1 Jean 3:8).

Jésus détruit ce qui était destiné à te détruire, savais-tu cela ? Il est là pour détruire la puissance des ténèbres dans ta vie.

samedi 9 juillet 2016

FAIS EN SORTE QUE LE FEU CONTINUE A BRÛLER - Jim Cymbala

La dernière lettre que Paul a écrite était adressée à Timothée, un jeune pasteur qu’il avait amené à la foi. Paul dit : “C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse” (2 Timothée 1:6-7). Nous voyons une image d’une feu qui est presque éteint, où il faut souffler sur les braises pour maintenir le feu allumé. Paul voulait que Timothée attise les flammes de l’Esprit. Il a mis en garde Timothée, pour qu’il ne les néglige pas, mais qu’il attise le feu et lui permette de continuer à brûler. Quoi que fasse Timothée, il devait faire en sorte que le feu ne s’éteigne pas, il devait prêter attention à l’œuvre de l’Esprit en lui. Sans cette onction, Timothée ne pourrait jamais accomplir les plans de Dieu pour sa vie.

Charles Finney, un pasteur presbytérien du 19ème siècle, ancien directeur de l’Oberlin College, a prêché une série de messages sur les réveils de la religion qui sont plus tard devenu un livre et qui est désormais considéré comme un classique spirituel. Dans ce livre, il décrit trois points clé au sujet du Saint-Esprit :
  • Jésus a promis la plénitude de l’Esprit : “Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre” (Actes 1:8).
  • L’Écriture ordonne aux chrétiens d’être remplis du Saint-Esprit. “Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit” (Ephésiens 5:18). Tout comme elle leur ordonne de s’aimer les uns les autres ou de ne pas voler. “Être remplis de l’Esprit” n’est pas différent. Le verbe est à l’impératif, ce qui signifie qu’il s’agit d’un commandement, semblable à n’importe quel autre commandement biblique.
  • La plénitude de l’Esprit est une nécessité dans nos vies. Quand Jésus déclare : “sans moi vous ne pouvez rien faire” (Jean 15:5), Il pense vraiment ce qu’Il dit.
Quand Dieu prend le contrôle d’une vie ou d’une Eglise, Il en prend le contrôle au travers du Saint-Esprit, parce que le Saint-Esprit est l’Aide que Jésus a envoyé pour faire le travail. Quand nous avons peur de laisser le contrôle à l’Esprit, nous avons en réalité peur que Dieu prenne le contrôle de notre vie. Quand nous refusons de nous abandonner à l’Esprit, nous passons à côté de la sainte excitation de vivre tellement au-delà de nous-mêmes.



Jim Cymbala a commencé le Brooklyn Taberncale avec moins de vingt membres dans un petit bâtiment délabré, dans un quartier difficile de la ville. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson.

vendredi 8 juillet 2016

LA CONSOLATION DONT NOUS SOMMES L’OBJET DE LA PART DE DIEU

“Vous serez consolés dans Jérusalem” (Esaïe 66:13).

Quelle prophétie ! Ce verset parle de consolation dans l’Église, de chaque membre du Corps de Christ se supportant l’un l’autre avec amour. C’est une image du peuple de Dieu consolant les blessures les uns des autres et prenant part à leurs souffrances réciproques.

Cette image est confirmée par Paul dans le Nouveau Testament : “Béni soit Dieu... le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction ! (2 Corinthiens 1:3-4).

Remarque bien que rien n’est dit ici au sujet d’une délivrance de l’épreuve. Il nous est seulement dit que le Saint-Esprit nous donne la consolation nécessaire pour supporter et rester ferme dans notre épreuve : “consolation… dans quelque affliction.”

