vendredi 31 juillet 2015

LA REVELATION DE JESUS CHRIST

Il y a des tonnes de pasteurs bien entraînés aujourd'hui, des hommes très respectés qui ont fait des études poussées. Ils ont passé des années dans les séminaires, étudiant la théologie, la philosophie et l'éthique. Et ils ont reçu un enseignement de la part de professeurs talentueux, d'hommes estimés qui sont de véritables experts dans leurs domaines.

Mais la majorité de ces pasteurs bien entraînés, lorsqu'ils se tiennent sur l'estrade pour prêcher, ne donnent que des paroles vides. Ils peuvent vous dire de nombreuses choses intéressantes au sujet de la vie et du ministère de Christ. Mais ce qu'ils disent laisse ton esprit complètement froid. Pourquoi ? Parce qu'ils n'ont reçu aucune révélation de Jésus, aucune expérience personnelle avec Lui. Tout ce qu'ils connaissent de Christ a été filtré par l'esprit d'autres hommes. Leurs idées ne sont jamais que des enseignements empruntés.

Dans le chapitre 4 de l'épître aux Éphésiens, et tout particulièrement au verset 20, Paul demandait aux Éphésiens comment ils avaient appris Christ. En d'autres termes : qui t'a appris ce que tu sais de Jésus ? Est-ce que cela vient des messages que tu as entendu à l'école du dimanche ? Si c'est le cas, c'est bien. Mais est-ce que ce que tu connais de Christ se limite à ça ? Peu importe à quel point ton pasteur parle avec puissance ou à quel point tes enseignants sont oints. Tu as besoin de plus de Jésus qu'une simple connaissance intellectuelle.

De nombreux croyants se satisfont de ce que j'appelle une révélation unique et initiale de la puissance et de la grâce salvatrices de Christ. C'est la seule révélation de Jésus qu'ils aient jamais eu. Il témoignent : “Jésus est le Messie, le Sauveur. Il est le Seigneur, le Fils de Dieu.” Tous les véritables croyants expérimentent cette révélation puissante et transformatrice. Mais ce n'est que le premier pas. Ce qui nous attend ensuite est toute une vie de révélations plus profondes et plus glorieuses de Christ.

Paul savait cela. Il a reçu une révélation incroyable de Jésus sur le chemin de Damas. Paul est littéralement tombé à terre, à bas de son cheval, et une voix lui a parlé depuis le Ciel. Personne n'a jamais eu de révélation plus personnelle de Jésus que celle-là. Mais Paul savait que ce n'était qu'un commencement. A partir de cet instant, il a “eu la pensée de [ne pas] savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié” ( Corinthiens 2:2).

jeudi 30 juillet 2015

UNE REVELATION TOUJOURS CROISSANTE DE JESUS

Considérons un instant Corneille, le centurion. Cet homme n'était ni un prédicateur, ni un pasteur établi. En fait, étant païen, il ne faisait même pas partie du peuple de Dieu. Pourtant, l'Ecriture dit que ce soldat “était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison ; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement” (Actes 10:2).

C'était pourtant un homme occupé. Corneille avait cent soldats sous son commandement direct, mais il priait à chaque fois qu'il avait un moment de libre. Et un jour, alors qu'il était en prière, il a entendu le Seigneur lui parler. Un ange est apparu, appelant Corneille par son nom. Le centurion a reconnu qu'il s'agissait de la voix de Dieu et a répondu : “Qu'est-ce, Seigneur ?” (Actes 10:4).

Le Seigneur a parlé directement à Corneille, lui disant de trouver l'apôtre Pierre. Il lui a donné des instructions détaillées, y compris des noms et des adresses, et jusqu'aux paroles à prononcer. Pendant ce temps, Pierre priait sur le toit d'une maison quand “une voix lui fut adressée” (verset 13 version Darby). A nouveau, le Saint-Esprit donna des instructions très détaillées : “voilà, trois hommes te cherchent; mais lève-toi, et descends, et va avec eux sans hésiter, parce que c’est moi qui les ai envoyés” (Actes 10:19-20 version Darby).

Pierre a suivi les hommes de la maison de Corneille pour se rendre à un rendez-vous réellement d'origine divine. Ce qui s'est passé ensuite à ébranlé toute l'église juive-pentecôtiste. Le Seigneur a ouvert l'évangile aux païens. Pourtant, ce qui a été le plus difficile à accepter de la part des croyants juifs, c'est que Dieu ait pu parler à un païen ordinaire, non exercé. Ils ne pouvaient pas comprendre comment Corneille avait pu entendre la voix de Dieu aussi clairement, ni comment il avait pu parler avec une telle autorité. C'était un vrai défi pour chaque croyant qui était présent.

Paul a également reçu une révélation de Jésus venant directement du Ciel. Il a attesté que les choses qui lui ont été montrées au sujet de Christ ne lui avaient été enseignées par aucun homme. Mais, alors qu'il était à genoux, en prière, il avait entendu la voix de Jésus Lui-même. “Je vous déclare, frères, que l’Évangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ” (Galates 1:11-12). “ Mais, lorsqu’il plut à [Dieu]… de révéler en moi son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang” (1:15-16).

Il y avait de grands enseignants à l'époque de Paul, des responsables puissants, versés dans la Parole de Dieu, tels qu'Apollos et Gamaliel. Et il y avait les apôtres, qui avaient marché et parlé avec Jésus. Mais Paul savait qu'une révélation de Christ de seconde main ne serait pas suffisante. Il devait avoir une révélation de Jésus toujours croissante, venant du Seigneur Lui-même.

mercredi 29 juillet 2015

SEUL DANS LE DESERT

Malheureusement, de nombreux pasteurs, aujourd'hui, prêchent des sermons sans vie. Leurs messages ne convainquent pas de péché et ne répondent pas non plus aux cris les plus profonds du cœur. C'est tout simplement criminel. Les philosophies vides édictées dans un moment de grande faim ne feront que causer d'avantage de souffrance chez ceux qui les écoutent.

Jean Baptiste a enseigné : “Celui à qui appartient l’épouse, c’est l’époux ; mais l’ami de l’époux, qui se tient là et qui l’entend, éprouve une grande joie à cause de la voix de l’époux : aussi cette joie, qui est la mienne, est parfaite” (Jean 3:29). La version grecque littérale traduit ainsi : “l'ami de l'époux, qui demeure et continue avec lui.” Jean Baptiste disait à ses disciples : “J'ai entendu la voix de l'époux et c'est là ma plus grande joie. Ce son remplit mon âme. Comment ai-je pu entendre Sa voix ? En me tenant à côté de Lui, en L'écoutant pendant qu'Il parlait à cœur ouvert.”

Tu te demandes peut-être : où Jean a-t-il appris à connaître la voix de Jésus. D'après ce que nous savons, ils n'ont eu qu'une seule rencontre face à face, au moment du baptême de Christ. Et il n'y a alors eu qu'un bref échange entre eux, de seulement quelques mots.

Jean a appris à entendre la voix du Seigneur exactement de la même façon que Jésus : seul dans le désert. Cet homme s'est isolé dans le désert très jeune. Il ne s'est autorisé aucun des plaisirs de ce monde, y compris de bons aliments, un lit moelleux, ni même des vêtements confortables. Il n'a eu aucun enseignant, aucun mentor, aucun livre. Durant ces années qu'il a passé seul, Jean a établi une grande communion avec le Seigneur. Et tout ce temps, le Saint-Esprit lui a enseigné à entendre le murmure doux et léger de la voix de Dieu. Oui, Christ a parlé à Jean avant même de venir vers lui en chair et en os.

Jean a appris tout ce qu'il savait en étant en communion continuelle avec le Seigneur. C'est ainsi qu'il a reçu le message de repentance, qu'il a reconnu la venue de l'Agneau, qu'il a perçu le besoin de diminuer tandis que le Messie grandirait. Jean a appris toutes ces choses directement du Seigneur. Et le son de la voix de Dieu était sa joie.

Si nous nous livrons à ce genre de communion quotidienne, le Seigneur sera fidèle pour diriger nos vies, allant même jusqu'à nous donner des instructions très détaillées.

mardi 28 juillet 2015

LE TEMPS OÙ JESUS NOURRIT

J'ai demandé au Seigneur s'il était possible aujourd'hui, dans ces temps de grâce, de vivre comme Il l'avait fait. Pouvons-nous être totalement dépendant de la voix du Père qui est dans la gloire ? Est-il possible d'entendre Sa direction pour nos vies jour après jour, instant après instant ? Y a-t-il un chemin préparé pour nous, de telle façon que nous puissions dire : “Je ne dis que ce que j'entends de la part du Seigneur, je ne fais que ce que je Le vois faire”?

Je connais la joie qui vient du fait d'être enfermé seul avec Christ. Elle provient de notre adoration et de notre service pour Lui, ainsi que du fait de s'attendre à Lui pour qu'Il nous révèle Son cœur. J'appelle cela le temps où Jésus nourrit.Je suis assis dans Sa présence, écoutant son murmure doux et léger. Et Il me parle, m'enseigne, œuvrant en moi par Son Saint-Esprit, me montrant des choses que je ne pourrais jamais apprendre dans un livre ni d'une autre personne. Sa vérité se révèle dans mon esprit. Et mon cœur bondis de joie en moi !

Bien-sûr, je ne suis pas encore arrivé. Ce genre d'expérience est encore occasionnelle et elle n'est pas encore devenue un mode de vie pour moi. Alors, j'ai demandé au Seigneur : “est-ce qu'une vie totalement dépendante est possible ? Ou n'est-ce qu'un vœu pieux ? Est-ce que je rêve d'une chose qui est impossible à atteindre ?”

Je pense que la majorité d'entre nous vit bien en-dessous des privilèges auxquels nous avons droit en tant qu'enfants de Dieu. Par exemple, j'ai lu le passage parlant d'Eli se tenant devant Dieu et entendant Sa voix. J'ai lu le passage parlant de Jérémie qui se tient dans la présence de Dieu, écoutant Ses conseils. Il crie : “Qui donc a assisté au conseil de l'Éternel Pour voir, pour écouter sa parole ? Qui a prêté l'oreille à sa parole, qui l'a entendue ?” (Jérémie 23:18). J'ai lu un cri similaire de la part d'Esaïe : “Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira : Voici le chemin, marchez-y ! Car vous iriez à droite, ou vous iriez à gauche” (Esaïe 30:21). 


Pourquoi Dieu ne voudrait-Il pas parler dans notre génération, où il y a tellement de peur et d'incertitude ? Le monde est dans la tourmente, recherchant des réponses. Pourquoi le Seigneur serait-Il silencieux maintenant, alors que nous avons besoin plus que jamais d'entendre Sa voix nous parler ?

lundi 27 juillet 2015

RESTER EN CHRIST by Gary Wilkerson

Le Père a-t-Il été fidèle à sa part de l'Alliance ? A-t-Il guidé Jésus comme Il l'avait promis ? Est-ce que Son Esprit recouvrait Son Fils, Lui apportant encouragements et consolation ? Est-ce qu'Il l'a conduit à travers toutes Ses épreuves et L'a ramené à la maison vers une gloire victorieuse ? Oui, absolument ! Et le Père a prêté le serment éternel d'en faire autant pour nous.

Jésus a dit : “Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal” (Jean 17:15) “Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde” (verset 16). Christ disait en d'autres termes : “Père, sanctifie-les à travers Ta vérité. Rends-les saints et purs et garde-les du Malin. Sois avec eux dans toutes leurs tentations. Que les promesses que Tu M'as faites soient leurs également.

En respectant la parole de Son alliance dans l'amour, la gloire du Père a été manifestée au monde. “Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un, - moi en eux, et toi en moi, -afin qu'ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé” (versets 22-23).

La prochaine fois que tu lutteras contre un péché installé, tu entendras peut-être une voix accusatrice te dire : “Tu es allé trop loin et tu as péché trop souvent. Dieu t'a livré à un esprit dépravé. Tu es impur, sale, mauvais, une disgrâce pour l'évangile. Tu as complètement chassé le Saint-Esprit de ta vie.” Quand cela se produira, rappelle à Dieu, au diable et à toi-même : “Je suis un avec le Père et le Fils d'après l'Alliance. Jésus a co-signé cette Alliance avec Son propre sang et le Père a promis de me garder dans toutes mes épreuves. Il tiendra ma main, quoi qu'il puisse arriver et ne m'ôtera jamais Son amour. Il me conduira à la victoire !”

En nous révélant Son alliance, Dieu veut ôter tous les doutes que nous aurions quant à Sa capacité à nous garder. C'est comme s'Il nous disait : “Je vais vous traiter comme si vous n'aviez pas du tout de foi. Je vais faire un serment si puissant envers vous que vous n'aurez pas d'autre choix que de croire en Moi.” Nous devons rester en Christ, demeurer en Lui, Lui faire confiance et dépendre de Lui. Si nous le faisons, c'est certain, nous verrons Sa gloire !

samedi 25 juillet 2015

DEBOUT A LA DROITE DE DIEU by Claude Houde

Le livre des Actes décrit Étienne comme un homme plein de paix, de joie, de sagesse, de grâce et de la puissance de l'Esprit Saint (voir Actes 6:5-8). Un jour, alors qu’Étienne partageait sa foi en Christ avec un groupe de gens sur la place publique, la tragédie a frappé. Des fanatiques religieux, dans un moment de lâcheté, ont ramassé des pierres et l'ont littéralement lapidé à mort.

Étienne a été lapidé pour avoir “construit un autel” devant Dieu, pour avoir servi des veuves qui souffraient et pour avoir partagé publiquement sa foi en Christ. La Bible nous permet de jeter par ce moment un bref mais intense regard dans l'éternité. Au moment même où cette foule de religieux fanatiques s'est jetée sur lui, les pierres à la main, Étienne a prononcé ces mots de paix et de pardon, s'agenouillant devant ses meurtriers, mais bien plus devant son Dieu : “Seigneur Jésus reçois mon esprit ! Seigneur, ne les charge pas de ce péché !” (Actes 7:59-60).

D'où sont venues cette paix et cette grâce magnifique ? C'était comme si les pierres qui déchiraient le corps d’Étienne ne faisait que frapper son enveloppe corporelle pendant que son esprit était déjà transporté vers un autre Royaume. Étienne a vu quelque chose de glorieux.

Le voile s'est ouvert un instant, nous permettant de voir de l'autre côté. “Mais Étienne, rempli d’Esprit Saint, fixa les regards vers le ciel et vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. Il dit : Voici : je vois les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu” (Actes 7:56-57). C'est le seul texte où Christ est vu se tenant debout dans le Ciel, mais il y a de nombreuses références au Christ ressuscité assis à la droite de Dieu le Père (Éphésiens 1:20).

Certains pourraient dire : “Et alors ?” C'est pourtant très parlant. La position assise représente la plénitude de l'autorité et la victoire décisive de Christ sur le péché, la mort et sur tous Ses ennemis. La victoire est éternelle, le sacrifice parfait et la résurrection absolue, totale et complète. Elle annonce le triomphe parachevé de Christ contre tous les ennemis de l'humanité. Il est assis parce que tous nos ennemis sont sous Ses pieds !
 

__________
Claude Houde, pasteur de l'église Nouvelle Vie à Montréal, au Canada, intervient régulièrement dans les conférences de Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier. Sous sa direction, l'église Nouvelle Vie est passée d'une poignée de gens à plus de 3500 dans une région du Canada qui compte peu d'églises protestantes en expansion.

vendredi 24 juillet 2015

UNE PAROLE FRAICHE DE LA PART DE DIEU

L’Écriture nous dit qu'en une occasion, “tous ceux qui le touchaient étaient guéris” (Marc 6:56). Mais à d'autres moments, Il n'a guéri personne à cause de l'incrédulité des gens. Comment Jésus savait-Il quand guérir et quand ne pas le faire ? Il devait entendre le murmure doux et tranquille de la voix de Son Père Lui donnant une parole de direction. Et Il se glorifiait d'entendre la voix de Son Père.

La même chose est vraie au sujet de notre appel. Nous savons tout ce que les Écritures requièrent de nous : nous devons nous aimer les uns les autres, prier sans cesse, aller dans le monde et faire des disciples, étudier les Écritures pour être approuvés, marcher dans la justice, aider les pauvres, les malades, ceux qui sont dans le besoin et ceux qui sont en prison. Mais nous sommes aussi appelés à faire d'autres choses qui ne sont pas mentionnées dans l’Écriture. Nous affrontons certains besoins dans notre marche quotidienne, que ce soit au milieu de difficultés ou dans d'autres situations. Dans de tels moments, nous avons besoin d'entendre la voix de notre Père nous guider, nous dire des choses qui ne sont pas soulignées par Ses commandements. Pour dire les choses simplement, nous avons besoin d'entendre la même voix que Jésus lorsqu'Il était sur Terre, celle du Père.