Ce réconfort, apporté par l’Esprit au milieu de nos difficultés, n’est pas simplement une disparition temporaire du fardeau. Il ne s’agit pas d’un soupir de soulagement, d’une porte fermée aux pensées troublées par la peur. Il s’agit plutôt d’une consolation qui vient vers nous dans nos épreuves – et elle est surnaturelle. C’est une œuvre miraculeuse, une guérison envoyée par le Ciel.de notre intelligence, de notre âme et de notre esprit. Une telle consolation est l’œuvre exclusive du Saint-Esprit et elle s’accomplit par la foi, lorsque nous faisons confiance à Son amour pour nous.

Cher saint, je te le demande : qu’as-tu à apporter aux autres dans leurs moments difficiles ? Qu’est-ce que le Saint-Esprit a fait en toi qui pourrait apporter la guérison à tes amis ou à ta famille qui sont dans la souffrance ?

Ce n’est pas une question de moyens ni de manifestation de ton amour. Des mots gentils de sympathie ne sont pas suffisants. Une corbeille cadeau n’est pas la réponse. Toutes ces choses sont bonnes et conformes à l’Écriture, mais aucune d’entre elles ne peut guérir un cœur.

“Afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction !” (2 Corinthiens 1:4).

Le Saint-Esprit promet un miracle créatif.

jeudi 7 juillet 2016

L’AMOUR DE MON PÈRE

Une mère va rester auprès de son enfant malade jusqu’à ce que la guérison survienne. Elle endurera même le rejet de son amour par son enfant. Son enfant peut tomber dans le péché, ignorant les conseils et les corrections de sa mère. Il peut être submergé par l’abattement ou l’incrédulité, ou devenir fier, têtu et rebelle. Mais, malgré tout, sa mère ne perdra jamais espoir.

Regarde cette image d’une maman aigle : “Il [t]’a gardé comme la prunelle de son œil, Pareil à l’aigle qui éveille sa couvée, Voltige sur ses petits, Déploie ses ailes, les prend, Les porte sur ses plumes” (Deutéronome 32:10-11). Jésus se réfère à une image similaire quand se compare à “une poule [qui] rassemble ses poussins sous ses ailes” (Matthieu 23:37). Dans les moments de tempête, une telle mètre cache ses petits avec amour, pour qu’ils soient en sécurité sous ses ailes.

Nous parlons ici de l’amour le plus tendre, le plus digne de confiance que les humains puissent connaître. Si tu devais te rendre dans un tribunal après l’autre, dans une salle d’audience après l’autre, tu verrais des jeunes hommes jugés pour tous les crimes imaginables. Et qui regarde les audiences depuis les bancs? Surtout des mamans.

Va dans n’importe quelle prison les jours de visite. Qui vois-tu faire la queue pour rendre visite à un fils ou à une fille incarcéré ? Des mères, au cœur lourd de chagrin – des mères qui semblent avoir une capacité illimitée d’amour et de pardon.

Il y a plusieurs années, un prédicateur âgé a écrit : “Je ne sais pas si le Fils Prodigue avait une mère, mais si c’est le cas, je suis sûr que, pendant que le père se tenait sur le seuil pour guetter le retour de son fils à la maison, cette maman était enfermée dans sa chambre, priant et pleurant. Plus tard, quand tout le monde était en train de danser pour fêter le retour du fils, cette maman devait être en train de murmurer des mots d’espérance et de guérison aux oreilles de son fils.”

Nous ne comprenons peut-être pas pourquoi Dieu permets à nos afflictions de perdurer, pourquoi ceux que nous aimons endurent souffrance et épreuves pendant si longtemps, pourquoi tant de nos prières et tant de nos questions semblent ne pas recevoir de réponse. Mais Dieu n’est pas obligé de répondre à toutes nos questions. En fait, il se peut que nous n’ayons aucune réponse avant d’aller dans la gloire.