Nous savons que Christ avait ce genre de relation avec Son Père. Il a dit à ses disciples : “je vous ai fait connaître tout ce que j'ai appris de mon Père” (Jean 15:15). Il a également dit aux responsables religieux : “[Je] vous ai dit la vérité que j'ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l'a point fait” (Jean 8:40). Que voulait dire Jésus ? Il disait aux enseignants d'Israël : “Je vous ai donné des vérités venant directement du cœur de Dieu. Abraham ne pouvait pas en faire autant.”

Christ disait : “Vous vivez d'après une théologie morte. Vous étudiez le passé, honorez votre père Abraham, apprenez les lois et les règles pour votre vie. Mais ce dont Je vous parle ne vient pas d'une histoire d'un passé éloigné. Je viens juste d'être avec le Père et Il m'a dit ce que je suis en train de vous prêcher. Il M'a montré ce que vous avez besoin d'entendre.”

Jean Baptiste avait témoigné contre ces mêmes responsables religieux : “il rend témoignage de ce qu'il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage” (Jean 3:32). Aujourd'hui, Jésus nous dit la même chose : “Vous êtes satisfaits d'entendre des sermons sortis de quelques livres de référence, Mais la Parole que Je veux vous donner est fraîche.”

jeudi 23 juillet 2015

DANS LA PRESENCE DE SON PERE

C'était pendant les heures qu'Il passait seul avec Son Père que Christ entendait Sa voix Lui parler. En effet, Jésus a reçu toutes les paroles d'encouragement qu'Il a prononcé et, toutes les mises en garde prophétiques alors qu'Il était en train de prier. Il implorait le Père, L'adorait et se soumettait à Sa volonté. Et, après chaque miracle, chaque enseignement, chaque affrontement avec un pharisien, Jésus se de dépêchait de retourner vers la communion avec Son Père.

Nous voyons ce genre de temps de prière dans Matthieu 14. Jésus venait tout juste de recevoir la nouvelle de la mort de Jean Baptiste. “A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l'écart dans un lieu désert” (Matthieu 14:13). (Je me demande s'Il s'est rendu dans ce même désert où Jean avait passé des années en méditation et en préparation de son ministère.)

Jésus était là, seuls, priant et pleurant sur la mort de Jean. Jean avait été un ami très cher tout autant qu'un prophète de Dieu respecté. Maintenant, dans la communion avec le Père, Jésus demandait et recevait la grâce. Et là, dans le désert, Jésus recevait une direction pour le jour suivant.

Juste après avoir quitté cet endroit, Christ a commencé à accomplir des miracles : “Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades” (Matthieu 14:14). Le même jour, Jésus a nourri une foule de cinq mille personnes avec cinq pains et deux poissons. Essaye d'imaginer à quel point ce jour a dû être pour Lui un jour occupé, rempli et chargé. Plus tard ce jour là, Il a renvoyé la foule.

Alors, qu'est-ce que Jésus a fait à ce moment-là ? On pourrait penser qu'Il aurait cherché un peu de repos ou un repas tranquille. Peut-être qu'il aurait pu rassembler certains de Ses plus proches disciples pour retracer les événements de la journée. Ou Il aurait pu se rendre à Béthanie pour être rafraîchi par l'hospitalité de la famille de Marthe et Marie.

Jésus n'a rien fait de tout cela, cependant. L’Écriture dit : “Quand il l'eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l'écart ; et, comme le soir était venu, il était là seul” (Matthieu 14:23). Une fois encore, Jésus avait couru à Son Père. Il savait que le seul endroit où récupérer était dans la présence de Son Père.

mercredi 22 juillet 2015

DIRECTEMENT DU COEUR DU PERE

Jésus, durant son ministère terrestre, a dû s'appuyer sur l'action intérieure quotidienne de la voix du Père. Il a dû dépendre du Père à chaque instant afin de pouvoir entendre Sa voix Le diriger. S'il en avait été autrement, Christ n'aurait tout simplement pas pu faire toutes les choses qu'Il a faites. Il devait entendre la Voix de Son Père heure après heure, miracle après miracle, un jour après l'autre.

Comment Jésus a-t-Il pu entendre la voix douce et tranquille de Son Père ? La Bible nous montre que c'était possible dans la prière. Encore et encore, Jésus s'isolait pour prier. Il a appris à entendre la voix du Père alors qu'Il était à genoux et le Père était fidèle pour Lui monter tout ce qu'Il devait dire et faire.

“Vers le matin, pendant qu'il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria” (Marc 1:35).

“Sa renommée se répandait de plus en plus, et les gens venaient en foule pour l'entendre et pour être guéris de leurs maladies. Et lui, il se retirait dans les déserts, et priait” (Luc 5:15-16).

Imagine Jésus faire face à une décision importante, comme le choix de Ses disciples. Comment le Seigneur a-t-Il choisi les douze parmi la foule qui Le suivait ? Cela a dû être une décision d'une importance considérable. Après tout, ces douze disciples allaient être les piliers de l’Église du Nouveau Testament. Est-ce que le Père Lui a donné les douze noms alors qu'Il était encore dans la gloire ? Si c'est le cas, pourquoi Jésus a-t-Il passé une nuit de prière entière avant de nommer les douze ?

Luc nous dit : “En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu” (Luc 6:12). Le matin suivant, Jésus a nommé les douze. Comment les connaissait-Il ? Le Père les Lui avait révélé la nuit précédente.

Cette même nuit, le Père a donné à Son Fils les béatitudes, celles qu'Il a enseignées lors du Sermon sur la Montagne : “Heureux les pauvres en esprit...Heureux les affligés...Heureux ceux qui sont doux” (voir Matthieu 5:1-5). Jésus avait reçu tout cela directement du cœur du Père.

mardi 21 juillet 2015

APPRENDRE A MARCHER COMME IL A MARCHÉ

Jésus a vécu Sa vie sur Terre en totale dépendance du Père céleste. Notre Sauveur n'a rien fait et n'a rien dit sans avoir auparavant consulté son Père dans la gloire. Et Il n'a accompli aucun miracle sans que le Père ne lui en ai donné l'instruction. Il a déclaré : “je parle selon ce que le Père m'a enseigné... Celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable” (Jean 8:28-29).

Jésus a dit très clairement qu'Il était conduit chaque jour par Son Père. Son habitude de totale dépendance, d'écoute constante de la voix du Père, était partie intégrante de Sa marche quotidienne. Nous voyons cela dans un passage de l'évangile de Jean. Un jour de Sabbat, alors que Jésus marchait près de la piscine de Béthesda, Il a vu un infirme étendu sur une natte. Jésus s'est tourné vers l'homme et lui a ordonné de prendre son lit et de marcher et, immédiatement, l'homme a été restauré et il est parti guéri.

Les chefs des juifs en ont été très irrités. Dans leur esprit, Jésus avait brisé le Sabbat en guérissant cet homme. Mais Christ a répondu : “Je ne fais que ce que le Père me dit de faire.” Il leur a expliqué : “Mon Père agit jusqu'à présent ; moi aussi, j'agis...le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait” (Jean 5:17-20).

Jésus affirmait clairement : “Mon père M'enseigne tout ce que Je suis sensé faire.” Tu peux te demander quand exactement le Père montrait à Christ ce qu'Il devait faire. Quand Jésus a-t-Il vu Dieu accomplir des miracles ? Quand le Père Lui a-t-Il parlé de tout ce qu'Il devait dire et faire ?

Est-ce que cela s'est passé dans la gloire, avant que Christ ne soit incarné ? Est-ce qu'Ils se sont assis tous les deux avant la création et qu'Ils ont planifié tous les jours de la vie de Jésus ? Est-ce que le Père a dit à Son Fils que, le jour du deuxième sabbat du sixième mois juif, Il rencontrerait un infirme près de la piscine de Béthesda et qu'Il devrait ordonner à l'homme de se lever et de marcher ?

Si c'est le cas, aucun de nous ne peut le dire. Un tel arrangement n'aurait aucune pertinence pour notre marche quotidienne avec le Seigneur. Pourtant, nous savons que Jésus est venu afin d'établir un modèle que nous puissions suivre. Après tout, Il est venu sur Terre pour expérimenter tout ce que nous faisons, pour ressentir tout ce que nous ressentons et pour être touché par nos souffrances et nos infirmités. En retour,nous devons vivre comme Il a vécu, et marcher comme Il a marché.

lundi 20 juillet 2015

NOUS EN RETIRONS TOUS LES BENEFICES by Gary Wilkerson

Lorsque nous relisons les évangiles, nous voyons que tout ce que Jésus a fait sur cette Terre a eu pour but de remplir les termes de l'alliance qu'Il avait faite avec le Père. Il est allé chercher les brebis qui étaient perdues, Il a ouvert les yeux des aveugles, ressuscité les morts, ouvert les portes des prisons, prononcé les paroles de la vie éternelle, accompli des œuvres miraculeuses, chassé des démons et Il a guéri toutes sortes d'infirmités. Dans chacun des versets des évangiles, Jésus accomplissait les choses pour lesquelles le Père L'avait envoyé.

Au travers de tout cela, Jésus s'est approprié les promesses que Son Père Lui avait faites dans son alliance : “Mon Dieu est ma force” (Esaïe 49:5). “Je me confierai en toi” (Hébreux 2:13). Les paroles du Père ont gardé Jésus pendant toute son agonie. “Le Seigneur, l'Éternel, m'a ouvert l'oreille, Et je n'ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière J'ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe ; Je n'ai pas dérobé mon visage Aux ignominies et aux crachats” (Esaïes 50:5-6).

Quand Jésus a formulé Sa dernière prière, nous voyons encore cette alliance conclue entre le Père et le Fils : “Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde fût” (Jean 17:5). Avant de retourner dans la gloire, Jésus a rappelé à Son Père Sa part du contrat : “Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l'heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie...Je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l’œuvre que tu m'as donnée à faire” (versets 1 et 4).

Qu'est-ce que tout cela a à voir avec toi et moi ? C'est une représentation de l'amour de Dieu pour Sa création bien-aimée ! Il a conclu cette alliance parce qu'Il ne voulait perdre aucun de ses enfants, que pas un n'aille à la destruction. Jésus dit ici : “Père, j'ai accompli Ma part du contrat. J'ai accompli la rédemption de l'humanité et J'ai permis l'unité de Ton Corps. Maintenant, parlons de ce qui va arriver à Ma descendance, à tous ceux qui croient en Moi.”

Pour résumer, Dieu a donné Son Fils, le Fils a donné sa vie, et c'est nous qui en retirons tous les bénéfices. “Je rendrai sa postérité éternelle, Et son trône comme les jours des cieux... Je ne violerai pas mon alliance Et je ne changerai pas ce qui est sorti de mes lèvres” (Psaumes 89:29,34).

samedi 18 juillet 2015

LA BENEDICTION DU SEIGNEUR by Nicky Cruz

Dieu a pardonné son péché à David, mais regarde toutes les bénédictions dont David a été privé à cause de sa chute. Regarde ce qu'il a dû abandonner à cause de cette affaire avec Bath-Schéba, le prix caché qu'il a dû payer pour s'être détourné du chemin que Dieu avait tracé devant lui. “C’est moi qui t’ai donné l’onction comme roi sur Israël, et c’est moi qui t’ai délivré de la main de Saül ; je t’ai donné la maison de ton seigneur, j’ai placé dans ton sein les femmes de ton seigneur et je t’ai donné la maison d’Israël et de Juda. Et si cela était trop peu, j’y ajouterais encore !” (2 Samuel 12:7-8).

Dieu n'attendait que de bénir David de bénédictions qu'il n'avait jamais imaginé, de bénédictions qu'Il soupirait à déverser sur Son serviteur. Des bénédictions qui auraient pu être plus grandes que ce qu'Il avait fait pour David dans le passé. Mais, à cause de son péché, David allait vivre et mourir sans jamais savoir ce qu'elles auraient pu être. “Et si cela était trop peu, j’y ajouterais encore”, a dit Dieu.

Rien ne fait d'avantage plaisir à Dieu que de déverser sur Ses enfants ses merveilleuses bénédictions. Le Ciel est rempli de glorieuses grâces qui n'attendent qu'à être déversées sur les serviteurs qui restent fidèles, sur les serviteurs qui embrassent l'alliance que Dieu a créé pour ceux qui restent fidèles à la volonté et au plan qu'Il dispose devant eux. Et ces bénédictions ne sont pas réservées aux seuls rois et guerriers, mais elles sont aussi pour toi et moi. Pour toute personne qui appelle Dieu “Père.”

Mais le moment et la manière dont ces bénédictions sont déversées ne dépend que de nous. C'est notre obéissance qui les libère de la main de Dieu et qui les apporte à nos vies. Nous pouvons vivre dans la volonté de Dieu et expérimenter Ses grâces chaque jour, ou nous pouvons marcher sur notre propre chemin et passer à côté.

“Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons” (Éphésiens 3:20).

__________
Nicky Cruz, évangéliste connu internationalement et auteur prolifique s'est tourné vers Jésus, quittant une vie de violence et de crimes après avoir rencontré David Wilkerson à New York en 1958. L'histoire de sa conversion dramatique a d'abord été racontée dans La Croix et le Poignard par David Wilkerson puis dans son propre best-seller Du ghetto à la vie.

vendredi 17 juillet 2015

LE ROCHER DES SIECLES

Le livre de Daniel nous donne un aperçu prophétique de la façon dont la guerre des derniers jours va se terminer. Le roi Nebucadnetsar a fait un rêve et Daniel l'a interprété :

“O roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue ; cette statue était immense, et d'une splendeur extraordinaire ... et son aspect était terrible. La tête de cette statue était d'or pur ; sa poitrine et ses bras étaient d'argent ; son ventre et ses cuisses étaient d'airain ; ses jambes, de fer ; ses pieds, en partie de fer et en partie d'argile” (Daniel 2:31-33).

Le roi avait rêvé d'une grande statue de forme humaine, splendide, resplendissante et terrible. Son corps entier était fait de métal solide. Mais ses pieds étaient faits d'argile. Daniel a expliqué que cette statue représentait les royaumes du monde et que l'argile représentait la faiblesse des dernières puissances mondiales. Ces royaumes vont devenir de moins en moins splendides et terribles au fur et à mesure que la fin va approcher.

“Tu regardais, lorsqu'une pierre se détacha sans le secours d'aucune main, frappa les pieds de fer et d'argile de la statue, et les mit en pièces. Alors le fer, l'argile, l'airain, l'argent et l'or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s'échappe d'une aire en été ; le vent les emporta ... Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre” (2:34-35).

La pierre que Daniel décrit dans ce passage n'est autre que Jésus Christ. Il est le Rocher des siècles et Il descend du Ciel pour écraser tous les empires terrestres. Quand le monde verra ces choses arriver, la divinité de notre Seigneur sera indéniable. Tout genou fléchira devant Lui et toute langue confessera que Jésus Christ est Seigneur.

Nous ne pourrons pas abattre les terroristes avec nos armes, nos bombes et nos missiles. Nous ne pouvons pas débarrasser le monde d'une telle vilenie par des moyens humains. Dieu dit que le Royaume de Son Fils va finalement se révéler et consumer tous les empires mauvais. Oui, justice sera faite. Mais elle viendra du Père qui est dans le Ciel.

Quel jour ce sera quand les terroristes du monde entier se réveilleront devant le trône du Jugement de Christ. Ils penseront : “on nous avait promis le paradis en échange de notre sacrifice. On nous a dit que nous aurions de belles femmes, de la nourriture et des boissons succulentes pour l'éternité.” Mais ils réaliseront soudain que le nom même qu'ils essayaient d'effacer complètement se tient devant eux en tant que leur Juge.

jeudi 16 juillet 2015

LA SIMPLICITE QUI EST EN CHRIST

“Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l'égard de Christ” (2 Corinthiens 11:3).

Paul nous met en garde contre le fait de se laisser corrompre et de se détourner de la “simplicité à l'égard de Christ.” Le terme grec pour simplicité dans ce verset implique la notion que Christ est le seul et l'unique, une notion d'exclusivité. En d'autres termes : “Christ n'est pas une entité complexe. La vérité à Son sujet est simple : Jésus est Dieu. Il est divin, né d'une vierge, crucifié et ressuscité d'entre les morts. Mais je crains que vous ne soyez corrompus et éloignés de cette vérité simple, unique et exclusive.”

Paul met ensuite en garde contre des enseignants qui prêcheraient un Jésus différent : “Car, si quelqu'un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien” (11:4). Paul disait aux Corinthiens : “Vous prêtez l'oreille à un autre évangile, qui n'est pas l'évangile de Christ. Vous entendez parler d'un autre Jésus, qui n'est pas Celui qui vous a sauvés. Et je crains que vous ne vous laissiez corrompre par ce Jésus différent, qui n'est pas du tout le vrai Christ.

“Vous ne le savez pas, mais vous êtes entraînés loin de la divinité de Christ. Et je ne peux pas croire que vous le supportiez ! Vous supportez ces enseignants qui vous corrompent. Vous n'examinez même pas ce qu'ils vous enseignent à la lumière de l’Écriture. Vous êtes en train de perdre votre discernement. Vous écoutez un évangile démoniaque, qui exalte un autre Jésus. Et vous ne savez pas où cela vous conduit.”