Mais il est une chose que je ne remettrai jamais en question – c’est l’amour de mon Père envers moi, révélé par le Saint-Esprit qui habite en moi.

mercredi 6 juillet 2016

UNE MISSION D’AMOUR

L’amour du Père envers nous, incarné dans Son Fils, a été engagé au travers de l’œuvre du Saint-Esprit. Et l’Esprit a été envoyé à l’humanité pour révéler la majesté et la gloire de cet amour éternel.

“L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné… Je vous exhorte, frères, par notre Seigneur Jésus-Christ et par l’amour de l’Esprit...” (Romains 5:5, 15:30). Le Saint-Esprit est l’amour éternel du Père et du Fils. Toute Son œuvre, tout Son ministère, ont pour but d’exprimer et de manifester cet amour.

Tout comme Jésus a volontairement accepté Sa mission, c’est aussi le cas pour le Saint-Esprit. Il a été donné par le Père à Christ, qui nous a ensuite envoyé l’Esprit, pour une mission d’amour. C’est pour cette raison que toutes les œuvres qu’accomplit l’Esprit – tout le réconfort et la consolation qu’Il apporte, toutes les révélations, toutes les réprimandes, tous les encouragements et toutes les mises en garde – découlent de l’amour. Elles découlent premièrement de l’amour du Père, puis de l’amour de Christ, mais aussi de l’amour de l’Esprit, car le Saint-Esprit aime réellement tous ceux en qui Il vit.

Cela peut sembler évident à certains lecteurs, mais franchement, dans ces temps de tumulte croissant, tout ceci doit être bien clair dans nos cœurs. Pour tenir ferme dans les jours qui viennent, notre foi doit s’emparer de ce qui suit : Si nous ne sommes pas certains de l’amour de Dieu pour nous, nous ne pouvons pas croître en fermeté et en confiance. Et nous ne serons pas capables de nous réjouir dans les tempêtes furieuses qui s’annoncent.

Le prophète Esaïe a comparé l’œuvre et le ministère du Saint-Esprit à l’amour et au réconfort d’une mère.

“Comme un homme que sa mère console, Ainsi je vous consolerai ; Vous serez consolés dans Jérusalem” (Easïe 66:13).

Dans le monde matériel, il n’y pas de plus grande représentation de l’amour que celle d’une mère tendre et attentionnée. Elle est toujours là pour ses enfants, avec un mot encourageant et réconfortant dans les moments difficiles.

Avec cette comparaison maternelle, le Saint-Esprit nous montre comment Il remplit Sa mission. Il nous dit à travers Esaïe, en substance :

“En tant que disciples de Jésus, vous savez déjà certaines choses au sujet de l’amour. A présent, laisse-Moi te montrer à quel point l’amour du Père et de Son Fils est tendre et patient envers toi. Pour le comprendre, pense à l’amour tendre d’une mère craignant Dieu. C’est de cette façon que J’œuvre en toi, que Je travaille en toi.”

mardi 5 juillet 2016

FERME ET CONFIANT

“Mais Christ l’est comme Fils sur sa maison ; et sa maison, c’est nous, pourvu que nous retenions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions. C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint-Esprit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, Le jour de la tentation dans le désert, Où vos pères me tentèrent Pour m’éprouver, et ils virent mes œuvres pendant quarante ans” (Hébreux 3:6-9).

“Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. Mais exhortez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché. Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement” (3:12-14).

Je crois, tout comme d’autres sentinelles, que les jours dont Jésus parlait sont maintenant sur nous. Dans le monde entier, le cœur des gens défaille à cause de la peur, tandis qu’ils regardent des choses terrifiantes s’abattre sur la Terre.

Pourtant, au milieu de toute cette anxiété, de toute cette peur, nous qui croyons dans le Seigneur, nous entendons Sa Parole nous dire : “Sois ferme et confiant jusqu’à la fin.”

Le fait est que, à chaque fois que la peur croît, Dieu appelle à une plus grande fermeté. A chaque fois qu’il y a une grande terreur et une grande apostasie, Il appelle à une plus grande confiance. A chaque fois qu’il y a de l’obscurité et du désespoir, Il nous appelle à accroître notre joie.