Mon message pour toi aujourd'hui se résume à ce simple verset : “Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi” (Jean 14:6). La déclaration de Jésus est très exclusive. Aucun musulman, aucun juif, aucun païen, personne ne peut venir au Père par un autre chemin que par Christ.

Tout comme Jésus l'avait demandé à Ses douze disciples, Il nous demande aujourd'hui : “Qui dit-on que je suis ?” (Marc 8:27). Les disciples répondirent : “Jean Baptiste ; les autres, Élie, les autres, l'un des prophètes” (8:28). Mais la vraie question de Jésus pour ceux qui le suivaient est venue ensuite : “Et vous, leur demanda-t-il, qui dites-vous que je suis ?” (8:29).

Notre réponse doit être la même que celle de Pierre : “Tu es le Christ” (8:29). Que ce soit notre confession devant le monde entier, maintenant et à jamais.

mercredi 15 juillet 2015

“LE PIEGE D'AMOUR” DE SATAN

Quand l'église mondiale du diable va faire résonner son message sur la Terre entière, des millions de chrétiens tièdes seront trompés. Ils vont raisonner ainsi : “Cette histoire d'union de toutes les églises doit être une bonne idée. Les responsables parlent tellement de Jésus. Quiconque parle autant de Jésus doit avoir une vraie foi chrétienne.”

Ils ne pourraient pas se tromper d'avantage. Le slogan de cette union satanique sera justement : “Jésus, Jésus, Jésus.” Aujourd'hui, des responsables évangéliques se demandent déjà : “Pourquoi toutes les dénominations ne pourraient-elles pas être unies en Jésus ? Après tout, les juifs reconnaissent Jésus comme prophète. Les musulmans Le voient comme un homme bon et un grand enseignant. Même les Sikhs et le Hindous respectent Jésus.”

Laisse moi prendre ici quelques instants pour expliquer clairement quelque chose : je suis reconnaissant pour l'unité nationale qui a fait suite à la tragédie du 11 septembre 2001. Je suis reconnaissant que des américains de religions différentes aient été capables de se tenir ensemble en tant que nation unie et je prie que cette unité puisse durer longtemps après que notre deuil se soit estompé.

Mais l'unité de religion à laquelle nous allons bientôt assister impliquera une chose très différente. Ce que j'annonce se trouve dans la prophétie de Jésus : “Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?” (Matthieu 7:22).

Presque toutes les religions pratiquent l'exorcisme. Et certaines églises clament avoir un grand succès dans le fait d'exorciser les démons. Mais nombre de ces églises font leur exorcisme, leurs enseignements et leurs bonnes œuvres dans un nom de Jésus différent. Lorsque Christ reviendra, ces gens clameront lors du jugement : “Seigneur, nous avons fait toutes ces choses en Ton nom. Nous sommes le peuple de Jésus.” Mais le Seigneur répondra : “Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité” (7:23).

Jésus leur dira : “Je ne vous connais pas et vous ne Me connaissez en aucun cas. J'étais le Fils vivant de Dieu, mais vous avez dit à tout le monde que Je n'étais qu'un homme. Vous avez essayé d'ôter la puissance de Mon évangile. Vous vous êtes trompés de Jésus. A présent, éloignez-vous de Moi car vous n'avez aucune part à Mon Royaume.”

mardi 14 juillet 2015

CETTE DERNIERE GUERRE

La question au centre de cette guerre est la divinité de Jésus. Est-Il le Christ, le Fils Unique venu du Père, Dieu fait chair, le Sauveur du monde ? Ou Jésus était-Il juste un prophète parmi d'autres qui faisait le bien autour de lui ? Etait-Il un homme ordinaire, pas un Dieu, pas le Sauveur ressuscité qui siége avec Dieu dans la gloire ?

L'apôtre Pierre atteste que Christ est unique : “Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés” (Actes 4:12). Pierre le décrit comme absolument unique : il n'y a aucun autre nom sous le Ciel qui offre le salut éternel. Jésus seul est le Messie, le divin Fils de Dieu. Et Il ne partagera cette gloire avec aucune autre entité.

De la même manière, Paul déclare : “l’infinie grandeur de sa puissance,...Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir”(Ephésiens 1:19-21). Paul ajoute ensuite que Jésus est le seul à être à la tête de toutes choses : “Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps” (versets 22-23).

Paul souligne également le fait qu'un jour, toute créature reconnaîtra Jésus comme unique Seigneur : “C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père” (Philippiens 2:9-11).

Toute langue de la création va confesser non pas que Mahomet est Seigneur, ni Allah, ni aucun des millions de dieu de l’hindouisme, mais que Jésus Christ est le seul et unique Agneau de Dieu. Voilà le problème qui est au cœur de cette guerre. Ne te méprends pas : la dernière guerre ne concerne pas un nom. Elle concerne la divinité de Jésus, le Seigneur ressuscité.

lundi 13 juillet 2015

RAMÈNE-LES A LA MAISON, DANS LA GLOIRE by Gary Wilkerson

Le Père céleste n'avait pas envie de perdre Ses créatures bien-aimées au profit des puissances de l'enfer, c'est pourquoi Il a mis au point un plan pour nous secourir. “Alors tu parlas en vision de ton saint, et tu dis : J'ai placé du secours sur un homme puissant, j'ai haut élevé un élu d'entre le peuple” (Psaumes 89:19 version Darby). Le Père a dit à Son Fils : “l'humanité va devenir faible et misérable à cause de son péché, incapables de trouver le chemin qui les ramène à Moi. Je Te désigne comme Mon Saint, Celui qui peut les ramener dans Ma faveur.”

Nous entendons les termes de l'alliance prononcés par le Fils : “Je prends plaisir à faire ta volonté, mon Dieu ! Et ta loi est au fond de mon cœur” (Psaumes 40:9). Tout ce que Jésus a fait sur Terre était l'accomplissement de cette alliance : “Car mes paroles ne viennent pas de moi ; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a commandé lui-même ce que je dois dire et ce dont je dois parler” (Jean 12:49).

La Bible rapporte clairement ces termes. Jésus devait se dépouiller Lui-même de toute gloire céleste, revêtant un corps de chair : “mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes” (Philippiens 2:7). Il devait supporter l'opprobre et les souffrances, “homme de douleur, habitué à la souffrance”. Il devait grandir en n'étant pas attirant aux yeux du monde : “Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n'avait rien pour nous plaire” (Esaïe 53:2). Après tout cela, Il devait encore se livrer entre les mains d'hommes méchants et, en une profonde agonie, abandonner Sa vie en offrande pour le péché de l'humanité. En faisant l'expiation, Il devait pour un temps endurer la colère de Dieu.

Dieu a alors défini le genre de ministère que Son Fils allait entreprendre pour racheter l'humanité. Il a dit à Jésus : “Ton ministère sera celui d'un prêtre. Je connais tous Mes enfants depuis la fondation du monde et maintenant Je Te les donne, tels un troupeau de brebis dont Tu seras le berger.” Jésus a déclaré sur Terre : “Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi” (Jean 6:37).

Pour finir, le Père a donné à Son Fils cette recommandation : “Si tu choisis d'y aller, Tu devras accomplir ceci : porter de bonnes nouvelles aux malheureux, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs la liberté et aux prisonniers la délivrance, consoler tous les affligés, supporter la faiblesse de ceux qui sont faibles, accepter avec tendresse les ignorants, suppléer à leurs lacunes par Ta force. Nourri le troupeau, porte-les dans ton sein, guide-le jeune avec douceur, accorde Ta force aux faibles. Guide-les tous par Ton conseil, promet de leur envoyer le Saint-Esprit pour continuer l’œuvre de leur libération et ramène-les à la maison, dans la gloire, avec Toi” (voir Esaïe 61:1-3).

samedi 11 juillet 2015

LES PUISSANTS GUERRIERS DE DIEU by Jim Cymbala

La liste des puissants guerriers de David dans 1 Chronique 11:22 nous parle de Benaya, qui comptait au nombre de ses exploits d'avoir vaincu deux des meilleurs hommes de Moab. Il avait également tué un lion dans une citerne glissante et pleine de neige. Peut-être encore plus incroyable, il a vaincu un Égyptien assez grand pour être pivot dans l'équipe des Chicago Bulls. Ce géant de plus de deux mètres maniait une lance avec un manche aussi solide qu'un tuyau de plomb, tandis que Benaya avait un simple bâton.