C’est dans la nature de notre Père céleste. Il a prévu tout ce qui est nécessaire pour que Son peuple tienne bon et qu’il garde sa joie, même dans les temps les plus troublés.

Mais il y a une condition liée à la dispensation de ces choses nécessaires, et c’est un grand Si.

“Nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement… Christ l’est comme Fils sur sa maison ; et sa maison, c’est nous, pourvu que nous retenions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions” (Hébreux 3:14,6).

Pourquoi cette parole qui nous met en garde ? C’est parce qu’il y a des forces puissantes à l’œuvre aujourd’hui, contre tous les croyants qui veulent tenir ferme dans leur foi et rester confiants.

lundi 4 juillet 2016

AUCUNE ARME FORGÉE CONTRE TOI - Gary Wilkerson

“ Ah ! qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre... Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme” (Luc 4:34-35).

Je veux me concentrer sur la phrase : “Jésus le menaça.” La version anglaise dit : “Jésus l’arrêta.” Jésus veut faire cela dans ta vie aujourd’hui. Aujourd’hui ! Pas quand tu parviendras enfin à Lui plaire par ta perfection (parce que tu n’arriveras jamais à faire ça). La bonne nouvelle, c’est que la puissance du Saint-Esprit est disponible pour ceux qui croient en Jésus Christ quand Il dit : “Je vais arrêter tout cela.” Même s’il s’agit d’un cœur rétrograde ou d’une lutte quelconque contre le péché, dans Sa miséricorde, Sa bonté et Sa grâce, Il le fait à cet instant-même.

Satan prévoit de te rendre accroc, découragé, rempli de doutes, de crainte et d’anxiété. Son plan n’est pas simplement de t’y amener, mais de faire en sorte que tu y restes. Une des expériences les plus tristes que j’ai faites en tant que pasteur, c’est de me retrouver face à face avec des gens et d’entendre leur confession :

“J’ai été accroc à ceci ou cela pendant dix ou quinze ans.”

“Il y a dix ans, notre fils est parti et il ne sert pas Dieu.”

“Depuis ces cinq dernières années, notre mariage bat de l’aile. Nous sommes sur le point de nous écraser !” Et ça continue, encore et encore.

Voilà une bonne nouvelle pour nous tous aujourd’hui. Non seulement Jésus interfère, mais Il regarde à ce moment qui dure où Satan veut te harceler, et Il dit “Assez. Il est temps d’arrêter.”

Il est temps d’arrêter ! Il est temps pour toi de dire que c’est assez. Satan a l’intention de construire des armes – un complot, un plan – et il veut ensuite utiliser ces armes contre toi. Alors, nous avons besoin d’être très prudent, de ne pas adopter une attitude légère, un certain laissez-aller. Une attitude du genre : “Oh, et bien, Satan n’a aucun pouvoir. Il ne peut pas interférer dans ma vie. Il ne peut pas interrompre ce que Dieu est en train de faire.”

Il peut t’attaquer, n’est-ce pas ? Tu l’as déjà expérimenté. Mais la bonne nouvelle, c’est que la Bible dit que ces armes ne prospéreront pas.

“Toute arme forgée contre toi sera sans effet ; Et toute langue qui s’élèvera en justice contre toi, Tu la condamneras” (Esaïe 54:17)

samedi 2 juillet 2016

IL EST ENTIÈREMENT FIDÈLE - Carter Conlon

“Et je n’ai point vu le juste abandonné, Ni sa postérité mendiant son pain” (Psaumes 37:25). La deuxième partie de cette promesse est incroyable : “ni sa postérité mendiant son pain.” Elle signifie que le fait de marcher avec Christ ne nous affecte pas nous seulement, cela affecte aussi le futur de ceux que l’on aime.