Même ainsi, Benaya “arracha la lance de la main de l’Égyptien et le tua avec sa lance. Voilà ce que fit Benayahou, fils de Yehoyada...Il a eu le plus de gloire parmi les trente” (1 Chroniques 11:23-25).

Ce n'était pas le niveau d'étude qui permettait à une personne d'être honorée en ce temps là. L'honneur ne venait pas nécessairement de l'argent, des relations ou de l'accès aux médias. L'honneur venait du fait d'accomplir des exploits pour le roi.

Qui accomplit des exploits pour Dieu aujourd'hui ? Où l'Ennemi est-il repoussé ? Voilà la grande aspiration de tous ceux qui ont un coeur pour les choses spirituelles. Ils ne se satisfont pas des sermons lustrés, de toute les techniques qu'on utilise pour que les choses se passent bien. Où sont les hommes et les femmes puissants, oints par Dieu pour faire réellement la différence ?

Je pense que je connais au moins un des puissants guerriers parmi le peuple de Dieu. Rina Gatdula, une dame philippine qui est comme une sœur pour mon épouse Carole et pour moi. Dieu l'a envoyée dans les premiers jours de l'église de Brooklyn Tabernacle avec un esprit vaillant qui s'est révélé être une formidable bénédiction. Quand les personnes préposées à l'accueil étaient intimidées par les quelques personnes saoules ou hostiles qui entraient, Rina les affrontait avec une grande intrépidité accordée par le Saint-Esprit.

Bien que n'étant pas particulièrement douée lorsqu'il s'agissait de parler en public, elle avait un ministère dans la prière et l'intercession qui a aidé à nous porter dans de nombreuses batailles. Que ce soit le besoin d'un plus grand bâtiment ou le besoin pour un rétrograde de revenir à Dieu, elle a l'esprit de Benaya. Elle ne laisse pas Dieu tranquille quand des personnes s'approchent de l'autel en recherchant de l'aide. Elle connaît l'art délicat de “l'accompagnement dans la prière” et de nombreuses personnes ont trouvé a délivrance en Christ parce qu'elle s'est tenue auprès d'eux au trône de la grâce.

Aujourd'hui, Rina voyage dans toutes les églises fondées par Brooklyn Tabernacle, que ce soit dans ce pays ou à l'étranger, leur rappelant les exploits qu'elles peuvent accomplir avec Dieu. Elle semble toujours allumer un esprit de prière. Que ce soit à Harlem, à San Francisco ou à Lima au Pérou, elle est un exemple vivant d'une héroïne de la foi.

__________
Jim Cymbala a ouvert l'église de Brooklyn Tabernacle avec moins de vingt membres dans un petit immeuble délabré dans un quartier difficile. Né à Brooklyn, il est un ami de longue date à la fois de David et de Gary Wilkerson et un intervenant fréquent lors des conférences d'Expect Church Leadership organisées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 10 juillet 2015

DIEU NOUS PRESSE DE NOUS REVEILLER

Le premier appel à se réveiller que le Seigneur a envoyé à Israël a été l'invasion par l'Assyrie. Cet ennemi juré d'Israël a attaqué deux provinces, Zébulon et Nephtali. Heureusement, les attaques ont été limitées à ces deux régions et les dommages ont été minimes. Mais Dieu parlait clairement à Son peuple. La nation choisie par Dieu a perdu son sentiment de sécurité et est passée à côté du message que Dieu leur adressait.

Israël a ensuite reçu un deuxième appel à se réveiller et celui là était très sévère. Deux nations que l’Écriture nomme “les ennemis d'Israël”, les syriens et les philistins, ont combiné leurs forces pour une soudaine attaque. D'après Esaïe, cette attaque est venue à la fois de l'est et de l'ouest (Esaïe 9:11). Les envahisseurs encerclaient donc Israël. Et leur attaque soudaine a été dévastatrice.

Après l'attaque des Twin Towers le 11 septembre 2001, la majorité des américains a demandé : où était Dieu dans cette soudaine attaque ? Que devait faire Son peuple du désastre qui était venu sur eux aussi brutalement ? Esaïe nous dit que Dieu était fidèle pour parler à Son peuple au temps d'Israël : “Le Seigneur lance une parole contre Jacob : Elle tombe sur Israël” (Esaïe 9:7). Dieu parlait clairement et Il envoyait ses messages à la nation tout entière.

Bien-aimé, ce verset nous dit quelque chose de très important pour notre propre époque de dévastation. Il nous dit simplement : “Dieu envoie toujours Sa parole.” Jamais, dans toute l'Histoire, le Seigneur n'a laissé Son peuple sans indice dans un temps de calamités. Il ne nous a jamais abandonné et ne nous a jamais laissé deviner les choses par nous-mêmes. Il fournit toujours une parole qui permetde comprendre les choses.

En ce moment même, le Seigneur fait se lever de saintes sentinelles pour parler de Sa part. Ces bergers pleurent et se repentent en cherchant la face de Dieu. Et je crois qu'ils sont en train d'entendre et de comprendre le message du Seigneur derrière les événements présents. Bien plus, ils n'ont pas peur de proclamer de dures mises en garde, parce qu'ils savent qu'ils ont entendu une parole de la part de Dieu. Ils sont poussés à parler de Ses plans qui sont derrière nos calamités.

jeudi 9 juillet 2015

NOUS NE DEVONS PAS PASSER A COTE DU MESSAGE

Les pasteurs et les théologiens de partout sont en train de dire : “Dieu n'a rien à voir avec les désastres. Il ne permettrait pas que des choses horribles aient lieu.” Pourtant, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Cette façon de penser est la raison pour laquelle notre nation passe à toute vitesse à côté du message que Dieu veut lui donner au travers des tragédies.

Le fait est que nous avons besoin d'avoir un parole de la part de Dieu. Comme de nombreux pasteurs, j'ai été attristé et j'ai pleuré sur d'affreuses calamités. J'ai recherché le Seigneur dans la prière et par Sa Parole. Et je peux te dire que j'ai expérimenté une souffrance qui est bien plus profonde que le fait de pleurer sur la mort de personnes innocentes. C'est une souffrance qui vient du fait que, si nous passons à côté du message de Dieu, si nous faisons la sourde oreille à ce qu'Il est en train de proclamer haut et fort, alors des choses bien pires sont en réserve pour nous.

Le prophète Esaïe parle directement de ce que nous avons vécu. Si tu as des objections au fait d'utiliser l'Ancien Testament à titre d'exemple, considère les paroles de Paul à ce sujet : “Cela leur est arrivé à titre d’exemple et fut écrit pour nous avertir, nous pour qui la fin des siècles est arrivée” (1 Corinthiens 10:11). Paul a dit clairement que les exemples de l'Ancien Testament révèlent justement comment Dieu agit dans des temps tels que le nôtre.

A l'époque où Esaïe a prophétisé, Dieu avait usé de patience envers Israël pendant presque 250 ans. Le Seigneur avait envoyé de “petites afflictions” à Son peuple, l'appelant à la repentance. Il essayait de les chasser hors de leur idolâtrie éhontée pour les ramener à Ses bénédictions et à Sa faveur.

Tous les prophètes au cours des années avaient apporté à Israël essentiellement les mêmes paroles : “humiliez-vous.” L’Écriture nous dit : “Ils ont rendu un culte aux idoles...L’Éternel fit avertir solennellement Israël et Juda par l’intermédiaire de tous ses prophètes, de tous les voyants, et leur dit : Revenez de vos mauvaises voies et observez mes commandements et mes prescriptions” (2 Rois 17:12-13).

Mais la nation choisie par Dieu a rejeté Ses appels à la repentance. “Mais ils n’ont pas écouté et ils ont raidi leur nuque” (17:14). Ce peuple s'est moqué des prophètes qui les appelaient à s'humilier. Et, au lieu de cela ils “se sont rendus eux-mêmes vains… Ils ont abandonné tous les commandements de l’Éternel, leur Dieu… et se sont vendus pour faire ce qui est mal aux yeux de l’Éternel afin de l’irriter. Aussi l’Éternel a-t-il éprouvé une vive colère contre Israël” (2 Rois 17:15-18).

mercredi 8 juillet 2015

BIEN ENTRAINE

Je veux être un soldat bien entraîné pour le champ de bataille. Je sais que la victoire est gagnée bien avant que la bataille ne commence. Elle est gagnée dans le camp d'entraînement, lors de la formation et du conditionnement. Lorsque l'Ennemi viendra soudain contre moi, j'aurai besoin de toutes les armes disponibles, et ces armes me sont fournies par la puissance de la Parole de Dieu lorsque je la cache dans mon cœur. C'est pourquoi, la prochaine fois que le diable attaquera, je sais que j'aurai toutes les réserves nécessaires sur lesquelles m'appuyer. J'aurai gagné la bataille seul avec Dieu, avant même d'entrer sur le champ de bataille.