Souviens-toi qu’en fin de compte, c’est grâce à l’obéissance du Christ envers le Père – parce qu’Il a abandonné Sa vie pour accomplir les plans de Dieu – que toi et moi, en tant que descendants de Jésus Christ, pouvons réclamer la promesse de ce psaume. Nous voyons donc à quel point il est important que nous marchions dans l’obéissance et que nous donnions notre cœur au Seigneur. Lorsque nous le faisons, la promesse s’étend à tous ceux qui viendront après nous – nos enfants, nos petits-enfants, ceux sur qui Dieu nous a donné autorité. J’ai déjà vu cela s’accomplir dans ma propre vie.

Pour autant que je le sache, je suis le premier croyant en Christ dans ma famille. Mais à présent, j’ai des neveux et des nièces et d’autres membres de ma famille qui se tournent vers Dieu. Et longtemps après que je sois parti, je crois que les bénédictions du Seigneur continueront à toucher mon foyer parce que j’ai fait le choix de marcher dans la justice de Christ.

Le dimanche soir, ici à Times Square Church, j’entends de nombreux témoignages de gens dans notre assemblée qui ont essayé de fuir Dieu. Ils ont vécu une vie de péché et de rébellion, écoutant leur musique à fond pour tenter de noyer la voix de Dieu. Mais leur problème, c’est qu’ils avaient une mère ou un père juste devant Dieu, quelqu’un qui priait pour eux ! Et maintenant, il est évident qu’ils n’ont pas été abandonné. Ils ne mendient pas leur pain, parce que quelqu’un dans leur maison marche avec Dieu.

Que nous puissions faire le choix de marcher quotidiennement dans les voies de Dieu, portant la vérité de Dieu avec droiture et Lui faisant confiance pour nous donner la force dont nous avons besoin pour Le suivre pleinement. Si nous choisissons de le faire, nous verrons les Écritures s’accomplir – la bénédiction des justes sera sur nous aussi bien que sur nos descendants. Tout ce dont nous avons besoin nous sera pourvu car Dieu est entièrement fidèle pour accomplir Sa promesse.

__________
Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994 suite à l'invitation du pasteur fondateur, David Wilkerson, et a été désigné Pasteur responsable en 2001.

vendredi 1 juillet 2016

DIEU EST UN REFUGE POUR NOUS

En ce moment-même, le monde traverse de grandes turbulences. Il va se produire des événements, un chaos, qui apporteront naturellement de la frayeur. Mais Dieu nous a dit : “Ma Parole est en vous. Vous êtes couverts par l’ombre de Ma main. Et VOUS ÊTES MES ENFANTS.” Il est temps pour nous d’attacher notre ceinture, d’ouvrir notre Bible et de parler à notre Père alors que nous traversons tout cela. Il a dit que nous ne nous écraserons pas : “Je voyais constamment le Seigneur devant moi, Parce qu’il est à ma droite, afin que je ne sois point ébranlé” (Actes 2:25).

Je te presse de faire tienne cette parole puissante d’Esaïe :

“Levez vos yeux en haut, et regardez ! Qui a créé ces choses ? Qui fait marcher en ordre leur armée ? Il les appelle toutes par leur nom ; Par son grand pouvoir et par sa force puissante, Il n’en est pas une qui fasse défaut.

Pourquoi dis-tu, Jacob, Pourquoi dis-tu, Israël : Ma destinée est cachée devant l’Éternel, Mon droit passe inaperçu devant mon Dieu ? Ne le sais-tu pas ? ne l’as-tu pas appris ? C’est le Dieu d’éternité, l’Éternel, Qui a créé les extrémités de la terre ; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; On ne peut sonder son intelligence.

Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent ; Mais ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles ; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point” (Esaïe 40:26-31).

Notre communion avec Lui donne naissance à la confiance. En déversant devant le Seigneur nos besoins, nos soucis, nous repartons avec Son repos et Son assurance. “En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge” (Psaumes 62:8).