Es-tu un soldat engagé, croyant que Dieu t'équipe en se moment même ? Si c'est le cas, tu remplis trois exigences :

1. Tu es un lecteur assidu de la Parole de Dieu.

En étudiant l’Écriture, tu commences à comprendre à quel point Dieu t'aime. Si tu n'es pas convaincu de Son amour absolu, tu ne seras pas capable d'affronter toutes les crises qui viendront. Et tu ne peux être convaincu de Son amour qu'en dévorant Sa Parole.

2. Tu entretiens une intimité quotidienne avec Dieu, grâce à un temps de prière de qualité.

Notre Seigneur veut que nous criions à Lui dans nos moments d'épreuve. Mais la prière dans les temps difficiles n'est pas suffisante. Nous devons rechercher notre Père aussi quand tout va bien. Notre foi n'est pas destinée à être purement circonstancielle. Elle doit venir d'une relation qui se développe constamment avec le Seigneur.

3. Tu es confiant dans le fait que Dieu ne permettra pas que tu affrontes une épreuve sans avoir prévu une issue.

Même si une grande épreuve devait s'abattre sur toi, tu n'as pas à t'inquiéter de savoir si tu seras fort ou faible. Notre Père fait grâce lorsque cela est nécessaire. Et, si tu as développé une relation intime avec Lui, Il déversera sa grâce éternelle en toi lorsque tu en auras besoin.

Dieu t'invite à entrer dans Son repos, aujourd'hui.

“Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos” (Matthieu 11:28).

mardi 7 juillet 2015

ENTRER DANS LE REPOS DE DIEU

Pour entrer dans le repos de Dieu, nous devons renoncer à nos propres efforts et à notre sueur. La foi et elle seule nous permet d'entre dans ce repos parfait : “Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos” (Hébreux 4:3). Pour dire les choses simplement, nous devons ancrer nos cœurs sur la conviction que Dieu est fidèle pour nous délivrer dans toutes circonstances, peu importe à quel point cela a l'air impossible.

“Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose aussi de ses œuvres, comme Dieu se repose des siennes” (Hébreux 4:10). Lorsque nous sommes dans le repos en Christ, nous n'essayons plus de faire bonne figure dans les moments difficiles. Nous ne proclamons pas un peu trop fort notre bruyante acceptation de notre situation. Et nous ne nous inquiétons pas de risquer de nous abandonner à la peur et de commencer à remettre en question l'amour de Dieu. En résumé, notre “mentalité des œuvres” a cessé de nous diriger. Maintenant, nous avons appris à simplement nous confier en Dieu.

Comment développer une telle confiance ? Nous recherchons le Seigneur dans la prière, nous méditons Sa Parole et nous marchons dans l'obéissance. Tu objecteras peut-être : “mais toutes ces choses sont des œuvres.” Je ne suis pas d'accord. Ce sont tous des actes de foi. Lorsque nous observons une telle discipline, nous nous confions dans le fait que le Saint-Esprit est à l’œuvre en nous, construisant un réservoir de force pour les temps de besoin. Nous ne pouvons peut-être pas sentir l’œuvre de renforcement que Dieu fait en nous, ni sentir Sa puissance être construite en nous. Mais lorsque viendra notre prochaine épreuve, ces ressources célestes deviendront manifestent en nous.

C'est la première raison pour laquelle je recherche le Seigneur avec fidélité et persévérance, jeûnant, priant, étudiant, cherchant à obéir à Ses commandement par la puissance du Saint-Esprit. Ce n'est pas parce que je suis un pasteur cherchant à montrer l'exemple. Je fais ces choses parce que je sais que de nombreuses épreuves m'attendent encore. Aussi longtemps que je servirai le Seigneur, le diable ne me laissera aucun repos. Je vais encore affronter de rudes combats, des attaques surprises. Et, malgré toutes les victoires et la paix que j'ai déjà pu expérimenter, j'aurais toujours besoin des ressources célestes pour m'aider à endurer tout cela.

lundi 6 juillet 2015

S'EMPARER DE LA NOUVELLE ALLIANCE by Gary Wilkerson

“Je ne profanerai pas mon alliance Et je ne changerai pas ce qui est sorti de mes lèvres” (Psaumes 89:35). Le terme “alliance” fait partie intégrante de la foi des chrétiens. Pourtant, je n'ai jamais entendu un prédicateur ni un enseignant décrire de façon adéquate ce qu'est “l'alliance” dans la vie d'un chrétien. La Bible elle-même est divisée en deux Alliances (ou Testaments), l'Ancien et le Nouveau. Tout au long de l'Ancien Testament, Dieu a fait alliance après alliance avec l'humanité. Quel était le but de toutes ces alliances ? Plus important encore, qu'ont-elles à voir avec nous aujourd'hui ?

Une alliance est un accord ou un serment entre deux parties ou d'avantage, comme un contrat. Elle contient des termes et des devoirs que chaque partie doit accomplir pour remplir sa part de l'accord. De telles alliances ont valeur de loi et, une fois finalisées, chaque partie peut être pénalisée pour ne pas en avoir respecté les termes.

En créant la Nouvelle Alliance, Dieu a manifesté pleinement Son amour incroyable pour l'humanité. Pourtant, l'Eglise est restée aveugle à cette doctrine incroyable pendant des décennies. Lorsque j'étais jeune chrétien, on m'a appris que la “théologie de l'alliance,” centrée sur la Nouvelle Alliance, était une doctrine licencieuse. La pensée qui prévalait alors était que la Nouvelle Alliance était si merveilleusement libératrice que les gens pouvaient en abuser, en se livrant à une conduite tolérante vis à vis du péché.

Mais plus je comprends la Nouvelle Alliance, plus je suis convaincu que nous avons besoin de son assurance dans ces derniers temps périlleux. Sa promesse possède la puissance de libérer dans l'Eglise de Dieu toute la force victorieuse dont nous avons besoin pour être plus que vainqueurs en toutes circonstances.

La Nouvelle Alliance est un contrat formel entre le Père et le Fils. Et, aujourd'hui, nous sommes inclus dans cette alliance par la foi, nous qui sommes les rejetons d'un Israël spirituel. “Mais maintenant, Christ a obtenu un ministère d’autant supérieur qu’il est médiateur d’une alliance meilleure, fondée sur de meilleures promesses” (Hébreux 8:6).

“Je lui conserverai toujours ma bienveillance, Et mon alliance avec lui sera ferme” (Psaumes 89:29).

samedi 4 juillet 2015

NE PAS ACCEPTER UN REFUS by Carter Conlon

La Bible nous raconte l'histoire d'un homme qui est allé voir son voisin tard le soir et qui lui a demandé du pain, parce qu'un visiteur venait juste d'arriver et qu'il n'avait rien pour le nourrir.

“Si, de l’intérieur, l’autre lui répond : Ne me cause pas d’ennui, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi nous sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner des pains, je vous le dis, même s’il ne se lève pas pour les lui donner, parce qu’il est son ami, il se lèvera à cause de son importunité et lui donnera tout ce dont il a besoin” (Luc 11:7-8).

Le mot “importunité” employé ici signifie qu'il ne voulait tout simplement pas partir. Aujourd'hui, l’importun celui qui prie ainsi : “Je sais que cette génération a besoin de pain, mais je n'en ai pas assez. Ma connaissance n'est pas suffisante, ma force me fera défaut. Ma compassion est trop mince, mon courage est trop soumis à condition. Je n'ai pas la mesure d'Esprit Saint dont j'aurais besoin pour pouvoir faire la différence dans cette génération. Mais Seigneur, je sais que Tu l'as et je ne partirais pas tant que je ne l'aurais pas obtenue !” Voilà le genre de prière que Dieu attend.

Jésus continue le récit : “Et moi, je vous dis : Demandez et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et on ouvrira à celui qui frappe” (Luc 11:9-10).

Combien de personnes peuvent recevoir ? Tout le monde ! Pas seulement quelques superstars, pas seulement les quelques Élie ou Élisée : tout le monde ! Et cela veut dire toi aussi !

Garde à l'esprit que le Seigneur ne fait pas référence à une demande légère et insouciante. Quand les 120 disciples sont allés dans la Chambre Haute, ils ne demandaient pas le Saint-Esprit avec légèreté. Ils étaient pleinement conscients qu'en sortant et en affrontant la foule hostile, ils risquaient la mort. Néanmoins, ils savaient aussi que Jésus leur avait fait la promesse qu'ils seraient Ses témoins. Alors, ils ont commencé à prier, n'acceptant pas un refus.

Carter Conlon a rejoint l'équipe pastorale de Times Square Church en 1994, sur l'invitation du pasteur fondateur David Wilkerson. Il a été nommé Pasteur Senior en 2001. C'est un responsable fort et plein de compassion qui est un intervenant fréquent lors des Expect Church Leadership Conferences menées par World Challenge dans le monde entier.

vendredi 3 juillet 2015

VIVRE DANS LE REPOS DE DIEU

Ma femme, Gwen, avait 34 ans la première fois que le cancer a été diagnostiqué chez elle. Nous avons été dévastés lorsque nous avons appris la nouvelle. Nous venions juste de déménager à New York pour que je puisse commencer un ministère parmi les gangs des rues. Mais pendant que je parcourais la ville, prêchant à des membres de gangs et à des drogués, je devais combattre des larmes d'angoisse et de crainte. Mais le Seigneur me rassurait constamment : “Je suis fidèle David. Je ne t'abandonnerai pas et je n'abandonnerai pas ceux que tu aimes.” Dieu a marché avec moi pendant cette épreuve terrifiante avec le cancer, et pendant toutes celles qui ont suivi.

Mais le Seigneur ne veut pas que notre victoire soit une expérience ponctuelle. Son but n'est pas que nous ressortions d'une crise en disant : “Merci Seigneur, j'ai gardé la foi pendant cette épreuve.” Oui, tu t'en es peut-être bien sorti dans celle-là. Mais, tout comme pour Israël, victorieux à la Mer Rouge, une nouvelle épreuve finira par venir et il est possible que ce soit un tout autre genre de test.

Vivre dans le repos de Dieu, c'est un mode de vie. Il veut que nous soyons soutenus par Sa paix et Sa confiance dans toutes nos épreuves, sachant que notre souverain sacrificateur compatit à nos faiblesses.

Ne te méprends pas : je ne parle pas d'atteindre un quelconque niveau du nirvana. De nombreux enseignants New Age proclament que la seule manière d'endurer les épreuves futures est d'endurcir son cœur dès à présent et de tuer tout son amour. Pour résumer : si tu ne te soucies plus de personne, tu ne souffriras pas. Donc, tu devrais te blinder contre les calamités de la vie.

Mais Dieu n'est jamais glorifié lorsque Ses serviteurs engourdissent leurs émotions. Ce n'est pas du tout cela, Son repos. Son repos, c'est apprendre à se confier dans Sa promesse d'être fidèle envers nous en tout chose.

Je suis père de quatre enfants et je suis aussi grand-père et je peux te dire honnêtement qu'il n'y a jamais eu un moment où, ayant vu un de mes enfants souffrir, je n'aie voulu souffrir avec lui. Dans de tels moments, j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour les guérir et les délivrer. Je te le demande : combien plus notre Père céleste nous aime-t-Il, marche-t-Il avec nous dans nos épreuves, désire-t-Il nous guérir de nos blessures ?

“Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui les lui demandent” (Matthieu 7:11).

jeudi 2 juillet 2015

UN LIEU DE PARFAIT REPOS

Il existe un lieu en Christ où il n'y a aucune crainte concernant le futur. Dans ce lieu, il n'y a pas de crainte d'une soudaine calamité, d'une affliction ou du chômage. Il n'y a pas de peur de l'homme, de peur de tomber, ou de perdre l'âme de quelqu'un. Ce lieu est un endroit de confiance totale dans la fidélité de Dieu. L'auteur de l’épître aux Hébreux l'appelle un lieu de parfait repos.

Un tel repos parfait a été offert à Israël. Mais le doute et l'incrédulité du peuple les ont empêché d'entrer dans le repos de Dieu : “ceux qui avaient reçu les premiers cette bonne nouvelle n’y entrèrent pas, à cause de leur incrédulité” (Hébreux 4:6). Les israélites ont vécu dans une crainte et une terreur constantes, attendant toujours l'épreuve suivante. En conséquence, ils étaient dévastés dans leurs épreuves.

Si Israël était entré dans ce repos, l’œuvre de Dieu dans Son peuple aurait été complète. Mais parce qu'il ne l'a pas fait, le Seigneur continue à chercher, dans chaque génération, un peuple qui y entrera : “Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu” (Hébreux 4:9).

Dieu nous dit : “Cette offre de repos est pour vous, aujourd'hui. Il existe toujours un lieu en Moi où tous les doutes et où toutes les craintes disparaissent. C'est un lieu où vous serez préparés pour tout ce qui pourrait arriver.” C'est pourquoi Sa Parole nous presse : “Craignons donc, tant que la promesse d’entrer dans son repos subsiste, que personne parmi vous ne pense être venu trop tard” (Hébreux 4:1).

Aujourd'hui, des multitudes parmi le peuple de Dieu ne savent rien de ce repos en Christ. Tandis qu'ils lisent les affreux rapports dans les quotidiens, rapports de tragédies, de calamités, de morts, ils sont remplis de crainte et d'effroi. Leur prière constante est : “Ô Dieu, s'il-te-plaît, ne prend pas ceux que j'aime. Je ne pourrais jamais supporter cette souffrance.”

Mais si tu te reposes en Dieu, tu ne succomberas pas à telles frayeurs. Tu ne paniqueras ni ne t'effondreras lorsque tu seras frappé par une épreuve inattendue. Et tu ne perdras pas espoir, accusant Dieu de t'apporter des malheurs. Oui, tu endureras la souffrance qui est le lot de chaque être humain, mais ton âme sera dans le repos, parce que tu sauras que Dieu contrôle tout ce qui te concerne.

mercredi 1 juillet 2015

LA PUISSANCE PROTECTRICE DE DIEU

Le monde se languit de voir un témoignage de la puissance protectrice de Dieu. Et il va continuer à nous demander jusqu'au retour de Jésus, “Oh, chrétiens, je vous vois servir Dieu fidèlement. Vous jeûnez, vous priez et témoignez de Sa gloire et de Sa puissance, mais à présent, vous vivez une grande épreuve. Dites-moi, votre Dieu vous soutient-Il dans ce moment difficile ? Quel est votre témoignage maintenant que vous êtes dans la fosse aux lions ?”

Vous pouvez imaginer la joie de Darius lorsqu'il a entendu la voix de Daniel crier : “Roi, vis à jamais ! Mon Dieu a envoyé son ange et fermé la gueule des lions qui ne m’ont fait aucun mal” (Daniel 6:22-23). Daniel était sain et sauf. Mais je ne pense pas que ce saint serviteur ait dormi calmement durant cette nuit-là. Il n'était pas surhumain, pas plus que nous aujourd'hui. Et notre Dieu n'attend pas de nous que nous agissions anormalement lorsque nous affrontons de telles difficultés. Nos sentiments d'inquiétude dans de tels moments sont normaux.

Je pense que Daniel a dû veiller et prier toute la nuit. Chaque fois qu'un lion a baillé et montré les dents, Daniel a dû crier dans son cœur : “Je te fais toujours confiance, Seigneur. Je crois que tu vas fermer la bouche de cet animal.” Il est resté ferme dans sa foi et l’Écriture nous dit : “on ne trouva sur lui aucune blessure, parce qu’il avait eu foi en son Dieu” (Daniel 6:24)

Un homme a fait confiance à Dieu aux yeux de tous les hommes et cela a eu un impact sur tout le royaume. La Bible déclare : “le roi Darius écrivit à tous les peuples, aux nations, aux hommes de toutes langues qui habitaient sur toute la terre : ...Je donne l’ordre que, dans toute l’étendue de mon royaume, on ait de la crainte et du respect devant le Dieu de Daniel. Car il est le Dieu vivant Et il subsiste à jamais ! Son royaume ne sera jamais détruit. Et sa domination durera jusqu’à la fin. C’est lui qui sauve et délivre, Qui opère des signes et des prodiges Dans les cieux et sur la terre. C’est lui qui a sauvé Daniel de la griffe des lions.” (Daniel 6:26-28).

Comprends-tu ce que Darius disait ici ? Il exaltait Dieu, pas seulement pour les merveilles de la création, mais parce qu'Il avait délivré Daniel de la mort. Ce roi païen n'a eu qu'à voir un seul croyant qui croyait réellement en ce qu'il prêchait et, à son tour, il a déclaré : “j'ai vu un homme qui garde en tout circonstance le témoignage de son Dieu. Il ne doute jamais. Et le Seigneur l'a délivré des puissances de l'enfer.”